ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Le Blog Du Doc   

Quand la température monte…



Récemment, je me suis un peu pris avec mon père. Rien de bien méchant, c’est une habitude au sein de la famille Blanc. Chez nous on aime bien la chamaille, la confrontation et on s’insulte aussi beaucoup. Parfois, même si tout ça reste de l’ordre du jeu très souvent, il m’arrive quand même de vouloir par exemple emplâtrer Dimebag ! Mais c’est normal, c’est mon frère…Malgré tout, rien ne vaut la haine ultime que je voue à Spaceman, qui est le pire des enfoirés que je connaisse. Mais, avec cette parenthèse, on sort du contexte « Famille Blanc »…

Avec mon père c’est juste que j’en ai assez de parler « économie » avec lui. J’en ai assez d’évoquer le chiffre d’affaires, le développement de Radio Metal, l’argent en général et toutes les conneries qui vont avec. En fait le problème ne vient pas de lui, mais de moi. Car je fais partie de ces gens qui pensent que leur activité professionnelle ne doit pas prendre le pas sur tout. Je fais partie de cette catégorie de personnes qui, même si elles sont capables d’immenses sacrifices pour parvenir à réaliser leurs objectifs, trouvent que tout en ce bas monde doit être pris avec distance sans « se faire un monde » des choses, justement. Je suis un attaché-détaché. Je me donne à fond mais je garde, au fond de moi et dans tous les domaines, une petite voix qui me dit :

« Mais Amaury, de toute façon tout ça n’est pas grave. On va tous mourir et, à la base, rien n’a de sens. »

C’est une sorte de fatalisme déconcerté et décontenancé. Et c’est tout un état d’esprit finalement.

Bref, pour revenir au sujet car une fois de plus je m’égare, l’économie, pour moi, c’est peut-être le truc le plus superficiel au monde. Quand je regarde un billet de banque je me dis « mais quand même dire que c’est cette merde qui nous gouverne et nous mène par le bout du nez ». Et pourtant c’est le système. Et pourtant c’est la (ma) vie. Faire de l’argent, développer Radio Metal, faire de la communication…avoir soif, tout le temps. Soif de progrès, soif de réussite, soif de satisfaction personnelle.

« Satisfaction personnelle »…

Vous savez, rien que le fait d’écrire cette expression me fait sourire…Je pense que je serai complètement satisfait de moi quand je serai six pieds sous terre. Là je serai libéré de toutes ces putains de contingences que je me suis créées, que l’on se crée. La mort : quelle plénitude quand même…

Le monde économique, donc, est pour moi la quintessence de la superficialité. L’argent n’a pas d’odeur, pas de saveur, et pourtant c’est mon quotidien. Mon obsession. C’est pour ça que, quand vous côtoyez au quotidien un univers financier qu’à la base vous détestez, vous n’avez pas spécialement envie que vos proches vous parlent de thématiques que vous ne connaissez que (trop) bien. Olala, mais heureusement que je ne fais pas partie des mecs qui racontent leur boulot de A à Z à leur nana ! Je suis bien content d’avoir des sujets de conversation autres que le metal et l’argent. Et puis, raconter sa journée pour dire quoi en fait ? Car finalement tout ça peut être résumé en deux phrases :

« Mon quotidien est de dialoguer avec énormément de cons et d’incompétents, même si heureusement un bon nombre (soyons juste) sauve la mise, tout en essayant de faire le plus d’argent possible. En parallèle, j’ai la chance d’avoir des privilèges énormes et surtout l’opportunité de travailler avec des personnes sympathiques et intelligentes qui composent mon équipe. »

Je ne cherche pas à dire qu’on est les plus beaux et les plus intelligents à Radio Metal. Et puis, de toute façon, subsiste le discernement de chacun (qui reste la forme la plus aboutie de l’intelligence) pour analyser les propos de ce blog. Vous savez je me connais très bien. Je connais mes forces, mes faiblesses, je sais ce que m’apportent intellectuellement les gens qui travaillent avec moi. Ce qui est sûr en même temps, c’est que je ne suis pas du tout un leader naturel. Mais je pense, par contre, avoir une très grande dose de discernement qui me permets d’opter pour certaines options auxquelles d’autres n’ont pas cru, ou croire à certains choix que d’autres n’auraient pas fait.

La vie est une ambivalence. On fait des choix et on avance. Comme le disait encore récemment Andre Matos dans une de nos interviews :

« Une chose est sûre : tant que je fais ce en quoi je crois, tout va bien. »

Moi, je crois que nous sommes sur la bonne voie. Depuis que je bosse sur Radio Metal (mi 2005) j’ai connu beaucoup de difficultés et nous sommes partis dans l’inconnu. Le bateau vogue aujourd’hui très sereinement, intellectuellement et économiquement, mais je considèrerai toujours que Radio Metal est un radeau qui survit grâce à des désespérés plutôt qu’un bateau de croisière qui avance sans se poser de questions, comme s’il était seul sur les eaux. Ce côté « je suis seul, il n’y a personne autour » c’est clairement le souci des labels aujourd’hui. Sauf qu’ils furent des bateaux de croisière par le passé et que, dans les faits, ils ont maintenant commencé leur lente chute vers les abysses…Qu’ils y restent d’ailleurs. Nous avons, en tout cas, une pensée pour eux aussi profonde que leur agonie.

Voilà, j’ai écrit cet article car, à la base, je voulais mettre en avant une information principale. Et comme souvent je me suis perdu…donc la voilà : aujourd’hui, Internet et les mobiles représentent 30% du chiffre d’affaires mondial de l’industrie de la musique.

Radio Metal, au c?ur des technologies, a une démarche qui remet en cause beaucoup de modèles traditionnels. En termes de comm nous sommes malgré tout sur tous les fronts, ce que nous pouvons nous permettre, car comme le dirait Lénine :

« Les faits sont têtus ».

Ils sont même très têtus. Comme la progression de notre chiffre d’affaires ou encore comme les nombreuses opérations de communication que Radio Metal réalise. Oui…têtus, les faits sont têtus. Comme Spaceman, comme Metalo, comme moi. Têtus, très têtus.

Malgré toutes les embûches que nous avons rencontrées, je suis, près de trois ans après la création de Radio Metal, dans la mesure de dire que nous avons compris certains rouages de l’industrie de la musique et de la communication.

Et ce, avant tout, grâce à notre capacité d’analyse.

Tout est une question de degrés les amis.

Laisser un commentaire

  • WhoDoYouThinkIAm dit :

    Arrogance, arrogance, quand tu nous tiens…
    Et puis ton article parle de quoi finalement ? C’est pas trés clair tout cela.

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3