ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

Que c’est dur


Je n’envie pas la situation de mes confrères de la presse magazine et je suis sacrément admiratif qu’ils soient encore là. Car les survivants que sont Rock Hard et Metallian parviennent toujours, contres vents et marées, à faire voguer leur navire. Pourtant, Dieu sait si c’est compliqué de faire tenir son mag et de le développer dans un contexte actuel aussi peu favorable à la presse…

Les lecteurs sont moins fidèles qu’avant et surtout plus volatils, le web prend une place de plus importante dans le rapport à l’information, les labels ont beaucoup moins d’argent à donner, les médias eux-mêmes ont des difficultés à se renouveler… bref les causes sont multiples pour expliquer qu’à l’heure actuelle avoir deux magazines payants de référence en France est déjà un sacré exploit.

Mais pour combien de temps ?

La situation des médias metal français – presse papier à l’instar des sites internet à vocation professionnelle – est très dure. Je pense que c’est le rôle de Radio Metal de le rappeler une nouvelle fois dans ses colonnes. Acheter un magazine est un acte militant et même si les causes évoquées plus haut font intervenir beaucoup de paramètres différents, j’espère que vous ne jouerez pas les étonnés – chères lectrices et chers lecteurs – quand ces organes de presse disparaîtront définitivement du paysage médiatique français. Car vous aurez, comme tout le monde, votre part de responsabilité là-dedans.

Tenir et se développer : voilà deux idées distinctes qui posent aujourd’hui souci à la presse magazine française.

Tenir c’est continuer à sortir un magazine de qualité chaque mois, ce qui nécessite un rythme de travail élevé. Rock Hard y parvient très bien mais Metallian a connu de grosses difficultés pour assumer son passage de trimestriel à mensuel car le rythme de travail, et du coup le contenu proposé, ne peut pas être le même. Du coup, après quelques numéros en mensuel, le magazine d’Yves Campion passe maintenant à une sortie une fois tous les deux mois.

Trimestriel, mensuel puis bimestriel : des changements qui sont clairement symptomatiques de la difficulté de proposer de nouvelles choses pour un magazine metal en France. Car il fallait de toute façon plus de temps pour que le lecteur de Metallian se familiarise avec la nouvelle périodicité du titre. Et ce temps Metallian ne l’avait pas – sur le metal personne n’a le temps, vous le savez – à cause du contexte peu favorable évoqué plus haut. D’où un passage maintenant à une sortie tous les deux mois. Sachant que, cerise sur le gâteau, les investissements promotionnels des labels pour 2011 seront en baisse…

Se développer c’est donc essayer de nouvelles choses.

Rock Hard avait annoncé un nouveau site internet à la rentrée 2010… qui n’est toujours pas en ligne. Pourtant, dans une optique de développement, jouer un rôle sur le web est aujourd’hui primordial pour les acteurs du papier d’autant plus que leur savoir-faire et leur rigueur sont un acquis qui fait la différence avec beaucoup d’acteurs du net. La presse magazine ayant d’ailleurs, auprès des professionnels, une crédibilité que les médias web n’ont pas encore. Si la presse mag parvient à venir sur le net, cela augmentera en outre le rapport direct avec son lectorat tout en multipliant ses sources de revenus. Plein de points positifs donc.

Mais, car il y a un mais, cela nécessite un investissement de temps considérable que ne peut pas avoir actuellement la presse magazine metal car Internet n’est pas son activité de base, son coeur de métier. Gérer un site internet, je pense parler en connaissance de cause, est un travail chronophage à l’extrême qui nécessite, pour couronner le tout, une connaissance approfondie des outils technologiques (gestion d’un site, connaissance des réseaux sociaux…) que n’ont absolument pas les acteurs de la presse magazine dont le fonctionnement reste, sur bien des aspects, « old school ».

Pour avancer sur le web il faut aussi des moyens humains compétents (deux exigences fondamentales réunies en une seule pas simples à trouver…) qui passe en plus par une logique d’investissement de temps et d’argent si l’on veut faire les choses bien et rapidement. Pour vous donner des éléments de comparaison VS Webzine c’est un rayonnement qui est le fruit de 12 ans de travail. Metalorgie c’est 10 ans. Et Radio Metal va fêter ses 4 ans.

Le site internet d’un magazine ne peut pas être une simple vitrine. Il se doit d’être une plate-forme réactive à vocation commerciale. Donc je n’envie pas mes confrères de la presse magazine car le temps qui passe joue en leur défaveur et s’ils n’agissent pas aujourd’hui en parvenant à trouver des solutions viables qui favoriseront leur développement alors, à court ou moyen terme, ils finiront par mourir.

Ce qui n’est absolument pas souhaitable car le monde du metal en France a BESOIN de professionnalisme et de ceux qui, aujourd’hui, le représente le mieux.



Laisser un commentaire

  • @Phil : Oui on a tous les deux pas mal de boulot je pense ! 😉

    Merci pour tes remarques en tout cas. Même si on n’est pas d’accord sur certains des sujets évoqués ici, ce type de débat est très instructif et je pense d’ailleurs que ça manque vraiment en France.

    Content donc que ces échanges se déroulent sur Radio Metal.

    A très vite pour de nouvelles aventures métalliques.

    [Reply]

  • @Phil : Tu sais très bien qu’il n’y a pas de « jugements à l’emporte-pièce » chez nous et comme tous les acteurs professionnels du milieu tu sais très bien faire la différence entre les médias net qui utilisent les « jugements à l’emporte-pièce » dans leur discours ou via leur commentaires pour faire du buzz…ce qui n’a jamais été le cas ici. 😉

    Moi par contre je fais un article pour analyser une situation et dedans j’exprime un avis qui s’appuie sur des faits et des constats et aussi, c’est vrai, des suppositions. Tu me parles donc de « jugement à l’emporte-pièce » sur la phrase suivante :

    « une connaissance approfondie des outils technologiques que n’ont absolument pas les acteurs de la presse magazine »

    Il est vrai qu’ici je fais une généralité et que je ne travaille pas dans votre rédaction Phil, je te le concède c’est vrai. Mais sans jouer aux devinettes, as-tu toi-même en tant que créateur de Rock Hard et Directeur de la rédaction du premier magazine de metal en France « une connaissance approfondie des outils technologiques » ?

    Si oui tu es une exception mais on n’est pas spécialement là pour jouer à « qui à la plus grosse » 😉 et il suffit de regarder l’état des sites internet actuels des magazines metal/rock français pour comprendre que vous avez tous du retard car si la presse metal française avait « une connaissance approfondie » du potentiel économique que donne le web et de ses outils technologiques elle y serait venue depuis des années et pas en 2011 !!!

    Après sur ton premier paragraphe ci-dessous tu m’entraînes sur une question stratégique et là, on effet, on ne sera pas d’accord Phil parce qu’on n’a pas du tout la même stratégie.

    @Phil « Notre volonté n’est pas de nous imposer sur le net »

    Je ne comprends pas comment un magazine incontournable comme Rock Hard ne souhaite pas devenir incontournable sur le net. Car c’est en étant pionnier dans son domaine – en l’occurrence faire du business sur le web en étant un mag metal en France – que vous développerez encore mieux vos revenus.

    Phil je ne donne surtout pas de leçons à Rock Hard and co, j’ai 25 ans et je n’ai pas la science infuse, mais je suis par contre convaincu qu’un média quel qu’il soit se doit de se développer à 360 degrés pour faire du business. Si Rock Hard ne veut pas devenir incontournable sur le net alors il manquera un énorme business qui sera tenu par « les incontournables » ce qui est dommage pour lui : la question est donc avant tout économique. Pour moi le support physique tend a disparaître, ça me fait chier à titre personnel car j’y suis attaché mais je pense qu’un média doit se renouveler et le web est un champ des possibles énorme.

    Encore faut-il savoir l’utiliser, cf les moyens diversifiés qu’il faut y mettre dont je parle dans l’article en question.

    Tu sais combien je respecte le travail de la presse magazine – et plus particulièrement celui de Rock Hard – mais je ne te suis pas sur un site vitrine dans le cadre d’une stratégie de développement fiable d’un média magazine.

    Une entreprise a vocation a multiplier ses revenus. Rock Hard est une entreprise et son « devoir » est de trouver les ressources pour se développer… sinon on régresse. C’est valable pour Rock Hard, pour Radio Metal, pour Classic Rock etc. etc.

    Bon et sinon bien sûr qu’il n’y a pas de malaise entre nous, encore heureux ! 😉

    [Reply]

    LAGEAT Phil

    Allez, une dernière intervention pour la forme, parce que, heu, je suis en bouclage, hum, normalement ! 😉

    – Reprenons. Tu dis :
    (…) Il est vrai qu’ici je fais une généralité et que je ne travaille pas dans votre rédaction Phil, je te le concède c’est vrai. Mais sans jouer aux devinettes, as-tu toi-même en tant que créateur de Rock Hard et Directeur de la rédaction du premier magazine de metal en France « une connaissance approfondie des outils technologiques » ? (…)

    —> Non, je n’ai pas moi même ces connaissances. Et alors ? Cela ne veut pas dire que, parmi les membres de la rédaction, d’autres ne les ont pas, à commencer, par exemple, par Morgan Rivalin qui s’y connait très bien sur le sujet. Tu as donc « généralisé…

    – (…) Si oui tu es une exception mais on n’est pas spécialement là pour jouer à « qui à la plus grosse » et il suffit de regarder l’état des sites internet actuels des magazines metal/rock français pour comprendre que vous avez tous du retard (…)

    —> Du retard sur quoi ? Nous sommes un organe de presse et faisons un mag. Et jusqu’ici, en 10 ans, le mag est toujours sorti à l’heure en kiosques. Là est ma « mission », non de faire du business sur le Net.

    (…) Car si la presse metal française avait « une connaissance approfondie » du potentiel économique que donne le web et de ses outils technologiques elle y serait venue depuis des années et pas en 2011 !!! (…)

    —> Cela n’a rien à voir avec « des connaissances approfondies ». Juste un manque de temps, de personnel et, à nos débuts, de finances.

    (…) Je ne comprends pas comment un magazine incontournable comme Rock Hard ne souhaite pas devenir incontournable sur le net. Car c’est en étant pionnier dans son domaine – en l’occurrence faire du business sur le web en étant un mag metal en France – que vous développerez encore mieux vos revenus (…)

    —> Notre but premier n’est pas de faire du business sur Internet, mais avec le mag papier. Tant mieux si notre futur site nous le permet, mais ce n’est pas là notre but premier.

    (…) Phil je ne donne surtout pas de leçons à Rock Hard and co, j’ai 25 ans et je n’ai pas la science infuse, mais je suis par contre convaincu qu’un média quel qu’il soit se doit de se développer à 360 degrés pour faire du business. Si Rock Hard ne veut pas devenir incontournable sur le net alors il manquera un énorme business qui sera tenu par « les incontournables » ce qui est dommage pour lui : la question est donc avant tout économique. Pour moi le support physique tend a disparaître, ça me fait chier à titre personnel car j’y suis attaché mais je pense qu’un média doit se renouveler et le web est un champ des possibles énorme (…)

    —> Peu importe si nous manquons « un énorme business ». Nous faisons déjà vivre cinq salariés et 8 pigistes. Et cela me va très bien comme ça. je comprends ton point de vue, mais ne le partage que très partiellement.

    (…) Une entreprise a vocation a multiplier ses revenus. Rock Hard est une entreprise et son « devoir » est de trouver les ressources pour se développer… sinon on régresse. C’est valable pour Rock Hard, pour Radio Metal, pour Classic Rock etc. etc. (…)

    —> Mon « devoir », comme tu dis, est de m’assurer que le mag est de qualité afin de pouvoir payer mes employés, ce que font peu ou prou les autres mags metal nationaux. Le reste m’importe peu et n’est que bonus. Cela fait 15 ans que je fais ce métier et en faire BEAUCOUP plus ne m’intéresse pas. J’ai déjà suffisamment de boulot pour veiller à ce que ma passion ne se transforme pas en boulot ou à ne pas devenir blasé. Ce qui ne signifie pas que nous n’essaierons pas de faire au mieux avec notre futur site, mais dans la mesure de nos possibilités.

    (…) Bon et sinon bien sûr qu’il n’y a pas de malaise entre nous, encore heureux ! (…)

    —> Tout à fait.
    A+

    Phil Lageat (ROCK HARD)

  • @Phil : « Heu, tu ne parlais pas de « temps », mais de compétences. Ce qui n’est pas la même chose. Prendre son temps pour mettre son site en ligne n’et pas forcément un gage d’incompétence. Différence… »

    Si si je parlais aussi de temps dans le blog – relis le paragraphe que tu cites 😉 – et de compétences. Les deux étant liés pour parvenir à faire avancer un site internet si on a, bien entendu, le désir d’en faire quelque chose d’incontournable.

    « Prendre son temps pour mettre son site en ligne n’et pas forcément un gage d’incompétence. Différence… »

    Je n’ai pas dit le contraire et tu as raison de prendre ton temps pour proposer un « produit » qui va tout déchirer, il n’y a pas débat là-dessus.

    [Reply]

    LAGEAT Phil

    Amaury, comprends moi bien. Tu te trompes : nous ne souhaitons pas forcément faire de notre futur site quelque chose « d’incontournable ». Nous n’avons pas cette prétention. Il s’agira simplement d’un « complément » au magazine, ce dernier demeurant bien entendu notre priorité. Notre volonté n’est pas de nous imposer sur le net, mais d’en donner plus à nos lecteurs. Disons simplement que RM et RH n’ont pas les mêmes objectifs sur la Toile.

    Par ailleurs, tu noies un peu le poisson : ok, tu parlais AUSSI de temps, mais également d’un manque de compétences (« une connaissance approfondie des outils technologiques que n’ont absolument pas les acteurs de la presse magazine »), j’y reviens. Ce qui est un jugement de valeur, avant même d’avoir quoi que ce soit à se mettre sous la dent. Un peu comme chroniquer un disque sans l’avoir écouté… On pourra s’étonner de ma « susceptibilité » à cet égard, et pourquoi pas, mais je persiste à dire, Amaury, que tu t’avances sans réel fondements. Par ailleurs, il n’y a pas de malaise, bien entendu ;-))) Mais RM ne m’avait pas habitué à des jugements à l’emporte-pièce. néanmoins, et je le répète, merci pour le soutien !

  • @Phil Lageat : Salut Phil et merci pour tes précisions. Nous avons tous hâte que le site de Rock Hard sorte pour voir ce qu’il a dans le ventre ! La complémentarité entre médias est de toute façon pour Radio Metal la clé de tout et tu trouveras avec RM une structure qui vous soutiendra encore et toujours dans vos démarches :

    http://www.radiometal.com/article/la-complementarite-est-la-cle-de-tout,17252

    Par ailleurs, sur le fonctionnement « old school » je n’ai pas besoin de travailler dans une rédaction papier pour en parler. En effet ce n’est pas un jugement définitif que je porte sur le sujet, mais juste le constat qu’il vous a fallu beaucoup de temps – je ne pense pas ici uniquement à Rock Hard mais à bon nombre de sites internet des magazines – pour agir réellement sur le web. C’est simplement un constat et pas un jugement.

    Et comme je sais que Rock Hard = Qualité il est normal que j’attende beaucoup de votre futur site.

    Bonne soirée à tous et n’oubliez pas de soutenir les médias comme Rock Hard, Metallian, RM et tous les autres qui se battent pour que l’actu du metal, notre passion à tous, puisse être correctement relayée et analysée en France.

    [Reply]

    LAGEAT Phil

    Heu, tu ne parlais pas de « temps », mais de compétences. Ce qui n’est pas la même chose. Prendre son temps pour mettre son site en ligne n’et pas forcément un gage d’incompétence. Différence…

  • LAGEAT Phil dit :

    Bonjour à tous !

    Et merci à Radio Metal de s’intéresser à la santé de la presse metal. Il est vrai que nous avons besoin du soutien de tous et, comme dit dans l’article, que l’achat d’un magazine papier relève aujourd’hui de l’acte militant. Dont acte. Je tiens néanmoins, non à rectifier, mais à préciser certaines petites choses après avoir lu ce billet.

    1- Si Metallian a récemment changé sa parution, passant de trimestriel à mensuel, ce n’a en aucune sorte été le cas de Rock Hard qui n’a JAMAIS sauté un numéro ou modifié sa périodicité. Et ne parlons pas de changer son fusil d’épaule. Le fait que Metallian n’ait sorti que deux numéros en tant que mensuel a cependant tendance à montrer que le fait d’être mensuel n’est pas une sinécure. Pour autant, Rock Hard va bien, très bien même, et n’a jamais été dans le rouge, ce qu’indiquent d’ailleurs, comme signalé plus haut, sa régularité et sa fiabilité. Autrement dit, Rock Hard n’est pas moribond, loin s’en faut, et n’a pas à s’inquiéter de sa santé, dans un futur proche tout du moins. Car il faudrait être grand clerc pour prédire ce que l’avenir nous réserve.

    2- je voudrais également réagir au passage suivant. Je cite :

    (…) « Mais, car il y a un mais, cela nécessite un investissement de temps considérable que ne peut pas avoir actuellement la presse magazine metal car Internet n’est pas son activité de base, son coeur de métier. Gérer un site internet, je pense parler en connaissance de cause, est un travail chronophage à l’extrême qui nécessite, pour couronner le tout, une connaissance approfondie des outils technologiques (gestion d’un site, connaissance des réseaux sociaux…) que n’ont absolument pas les acteurs de la presse magazine dont le fonctionnement reste, sur bien des aspects, « old school ». Pour avancer sur le web il faut aussi des moyens humains compétents (deux exigences fondamentales réunies en une seule pas simples à trouver…) qui passe en plus par une logique d’investissement de temps et d’argent si l’on veut faire les choses bien et rapidement. Pour vous donner des éléments de comparaison VS Webzine c’est un rayonnement qui est le fruit de 12 ans de travail. Metalorgie c’est 10 ans. Et Radio Metal va fêter ses 4 ans. » (…)

    Tout ce qui est dit ici n’est pas faux. Néanmoins, comment peut-on affirmer, ne faisant pas partie de la rédaction de Rock Hard ou Metallian, que la presse n’a pas « une connaissance approfondie des outils technologiques (gestion d’un site, connaissance des réseaux sociaux…) » et que son « fonctionnement reste, sur bien des aspects, old school » ??? Ne sachant pas ce que Rock Hard prépare en matière de web et de site internet, voilà un jugement bien définitif. Il est vrai que le lancement de notre site a pris du retard. Ceci n’est dû qu’à une chose : mieux vaut ne pas se précipiter pour proposer aux lecteurs éventuels un site dont nous serons satisfaits. Le site de Rock Hard est actuellement en cours de développement, et prend forme au fil des mois. Tout vient à point à qui sait attendre…

    Ceci étant dit, merci à tous ceux qui nous soutiennent !!! Nous leur devons d’être encore là. Et pour un bon bout de temps encore…

    A+

    Philippe Lageat (ROCK HARD)

    [Reply]

    C’est un débat qui me rappelle le lancement de ma web agency, en 1996, lorsque je dirigeais l’imprimerie de mon père.
    A cette époque, la profession des industries graphiques voyait d’un assez mauvais oeil le développement dans ce secteur (à l’époque novateur) et la direction de la FICG pensait que cela nuirait à terme aux imprimeurs et à la presse écrite.
    J’ai toujours été convaincu que ces 2 médias seraient complémentaires et que le web n’annoncerait pas la mort du papier.
    Il s’avère aujourd’hui que le secteur de l’imprimerie est fortement sinistré et que celui de la presse peine à retrouver sa grandeur d’antan. Le web n’est pas la principale cause de cette crise. Vous le savez bien. Les budgets des annonceurs se réduisent et se divisent maintenant avec la segmentation des médias et ses multiples niches.
    Quoiqu’il en soit, je suis un fidèle lecteur de RockHard depuis presque 10 ans aujourd’hui. Je collectionne les numéros et il m’arrive de les refeuilleter quelques fois. J’ai beaucoup apprécié par exemple, les cahiers spéciaux, une mine d’or pour tout amoureux du métal.
    J’ai été aussi fortement séduit par le professionnalisme, le ton décalé et les émissions de RadioMetal.
    Je soutiens donc avec passion RM en diffusant sur mon réseau franco/québécois pour augmenter sa visibilité et je suis fidèle à RH en achetant et en dévorant le mag chaque mois.
    Je vous souhaite à tous 2 l’épanouissement de vos publications respectives.

  • perso j ai trouvé que Metallian avait perdu en qualité en paraissant tous les mois, on dirait que pour combler le « vide » il proposait aussi a ces lecteurs des groupes moins extremes.

    [Reply]

    Gwen

    Je suis d’accord sur le fait que Metallian propose des groupes moins extrêmes qu’avant même si il y en a toujours. Disons que c’est plus diversifié et justement c’est peut-être un problème par rapport a Rock hard parce que ducoup ils sont un peu sur leur terrain, alors que Metallian a la base c’est un magazine de métal extrême ce qui leur donnait un publique différent de celui de Rock hard. Cela en amènera probablement un à mourir avant l’autre mais éspérons que les deux aient encore une longue vie!^^

    Après je suis abonnée a Rock Hard depuis 6 ans et sa me ferai bien chier de ne plus avoir le format papier, c’est un peu comme un cd c’est toujours plus agréable d’avoir quelque chose de matériel. Et puis comme le disait Screaming for Metal il y a aussi cette notion de collection (je collectionne tous les Metallian ainsi que les Rock Hard).

    Par rapport a Metallian j’espère que ceux qui ont payé l’abonnement de 50€ ne seront pas déçu et qu’ils ont rallongé l’abonnement en fonction de la sortie des mags (j’ai failli me réabonnée mais je préfère l’acheté a sa sortie en kiosques, et je me dit que j’ai peut-être pas plus mal fait).

    micka

    pour etre honnete je suis un peu decu lorsque Metallian se met à parler de Motorhead ou de Rhapsody in fire, voir faire la chronique d’un dvd de Slipknot, mais je l’achete juste en kiosque car à l’epoque j etais abonné à Hard N heavy j’ai payé 50euros et lorsqu ils ont coulé j’l’ai eu dans l’os

    Gwen

    Je te suit, moi aussi je suis déçue quand je vois du Virgin steel ou du Motorhead dans le Metallian(surtout que je suis plus métal extrême)et quand je pense Metallian je pense métal extrême. Justement je me demande si ils vont pas plus y perdre qu’autre chose. Mais j’imagine que si ils font ça c’est pour attirer un publique plus large pour avoir des recettes correctes et pouvoir continuer a vivre, je sais pas trop quoi en penser.

    C’est vrai que pour les abonnements c’est pas très bien organisé. Ce que tu viens de m’apprendre est intéressant, je réfléchirai peut-être plus longtemps avant de me réabonner.

    Margoth/RM

    Je ne vois pas vraiment pourquoi il y a débat sur le fait que Metallian chronique du Virgin Steele ou du Motörhead… Et je ne sais pas depuis combien de temps vous lisez le mag’ non plus mais de mon côté, j’ai toujours connu des chroniques assez diverses. La forte prédominance était l’extrême, je l’accorde mais il y avait également des ça parlait aussi d’autres styles à côté. Par exemple, c’est grâce à Metallian justement que j’ai découvert Virgin Steele ou bien d’autres groupes tels que Leiden (RIP à lui) ou Eilera (eh oui !). D’ailleurs, même s’ils ne s’étaient pas penchés autant sur ces groupes qu’un groupe de black ou de death, ils avaient au moins le mérite de s’y pencher car ses autres comparses de kiosques n’en avaient que très peu parlés à l’époque.

  • Il y a Hard Rock Mag aussi qui continue de publier ses numéros même si ils ont connu des galères de publication.
    Je suis un véritable fidèle de Metalian et leur souhaite le meilleur sachant que c’est effectivement courageux de tenir la barre en ces temps difficiles pour la presse spécialisé.

    [Reply]

  • Screaming for Metal dit :

    Mon mag metal, je l’emmène partout, surtout dans l’endroit le plus calme de la maison car je ne me vois toujours pas chier avec un pc portable sur les genoux… quel plaisir… de voir de belles photos sur un beau papier sur lequel je ne ferais pas de marques!!!
    Hé oui je collectionne mes mags achetés depuis 1983; tous les « enfer », « métal attack! », »hard-force », « rock-hard », « hard-rock », « metalian », çà fait son poids!!! Et quand une séance nostalgie parait, que du plaisir… et pas toujours sur le trône…
    Bref, dès qu’un mag disparait, je me sens toujours triste; effectivement « hard-rock » n’était devenue que l’ombre de lui même mais il me remémore le temps des boutons… d’acné et ces putains de 80’s!
    Reste « rock-hard » en super généraliste qui est très beau, agréable à lire, à toucher, bref un rapport quasi intime qu’un écran ne me procure pas, même si je suis un fervent amateur de nouvelles fraiches avec « RadioMétal », « Spirit of Métal », « Métal Sickness »… faut que çà dure le papier!!!!!!!

    [Reply]

    Margoth/RM

    Je suis d’accord avec toi sur le côté papier pour le côté pratique. Pas besoin de se trimballer l’ordi, c’est quand même vachement mieux. Et puis lire des trucs sur papier, ça flingue quand même moins les yeux que sur un écran…

    Je rajouterai également que l’avantage du mag papier est que lorsqu’on l’achète, on n’a pas vraiment le choix de ce qui nous arrivera dans les mains. Prenons un RockHard qui est peut-être l’exemple le plus flagrant puisqu’il ne s’arrête pas sur un seul style : on peut autant y trouver du black metal que de l’AOR. Et même si l’on se retrouve avec l’interview d’un groupe qui ne nous intéresse pas vraiment, qui n’appartient pas vraiment à nos goûts musicaux, on est plus amené à le lire sur un magazine plutôt que sur un webzine (le fait de payer 6 euros n’y est peut-être pas étranger). Et parfois, cela ne nous amènera rien, juste un brin de culture supplémentaire. Et parfois, ça éveillera notre curiosité pour écouter la musique du groupe en question.

    En bref, la plupart de mes connaissances musicales viennent des mag’ papier. Metallian a forgé ma connaissance sur mes connaissances sur les parties les plus extrêmes du metal au moment où je me suis mise dans le créneau (où ces parties extrêmes étaient totalement dans l’ombre du grand public préférant miser à fond sur le neo puis metalcore). Il m’a également fourni de bien belles découvertes dans la scène française qui, à l’époque était vraiment vue comme une merde sans nom chez beaucoup de metalleux. Puis mes goûts ayant évolué, mon esprit s’étant ouvert, je me suis vue me désintéresser de Metallian (excusez-moi les gars mais mes moyens et mon temps ne me permettent pas de prendre les deux) au profit de RockHard. Mag’ que je lis toujours d’ailleurs.

    J’ai fait l’expérience de ne plus acheter de magazine à une période pas si lointaine et le résultat était sans précédent : j’apprenais plus avec un simple magazine plutôt qu’avec une connexion internet (peut-être parce que justement avec le net, il faut avoir une idée précise de ce que l’on veut rechercher, autrement, on se retrouve vite noyé sur le flux d’infos et on perd le fil). Du coup, je me suis vite dit qu’il fallait que je ressorte 50 euros de ma poche pour aller m’abonner (prix pas très excessif pour un an et tous les bénéfices « culturels » qu’on en retire au bout du compte). Brefouille, juste pour dire que je remercie beaucoup les acteurs des mags papier pour ce qu’ils m’ont apporté grâce à leur travail et espère qu’ils s’accrocheront pour survivre !

  • Voir ces deux magazines disparaitre serait vraiment dommage, surtout vu leur qualité. Dommage que la vie d’étudiante me fasse préférer un paquet de pâte qu’à de la presse, sinon j’aurais continué à acheter Metallian

    Mais il y a quelque chose qui me chiffone dans ton article Doc, j’vois pas comment une plateforme multimédia permettrait d’augmenter les recettes puisque c’est un investissement monétaire et humain supplémentaire. Après, j’suis pas dans la finance non plus…

    Continu donc à écrire des billets aussi forts ! 😉

    [Reply]

  • Metalli'fuckin'Dan dit :

    … 100% d’accord avec le travail fait par nos ‘zines métal sur papier.
    Si l’un d’eux venait à disparaître (ce que je ne souhaite pas), pourrait-on envisager un ‘zine 100% internet (avec abonnement payant, CD-sampler à télécharger inclus…) et ainsi éviter de perdre la qualité du travail réaliser par les rédactions qui se battent aujourd’hui pour nous informer ?
    C’est peut-être utopique, mais cela éviterait un réel gâchis concernant le personnel des rédactions (forces ?) en présence…

    [Reply]

  • Pour ma part, j’achète régulièrement Rock Hard et Metallian (depuis quelques mois !). D’ailleurs, je vais surement me procurer le dernier Rock Hard tout à l’heure =)

    Mais ton article est vrai : La survie devient difficile pour les magazines spécialisés (du moins pour les magazines Metal). Dépenser 6 euros par mois, je pense que beaucoup peuvent le faire. Et qui sait, ça sauverait peut être ces 2 mags !

    [Reply]

  • J’aime ROCKHARD !!! Et j’aime RM et tous les autres médias indépendants des grands groupes de communications.
    La survie est difficile et tu as raison de mobiliser les troupes pour leur faire comprendre que nous avons besoin d’eux pour financer nos publications.
    C’est notre passion mais C’EST AUSSI notre job!
    « Tout travail mérite salaire »

    [Reply]

    Voila qui est bien dit.

  • Dit donc, tu triches un peu, avec cet article c’est comme si tu avais 2 pages de blog aujourd’hui !
    Fallait bien que tu compenses l’aspect presque positif de ton blog (je résume ton blog du jour en 1+1=3) par un article « hé les gars, on est dans la merde, bougez vous ».
    ; )

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3