ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

Rammstein ne craint pas la mort


Dans notre adorable petit microcosme des musiques saturées, il est courant de contempler certains tableaux conditionnés par leur environnement, dans lesquels le noir et le blanc sont eux-mêmes saturés, où les sentiments et les opinions sont souvent extrêmes et où ressortent généralement des points de vue assez radicaux sur tout, sautant gaiement par-dessus la voie du juste milieu.

Prenons le dossier des best-of. D’un côté nous voyons les fanas, les enjoués, voire les pas contrariants qui trouvent génial qu’un groupe sorte un best-of ; cela signifie que leurs artistes préférés ont atteint un certain statut et sont parvenus à une longévité telle qu’ils ont accumulé au cours de nombreuses années suffisamment de hits géniaux pour qu’on ait assez pour mettre le tout sur une galette estampillée « Best Of » ou « Greatest Hits ». Et tout ce petit monde est bien content pour eux.

D’un autre côté, nous avons les cyniques de comptoir et les révoltés contre tout et n’importe quoi qui trouvent ça trop « commercial » (personne ne vous force à l’acheter, les gars) et qu’un groupe qui sort un best-of, c’est soit parce qu’il compte se reposer sur son passé et faire de la soupe désormais, soit parce qu’il est mort (l’un n’empêchant pas l’autre).

A partir de cette dernière idée, on peut probablement mieux interpréter le dernier coup promotionnel de Rammstein pour son best-of Made In Germany 1995 – 2011.

Cette interprétation, a posteriori, aurait pu déjà être faite avec les différents visuels réalisés pour cette pochette de Made In Germany et les visages blancs de chacun des membres du groupes, les yeux fermés, tels des masques mortuaires. Mais voir ainsi leurs faciès sur une pochette, ce n’était guère étonnant avec Rammstein. On pense à leur deuxième album, Sehnsucht, mais, cette fois, dans un style plus dépouillé, moins trash, avec même une touche classique.

Mais là, avec cette cérémonie devant l’O2 World de Berlin, le 25 novembre dernier, le message est clair : Rammstein joue avec l’idée même de sa mort.


Tels des empereurs, des kaisers, Rammstein s’offre, pour ce best-of (que des esprits chagrins pourront s’amuser ou non à interpréter comme leur pierre tombale), des funérailles en grande pompe (funèbre) avec leurs bustes funéraires conduits par un corbillard noir richement sculpté, tiré par quatre chevaux drapés de noir et portant l’insigne royal rammsteinien. Tout cela entouré par une douzaine d’hommes en noir et gantés de blanc qui iront déposer en procession les bustes dans un mausolée – de marbre noir, de toute évidence – installé devant la plus grande salle de concert d’Allemagne, là où le groupe devait se produire le soir-même. Les fans pouvaient ensuite se rendre dans le bâtiment (dont nous imaginons que l’installation n’est que provisoire) pour laisser un message dans un « livre de condoléances ».

Rammstein simulerait donc là sa mort pour renaître le soir-même dans les flammes de ses concerts et repartir pour encore bien des années. En tout cas, on pense qu’ils auront les moyens de leurs ambitions.



Laisser un commentaire

  • trop classe mein herz brennt version classique dans la 2eme vidéo !!

    [Reply]

  • Je viens d’acheter l’edition collector avec les 2 CD, les 3 DVD et le livret 240 pages c’est monstrueux!!!
    Vive Rammstein!!

    [Reply]

  • Un artiste qui met en scène sa propre mort pour faire un coup de com… Mais ça ne vous rappelle rien !?

    Un indice : c’est une chanteuse qui revient régulièrement dans les articles de RM.

    [Reply]

    jeffrey lebowski

    amandine bourgeois?

  • Décidément le marketing de RAMMSTEIN est de plus en plus surprenant. Peu de groupes aujourd’hui peuvent se targuer d’avoir un travail sur leur image et leur mise en scène aussi évolué que celui de RAMMSTEIN.

    [Reply]

  • waouh c’est impressionnant on y croirai presque en tout cas excellent choix de chanson Ohne Dich. En tout cas le best of est génial merci Rammstein.

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Hellfest - Altar - Jour 3
    Slider
  • 1/3