ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Titre À Titre   

Rammstein : premières impressions


Dans la série des albums que l’on n’attendait plus, il y avait déjà Chinese Democracy ou les albums de Tool ; il faudra désormais compter avec Rammstein, septième album studio du seul groupe au monde capable de fédérer une telle hype dans une langue autre que l’anglais. Il faut dire qu’au bout de dix ans et un certain nombre d’interviews du guitariste Richard Z. Kruspe augurant la séparation pure et simple du groupe, l’espoir s’amenuisait de voir un jour les Allemands revenir sur le devant de la scène.

La découverte de ce nouvel album a lieu au Silencio, dans le 2e arrondissement de Paris, un club privé fondé par David Lynch, excusez du peu. L’écoute se fait sous le sceau du secret : non contents de signer un accord de confidentialité les engageant à ne rien divulguer (pas même leur simple présence) avant aujourd’hui, les journalistes présents doivent abandonner leurs téléphones à l’entrée pour éviter les fuites. Heureusement qu’il y a les consos gratuites pour mettre tout ce petit monde de bonne humeur !

La séance débute par une diffusion du clip de « Deutschland » (celui de « Radio » sera dévoilé sur Internet le soir même), puis, une fois tous les invités curieux et impatients installés dans cette cave à l’ambiance plus que tamisée, les choses sérieuses commencent…

Deutschland :

Premier single issu de ce nouvel album, « Deutschland » s’accompagne d’une vidéo à (très) gros budget tenant davantage du court-métrage que du clip. L’ADN du groupe, tout en indus et en voix râpeuses, s’exprime dès les premières secondes de l’introduction. Les membres de Rammstein traînent une réputation (bien entendu erronée) de nazis depuis des années, et ce n’est pas le « Deutschland über allen » entonné en fin de refrain qui risque de faire changer d’avis les plus étroits d’esprit. Les paroles de ce titre semblent jouer sur la grammaire allemande autant que « Du Hast » et « Ich Will », dans ce qui tient probablement plus du clin d’œil que de la coïncidence. Après tout, il s’agit du premier album en dix ans, et un petit récapitulatif de la discographie du groupe s’impose pour qui aurait oublié l’importance de Rammstein sur la scène metal.

Radio :

Deuxième single dévoilé le soir même de notre écoute, « Radio » s’ouvre de façon quasi électro, avant de laisser la place à une bordée de guitares particulièrement fiévreuses dont on avait un peu perdu l’habitude chez Rammstein. Les claviers de Flake Lorenz sont très présents et le refrain est aussi électro qu’il est possible de l’être avec autant de guitares. Rammstein donne l’impression d’avoir croisé la route de Scooter et réinvente l’électro-metal par la même occasion, en proposant ici le nouvel hymne du genre.

Zeig Dich :

Des chœurs opératiques dantesques ouvrent ce troisième titre, avant l’arrivée d’un autre riff musclé. « Zeig Dich » se distingue moins que les deux chansons précédentes : on a affaire à du bon Rammstein, mais du Rammstein presque « générique ». Les chœurs brièvement annoncés au début refont une apparition, mais un peu tardive. On aurait souhaité qu’ils soient davantage mis en avant, ce qui aurait peut-être permis au titre de sortir du lot.

Ausländer :

Comme si un tube électro-metal par album ne suffisait pas, le groupe met à nouveau la barre très haut avec « Ausländer », que Till Lindemann délivre d’une voix gentiment distordue. Dans la droite ligne d’un « Pussy », c’est l’histoire d’un type qui drague tout ce qui bouge en faisant valoir qu’il est étranger (« Ich bin dein Mann für eine Nacht »). Histoire de faire authentique, le refrain est riche en paroles dans d’autres langues (« mi amor », « mon chéri », « come on baby »), ce qui promet des moments sympathiques sur les scènes du monde entier.

Sex :

Un cinquième titre relativement semblable au précédent, moins en termes d’arrangements que de lignes de chant et de riff (celui-ci étant, une fois de plus, particulièrement solide). Là encore, du bon Rammstein « de base », qui devrait très bien fonctionner en concert mais qui ne se distingue pas forcément. Le refrain est facile à retenir, mais le titre n’est pas des plus inoubliables dans la discographie du groupe.

Puppe :

Après cinq chansons destinées à démolir les cervicales de l’auditeur, « Puppe » s’ouvre de façon beaucoup plus douce, le temps de reprendre son souffle pour mieux repartir ensuite. Till enfile sa casquette de conteur et délivre son histoire de poupée d’une voix à la fois posée et un poil inquiétante. Après avoir mis en place une ambiance presque calme et légèrement angoissante le temps du couplet, les cervicales sont à nouveau sollicitées dès le refrain.

Was Ich Liebe :

Le mérite de l’introduction revient cette fois à la batterie de Christoph Schneider, mais au-delà de ce détail et de quelques guitares moins agressives, difficile de trouver quelque chose de notable à signaler sur ce titre. Comme « Zeig Dich » ou « Sex », on a affaire à un titre plutôt standard dans la discographie de Rammstein. L’ADN du groupe est identifiable dès les premières secondes du riff, sans que celui-ci soit exceptionnel.

Diamant :

Là où « Puppe » donnait un faux sentiment de sérénité, « Diamant » est officiellement la ballade de l’album. Dans cette chanson d’amour à la Rammstein, Till n’hésite pas à comparer sa belle à un diamant, avec ce que cela implique de beauté et de froideur : « Wunderschön wie ein Diamant, doch nuch ein Stein ». On n’est pas loin d’un « Frühling In Paris » pour les paroles à double tranchant, mais en version très, très courte : moins de deux minutes trente plus tard, et après une fin plutôt abrupte, on repasse déjà aux choses sérieuses…

Weit Weg :

… ou presque. Avec son intro aux claviers, « Weit Weg » est un titre moins excité que les précédents. Le riff prend également moins aux tripes que ces prédécesseurs, mais il faut savoir faire retomber la tension en concert. Là encore, un titre sympathique, mais pas mémorable.

Tatoo :

Histoire de ne pas oublier que nous sommes chez ceux qui ont popularisé la Neue Deutsche Härte, « Tatoo » marque le retour du gros méchant riff qui tache. Et puisque cela semble être un fil rouge sur ce nouvel album, on y retrouve également un refrain à tendance électro et un Till distordu. Avec ce titre plus que décent mais qui ne prend aucun risque, Rammstein a ici un potentiel de troisième single.

Halloman :

Lorsqu’une chanson commence par « Hallo, kleines Mädchen », les bases sont posées et la couleur clairement annoncée : Rammstein nous offre ici une histoire horrifique qui se prêterait parfaitement à un de ces clips indus glauques dont le groupe a le secret. Les vocalises féminines pendant le pont ajoutent à l’ambiance anxiogène. Un titre qui conclut curieusement l’album : on aurait aimé finir sur une note moins oppressante et plus caractéristique de Rammstein. Dans l’état, cette conclusion est presque trop calme et fait regretter que « Tatoo » et « Halloman » n’aient pas été interverties.

Conclusion :

Pour leur premier album en dix ans, Rammstein a clairement opté pour la sécurité : même s’il est impossible de ne pas adhérer si on apprécie un tant soit peu le groupe, ce disque éponyme ne prend aucun risque et se contente de distiller l’essence du groupe de façon presque conservatrice. Ce Rammstein nouveau comblera plus que décemment la sensation de manque causée par une décennie d’absence, mais il est difficile de passer après un Liebe Ist Für Alle Da qui avait placé la barre haut. Les Allemands ont eu du nez en proposant « Deutschland » et « Radio », les deux titres les plus solides de l’album, en tant que singles : l’attente était énorme, et s’il est difficile de se dire déçu, on en ressort avec l’impression que cette nouvelle galette répond au minimum syndical.

Album Rammstein, sortie le 17 mai 2019 via UME/Spinefarm. Disponible à l’achat ici



Laisser un commentaire

  • « même s’il est impossible de ne pas adhérer si on apprécie un tant soit peu le groupe »

    Non mais faut y arrêter de sortir des phrases faussement péremptoires.

    Je suis fan de Rammstein depuis leurs premiers albums et personnellement je trouve que c’est de loin leur plus mauvais album.
    Là où des albums comme Rosenrot ou Liebe Ist Für Alle Da étaient clairement en dessous des autres albums mais avec certains morceaux forts (Rosenrot, Pussy …), ici on est sur une sortie de route.

    Ils ont voulu être consensuels au possible (et non je ne suis pas un mec qui aboie au « mainstream » dès que j’entends quelque chose de nouveau).
    Rien que le single Radio qui commence merveilleusement bien se flingue dès qu’on passe au refrain.

    Le seul point positif : la volonté de réintroduire une partie d’electro comme on pouvait le trouver dans les deux premiers albums.

    Bref, Rammstein se fait clairement moins incisif et c’est quand même fou que des vieux fans arrivent à les suivre sur cette voie.

    [Reply]

  • MattGorko dit :

    Énorme fan de Rammstein depuis tout petit. Ce groupe était ma révélation musicale avec Ozzy Obsourne. LIFAD fut une première déception malgré certain bon morceaux. Ce nouvel album que nous sort Rammstein est une daube commerciale. Ils font une Coldplay bis… seul morceau potable: Halloman. Très très déçu, Rammstein c’est rabaissé…

    [Reply]

  • Bhhha Radio deutsch-land et SEX à l’européen Stadium.. ca va déchirer!!! trop hâte à la u arena!

    [Reply]

  • Bien au contraire! au moins 4/9 sont des Bombes! c’est pas une souhait de les voire en live! mais carrément une envie folle!!

    [Reply]

  • Ça donne pas envie… J’ai été un gros fan de Rammstein à l’époque de Sehnsucht, j’ai laissé tomber avec Rosenrot, et n’ai pas réussi à m’y réintéresser à la sortie de LIFAD. Là les 2 singles m’ont tout de même fait tendre l’oreille. Mais visiblement, il ne faut pas en espérer grand chose de plus.

    [Reply]

  • Ok donc moi qui ai trouvé LIFDA très très faible (le plus mauvais de leur discographie, même), Reise Reise leur meilleur et Radio assez pitoyable, je peux passer mon chemin.

    [Reply]

  • Fikmonskov dit :

    « Les Allemands ont eu du nez en proposant « Deutschland » et « Radio », les deux titres les plus solides de l’album, en tant que singles : »

    Eh ben…

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Tool @ Hellfest
    Slider
  • 1/3