ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

Les Ramoneurs De Menhir : Insurrection celte à Issy !


concert-ramoneurs-de-menhirsIssy-les-Moulineaux, ville des Hauts-de-Seine proche de Paris, desservie par le métro, et son Réacteur ont déjà vu passer quelques noms intéressants de la scène metal comme Dagoba ou Black Bomb Ä. En ce samedi soir glacé de début décembre, l’ambiance sera plus celte et plus punk, dans la mesure où les Ramoneurs De Menhir investissent la place. L’appel de l’Ouest a été entendu : le concert affiche complet. Comme quoi, la banlieue bouge ! Pour se réchauffer avant la déferlante bretonne, vous prendrez bien un peu de Oï musique ? Tant mieux car Hors Contrôle, skins anti fascistes ouvrent le bal.

Artistes : Les Ramoneurs de MenhirHors Contrôle
Date : 12 Décembre 2016
Salle : Le Réacteur
Ville : Issy-Les-Moulineaux [92]

Hors Contrôle, c’est plus de quinze ans d’existence, une discographie finalement assez fournie avec cinq opus. De duo au départ soutenu par une boîte à rythme, la formation évolue désormais à quatre avec une vraie batterie et deux guitares. « Pour Tes frères », « Skinhead Attitude », « L’Union Fait La Force », autant de titres qui attirent l’oreille dans cette musique skin plutôt intéressante. Après, le style reste une niche où les variations ne peuvent pas forcément être légion. Le public apprécie, quelques pogos secouent la foule et nous voyons même apparaître le premier slammeur de ce samedi isséen. La soirée est bien lancée par Hors Contrôle même si l’animation scénique aura été minimaliste. En effet, côté basse, pas plus de quelques centimètres auront été parcourus, à peine plus côté guitariste, mais Régis au chant a une certaine présence et une sincérité évidente qui permettent de capter l’auditoire. Et surtout, pour paraphraser les paroles de leur titre « Chroniqueurs », le groupe « joue avec le cœur et n’en a rien à foutre des chroniqueurs » !

hors_controle_2016_12_03_01

Hors Contrôle mais pas sans coeur

Alors que les Ramoneurs n’en sont qu’aux préparatifs, les spectateurs manifestent déjà leur enthousiasme ; l’ambiance s’annonce chaude. Sur scène, plusieurs attributs renvoient une image militante : drapeau flanqué d’une feuille de cannabis, drapeau breton flanqué d’une tête de mort, drapeau palestinien, drapeau basque sur les chaussures de Loran, patch « Free Tibet » dans le dos d’Eric ou encore badge « Stop aux animaux dans les labos », toujours porté par Eric. Le décor est planté : la soirée sera politisée. Mais festive aussi comme en témoignent les volutes et odeurs de cigarettes qui font rire et le plateau de pintes de bière installé près de la boîte à rythme, pintes dont la plupart seront distribuées aux fans en fin de concert. Soirée politisée, festive et conviviale !

les_ramoneurs_de_menhir_2016_12_03_00a

Militants les Ramoneurs ?

Et très rapidement politisée dans les propos puisque le premier titre est dédié à tous les réfugiés et la gavotte qui suit, tradition bretonne, est là pour sceller l’amitié entre les communards et les bretons. Loran parle beaucoup au public, notant avec plaisir que les fans isséens bougent et que c’est cette énergie venant du public qui motive le groupe, précisant qu’un concert est une osmose entre fans, groupe et associations de bénévole, lâchant au passage que si la politique fonctionnait avec des bénévoles, les choses seraient différentes. Côté public, la fosse est désormais en mouvement perpétuel, agitée de pogos et saupoudrée de slammeurs, portée par un groupe à la présence indéniable. A quatre de front, les Ramoneurs offrent un impact fort, mu par une sincérité inattaquable, étayé par tous les musiciens qui apportent leur pierre à l’édifice de l’animation scénique. Pas étonnant qu’ils aient rempli à 100% la WarZone il y a quelques Hellfest de cela.

les_ramoneurs_de_menhir_2016_12_03_46

Complicité évidente

La musique, basée sur des riffs de guitare ultra efficaces, rehaussée de tradition bretonne, fait clairement mouche. Tout au long du concert les hommages et autres piques révolutionnaires et militants seront légion : en faveur du peuple touareg, contre les banques grecques, contre le rouleau compresseur de la mondialisation, pour les hippies qui sont les premiers à avoir identifié les méfaits du capitalisme, pour la dépénalisation totale de toutes les drogues – ce qui aurait le mérite d’après Loran d’endiguer la mafia -, pour les courageux planteurs de cannabis isséens, sans oublier les sorcières, ni Fillon, ni Trump ou encore Poutine. Parfois simpliste (la dépénalisation de toutes les drogues), souvent bien senti (la convivialité dérange), comment ce message est-il reçu, perçu, compris ? Les fans réagissent vivement montrant ainsi leur approbation mais au-delà de la soirée, que restera-t-il ? La question est vaste car le public vient aussi pour s’amuser et pour cela, la réussite est totale.

les_ramoneurs_de_menhir_2016_12_03_22

52 ans dont 39 ans de concert !

La Blanche Hermine offre une clôture classique au concert et Loran, 52 ans, 39 ans de concert, se fait un malin plaisir à dépasser l’horaire autorisé. Et le bougre aimerait bien continuer encore mais Erwan, homme de l’ombre, veille au grain et calme les ardeurs de l’ex Bérurier Noir. Erwan qui n’aura pas été finalement tant dans l’ombre que cela ce soir puisque nous l’aurons vu remettre inlassablement les retours en place, chaque pogo ravageur les déplaçant inéluctablement !

Belle soirée celte et politisée avec un concert intense. Et si quelques consciences ont été éveillées ce soir, les Ramoneurs auront réussi leur mission.



Laisser un commentaire

  • Chronique sympa qui relate bien ce qu’est un concert des ramoneurs.
    Par contre petit rectificatif, le drapeau avec feuille de cannabis est un drapeau québécois détourné (cannabis à la place du lys)et le drapeau tête de mort est occitan et pas breton.
    Milesker (merci en basque) 😉

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Trivium @ Villeurbanne
    Slider
  • 1/3