ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Ta Page Nocturne   

Ray Bradbury, emmène-nous avec toi sur Mars


Cette semaine, mardi 5 juin, s’éteignait l’écrivain américain Ray Bradbury à l’âge vénérable de 91 ans. Mais loin de nous l’idée de le pleurer ; pas parce que nous sommes insensibles à la mort d’autrui mais parce que partir à un âge aussi avancé après avoir eu une vie aussi riche et aussi productive qui fera que votre nom ne sera (normalement) pas oublié, ce n’est pas une fin qui mérite qu’on la pleure mais qu’on l’honore.

Aujourd’hui, tout le monde connait (sinon, c’est une importante, voire grave lacune), au moins de nom, son roman le plus célèbre (ou son adaptation cinématographique par François Truffaud en 1966) : Fahrenheit 451, dénonciation a posteriori des autodafés perpétrés par les dictatures européennes durant les décennies précédentes, mais aussi projection en traits sombres d’un monde, celui de son époque, gagné par la paranoïa née du climat de guerre froide (de nos jours, ce trouble a d’autres causes mais est toujours là), la peur d’une pensée libre, insoumise. Quiconque a lu ce livre (ou vu le film) en sort avec une question en tête et qu’il se posera toujours : si je devais sauver un livre, un seul, pour l’avenir de la culture, lequel serait-ce ?

Mais ce n’est qu’une œuvre au milieu d’une liste à rallonge de romans, nouvelles, scénarios pour le cinéma et la télévision, etc. qui bien souvent ramènent l’écrivain et le lecteur à un seul lieu, un lieu rêvé : Mars. Ses Chroniques Martiennes (1950), son « acte de naissance littéraire » comme il l’appelait dans une interview de 1997 a été une des œuvres majeures de la science-fiction. « A vrai dire, je suis parti sur Mars et je n’en suis jamais revenu » disait-il aussi. Quoique les nouvelles composant ce recueil peuvent aujourd’hui sembler naïves, avec celles-ci, Ray Bradbury n’a pas moins contribué à enrober pour toujours de fantaisie l’imaginaire autour de la Planète Rouge. Un imaginaire dans lequel continue de puiser les artistes, une fascination pour cet astre qui imprègne jusqu’aux œuvres de nos artistes préférés.

Voici en dix titres notre hommage à Ray Bradbury. Même si, pour ce qui est de la vie, on n’est pas encore sûr, il y a bien du metal sur Mars.

————————-

Propulsés par une nappe de fumée aux senteurs de chanvre, faisons un aller-retour de et vers l’astre rouge ; et dans nos rêveries magnétiques et électriques, rendons visite au Roi et à la Prêtresse de Mars…

Dozer, ‘From Mars’ (extrait du split EP Unida/Dozer, 1999) :

Orange Goblin, ‘Return To Mars’ (extrait de l’album Eulogy For The Damned, 2012) :

Monster Magnet, ‘King Of Mars’ (extrait de l’album Dopes To Infinity, 1995) :

Electric Wizard, ‘Priestess Of Mars’ (extrait de l’album Let Us Prey, 2002) :

Avec l’énergie de jeunes punks et grâce à la puissance industrielle, saturons encore nos engins supersoniques pour un nouveau voyage, mais surtout emportons des femmes avec nous : Mars désire retrouver Vénus.

Turbonegro, ‘Let’s Go To Mars’ (extrait de Small Feces, 2005) :

The Misfits, ‘Teenagers From Mars’ (extrait de l’album Static Age, 1979) :

Rob Zombie, ‘Mars Needs Women’ (extrait de l’album Hellbilly Deluxe 2, 2008) :

Pour voguer jusque Sirius depuis Mars, il faudra absolument augmenter la vitesse, adopter une cadence plus extrême, si nous ne souhaitons pas naviguer éternellement sur les Lacs Gelés de Mars.

Gojira, ‘From Mars’ (extrait de l’album From Mars To Sirius, 2005) :

Ihsahn, ‘Frozen Lakes On Mars’ (extrait de l’album After, 2010) :

Y a-t-il de la vie sur Mars, alors ? Oui. Mais les Martiens ne sont pas verts, ils sont pic-verts. Et ce sont de drôles d’oiseaux.

Faith No More, ‘Woodpecker From Mars’ (extrait de l’album The Real Thing, 1989) :



Laisser un commentaire

  • Je suis agréablement surpris de trouvé un hommage à ce grand auteur de sf ici !
    Pour les premières pistes, quoi de plus normal pour le Stoner, associé au grandes étendues désertiques, que de puiser son inspiration sur Mars.

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Hellfest - Warzone - Jour 3
    Slider
  • 1/3