ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Refused – War Music


La musique peut encore être vecteur d’un état d’esprit rebelle, aujourd’hui souvent opposé au capitalisme et aux injustices qui paraissent en découler. Évidemment l’implication politique des artistes varie, allant d’une volonté ferme de se tenir à l’écart des problématiques publiques à celle tout aussi forte de s’impliquer et de changer les choses. L’œuvre de Tom Morello à travers Rage Against The Machine et maintenant Prophets Of Rage est le parfait exemple. Il faut aussi lui associer d’autres monuments de la scène punk/hardcore tel Refused. Les Suédois ont marqué les esprits révoltés par l’opus culte The Shape Of Punk To Come (1998) juste avant de se séparer. Freedom (2015) entérinait une réunion presque inespérée et désormais Refused semble parti pour continuer la lutte à travers l’explicite War Music. Pour Refused, il était impératif de ne plus se poser de questions et de revenir à une énergie plus directe en phase avec l’expérience live. Si Freedom était l’album de la réunion, War Music est l’album du véritable retour de Refused. Fougueux et en verve.

Contrairement à Freedom réalisé aux Etats-Unis, Refused a décidé de pratiquement auto-produire l’album et de revenir à un son cru, réaction caractéristique des formations qui veulent émuler l’énergie des concerts. War Music est avant tout une histoire de feeling : les musiciens avaient l’intuition et l’impression presque physique que malgré ses qualités, Freedom manquait de tripes, presque trop intellectualisé. Il suffit d’entendre le single « Blood Red » et son riff rentre-dedans pour constater que Refused se veut moins timoré sur War Music: Dennis Lixzén blâme explicitement le capitalisme et le patriarcat (« But we still believe capitalism is cancer […] we still believe that the patriarchy is cancer »), prônant la puissance émancipatrice de l’art (« we still believe in the power of art to transform and expand the mind »). War Music rentre pleinement dans la rhétorique la plus évocatrice de Refused, allant jusqu’à mentionner l’oblitération des responsables… Il ne faut d’ailleurs pas se laisser berner par la douce mélopée ouvrant « REV001 », ce n’est que pour mieux marquer l’afflux d’énergie de cette ode à la révolution. Refused privilégie un propos direct, à l’instar de la rythmique cavalière et des chœurs hardcore de « Violent Reaction », du riffing metal d’« Economy Of Death » propice au headbang ou de la déferlante qu’est « Turn The Cross », avec ses changements rythmiques et ses breaks abrupts qui ne laissent que peu le temps de souffler. La conjugaison des phrasés de Dennis avec les riffs incisifs et volubiles de Kristofer Steen (« Damaged III ») rappelle non sans une certaine nostalgie le groove enragé de Rage Against The Machine. Oui, Refused communiquera toujours son ardeur sans peine.

Surtout, War Music rappelle pourquoi Refused a brisé l’establishment punk en 1998 et pourquoi il tient à ne pas se laisser catégoriser de manière systématique. Malgré la tonalité guerrière omniprésente, et sans aller jusqu’au caractère plus expérimental de The Shape Of Punk To Come, le groupe parvient tout de même à introduire pléthore de nuances. Même lorsqu’il se veut le plus agressif, Refused réussit à alterner les registres, avec l’introduction presque psychédélique de « Violent Reaction », puis son riff de conclusion qui emprunte au sludge de La Nouvelle-Orléans, ou jouer sur les textures, comme avec l’usage ponctuel de guitares acoustiques sur « Blood Red ». « Malfire » parvient ainsi, par cette maîtrise des nuances (notamment la voix de Dennis, aussi à l’aise dans un registre suave qu’agressif), à créer une tension peut-être plus galvanisante encore qu’un titre purement frontal. « I Wanna Watch The World Burn » lorgne quant à lui du côté de la pop rock anglaise, énergique dans ses couplets et élégamment mélodique, voire mélancolique, dans ses refrains. On peut aller jusqu’à avancer qu’une composition telle que « Death In Vännäs », avec ses arrangements de synthé agressif (proche d’un son de violoncelle électrique) et la subtilité du pont, prouve que Refused a énormément progressé sur le plan de la mélodie, qui en devient un argument tout aussi accrocheur que les instants de frénésie du groupe (si ce n’est plus), les deux fonctionnant en symbiose.

Pour Refused la violence est déplorable mais sans doute nécessaire pour faire avancer les choses dans une certaine mesure. War Music incarne ce propos : il faut bel et bien une dose de violence, animée par la sensation de saturation et l’esprit de révolte mais dirigée et employée à bon escient. Elle doit coexister avec la réflexion car il faut construire sur ce qu’on dévaste. War Music est une ode à la pertinence, peut-être celle du propos de Refused si on y est sensible (question d’opinions) mais surtout celle de la musique des Suédois. Refused, en ne voulant pas s’enchâsser dans une scène et se scléroser, reste au sommet de cette dernière.

Clip vidéo de la chanson « Rev 001 » :

Clip vidéo de la chanson « Blood Red » :

Album War Music, sortie le 18 octobre 2019 via Spinefarm Records. Disponible à l’achat ici



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Mass Hysteria @ Transbordeur
    Slider
  • 1/3