ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

Revamp, Kells, Epica : cherchez l’intrus


Artistes : EpicaKellsReVamp
Lieu : Villeurbanne
Salle : Transbordeur
Date : 30/10/2010
Affluence : 1 500 personnes (sold-out)

Quelques jours seulement et nous voilà de retour dans ce cher Transbordeur. Cette fois, point de Transclub mais la grande scène. Point de hardcore non plus d’ailleurs. La période est riche en belles affiches et dans des styles bien définis car les amateurs de « metal à chanteuse » ont dû être comblés avec ce trio Epica, Kells et ReVamp.

D‘accord, nous sommes bien loin du hardcore mais il ne faut pas oublier que derrière le nom de votre serviteur, à la base, on trouve une fille et qu’elle s’identifie forcément à toutes ces petites princesses qui pullulent dans ce style ! Blague à part, la date était belle et c’est dans un Transbordeur complet que le rêve des gothiques de tout poil est devenu réalité. Encore faut-il que le rêve ne vire pas au cauchemar… et c’est clairement ce qui s’est passé en ce samedi 30 octobre et malgré l’effort de pratiquement toute l’assistance de ne rien voir ou entendre. L’amour rend aveugle, c’est bien connu… Eh bien, cette expression prend également tout son sens dans le domaine musical ; il rend même sourd. Si vous, lecteurs et même éventuels ressortissants de cette soirée, ne me croyez pas, laissez-moi vous le prouver.

Floor Jansen (ReVamp)

Après avoir affronté une file d’attente très impressionnante à l’entrée, concert complet oblige, nous voici devant la première grosse surprise négative de la soirée. ReVamp ouvre les hostilités. Choix étonnant et vraiment décevant car on serait plus amené à voir Kells jouer ce rôle sur cette tournée. Concevons-le, Kells existe depuis plus longtemps que le nouveau groupe de Floor Jansen et a un album de plus à son actif. Mais le CV de l’ex-chanteuse d’After Forever est quand même bien plus rempli que celui du groupe lyonnais.

Notons également une différence de style qui fait qu’une transition ReVamp/Epica se serait fait beaucoup plus naturellement que Kells/Epica. Soit, passons outre et intéressons-nous plus au cas des Hollandais. La séparation d’After Forever, même si elle s’est quand même faite de façon progressive (quelques signes avant-coureurs laissaient présager la décision de split), a résonné dans les oreilles de manière bien brutale chez les fans. Surtout lorsqu’on voit le chef d’œuvre éponyme qu’ils nous ont offert comme offrande posthume. D’un autre côté, peut-être n’auraient-ils pas réussi à faire mieux…

Scorpions nous le prouve allègrement, autant tirer sa révérence sur une bonne note. Alors, quel n’était pas le plaisir de revoir le minois de Floor Jansen sur les planches ! La demoiselle nous a peut-être gratifié d’un premier essai somme toute moyen, même si on peut applaudir le fait qu’elle agisse à l’inverse de sa collègue finlandaise – Tarja – à savoir s’éloigner du style de son ancien groupe.

Une prestance monstrueuse (ReVamp)

Mais avouons-le, ReVamp explore et se cherche encore, ceci expliquant pourquoi la première galette du groupe reste assez inégale en terme de qualité. De superbes moments couplés à d’autres beaucoup plus dispensables en somme. Mais aussitôt que la belle monte sur scène, on a tôt fait d’oublier ces impressions mitigées au sujet de l’album. Car Floor est douée d’une prestance monstrueuse, un charisme et une sympathie toute personnelle. Toutes les années avec After Forever ont porté leurs fruits et elle nous recrache ici tout ce qu’elle a pu apprendre en terme de prestation. Et Dieu sait si elle s’y prend bien car une bonne partie du public lui mange gentiment dans la main. Seules les oreilles délicates trouvant son registre trop agressif (et il devait bien y en avoir dans la salle) pourront trouver des choses à redire.

Oui, c’est aussi ça un concert avec l’ex-chanteuse d’After Forever, le jeu de « tendre ses oreilles pour trouver un passage où elle chanterait faux ». Ce serait mentir de dire qu’elle suit à la lettre les lignes vocales qu’elle a instaurées en studio mais chaque note dont elle nous gratifie est maîtrisée et cohérente au reste. Une frontwoman talentueuse à tous les niveaux ! On découvre également que l’album passe beaucoup mieux en live, charisme aidant certainement. Même les morceaux les moins convaincants sur galette passent tout seuls. Mention spéciale à « Sweet Curse », le duo avec Russell Allen (Symphony X), déjà magnifique sur disque qui amène à une émotion si forte qu’elle fait se hérisser les poils des bras de tous les cœurs d’artichaut. Dommage que l’autre moitié vocale ne soit pas présente physiquement, on en aurait pleuré.

Des musiciens bien trop timides (ReVamp)

Mais rassurez-vous, nous ne sommes pas au pays de Candy, ni à celui des Télétubbies. La vie n’est pas rose et ce show ne l’était pas totalement. Le son d’abord ne suit pas toujours, problème récurrent à toute cette tournée d’après les rumeurs. Il arrive que les instruments couvrent trop la voix à en devenir presque inaudible. Dommage quand même. En parlant d’instruments, les musiciens relèvent également du second point noir de ce set. Ils se montrent bien trop timides à côté d’une Floor qui occupe la scène de façon magistrale sans temps mort. Mauvaise surprise se finissant sur une bonne note donc, quoique trop courte, beaucoup trop courte !

C’est à Kells d’entrer en scène. Entrée pas excessivement facile puisque la transition suite au style de ReVamp se fait de façon brutale. Point de registre classique dans la voix, point d’orchestration léchée et développée. Kells se situerait plus dans la veine d’un Evanescence en termes de registre. D’ailleurs, c’est en Evanescence français que le groupe s’est fait connaître avec leur premier album, Gaïa. Force maintenant est de constater qu’ils s’en éloignent de plus en plus en partant vers des sphères bien plus agressives, vocalement comme dans le registre instrumental.

Les mauvaises langues pourront également affirmer que la bande a du mal à assumer son répertoire le plus ancien ; les fans de la première heure peuvent aller allègrement se brosser pour entendre des titres du premier album : aucun ne pointe le bout de son nez. Dommage car des titres comme « Etat D’Arme » et même « Allant Droit A L’Envers » que le combo ne peut plus voir en peinture – selon leurs dires – restent des titres diablement efficaces malgré leur simplicité enfantine.

Ju concentré derrière ses fûts (Kells)

De toute manière, Kells ne donne jamais dans la complexité même si leur style encore en pleine mutation tend à le devenir un peu plus. En tout cas, l’accueil que leur réserve l’assistance est chaleureux. Après tout, le groupe joue à domicile, il faut le rappeler ! Et le moins que l’on puisse dire est que les quatre larrons ont l’air très heureux de rentrer à la maison et ne lésinent nullement sur l’énergie pour remercier le public lyonnais d’autant de soutien. Heureusement car il faut quand même nous faire digérer la pilule transitoire !

Le groupe se donne sans compter et Virginie au chant nous montre qu’elle est très loin d’être une petite reine comme on peut le voir si souvent dans le metal symphonique à voix féminine. Elle veut nous prouver qu’elle peut bouger aussi bien que les mecs et même sa voix peut se montrer plus « testostéronée ». On dirait qu’avoir eu Asphodel (Penumbra/Pin-Up Went Down) comme coach vocal en studio a porté ses fruits. Autre figure qui marque : Lo, bassiste de son état, faisant penser à s’y méprendre à Head (ex-Korn), que ce soit en terme de coiffure ou de prestation scénique. Drôle d’effet sur le coup, faisant quand même penser en premier lieu à un vulgaire plagiat mais qui apporte un côté non négligeable à l’énergie déployée par le groupe.

Virginie (Kells), très loin d’être une petite reine

D’ailleurs, l’influence neo metal qu’on peut ressentir sur leur second opus est plus qu’assumée puisque le groupe reprend « Here To Stay » de vous-savez-qui. Cover qui s’avère totalement ignoble au final, tant la douce voix de la chanteuse s’accorde très mal à une chanson qui demande beaucoup plus d’agressivité. Encore fallait-il l’entendre, sa voix, l’agressivité des autres instruments l’engloutissant malencontreusement. Premier point noir. Au moins, pour se rattraper, les Lyonnais nous offrent généreusement pas moins de trois titres de leur prochain et troisième album dont « pour la petite histoire, l’enregistrement débutera lundi » (dixit Virginie). Comme ils sont gentils ces quatre-là et en plus, ils nous apprennent même des choses. Par exemple, saviez-vous que Candice (Eths) est une chanteuse de hardcore ? Eh bien, c’est ce que tout le monde a eu l’honneur de savoir ce soir avant de se prendre « La Sphère », le second point noir du show, en pleine tête. Déjà qu’à l’origine, le mixage entre la voix de Candice et Virginie était des plus étranges tant la première était étouffée par la seconde alors cette fois, en concert, c’est un véritable gouffre qui sépare Virginie et les voix samplées de la frontwoman de Eths. Pas spécialement agréable.

Pour le reste, tout se passe à merveille. Le groupe est très jovial et communicatif,. La complicité entre eux et l’assistance est là. Les nouveaux titres dévoilés nous laissent un agréable souvenir et nous laissent présager des impressions positives pour l’album à suivre. On sent sur ces titres que le groupe mue toujours, le côté neo et agressif prend bien plus le dessus avec des vocaux hurlés parsemés çà et là, des parties de batterie se complexifiant un peu plus, des instruments bien plus agressifs également. De quoi attiser la curiosité de bien belle manière. Quoique pourront dire leurs détracteurs, Kells reste un bon groupe dans son style et c’est vainqueur que Virginie finit le show en se faisant porter par les premiers rangs aux anges.

Après une longue attente, à la limite de l’abus, la tension est à son comble. Le public ne tient plus. Aucun doute, les gens sont là pour Epica et le font savoir tant ça hurle à tout va pour pas grand-chose durant la préparation de la scène. Quand, enfin, l’intro retentit, c’est sous un véritable tonnerre d’applaudissements et de cris en tout genre que le groupe entre en scène… Les premières notes fusent, la belle Simone fait également son entrée et là… C’est le drame ! Le début d’un cauchemar insoutenable qui débute. Flagellez-moi si vous le souhaitez mais devant l’indifférence, la cécité et la surdité quasi-générale, il fallait bien que quelqu’un se lève et crie une vérité des plus effroyables.

Epica : ça fait mal !

Simone a beau avoir une belle tête et une belle voix sur disque, en live par contre, c’est un véritable massacre qu’elle nous livre. Dès qu’un passage demande plus de puissance dans la voix, ce qui sort du micro saute aux oreilles et nous semble carrément blasphématoire. Défendez-vous en disant qu’il peut être difficile de reproduire le disque mais il y a « chanter différemment de façon cohérente » et « chanter faux » . Pour le coup, c’est dans la seconde catégorie qu’on se retrouve. Peut-être qu’il y a cinq ans, les shows d’Epica étaient mémorables mais cela a bien changé maintenant. Et tout ça à cause des frêles épaules de la demoiselle.
Les autres musiciens sont excellents

Sa voix tout d’abord, mais également sa prestance sur scène. Les rumeurs disaient qu’elle avait l’habitude de s’absenter dès que l’occasion se présentait, chose qu’elle a très bien prouvé durant l’édition 2007 du Hellfest. Ce soir, elle a beau être sur scène, l’arrière-pensée de son absence se fait cruellement sentir. Et c’est bien dommage car les autres musiciens sont excellents, leur album le plus récent réussit très bien à rattraper le coup d’un The Divine Conspiracy très controversé. Le son est bien meilleur que pour ReVamp et Kells.

Non, tout destinait Epica à vaincre et pourtant… le groupe est sorti triomphant au bout du compte. Vous suivez ? Rassurez-vous, votre serviteur n’a pas tout compris non plus. Le public mange littéralement dans les mains des Bataves. Leur passion dévorante les pousse à ne pas remarquer ce que tout individu sensé se doit de remarquer. Et dire que ces mêmes personnes iront faire une montagne de petits défauts relevant du détail chez les deux groupes précédents… Comme dit précédemment, l’amour rend bien aveugle malheureusement et pousse le public à de bien belles bizarreries. Pourquoi insister là-dessus ? Car ce « léger » point apporte beaucoup à l’indignation que l’on peut ressentir face à ce show.

Simone Simons perpétue le massacre…

On ne sait plus pour qui ressentir de la pitié. On tente de s’accrocher, de se dire que cela finira bien par s’améliorer au fur et à mesure du spectacle car Epica nous a quand même offert de beaux moments. Mais voir se faire maltraiter des classiques de leur excellent premier album est bien trop dur à vivre. Voir Simone Simons se permettre de poser telle une reine et ce, en perpétuant le massacre qu’elle provoque elle-même, finit par insupporter. On décroche et résister à la tentation de ne pas déserter lâchement les lieux est une lutte de tous les instants. Lutte que votre serviteur a perdu vers la moitié du show justement.
… Et le groupe tout entier en paie le prix (Epica)

Au final, que dire ? Qu’il est bien dommage de condamner un set à cause d’une seule et simple personne mais le style veut que les regards ne soient tournés que vers cette personne en particulier. Même si ce n’est pas Simone qui est la plus importante dans le processus Epica en terme de composition et d’écriture, beaucoup de facteurs comme la promotion font que c’est à elle de faire tenir le groupe en live. Le poids est certainement trop lourd pour elle et le groupe tout entier en paie le prix en contrepartie. D’ailleurs, on en vient même à penser que la direction plus agressive et death de leur dernier opus n’est peut-être pas arrivée par pur hasard, une direction artistique toute naturelle.

Ce serait clairement exagéré de dire qu’on assiste à la décroissance d’Epica. Cela reste un groupe très bon en studio mais pas un groupe de live et le restera autant de temps qu’il faudra à la belle Simone pour se remettre en question et faire en sorte de rattraper le tir. Il n’y a qu’à espérer que la seconde moitié se soit mieux déroulée. En attendant, je me dis que j’aurais peut-être dû faire partie des fanatiques aveugles et sourds. Au moins, j’aurais passé un bon moment. Pour conclure, un grand merci à ReVamp et Kells pour leur présence et leur réussite qui aura donné un intérêt à cette soirée. Après, pour le cas d’Epica, il n’y a plus qu’à croiser les doigts pour que leur côté live connaisse des jours meilleurs dans le futur.

Setlist Epica :
(source: www.setlist.fm)

Samadhi
Resign To Surrender
Sensorium
Fools Of Damnation
Unleashed
Martyr Of The Free World
Cry For The Moon
The Imperial March
Tides Of Time
Illusive Consensus
The Obsessive Devotion
Kingdom Of Heaven

Rappels :

Sancta Terra
Quietus
Consign To Oblivion

Photos : Olivier Gestin, concert du 28 octobre à Paris.



Laisser un commentaire

  • Muyy kopadaaa radiooo !! .. la mejor =)

    [Reply]

  • Je trouve ce live report complètement JUSTE!!!
    Bravo, à celui qui a osé enfin avoué la vérité…
    Les gens sont aveugles (et sourds) c’est sur comme il le dit…
    Ce que je trouve encore plus dommage, c’est que beaucoup de demoiselles s’identifient à Simone, parce qu’elle chante bien… C’est là qu’on voit que les gens n’ont aucune connaissance de ce qu’est une VOIX. (Floor…)
    Merci à toi, qui sait reconnaître le bien et le aïe, et qui a osé le dire! Merci d’avoir été franc et sans pitié! (ca change!)
    D’ailleurs j’aimerais bien discuter avec toi^^
    Ensuite, à tous ceux qui demandent la suppression de cet article, il faut apprendre à écouter et se détacher un peu de l’image Simone…
    Et je n’ai pas peur de dire que je suis chanteuse d’un groupe Lyonnais.

    Sté – Naos et Lunatales (oui je suis chanteuse de groupes…)

    Merci encore au chroniqueur!

    [Reply]

    Margoth/RM

    Je ne m’attendais pas que ce report soit remis au goût du jour pour qu’on me jette des fleurs… Mais merci, ça fait plaisir 😉

    Après, discuter avec moi, je n’y vois pas d’inconvénient mais je doute qu’ici soit vraiment l’endroit 🙂

  • salut a tous moi j aime les 3mais en cemoment ma priorité c est de voir kells,markize, process en tournée ensemble pour la meme actu l année prochaine une sorti d album cher au 3 et plus rentre dedans encore alors les mauvaises langues qui les critiques passer votre chemin car j ai aussi projet d un news festival 100%metal rock français ou ils tiendrons leurs rangs si vous vous deplacer pour voir les 12autres vous vous deplacerez aussi pour eux merci de laisser vivre les groupes avec leurs musiqies et sans critique signé HardosauGrandCoeur HGCprod

    [Reply]

  • http://fr.metalship.org/livereports/99

    Voila une analyse plus réaliste envers Epica selon moi. Pour Kells et Revamp, je ne les ai jamais vue, donc je me tairai sur leur sujet (Mais les chansons de Kells m’ont fait une mauvaise impression la première fois que je les ai écouté sur internet. Revamp à l’air très bon du peu que je les connais)Je suis aller voir Epica à Montréal (Qc) en fin de semaine (The Agonist, Blackgard et Scar Cemetary(Si vous voulez vraiment voir un groupe qui chante faux!!!)) et il y a 1 an à la même place (avec Threat Signals et Blackguard). Le show dont parle le lien ci-haut. On a eu les 2 fois un très bon spectacles de leur part (Epica). Par contre, il est vrai que Simone à quitté la scène lors de très long moment sans parole de sa part. Sauf que, je ne me rapelle que d’une fois vers la fin du show. Il y avait une ambiance aussi bonne cette fin de semaine comparé à l’autre. Il est vrai que la foule est calme, mais le monde ont pu se défouler lors des shows précédents!!! Et en allant voir Epica, je n’y vais pas avec la même mentalité que si j’irais voir Eluveitie, Amon Amarth ou As I Lay Dying. Pour eux, un trash oblige.

    [Reply]

  • 0 pointé pour l’article ! ce concert était excellent !

    [Reply]

  • Levraivampire dit :

    Il est clair que les absences de Simone sur scène n’ont jamais été appréciées que ce soit aussi bien par les fans du groupe que n’importe quelle autre amateur de métal.

    Pour autant penser que le groupe se base surtout sur le physique de sa chanteuse pour percer serait franchement simpliste.Il y’a des tas de groupes de métal(power,symphonique,etc…) ayant une chanteuse attirante.Pour autant combien ont réellement avancer ? Peu.Contrairement à ce que pensent certains \amateurs\ de métal,les fans de métal symphonique ne sont pas des moutons.Si ces nanas n’étaient que des \bombes sexuelles\,ces groupes auraient déjà explosé ou seraient uniquement rester populaires dans leur pays(Midnattsol par exemple)et encore.

    Non,Epica est depuis longtemps un groupe sérieux que tu le veuilles ou non.Pourquoi des festivals comme le Wacken ou le Hellfest les \accepteraient\ régulièrement ? Dis plutôt que tu es allergique à ce style de métal.

    [Reply]

  • Perso je considère que « Divine Conspiracy » est le meilleur album d’EPICA et que le dernier skeud est nul à chier et sans intérêt aucun… J’ai déjà vu EPICA plusieurs fois en live, à Lyon. La première fois au Kao, c’était super, bon boulot de l’ensemble du groupe, Simone comprise, et Mark en guest star avec une reprise de DEATH de haut volée. La seconde fois au Transbordeur c’était effectivement moins bien, en particulier parce que Simone semblait n’en avoir rien à foutre et se barrait au moindre interlude musical pour on ne sait quelles raisons.

    J’ai trouvé ça incorrect de sa part, c’est une marque d’irrespect vis à vis du public et surtout des fans. Et effectivement sa voix subissait quelques accrocs, sans doute un manque de sérieux au niveau de l’entrainement (indispensable quand on chante dans ce registre). Alors ok c’est une bombe sexuelle, mais tout miser là dessus ne donnera pas à EPICA ce sérieux qui lui a toujours manqué.

    [Reply]

  • J’ai parfois l’impression que vous êtes un peu chauvain sur RM, que ce soit avec les groupes français ou les locaux. Parce que franchement, Kells c’était mauvais. La chanteuse à oublier la base du chant, à savoir l’articulation et musicalement c’était loin d’être grandiose. Qui plus est, ils font franchement tâche sur des affiches comme Epica ou, bientôt, Tarja Turunen.

    [Reply]

    Margoth/RM

    Héhé! Donc ce serait du chauvinisme de ma part… Dommage, je suis loin d’être Lyonnaise à la base donc je doute que la naïveté patriotique y soit pour quelque chose. Mais bon, je ne veux pas faire ma susceptible mais tu me dis que ce report manque d’objectivité. J’avoue qu’une part de subjectivité (donc une petite dose de passion) a pris le pas mais je trouve que j’ai fourni un minimum d’arguments qui ramènent à un peu d’objectivité. Je pense que ceux qui n’étaient pas au concert ne comprendraient pas réellement les arguments car les live reports sont basés sur du vécu. Mais quand je vois que tu marques purement et simplement « Kells était mauvais », je ne vois pas plus d’objectivité de ta part.

    Pour partir plus vers la plaisanterie, si tu considères ces 3 mots comme objectifs, je peux te refaire le report en 3 phrases alors. « ReVamp était magistral. Kells, bon au demeurant avec quelques points d’ombre au tableau. Epica, décevant. » 🙂 🙂 🙂

    Eöl

    Pour la question du chauvinisme, c’est un ressentit global suite à la lecture de plusieurs reports. Une attitude normale, après tout on a tous tendance à privilégier ce qui vient de chez soi. Et j’ai bien précisé « sur RM », et pas juste toi en particulier.

    Sinon, je pense être aussi objective que toi dans ma critique, avec cette part de passion et les arguments qui vont avec. Simplement parce que je ne suis pas du tout d’accord avec ton paragraphe :
    « Pour le reste, tout se passe à merveille […] Les nouveaux titres dévoilés nous laissent un agréable souvenir et nous laissent présager des impressions positives pour l’album à suivre […] De quoi attiser la curiosité de bien belle manière. Quoique pourront dire leurs détracteurs, Kells reste un bon groupe dans son style et c’est vainqueur que Virginie finit le show en se faisant porter par les premiers rangs aux anges »

    Voilà tout 🙂

    (Petite précision : je n’ai pas envie qu’on me confonde avec une de ces détraquées qui refusent toute critique par rapport à leurs groupes préférés. Il n’y a nulle volonté d’agressivité dans mes propos, et si c’est ce que tu ressens en me lisant, je m’en excuse.)

    Margoth/RM

    Ne t’inquiète pas, j’avais bien compris. D’ailleurs, mes propos n’avaient rien de conflictuels à la base. Je voulais juste comprendre ce fameux truc avec Kells. Beaucoup de monde que je connais n’arrêtent pas de les critiquer. Pourquoi pas, pas de mal à ça. Le problème est qu’au final, aucun véritable argument ne ressort.

    Ce qui fait que je te le redemande plus clairement. Quels sont tes arguments pour appuyer ta théorie? Car ce n’est pas en disant que « Kells était mauvais » ou « je ne suis pas d’accord avec ton paragraphe » qu’on avancera 😉

  • Levraivampire dit :

    Je suis assez partagé sur cet article de Margoth.Je salue son côté passionné et malgré tout plutôt objectif parce que cette soirée m’a également paru inégale.

    Je n’ai pas grand chose à ajouter sur son appréciation de ReVamp puisque le groupe a visiblement une bonne marge de progression malgré une prestation largement convenable.Vivement que ses musiciens se révoltent un peu à côté de cette Floor charismatique.

    En revanche,le gros point noir : Kells.Leur « show » pouvait se résumer à leur reprise de « Here to stay ».Beaucoup d’envie,d’énergie pour un résultat assez médiocre.

    Epica…que dire…une bonne impression globale mais Simone doit clairement se remettre en cause.Je suis pourtant un fan de ce groupe ,comme l’ont déjà remarqué deux membres de votre staff il y’a quelques semaines(merci Anarchy X…sans rancune),mais il faut rester critique.Les musiciens ont fait du bon boulot mais sans plus.Simone a une belle voix mais par moment je me suis demandé si elle ne chantait pas en playback et elle a vraiment du mal à garder ce chant lyrique que l’on entend plus aisément sur leur dernier disque.Peut-être que « Mayans » est révélateur d’un changement de cap de certains membres du groupe face aux limites « actuelles » ,espérons le Margoth,de Simone.

    [Reply]

  • Je n’ai pas vu le même concert que l’auteur….

    Kells était nul, pour moi, avec une chanteuse au dessous de tout. Nous étions tous d’accord sur ce point, avec mes potes.

    Epica sublime avec une bonne Simone. Elle a eu des problèmes quand elle devait chanter sur la mélodie de l’orgue car on entendait mal celle-ci dans la salle, ce qui explique le retard du début : il y avait un problème de volume manifeste. Simone entendait bien dans son oreillette mais cela faisait croire qu’elle chantait faux car nous n’entendions que les guitares et non la mélodie.
    Je me suis fait cette remarque à deux reprises.

    [Reply]

    Margoth/RM

    Fin analyste musical que tu as l’air d’être. Je te remercie de m’avoir ouvert les yeux sur les conneries que j’ai pu marqué. C’est vrai, ce n’était pas Simone qui était fausse mais le son, j’aurais dû l’entendre! C’est vrai, un simple problème de mixage entre la voix et les instrus suffit à paraître que la belle chante faux. Et pour ces passages ignobles sur Cry For The Moon (un exemple parmi d’autres), ce sont les ingés son qui ont tripoté les équalos pour faire croire au public que Simone chantait faux peut-être? Quels farceurs ces techniciens quand même… Je ne sais pas où tu étais placé dans la salle mais de mon côté, vers le fond de la salle, je l’entendais clairement sa voix… Même trop à mon goût vu le résultat final.

    Donc, non, on n’a peut-être pas vu le même concert. J’ai vu un bon concert de Kells et un mauvais d’Epica. Toi, c’était l’inverse. Ne te plains pas, c’est quand même toi le gagnant là-dedans 😉

  • J’étais au concert de Strasbourg, et je suis bien d’accord avec cet article.
    je suis une grande fan d’Epica, et je ne les ai vu que deux fois. Vendredi et il y a 3 ans.
    etant moi même chanteuse, a chaque concert que je vais j’analyse les voies ( même sans reellement le vouloir, c’est un tic ) . Et Même constat malheureusement pour ces deux fois : voix tremblante parfois, étouffée par la musique, fausse…J’ai attribué cela à son port de corset qui pourrait l’empêcher de bien respirer …mais même sans, elle fait de même.
    Je comprend aussi le point de vue de la \surdité\ puisque sur le coup j’ai trouvé sa voix parfaite, subjuguée sans doute par l’adrénaline que me procurait le plaisir d’être là.
    Ce n’est qu’en réécoutant sur youtube que je me suis rendue compte que…non s’était loin d’être parfait ^^ »

    je suis bien déçue, leurs albums étant sublimes, tant vocalement qu’instrumentalement…snif qwa TvT

    [Reply]

    Giorgo

    Désolé, mais si tu te fis au son sur youtube pour juger d’une performance sonore, je ne tiendrais pas compte de ton jugement!

  • Salut j’y était a ce concert!

    J’ai bien aimé! ce concert ! a part si avait les yeux dans les yeux de simone ou Floor hihih!!!!!!!!!!!!!

    Epica:http://www.rik6666.fr/galerie.php?g=co&al=344&r=300&o=r

    Revamp: http://www.rik6666.fr/galerie.php?g=co&al=342&r=300&o=r

    kells:http://www.rik6666.fr/galerie.php?g=co&al=343&r=300&o=r

    [Reply]

  • Excellent report ! Enfin quelqu’un qui ouvre yeux et oreilles… Ravie d’avoir décidé d’économiser 30€ ! Comme tu le dis, Simone devrait quand même se remettre en question et ne pas oublier qu’à la base, elle est « chanteuse » d’Epica et non « l’image » d’Epica… y’a les modèles et l’artwork pour ça…Vivement qu’elle revoit un peu Amanda Sommerville pour se remettre au boulot (si seulement !!!)

    [Reply]

    Margoth/RM

    J’espère également que tourner avec Floor Jansen qui est quand même une, voire la meilleure, vocaliste dans le style aura apporté de l’eau au moulin de Simone 😉

    Giorgo

    Je ne vois pas pourquoi tu parles d’un excellent report si tu n’étais pas au concert!!

  • tu devrait avoir honte d’avoir ecrie un tel article

    je doit que tes un belle enfoiré

    epica etait magnifique et si ta pas su le voir sa ve dire que tes un gros nul pour resté poli

    SUPRIME CETTE ARTICLE GROS NAZE

    [Reply]

    Culte. ^^

    Margoth/RM

    Ce n’est peut-être pas très gentil mais je trouve que ça illustre à merveille mes propos du présent report 🙂 .

    Spaceman

    Merci corentin. Tu viens d’illuminer ma journée. 😉

    Le service « No Comment » de Radio Metal te remercie.

    Bretzart

    Lookin’ for a Bescherelle…

    Tu vois ce que je voulais dire, maintenant Bretzart ? 😉

    Bretzart

    Oh oui, là je crois que c’est difficile de pas saisir 😉

    Levraivampire

    Encore un gars qui savait qu’il allait finir sur  » No comment « .

  • WhoDoYouThinkIAm dit :

    N’en déplaise aux chroniqueurs de tous poils aussi avertis soient-ils dans leur domaine avec leur subjectivité si bien dosée, il n’y a qu’un seul juge : le PUBLIC. Lui seul dira s’il reviendra voir le groupe. Parce que s’il fallait bien chanter en live pour faire une belle carrière, Metallica ne serait plus là 😉
    Ceci dit, je n’étais pas au concert d’Epica et donc mal placé pour juger leur prestation mais je m’en fous.

    [Reply]

  • Aaaaarf. Un ami m’a fait un compte-rendu du concert parisien pas très positif, en insistant notamment sur les performances vocales (ou absence des susdites) de Simone. Ça m’avait surprise, étant donné que je trouvais qu’elle s’était nettement améliorée par rapport aux premiers concerts du groupe. Mais là, si tu confirmes, Margoth… Pour le coup, je ne regrette pas d’avoir loupé Paris !

    [Reply]

  • Bienvenue Margoth dans l’univers impitoyable des chroniqueurs qui ont osé dire du mal d’Epica et qui sont par conséquent d’horribles personnes.

    [Reply]

    Bretzart

    Je n’ai en aucun cas accusé l’auteur (e) mais la formulation de la phrase, je laisse à chacun la libre appréciation de ce concert. Alors le couplet sur la contre-attaque du fanatique très peu pour moi.

    Rassure toi, j’avais bien compris, mon commentaire ne t’était absolument pas adressé, ce n’était qu’un commentaire global sur les réactions démesurées que les fans d’Epica ont pu avoir par le passé par rapport à nos articles sur le groupe.

    Bretzart

    Alors autant pour moi 😉

    Saff'/RM

    Et Delain, Phil, n’oublie pas Delain…

  • Epicaca !

    [Reply]

    Levraivampire

    Un peu facile non ?

  • Chronique agréable à lire, néanmoins il est sympa aussi de rester dans l’objectivité et d’éviter de taxer les autres spectateurs de crétins ignares même si ce ne sont que des sous-entendus 🙂

    [Reply]

    Je ne sui pas l’auteur de cet article mais mon point de vue sur l’objectivité, c’est qu’elle côtoie trop souvent l’asepsie.
    Personnellement je privilégierai toujours une critique un tant soit peu passionnée et vive plutôt qu’une chronique particulièrement objective. Comment dépassionner un concert de metal ? L’objectivité peut ruiner la transmission de l’émotion. Et qu’importe si l’émotion fut amère.

    Bretzart

    J’apprécie et comprends la réponse 😉

  • Un jeu de mots foireux a été planqué par ma pomme dans les sous-titres des images.

    Saurez-vous le retrouver ?

    Mouahahahaha !!!

    [Reply]

    Pas maaaal ! Pas facile à trouver mais il saute aux yeux d’un coup !

  • Ca se voit que tu as été formée par Spacemetalo toi !!! ^^

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3