ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Riverside : un oeil vers l’avenir


Riverside - Mariusz DudaAprès quinze ans à gravir les échelons du rock et du metal progressif et se faire un nom parmi les grands, le 21 février dernier, tout s’est écroulé pour le quatuor polonais lorsque le guitariste Piotr Grudzinski est décédé d’un arrêt cardiaque. Eye Of The Soundscape, sorte d’album intermédiaire rassemblant diverses chansons originellement parues en bonus, et de nouvelles chansons, toutes dans un style atmosphérique/ambiant, dont le groupe était en pleine conception au moment de la disparition du musicien, revêt désormais un sens tout particulier, contenant les toutes dernières notes de musique de ce dernier.

Un album qui devait marquer une césure dans la carrière de Riverside, qui aujourd’hui en devient d’autant plus profonde qu’elle en laisse une cicatrice dans le cœur et l’âme du groupe. Mais, si Duda avoue avoir envisagé de mettre fin au groupe, finalement Riverside survivra, amputé d’un de ses membres. C’est en trio que le groupe évoluera désormais, incapable de se résoudre à remplacer leur ami, prévoyant seulement de faire appel à des guitaristes de session pour jouer en live et enregistrer en studio.

Mariusz Duda, le chanteur, bassiste et leader de la formation, nous parle donc de tout ceci, de cet album si spécial, de Piotr Grudzinski pour qui il a de tendres pensées, mais aussi et surtout d’avenir, car malgré la peine et, de façon générale, une année qui fut un désastre pour lui, comme il nous l’avoue, il faut se reprendre, avancer, et se servir de ces épreuves pour être plus fort.

Riverside

« Nous sommes retournés au studio et c’était un moment un peu dépressif, nous étions très tristes. Nous avions le sentiment que [Piotr] arriverait à tout moment et dirait : ‘Ok, désolé, je suis en retard.’ Malheureusement, ça n’est pas arrivé. »

Radio Metal : Vous avez un nouvel album qui sort, intitulé Eye Of The Soundscape, constitué de chansons bonus de vos deux deniers albums, de nouveaux mix et de quatre nouvelles chansons, tout ça dans un style très atmosphérique. Comment avez-vous eu l’idée de rassembler tout ça dans un même album ?

Mariusz Duda (chant & basse) : Le tout début, c’était le single de « Panic Room » qui est sorti uniquement en Pologne. Sur ce single, nous avions des morceaux bonus de Rapid Eye Movement qui ne pouvaient pas être sur l’album normal. Nous avons sorti ce single seulement en Pologne parce que ça n’intéressait pas Inside Out mais ils ont dit : « Ok, mais si vous nous donnez un peu plus, si vous nous donnez plus de morceaux, nous pouvons faire un double CD, nous pouvons ajouter un CD à Rapid Eye Movement. » L’album normal était déjà fait, la deadline était passée, mais nous avions encore une semaine ou deux pour ajouter quelque chose en plus de ces morceaux isolés. Donc nous avons dit : « Ok, gardons cette idée et nous pouvons faire un genre d’improvisation ou peu importe, avec le clavier et les guitares, quelque chose de très planant et ambiant. » Et nous avons fait ce type de morceau et nous avons vraiment apprécié, et c’était si super que nous avons décidé lui donner un nom et nous l’avons intitulé « Rapid Eye Movement ». Plein de gens plus tard nous ont demandé : « Pourquoi est-ce que la chanson éponyme est sur le CD bonus ? » La réponse était très simple : « Car nous avons enregistré ce CD bonus plus tard, après la deadline. » Mais c’était le début de quelque chose où nous avons dit : « Eh bien, il faut que nous fassions plus de trucs comme ça. » Et plus tard, nous avons sorti un autre single en Pologne et nous avons sorti un autre morceau électronique ambiant intitulé « Rainbow Trip », et encore plus tard, pendant Shrine Of New Generation Slaves et Love, Fear And The Time Machine, nous avons décidé de faire les Day Session et Night Session.

Toutes ces choses que nous avons faites entre les enregistrements pour nos album normaux, nous nous sommes éclatés à les faire. Et lorsque j’ai dit aux gars : « Ok, je pense que nous avons suffisamment de matière, nous devrions les combiner et faire une compilation, car plein de gens ne savent même pas que nous jouons ce genre de musique [petits rires], ils pensent encore que nous jouons comme Dream Theater, bon sang ! Ok, faisons ça ! » Mais, bien sûr, nous avons dit : « D’abord, nous devons ajouter des choses. » Car nous ne pouvons pas vendre à nouveau les mêmes chansons. Donc nous voulions mettre des choses en plus, nous avons décidé de remixer les vieux trucs et, au final, nous avions cent minutes de musique instrumentale ambiante. Grâce à cet album, je pense que beaucoup de gens peuvent voir notre groupe sous un angle différent. Maintenant nous avons un plus large éventail musical. Nous ne sommes pas seulement strictement un groupe de metal progressif ou quelque chose comme ça. Je pense – j’espère – que nous avons plus à dire.

Est-ce important pour vous de ne pas être enfermé dans le metal progressif ?

Je sais que les gens ont besoin de mettre des étiquettes sur les groupes parce que c’est facile pour eux. Mais j’ai peut-être toujours été trop ambitieux, voulant créer sur la base d’un plus large éventail de mes influences, et je suis si content que nous ayons pu sortir ce type d’album, car ça montre que nous pouvons également créer ce genre de choses. C’est un peu courageux [petits rires], ce n’est pas pour tout le monde, c’est sûr. Mais aussi, ça montre que de nos jours, les gens sont bien plus ouverts d’esprit et je sais que, pour plein de gens, pas seulement les fans, la musique n’a pas de frontières.

Cet album, étant constitué de deux disques remplis de musique instrumentale ambiante, n’est-il pas un peu difficile à promouvoir pour le label ?

Je ne sais pas. Je ne pense pas que ce soit dur. En raison des circonstances qui ont affecté le groupe dernièrement, cet album à une autre signification. Tout d’abord, je dois dire que j’ai simplement ressenti que Love, Fear And The Time Machine, notre sixième album et le dernier de la seconde trilogie [petits rires], était la fin d’un chapitre et que nous devions à nouveau changer quelque chose. Je veux dire, peut-être changer la musique, peut-être changer le style, peut-être changer ceci ou peut-être changer cela. Mais j’avais vraiment besoin d’un album entre les deux parce que j’avais le sentiment que tous ces trucs que nous avons enregistré sur des CDs bonus n’avaient pas convenablement été exposé au public que nous voulions qu’ils atteignent au départ, afin de prouver que nous avions aussi quelque chose à dire avec ce type de musique. Donc cette compilation, disons, cet album d’entre-deux, était enregistré et lorsque Piotr [Grudziński] est soudainement décédé, tout a changé. Maintenant, nous promouvons l’album, mais nous parlons aussi de ce que nous décidons pour notre avenir parce que c’est un chapitre très important de nos vies, surtout lorsque nous avons décidé de rester un trio.

On va évidemment parler de ceci un peu plus tard. Vous avez quatre nouvelles chansons sur Eye Of The Soundscape. Quelle a été votre approche et votre idée pour celles-ci ?

Trouver un équilibre, car nous ne voulions pas créer quelque chose de complètement nouveau. Nous voulions faire quelque chose qui se rapprochait de tout ce que nous avions fait jusqu’à présent. Donc c’est bien lorsque quelque chose fait seulement vingt ou vingt-cinq minutes ou quand c’est une chanson isolée, mais lorsque tu dois associer toutes ces chansons dans un même album que tu dois écouter du début à la fin, tu dois faire attention à la dynamique et à deux ou trois autres choses. J’avais le sentiment que nous n’avions pas le début et que nous n’avions pas la fin, et nous devions les enregistrer. Nous avions besoin d’ajouter quelque chose de nouveau et de le mettre au milieu de ces chansons pour rendre l’album plus cohérent, peut-être varié mais surtout cohérent. C’était donc ça l’idée pour les nouvelles chansons. Bien sûr, en premier lieu, nous voulions apprécier la musique. Nous avons simplement fait quelque chose que nous voulions faire. C’était vraiment cool parce que sur cette session, pleine d’improvisation et tout, en l’occurrence, je lâchais prise [petits rires], car je fais toujours attention aux structures des chansons, lorsqu’il s’agit de composer des chansons normales de Riverside. Ici, je pouvais laisser aller et dire : « Ok, ça me va, j’aime cette chanson parce qu’il ne se passe rien pendant cinq minutes [petits rires] et ce n’est que de l’atmosphère, et c’est ce qui importe le plus. » Donc nous voulions trouver un équilibre et ressentir l’album comme étant quelque chose de neuf.

Riverside - Eye Of The Soundscape

« C’est un genre de leçon pour le futur, le fait que tu ne puisses pas remettre ta vie à plus tard. Tu ne peux pas constamment attendre pour ce qui est important. »

La musique sur cet album n’est pas très éloignée de ce que tu as pu faire avec Lunatic Soul. Qu’est-ce qui fait que c’est davantage un album de Riverside que de Lunatic Soul, musicalement ?

Lunatic Soul est aussi de la musique atmosphérique, principalement, mais je dois dire que le nouvel album sera un peu différent. Lunatic Soul est un peu une musique noire et blanche, c’est très sombre, c’est très dépressif. C’est une thérapie, c’est quelque chose de très psychologique, c’est très, très intime et très personnel. C’est mon alter égo et mon combat contre mes démons. La musique de Riverside est différente. Je pense que Lunatic Soul est noir et blanc, alors que Riverside est plein de couleurs. C’est pourquoi nous avons décidé d’utiliser un tel artwork coloré et plein de lumière, car lorsque nous avons fait cet album, nous étions contents, nous avions des sourires sur nos visages, nous nous faisions plaisir.

Comme tu l’as mentionné, votre guitariste Piotr Grudzinski est décédé en février cette année, d’une insuffisance cardiaque. Quelle proportion d’Eye Of The Soundscape était faite à ce moment-là ? Est-ce que vous avez dû le terminer après coup ?

C’était juste à la fin. Il a enregistré presque toutes ses parties et nous avons dû finir ça très rapidement, et soudainement, il est décédé. C’était une situation véritablement tragique pour notre groupe. Il y avait beaucoup d’obscurité autour de nous. Mais toutes ces chansons étaient déjà composées. Il y avait peut-être quelques arrangements, peut-être deux ou trois pistes qui restaient à jouer et le mix à faire. Il a presque tout fait. Je me souviens qu’après une semaine, nous sommes retournés au studio. Je voulais vraiment retourner au studio après ses funérailles et tout, car je voulais finir l’album avant son jour d’anniversaire, son anniversaire était le 15 mars. Il voulait vraiment écouter cet album, il voulait vraiment le finir et avoir quelque chose comme ça dans la discographie de Riverside. Donc je me suis dit : « Ok, il faut que je finisse ça avant le 15 mars, autrement je ne le finirai pas de sitôt… » Je me souviens, nous sommes retournés au studio et c’était un moment un peu dépressif, nous étions très tristes. Nous avions le sentiment qu’il arriverait à tout moment et dirait : « Ok, désolé, je suis en retard. » Malheureusement, ça n’est pas arrivé. « Eye Of The Soundscape » est le morceau pour lequel il a enregistré ses dernières parties à la guitare. C’était les ultimes enregistrements de Piotr. Et lorsque nous avions le mix et que nous l’écoutions pour la dernière fois, nous avions les larmes aux yeux. C’était vraiment puissant. Ce morceau très ambiant, sans métronome, sans tonalité, sans click, sans batterie, sans rien, basé uniquement sur des couleurs, c’est vraiment puissant sous ces circonstances aujourd’hui.

Pourquoi est-ce que le fait de faire ce type d’album était si important pour Piotr ?

Nous sommes des fans de Dead Can Dance, Tangerine Dream, Vangelis, donc c’était quelque chose de nouveau et nous aimons vraiment lorsque quelque chose est nouveau. Nous n’avons jamais voulu nous répéter et créer ou enregistrer le même album encore et encore. Donc en dehors du fait que nous sommes d’énormes fans de ce type de musique, nous voulions même créer un projet dans ce genre à deux ou trois seulement et poursuivre ça en marge de Riverside mais sous un autre nom. Mais malheureusement, Eye Of The Soundscape sera le premier et dernier album pour Piotr.

D’ailleurs, à propos de son décès, y avait-il des signes avant-coureurs en termes de santé ou bien était-ce totalement imprévisible ?

Non, c’était juste imprévisible. Nous ne savions pas que ça arriverait. Il ne s’est pas réveillé une nuit et tout le monde était choqué. C’était son cœur, il a juste arrêté de battre. C’était vraiment terrifiant. Soudainement, tu vois. C’est un genre de leçon pour le futur, le fait que tu ne puisses pas remettre ta vie à plus tard. Tu ne peux pas constamment attendre pour ce qui est important. Je sais que plein de gens remettent leur vie à plus tard, genre : « Ok, peut-être que je ferai ça cette année ou l’année prochaine, mais tôt ou tard, je commencerai à faire les choses que je veux vraiment faire. » Nous sommes un exemple comme quoi ça peut arriver sans prévenir, de manière inattendue, et tu dois simplement profiter de la vie. Et peut-être est-ce un gros cliché mais maintenant je me sens encore plus [vivant] qu’avant.

Quels souvenirs conserveras-tu de Piotr ?

Piotr était mon meilleur ami, tu sais. Il me manque énormément. Je me souviens de plein de choses à son sujet mais il vit toujours avec nous, tu sais, dans chaque détail. Lorsque nous commencerons nos premières répétitions, probablement qu’il sera, d’une manière ou d’une autre, avec nous. Je me souviens de lui comme d’une personne très positive. Dans le groupe, j’étais le gars qui courait toujours devant, je voulais toujours faire plus, je voulais le faire plus vite, je voulais créer quelque chose de nouveau, repousser les limites… Piotr était le gars qui aimait s’asseoir quelque part et profiter de la vie sans se précipiter, sans être pressé. Et il n’arrivait pas à se reposer, essentiellement à cause de moi [rires]. Je me souviens de lui comme ce type de personne positif qui veut dire « s’il te plaît, souviens-toi de temps en temps que tu as besoin de prendre soin de toi-même, et tu as simplement besoin de ralentir. » Donc grâce à lui, je ralentis et j’ai trouvé bien plus de temps à consacrer à ma famille et à moi-même. D’un autre côté, j’en fais encore plus que je n’en faisais par le passé [petits rires].

Riverside

« Dans le groupe, j’étais le gars qui courait toujours devant, je voulais toujours faire plus, je voulais le faire plus vite, je voulais créer quelque chose de nouveau, repousser les limites… Piotr était le gars qui aimait s’asseoir quelque part et profiter de la vie sans se précipiter, sans être pressé. Et il n’arrivait pas à se reposer, essentiellement à cause de moi [rires]. »

Quels ont été les meilleurs moments que tu as partagé avec lui ?

Tout était super. C’est très difficile à dire. Tu sais, nous étions comme une famille, donc c’est comme demander « pourquoi aimes-tu tant ton frère ? Peux-tu me donner trois choses que tu aimes à propos de ton frère ? » Avec Piotr, nous avions le même âge, n’est-ce pas ? Donc nous avions les mêmes passions, nous avions les mêmes goûts musicaux, nous écoutions tout le temps la même musique. Et je pense que la modestie était également quelque chose que nous avions [en commun] et nous connaissions les limites que nous pouvions franchir. Donc simplement, nous profitions de nos vies, à faire plein de choses normales, comme le fait de nous éclater ensemble, jouer de la musique ensemble, partir en vacances ensemble. Maintenant, c’est terminé. Donc nous devons écrire un autre chapitre. Je ne veux pas creuser dans le passé maintenant. Je garderai tous ces bons souvenirs avec moi mais j’ai aussi besoin de commencer ma toute nouvelle vie, sous des circonstances différentes.

Vous avez décidé de poursuivre en trio, et donc ne pas le remplacer, et avoir un guitariste de session à la place. Mais as-tu pensé à un moment donné que sa mort pourrait signifier la fin du groupe ?

Je me suis posé la question, je dois l’admettre. Car j’ai mon projet solo, Lunatic Soul, et j’envisage de faire quelque chose sous mon propre nom, et je me suis simplement dit : « Ok, peut-être que ce chapitre est terminé et peut-être que maintenant je devrais me concentrer sur ma carrière solo et dire au revoir à Riverside. » Mais, d’un autre côté, je me suis dit : « Ok, mais nous avons un tel héritage et des fans si merveilleux… » Je pense que j’ai encore des idées pour ce groupe, et je voulais essayer quelque chose de différent. Et maintenant, ce sera différent, c’est certain. Et peut-être est-ce le moment de revenir à quelque chose de plus heavy. Et ce sera, assurément, bien plus ouvert d’esprit artistiquement, car maintenant, nous ne sommes pas un simple groupe classique et normal. Nous devons expérimenter en studio, nous devons expérimenter sur scène. Donc il est certain que nous deviendrons un groupe différent à partir de maintenant. Mais nous ne devrions pas abandonner le nom, nous ne devrions pas abandonner le groupe, nous ne devrions pas abandonner les expériences que nous avons vécues jusqu’à présent. Donc nous avons décidé de continuer. D’abord, bien sûr, je me suis dit : « Tu peux toujours faire tes travaux solo entre temps. Il n’est pas nécessaire de dire au revoir à Riverside. Je peux m’occuper de ça, Lunatic Soul et autre chose. » Donc j’ai décidé de continuer mais oui, au début, j’y ai réfléchi à deux fois, en me disant que peut-être ceci était la fin du groupe.

Comment en êtes-vous venus à décider de ne pas le remplacer et continuer en trio ? Je veux dire qu’il y a eu de gros groupes dans l’histoire qui ont remplacé des membres importants. Comme AC/DC, par exemple.

[Petits rires] Eh bien, nous avons été comme une famille et je pense que nous avions des liens importants et forts avec le public, avec nos auditeurs, et inviter quelqu’un d’autre à le remplacer, ça aurait été comme les tromper [petits rires], ça aurait été comme un genre de trahison, je ne sais pas. Je n’arrivais pas à imaginer ça. Je ne voyais pas le groupe avec un nouveau membre tout juste après quatre ou cinq mois, à continuer, partir en tournée. Non, ça n’aurait pas été bien ! Nous sommes un groupe très émotionnel et l’émotion dans notre musique est ce qui importe le plus, bien plus que la technique, le style, l’image, les relations publiques, le business, le staff… Donc sous cet angle émotionnel, il était naturel de dire : « Ok, donc nous ne remplaçons pas Piotr, nous poursuivons notre groupe en trio, ce sera naturel. Nous pouvons simplement embaucher quelqu’un pour jouer sur les chansons. » L’histoire de nombreux groupes montrent que tout d’un coup, un des techniciens commence à devenir un membre du groupe, ou que quelqu’un de la famille ou des amis tôt ou tard intègre le groupe. Mais à ce stade, il est clair que c’est trop tôt pour ça. Je me sens la force de poursuivre par moi-même, en termes de composition et autres, comme c’était avant. Donc rien ne va changer. Evidemment tout change… Mais je pense qu’un jour ou l’autre, peut-être que quelqu’un comme ça apparaîtra et que nous deviendrons à nouveau un quartet. Mais je ne sais pas. Nous sommes un trio pour le moment et nous nous y sommes préparés.

Comment cette décision a-t-elle été accueillie par les fans jusqu’à présent ?

Ils sont avec nous ! Je pense qu’ils… Non, je suis sûr, de ce que j’ai vu lorsque nous avons annoncé ceci sur notre site web et notre page Facebook, que le public était très enthousiaste par rapport à cette décision. Pour eux, c’était le meilleur des choix. Tous ces gens ont dit que c’était la meilleure décision que nous pouvions prendre.

Savez-vous déjà à qui vous ferez appel en tant que guitariste de session ?

Je dois dire qu’avant toute chose, nous devons jouer un concert très spécial après le break. Nous avons déjà annoncé ça et nous en dirons plus dans le futur mais nous allons revenir en février. Nous voulons jouer un concert pour le premier anniversaire du décès de Piotr, et nous jouerons avec des invités. Il est certain que nous ne voulons pas faire un casting pour jouer en live. Nous verrons avec qui nous pourrons partir en tournée. Nous avons quelques amis, nous avons de très bonnes personnes avec lesquelles nous aimerions travailler. Donc nous verrons ce qu’il se passera.

Riverside

« Je me sens plus fort là tout de suite, car cette année a été un désastre pour moi. D’abord, il y a eu la mort de Piotr et quelques mois plus tard, mon père est mort. Donc je suis constamment entouré par la mort. En plus, je viens de terminer ma relation de dix ans cette année [petits rires]. Donc tout s’est terminé pour moi. Mais j’ai l’impression de renaître. »

Vous avez l’intention de commencer à faire un nouvel album l’année prochaine. As-tu de l’appréhension par rapport à ce qui en ressortira musicalement ?

Je n’ai pas encore réfléchi à ça, enfin, par rapport au thème ou au sujet, mais c’est sûr que maintenant, nous sommes devenus un groupe avec une cicatrice, un groupe qui est assurément bien plus mature que nous ne l’étions, donc probablement que notre musique également changera. Je ne sais pas si je veux changer ça en quelque chose de lourd ou dépressif parce que nous avons perdu quelqu’un et que nous avons envie de chanter à ce propos, du fait que nous souffrons tant. Non, j’aimerais revenir à quelque chose d’un peu plus heavy et intense parce que j’ai le sentiment d’avoir bien plus d’assurance. Car je sais que je n’ai rien à perdre et j’ai besoin de passer à autre chose malgré tout. Je me sens plus fort là tout de suite, car cette année a été un désastre pour moi. D’abord, il y a eu la mort de Piotr et quelques mois plus tard, mon père est mort. Donc je suis constamment entouré par la mort. En plus, je viens de terminer ma relation de dix ans cette année [petits rires]. Donc tout s’est terminé pour moi. Mais j’ai l’impression de renaître et que je peux continuer avec ça. J’ai aussi un projet solo et je vais sortir le prochain album de Lunatic Soul l’année prochaine. Il sera peut-être sombre et dépressif mais il aura aussi de nouvelles forces, si je puis dire, et de la lumière et quelque chose de positif. Il y a tant de mauvaises choses qui nous entourent, je ne veux pas creuser là-dedans pour ma musique. Mais il est certain que je veux revenir à un son plus intense avec Riverside, en l’occurrence.

Je pense simplement que la basse sera à nouveau l’instrument le plus important. Tu sais, tous ces riffs viennent de la basse et Piotr, en gros, les répétait à la guitare. Donc j’entends ça comme un son sombre, surtout. Toutes ces musiques qui sont faites de basse, de batterie et de clavier, c’est de la musique assez sombre, et lorsque nous ajouterons plus tard de la guitare à ça, je pense que ce sera heavy, en quelque sorte. Il est clair que nous aimerions conserver la ligne mélodique à laquelle nous sommes parvenus avec Love, Fear And The Machine. Et je ne veux pas enregistrer, disons, un autre Anno Domini High Definition. Non, ce chapitre est fini. Je ne veux pas me répéter. Je veux continuer tous ces trucs que nous avons commencés avec Shrine Of New Generation Slaves et Love, Fear And The Time Machine, mais cette fois, je pense que la musique devra être un peu plus intense et sombre, et heavy [petits rires]. Car, simplement, j’en ai besoin. J’ai vraiment le sentiment que nous devrions cogner à nouveau.

Tu as dit que le nouveau chapitre serait peut-être encore une fois une trilogie…

Ouais, je suis le genre de personne qui regarde plein choses sous une perspective plus large, sous une perspective à long terme, et clairement, j’aimerais faire un autre chapitre de Riverside qui contiendrait plus qu’un seul album. Et les trilogies, c’est cool [petits rires]. La nouvelle ère de Riverside sera sombre, avec un genre de son ou de sujet ou de paroles qui sera connecté avec… Je pense que les trois prochains albums parleront de quelque chose d’important dans nos vies, et ils auront quelque chose de similaire en leur sein.

Tu as dit que tu allais sortir un nouvel album de Lunatic Soul l’année prochaine. Est-ce que ça veut dire que tu travailles actuellement là-dessus ?

Oui, je suis en studio en train de faire le nouveau Lunatic Soul. Il sortira l’année prochaine au printemps. Pour la première fois, j’ai changé, car habituellement, les albums de Lunatic Soul [sortaient] à la fin de l’année, quelque part vers octobre et novembre, et cette fois, j’ai voulu aller bien plus vers la lumière parce que j’en ai ras-le-bol de ces merdes négatives. En l’occurrence, je ne veux plus chanter à propos de la mort, car Lunatic Soul était lié à la mort et tout ce qui concernait l’au-delà et tout. Tout a commencé parce que ma mère a vécu une expérience de mort imminente, et j’ai commencé à écrire un album au sujet de quelqu’un qui meurt. J’ai simplement imaginé ce voyage à travers l’au-delà, et ceci était le sujet du premier et second album. Vagabonder dans l’au-delà est le thème de Lunatic Soul. Et après ça, Walking On A Flashlight Beam, mon quatrième album, était lié au suicide et ce genre de chose. Donc c’est pas mal dépressif, et tu peux imaginer qu’avec tout ce qui s’est passé avec Piotr et mon père, je ne veux pas encore écrire à ce sujet [petits rires]. J’en ai juste marre. Cette fois, le nouveau thème pour Lunatic Soul sera « comment on gère la mort et comment on peut y survivre. » Donc je veux écrire bien plus à propos de la vie et des choses que je peux faire dans le futur, sans être complètement déprimé et mélancolique, vivant dans le noir et tout. Evidemment, j’ai le sentiment de vouloir être mélancolique parce que j’aime ce type de musique mais, comme je l’ai dit avant, ce sera bien plus lié à une confiance en soi, et non à la dépression. Et musicalement, ce sera assurément plus intense. Eye Of The Soundscape était le dernier album avec ces atmosphères flottantes, maintenant j’ai besoin de quelque chose de plus spécifique et intense avec une structure. [Tout comme pour] Riverside, j’ai le sentiment que je vais revenir un peu vers des choses en quelques sortes compliquées. Donc ça sera le commencement de quelque chose de nouveau dans ma carrière musicale.

A quel point ça a été important pour toi d’avoir ce projet solo en marge de Riverside ?

Lorsque j’ai commencé Lunatic Soul, j’ai simplement voulu faire quelque chose de plus que Riverside, je ne voulais pas juste être un bassiste et un chanteur, j’avais d’autres trucs à exprimer, et j’ai commencé ma carrière solo parce que je voulais faire quelque chose entre deux et je voulais me développer en tant qu’artiste. J’ai deux mondes musicaux maintenant, Riverside et Lunatic Soul. Je m’occupe des deux groupes et ce sont des approches totalement différentes. Grâce à ça, j’ai le sentiment de pouvoir être le musicien que j’ai toujours voulu être, créer mes propres mondes musicaux. Un groupe ne me suffit pas, c’est clair !

Interview réalisée par téléphone le 28 septembre 2016 par Nicolas Gricourt.
Retranscription & traduction : Nicolas Gricourt.

Site internet officiel de Riverside : www.riversideband.pl

Acheter l’album Eye Of The Soundscape.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Rival Sons + MNNQNS @ Cenon
    Slider
  • 1/3