ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

CR De Festival   

RockHard Festival 2010 : Jour 1


Festival: RockHard Festival[/urlb]
Lieu: Gelsenkirchen (Pfinster Amphiteather)
Date: 21/05/2010 (Vendredi)
Photos: Painkiller

Le RockHard Festival a vu le jour afin de célébrer les 20 ans du fameux magazine allemand. Sept ans après sa création en 2003, c’est devenu un festival sur lequel il faut compter et dont la taille humaine (7000 à 8000 personnes) fait partie des critères de déplacement. L’affiche, bien sûr, est aussi un atout à ne pas négliger. Le mot d’ordre de cette édition 2010 étant « éclectisme » avec, au passage, quelques exclusivités.

Le temps a décidé de se montrer sous son plus beau jour, contrairement au Metalfest la semaine précédente. C’est donc un soleil radieux qui nous accompagnera durant ces trois jours dans l’arène de Gelsenkirchen. L’endroit est légèrement caché de la route principale et le Rhin qui passe derrière l’amphithéâtre offre une belle vue rafraîchissante. Voici un cadre bien agréable pour apprécier un nouveau weekend de festivités.


Ketzer

A 15h tapantes, les jeunes Allemands de Ketzer font cracher les enceintes d’un thrash old-school sans concessions. Rien de bien original mais une motivation certaine. Le public leur réserve un très bon accueil. Une bonne entrée en matière qui donne bien le ton pour le festival.

Contrairement à beaucoup de fests au cours desquels les groupes s’enchaînent sur les différentes scènes, proposant ainsi un flux de musique ininterrompu, le RockHard Festival a la particularité de laisser un espace de 20 minutes entre chaque groupe. Parfait pour aller faire un tour aux multiples stands de merchandising et au Metal Market. Pour les fauchés, rien n’empêche de prendre une Fricadelle mit Brauschen accompagnée d’une ignoble bière allemande qui permet de supporter la chaleur en lézardant sur les marches de l’arène.


Necros Christos

C’est ainsi qu’à 15h55, la messe va pouvoir commencer avec Necros Christos et son bassiste vêtu en prêtre. L’heure n’est pas à la rigolade à la vue du chanteur semblant totalement habité par son chant death. La musique de Necros Christos, présent sur la scène depuis déjà 8 ans, se situe quelque part entre le black pour les ambiances, le doom pour la lourdeur des riffs et une pointe de thrash. Un cocktail assez spécial que le public n’a pas forcément digéré correctement, tant l’accueil était partagé.


Katatonia

La fin de journée s’amorce déjà, laissant place à une chaleur acceptable. LesSsuédois mélancoliques de Katatonia viennent partager leur désespoir avec le public allemand. La crainte que seule la nuit ne convienne pour ce genre de groupe s’estompe à la vue de l’énergie dégagée par le combo. Un réel réveil s’opère dans le jeune public et le groupe se concentre sur l’essentiel de ses compos mélodiques. Les musiciens sont souvent cachés derrière leurs chevelures et c’est à peine si on discerne le chanteur. La setlist est principalement constituée de morceaux des deux derniers albums The Great Cold Distance et Night Is The New Day. Seul un « Ghost Of The Sun » (2003) vient rappeler la période plus énervée du groupe.

Setlist:

Forsaker
Liberation
MyTwin
The Longest Year
Ghost Of The Sun
Evidence
July
Day And Then The Shade
Leaders


Sabaton

Continuons notre périple avec Sabaton. A l’instar d’Hammerfall, à l’écoute de leur musique, on les croirait tout droit sortis d’Allemagne tant leur heavy est traditionnel. Seuls les claviers viennent apporter leur petite part d’originalité. Chaque musicien porte le même treillis blanc et gris. Le show est professionnel et, selon les dires du groupe, « meilleur que ce que nous espérions ». Mention spéciale au chanteur, qui se dépense en courant et qui interagit en permanence avec le public. Du côté du répertoire, ils piochent un peu partout dans leur discographie, faisant seulement l’impasse sur leur première production et l’album Metalizer. Sans être originaux ni diversifiés, les titres restent efficaces. Le public les acclame fortement et slamme à n’en plus finir. Il est tellement réactif et fidèle que, même sur les titres du dernier rejeton Coat Of Arms sorti le jour même, les refrains sont déjà repris en choeur.

Setlist:

Ghost Division
Panzerbatallion
Coat Of Arms
Cliffs Of Gallipoli
Attero Dominatus
The Price Of A Mile
Saboteur
Uprising
40:1
Primo Victoria
Metal Machine / Metal Crüe


Bloodbath

Une des shows inédits de ce festival débute à 19h45 avec les Suédois de Bloodbath. Hormis le batteur, c’est tout Katatonia qui accompagne Mikael Äkerfelt. Ainsi, Jonas, le chanteur de Katatonia se retrouve à la basse ! Mikael Äkerfelt se chargera de nous le rappeler, il ne s’agit rien d’autre que de death metal. Aucun album n’est épargné durant l’heure et quart allouée aux Suédois. Contrairement à leur prestation du Wacken, pas d’accoutrement particulier, ni de peintures sanguinolantes (peut-être pour ne pas faire doublon avec The Devil’s Blood ?). Le chanteur d’Opeth introduit chaque titre en parlant de son histoire et de ses paroles ou en commentant la carrière de Bloodbath (sans oublier de mentionner les illustres participants que sont Peter Tägtgren et Dan Swano) avec modestie. Visiblement, certains titres sont plus attendus que d’autres, tels que les hits comme « Breeding Death », « Eaten », « Outnumbering The Day » ou le plus récent « Mock The Cross ». Le public se brise le cou, l’ambiance est à son comble et il s’agit tout simplement de la meilleure prestation du jour.

Setlist:

Intro
Ways To The grave
Soul Evisceration
Process Of Disillumination
Iesous
Breeding Death
Mouth Of Empty Praise
Mass Strangulation
Cancer Of The Soul
Mock The Cross
Like Fire
Blood Vortex
Outnumbering The Day
Hades Rising
Eaten


The Devil’s Blood

A voir le nombres de personnes quittant le festival après cet intense bain de sang, on est en droit de se demander à qui revient la place de headliner ? Il est vrai que les occasions de voir The Devil’s Blood ne sont pas rares. Après un death metal sans fioritures, nous allons être transvasés dans un autre univers, plus mystique, plus 70’s, plus allumé. Couverts de sang, les membres des Devil’s Blood ne s’expriment que par le biais de leur musique. Les titres sont longs et, s’ils comportent quelques moments accrocheurs, l’univers vintage et psychédélique qu’ils proposent n’en reste pas moins difficile d’accès. Au chant, « F: The Mouth Of Satan » ferme les yeux, écarte tout doucement les bras ou fige son regard sur un point fixe lors des longues parties instrumentales, tandis que diverses émotions habitent son visage lorsque son tour arrive. Une attitude qui renforce l’intensité du set. Mais si la musique est intéressante et l’interprétation solide, le manque de communication casse l’ambiance et les spectateurs se retirent progressivement tout au long du concert. C’est donc sur cette note mitigée que s’achève cette pourtant très bonne première journée du Rockhard Festival 2010.

Setlist:

Come, Reap
River Of Gold
I’ll Be Your Ghost
The Yonder Beckons
The Graveyard Shuffle
Evermore
A Waxing Moon Over Babylon
Rake Your Nails Across The Firmament
The Heavens Cry Out For The Devil’s Blood
Angel’s Prayer
The Anti-Kosmik Magick
Voodoo Dust
Christ Or Cocaine



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Hellfest - Warzone - jour 3
    Slider
  • 1/3