ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Sabaton : 20 ans sur la ligne de front


Il se chuchotait depuis un moment que 2019 pourrait bien être l’année de Sabaton, et les prédictions semblent se confirmer : non contents d’avoir fait parler d’eux au Hellfest en sauvant les meubles après le naufrage Manowar, les power metalleux en pantalons de camouflage ont lancé en début d’année leur propre chaîne YouTube, sortiront d’ici quelques semaines leur neuvième album et ont d’ores et déjà annoncé une tournée des arènes européennes pour l’an prochain. Un bel anniversaire pour un groupe fondé il y a tout juste vingt ans.

Cette interview s’étant déroulée plus d’un mois avant la prestation de dernière minute du groupe au Hellfest, la conversation tourne essentiellement autour du nouvel album, The Great War. Mais en musique comme dans les livres d’histoire, la « der des ders » est un vaste sujet, et les quasi-spécialistes des conflits armés que sont devenus Joakim Brodén et Pär Sundström, principaux auteurs/compositeurs de Sabaton, ne manquent pas d’anecdotes, légères ou plus sérieuses, à raconter.

« Il y a deux mille documentaires et jeux vidéo sur la Seconde Guerre mondiale, alors que la Première Guerre mondiale, qui, je dirais, est au moins tout aussi importante, n’a presque rien de cette renommée et de cette gloire. Pas qu’il y ait beaucoup de gloire à gagner là-dedans, de toute façon… »

Radio Metal : Vous avez choisi la Première Guerre mondiale comme thème de ce nouvel album, ce qui n’est pas un sujet anodin. Est-ce qu’aborder la Grande Guerre implique une grande pression ?

Joakim Brodén (chant) : Ouais ! Autant en terme d’histoires que nous racontons que musicalement. Avec chaque album que nous faisons, ça devient de plus en plus difficile, car émotionnellement, on veut que chaque chanson de Sabaton qu’on fait soit la meilleure, mais intellectuellement, évidemment, ce n’est pas possible. Différentes personnes aiment différentes chansons, et parfois, elles ne sont pas aussi bonnes qu’on l’aurait voulu ! [Petits rires] Donc composer de la musique est difficile, car on rivalise toujours avec un « best of » de tout ce qu’on a fait par le passé. Donc, de ce point de vue, pendant qu’on essaye de rester fidèles au son de Sabaton, il faut aussi apporter au moins un peu d’innovation ou d’évolution musicale. Et à la fois, nous abordions ce que je pense être l’un des conflits les plus sombres parmi les guerres modernes. Ce n’était pas du tout facile, pour être honnête. Mais la meilleure chose là-dedans est que, une fois que nous avons commencé à enregistrer, c’était très fluide. Tout concernant la création était très dur, mais une fois que nous en étions à la réalisation, à l’enregistrement, ça s’est relâché et ça a été assez rapide et fluide.

Pär Sundström (basse) : Quand on écrit des textes pour un album particulier sur un sujet spécifique, on est limité par le périmètre auquel on se restreint soi-même. Avec notre précédent album, The Last Stand, par exemple, nous n’avions pas beaucoup de limites, parce que nous couvrions une période allant d’il y a deux mille ans en Grèce à l’histoire assez récente. Maintenant, nous devions rester dans ces quatre années au début du siècle dernier. Avec la Grande Guerre, on ne peut parler que de choses qui ont existé et étaient utilisées à cette époque, donc le lexique dans les chansons ne changera pas énormément. C’était un challenge de rendre l’album dynamique, de donner à chaque chanson sa propre identité. C’était un défi. Mais le sujet en lui-même n’est pas très compliqué. Il y a un tas d’informations à ce sujet, surtout maintenant que nous avons passé le centenaire. Il y a eu plein de choses autour de ça – des jeux, des films et des documentaires – qui sont sorties au sujet de cette période. Il y avait donc un tas d’informations disponible.

Malgré tout, on dirait que la Première Guerre mondiale est moins connue que la Seconde, qui a justement fait l’objet au fil des années de beaucoup plus de documentaires, films, jeux vidéo, etc. En dehors du centenaire de cette guerre, est-ce la raison pour laquelle vous avez choisi de centrer cet album autour de la Grande Guerre – pour la rappeler au gens, qu’ils ne l’oublient pas ?

Joakim : En un sens, oui. Tu as raison dans ton analyse : il y a deux mille documentaires et jeux vidéo sur la Seconde Guerre mondiale, alors que la Première Guerre mondiale, qui, je dirais, est au moins tout aussi importante, n’a presque rien de cette renommée et de cette gloire. Pas qu’il y ait beaucoup de gloire à gagner là-dedans, de toute façon… Mais c’est un peu triste, quand on y pense, parce que la conséquence de la Première Guerre mondiale est l’émergence des cartes européennes modernes, quasiment. Avant ça, on avait l’Empire russe, l’Empire germanique, l’Empire ottoman, l’Empire austro-hongrois… Et quelques années après la guerre, tout ça n’existait plus. Le centenaire a ravivé les choses et facilité l’accessibilité à davantage d’histoires. Nous avions suffisamment de matière pour faire un album avant, mais nous avons maintenant pu trouver de meilleures histoires grâce à ce coup de projecteur.

Pär : Je pense que plus les gens sont éclairés… Enfin, est-ce que nos fans commenceront une guerre ? Je n’espère pas. Est-ce qu’ils empêcheront une guerre ? Possiblement. Est-ce qu’une personne éclairée, quelle qu’elle soit, empêchera une guerre ? Peut-être. La guerre, c’est assez compliqué. Est-ce qu’ils se battront moins ? Oui, c’est possible. Je pense que je vais moins me battre, grâce à tous les voyages que j’ai effectués et tous les gens que j’ai rencontrés. Ça m’a offert une opportunité unique de rencontrer des gens de différents côtés, différentes cultures, différents pays, et ils ont tous leur point de vue sur chaque événement. Et comme nous écrivons à propos de batailles historiques, nous avons appris que chaque bataille au sujet de laquelle nous chantons a au moins deux côtés – souvent plus. Il y a aussi beaucoup de perdants, et quelques fois, des gens qui se considèrent comme des gagnants dans une bataille spécifique. Mais ce que j’ai appris de mes réflexions personnelles est que je dois être respectueux envers ceux à qui je parle, car même si je pense que l’opinion de telle personne est absolument stupide, je dois comprendre qu’elle pense probablement la même chose de moi. Et on peut baser nos opinions uniquement sur notre connaissance des faits et notre background. Si ces faits ou ce background te donnent un certain point de vue sur le vrai monde, alors c’est ta réalité. Ce n’est pas facile à changer, donc c’est mieux d’être respectueux et compréhensif, car alors, il y aura moins de bagarre. Les guerres ne sont pas souvent créées à cause des opinions des gens, mais à cause d’autres choses, donc peut-être qu’elles ne peuvent pas être évitées, mais au moins, on peut éviter de petites disputes ! [Rires]

Tu as dit plus tôt que vous étiez limités par la période, mais malgré tout, beaucoup de choses se sont passées durant la Première Guerre mondiale, et je suis sûr qu’un seul album n’aurait pas été suffisant pour tout couvrir. Du coup, comment avez-vous choisi les événements et histoires pour les chansons ?

Ce qui se passe, tout d’abord, est que nous décidons d’une thématique. Ensuite, nous commençons à écrire la musique qui mène à cette thématique. Pendant que nous faisons ça, nous rassemblons les sujets des chansons. Et peu de temps avant d’entrer en studio, nous commençons à associer la musique et les sujets. Disons que nous avons une chanson triste, nous cherchons un sujet triste. Si nous avons une chanson joyeuse, nous cherchons un sujet joyeux. Au final, de nombreux sujets ne colleront pas, et parfois nous avons de la musique qui reste sans sujet approprié. Alors nous nous remettons à faire des recherches pour trouver autre chose. Il y a toujours deux ou trois histoires que nous connaissons par cœur et que nous pouvons écrire sans trop de recherche. Et il y en a quelques autres qui sont plus compliquées.

« Je pense que les guerres ne s’arrêteront jamais, malheureusement, et ça m’attriste, même si ça veut dire que Sabaton pourra continuer à écrire des chansons jusqu’à notre mort, et ensuite peut-être que quelqu’un d’autre pourra prendre le relais ! »

Joakim : Certaines histoires dans cet album sont très évidentes, et d’autres plus obscures. Le truc, c’est que chaque pays a sa propre histoire. Si tu parles aux Anglais, ils trouvent que Verdun était un peu inattendu. Ils n’ont pas combattu là-bas, donc pour eux, la grande bataille est celle de la Somme. C’est celle-là qui est importante pour eux. L’histoire la plus globale dans cet album serait probablement celle de « The Red Baron », parce que la plupart des gens en ont entendu parler. Mais chaque album implique aussi que nous laissions un tas de fantastiques histoires de côté. C’est très important pour nous que la musique et les histoires que nous racontons parlent le même langage émotionnel. Quand nous nous sommes mis à faire cet album, j’étais absolument sûr que nous couvririons l’Offensive Broussilov, et j’étais à cent pour cent sûr que nous allions faire une chanson à propos des Harlem Hellfighters, or nous ne l’avons pas fait. On se sent comme un traître de mettre ces histoires de côté [petits rires].

La Première Guerre mondiale était censée être la guerre pour mettre un terme à toutes les guerres, comme une des chansons de l’album le dit. Pensez-vous que ceci symbolise notre échec ultime à instaurer une paix durable ?

Pär : Non, je pense que ça symbolise la naïveté de croire que les guerres peuvent s’arrêter ! Je pense que les guerres ne s’arrêteront jamais, malheureusement, et ça m’attriste, même si ça veut dire que Sabaton pourra continuer à écrire des chansons jusqu’à notre mort, et ensuite peut-être que quelqu’un d’autre pourra prendre le relais ! Evidemment, j’aimerais qu’il y ait une paix mondiale, mais je ne la vois pas se produire. Il y a bien trop de raisons pour partir en guerre. La guerre est très bénéfique pour très peu et horrible pour beaucoup, et le peu qui en bénéficient ne sont pas ceux qui en souffrent. Tant que ça continuera comme ça, les gens n’arrêteront pas de se battre.

Il y a eu évidemment énormément de douleur, de traumatisme et de désespoir dans cette guerre, comme le montre bien l’illustration de l’album – peut-être plus encore que dans d’autres guerres, car elle était à l’échelle mondiale. Mais musicalement, on dirait plutôt que Sabaton se concentre sur le sentiment de courage et l’héroïsme. Est-ce important d’utiliser ces histoires de façon positive, pour donner de la force à l’auditeur d’affronter l’adversité au lieu de le déprimer ?

Joakim : En un sens, oui. C’est un exercice délicat. Nous créons la controverse rien qu’en choisissant cette thématique. Tu as absolument raison, ça ne peut pas être tout le temps déprimant ; ce serait déprimant pour nous et pour le public. Être à un concert de heavy metal devrait être amusant, car nous faisons avant tout du heavy metal. Nous sommes passionnés d’histoire, mais nous sommes des amateurs. Et nous ne nous prenons pas très au sérieux, donc nous essaierons toujours de pincer le téton du guitariste quand il fait un solo pour le faire foirer ! [Rires]. Mais c’est périlleux de combiner les deux. Parfois nous sommes à la limite de glorifier quelque chose d’horrible, mais ce n’est jamais notre intention. Nous ne faisons pas de prosélytisme religieux ou politique, ou de propagande, en aucun cas. Il y a une mode de nos jours qui est que chaque artiste, que ce soit un musicien ou un acteur, dise à tout le monde pour qui voter, quoi manger ou quoi conduire. Peut-être pouvons-nous être l’un de ces groupes qui ne disent pas aux gens quoi faire ! Cependant, nous aimons beaucoup donner une raison à l’auditeur d’arrêter ce qu’il fait pour réfléchir. Voilà pourquoi nous entrons parfois dans l’esprit des gens à propos desquels nous chantons. Faire une chanson à la première personne du point de vue de l’antagoniste et rentrer dans la tête d’un taré peut parfois être la façon la plus intéressante de raconter une histoire, sans que nous jugions ce qui est bien ou mal, mais plutôt en étant des conteurs.

Pär : C’est plus facile pour nous d’écrire des chansons exaltantes, parce que nous voulons que le monde soit exaltant, et nous voulons que les chansons soient positives. Nous devons en écrire quelques-unes qui sont plus sombres, déprimantes et mystérieuses, afin de rentrer dans la dynamique de l’album et l’améliorer. Mais je pense que tout le monde dans le groupe est d’accord pour dire que c’est plus marrant de composer quelque chose qui est réellement marrant ! Donc je pense que tous nos albums pencheront davantage vers une sorte d’héroïsme exaltant plutôt que des horreurs déprimantes.

Je me souviens vous avoir vus une fois à Paris et vous aviez joué « The Final Solution ». Vous disiez que vous ne la jouiez pas en festival parce que ce n’est pas une chanson « pour faire la fête ». C’est complètement déprimant, mais ça reste une super chanson à jouer en live.

C’est une chanson plus morose ; ça fonctionne dans certaines circonstances. Nous avons décidé de ne pas l’inclure lors des festivals parce que… Lors d’un concert de Sabaton en tête d’affiche, tout le monde est là pour nous voir, et ils ont une opinion et une perspective différentes là-dessus. Mais lors de festivals, nous sommes là pour gagner de nouveaux fans. Je ne pense pas que pousser les gens à se sentir absolument mal en tant que première impression du groupe soit la meilleure façon d’attirer de nouveaux fans !

Joakim, quand tu disais tout à l’heure que vous créez la controverse, tu voulais dire par rapport à cet album ou bien à votre carrière en général ?

Joakim : En général, le fait que nous chantions à propos de conflits militaires. Cet album n’est pas, de loin, le plus sujet à controverse que nous ayons fait. Mais nous avons aussi traité la Seconde Guerre mondiale, qui est un sujet sensible en Allemagne, évidemment. Quand nous chantons « The Reich will rise » dans le refrain, ça peut être un terrain dangereux si quelqu’un prenait ça hors de son contexte, si tu vois ce que je veux dire… La Première Guerre mondiale, c’est une thématique plus sûre. Mais lorsque nous avons fait Carolus Rex, en Suède… C’est triste mais ça arrive dans de nombreux pays : certains mouvements politiques, généralement d’extrême droite, s’emparent du sujet et font que c’est mal d’être fier de son pays. Peu importe le pays, parce que, comme je l’ai dit, nous ne sommes pas là pour dire à quiconque ce qui est bien ou mal. Mais si un mouvement politique ou religieux fait que c’est mal d’être fier de son pays, c’est un peu triste. Donc avec Carolus Rex, nous avons directement été sur un terrain miné. Nous en avions totalement conscience, cela dit : faire un album concept à propos de l’Empire suédois et le nommer d’après le roi le plus fou qui ait jamais existé, et qui a également été une figure paternelle pour tout un mouvement politique… C’était genre : « Tous aux abris ! » [Rires]

« Nous sommes passionnés d’histoire, mais nous sommes des amateurs. Et nous ne nous prenons pas très au sérieux, donc nous essaierons toujours de pincer le téton du guitariste quand il fait un solo pour le faire foirer ! [Rires]. Mais c’est périlleux de combiner les deux. Parfois nous sommes à la limite de glorifier quelque chose d’horrible, mais ce n’est jamais notre intention. »

On peut t’entendre employer une voix très profonde et grave sur des chansons comme « The Future Of Warfare », « Great War » et « The End Of The War To End All Wars ». Etait-ce ta façon d’incarner la gravité des situations ? Est-ce que chanter ce genre d’histoires te pousse à être autant acteur que chanteur ?

Je suis nul à chier en tant qu’acteur, donc je ne ferais pas ça ! Je suis très mauvais ! Surtout quand il s’agit de faire des trucs face caméra et lors de clips filmés. Le réalisateur veut généralement mettre quelqu’un dans le groupe dans un rôle d’acteur, et ça foire toujours ! J’imagine que nous pourrions faire du théâtre, parce que c’est un peu plus proche de ce que nous faisons déjà sur scène. Mais l’idée de ces chansons… Je veux dire que j’aurais pu les chanter plus aiguës, mais c’est un peu la chanson qui en décide. La meilleure façon de faire « Great War » est d’avoir une voix grave. Il y a de la mélodie, mais c’est presque comme une narration. Donc nous avons choisi de ne pas trop nous focaliser sur ce qui se passait, mais plutôt sur ce qui était dit là-dedans, et ensuite nous l’avons ouvert à des cris sur le refrain de la chanson. Aussi, avec l’aspect sérieux du sujet et l’atmosphère sombre… Je ne suis pas seul à voir ce conflit comme étant extrêmement sombre. Il n’y a pas beaucoup de « oh gloire, hallelujah » à y trouver !

Avec ces chansons, vous entrez également dans la psychologie des soldats. Comment vous êtes-vous mis dans l’état d’esprit de ces gens et comment avez-vous transcrit les émotions qu’ils vivaient ? Je veux dire que je me souviens que Geoff Tate avait réalisé des interviews de vétérans de la Seconde Guerre mondiale et de la guerre d’Iraq lorsqu’il a fait l’album American Soldier de Queensrÿche, mais j’imagine que ça n’est pas vraiment possible dans le cas de la Grande Guerre…

Pär : Non, plus personne n’est encore en vie, donc nous ne pouvions interviewer personne à ce sujet ! Mais il y a des documents. On peut lire des témoignages de gens, des lettres et ce genre de choses. On peut aller très loin avec l’imagination si on a accès à tout un tas d’informations. Mais essayer d’imaginer ce que ça serait d’être sur la ligne de front durant la Première Guerre mondiale… Même si j’ai essayé, je n’y arrivais pas. Le plus loin que j’ai pu aller m’a permis d’écrire le morceau éponyme. Quand nous avons pensé à la Grande Guerre, nous trouvions que c’était un bon titre pour un album, mais un nom horrible pour une guerre. Qu’est-ce qu’il y a de si grand là-dedans ? Ce serait approprié de l’appeler la « vaste guerre », ou « la guerre mondiale », ou « la grosse guerre ». Mais on ne devrait pas l’appeler « la grande guerre », parce que ces deux mots ne devraient pas être dans la même phrase. C’est la grande controverse, et c’est également ce que la chanson essaye d’expliquer.

Joakim : C’est un peu étrange. Je ne pourrais pas m’identifier à ce que ces soldats ont traversé ou ne serait-ce que l’imaginer, et pourtant j’essaye de l’illustrer. J’imagine que je pourrais être un acteur vocal ! [Rires] Enfin, il y a pas mal de ça dans les textes, c’est certain. Mais les interpréter devient naturel pour moi. Soit ça fonctionne, soit ça ne fonctionne pas. Peut-être que c’est l’expérience. Mais l’écriture des textes, que ce soit Pär et moi ensemble ou bien l’un d’entre nous, implique beaucoup de soin et de réflexion. Il y a beaucoup de : « Est-ce correct ? Est-ce que ce phrasé est la meilleure façon de faire passer le message ? Est-ce qu’il y a une manière de dire ça de façon plus poétique ou bien devrait-on être direct et technique dans cette chanson ? » Car différents vocabulaires évoqueront différentes émotions, et parfois ça ne collera pas à la chanson. Pour moi, tout ceci est fait, j’imagine, à mesure que nous écrivons les textes. Ça affecte vraiment ma manière de les interpréter.

Même si vous avez toujours eu des chœurs sur vos albums, « In Flanders Fields » est une chanson très inhabituelle pour Sabaton, surtout en tant que conclusion de l’album. On dirait un peu le calme après la tempête, comme un retour à la paix après « la guerre pour mettre un terme à toutes les guerres ». Comment avez-vous fait cette chanson et quel est son sens ?

Il y a une histoire un peu marrante là-derrière, car c’est une chanson de Sabaton, sur un album de Sabaton, sans aucun membre de Sabaton ! [Rires] J’étais assis en studio à composer de la musique, et je crois que Pär m’a appelé – ou peut-être était-ce un SMS ou par WhatsApp, peu importe – et il m’a demandé : « Est-ce qu’on devrait faire quelque chose avec le poème In Flanders Fields ? » Parce qu’évidemment, nous étions déjà tombés dessus auparavant. Et j’ai dit : « Oui… mais non. J’adore le poème en soi, mais la récitation ce n’est pas mon truc. » Ensuite, il m’a envoyé des chansons que des gens avaient faites à partir de ce poème, et j’ai pensé : « On ne devrait pas faire comme ça, ça ne va pas aller. » Et comme j’étais déjà au studio, avec tout devant moi, je m’y suis mis à fond, en chargeant tout dans le logiciel de composition, qui permet de créer des sons d’enfer rien qu’en appuyant sur un bouton ! Oui, j’aimerais avoir un orgue d’église, des cuivres, des cordes, des timbales – et boum, voilà c’est fait ! J’ai commencé avec un orgue d’église et un orgue Hammond. Ayant joué à l’église quand j’étais plus jeune, même si je ne suis pas moi-même religieux, ça fait que les cantiques luthériens me sont naturels. Cette chanson est en fait composée, non pas d’après un cantique spécifique, mais de la même façon qu’un cantique luthérien serait composé. Au début, comme je l’ai dit, nous avions des orgues d’église et tout, et j’ai juste envoyé les mélodies à Pär, qui a dit : « Cool ! C’est vraiment sympa ça, mec ! Qu’est-ce qu’on en fait ? Est-ce qu’il faudrait ajouter des guitares ici ? » Je lui ai dit de ne pas s’en soucier, que je me débrouillerais. Et le truc bizarre était que plus nous retirions de choses, meilleur ça devenait. Et même en studio, nous retirions encore des choses. C’est une triple harmonie au final, avec des hommes et des femmes, mais nous avons décidé de garder la partie masculine uniquement pour la dernière partie. Et c’est une triple harmonie pour la seconde partie, mais seulement avec des femmes. La première partie est une harmonie simple. Nous en retirions de plus en plus, et crois-moi, Pär avait un peu peur, parce qu’il avait seulement écouté la démo, et il n’était pas là quand nous avons fait le chœur. Il était là : « Il y a quoi d’autre ? Est-ce qu’on fait de la batterie ou des guitares ? » « Non ! » « Quoi ?! C’est une chanson de Sabaton, mais sans Sabaton ? » « Oui ! » [Rires] Mais c’était amusant. J’ai beaucoup aimé ; ça fait un joli contraste, surtout après la chanson qui précède, « The End Of The War To End All Wars ». Avec quoi peut-on enchaîner après ça ? C’est assez massif vers la fin, avec tout ce qui s’y passe. En général, les gens s’attendent à une approche du type « plus c’est mieux » de notre part : du heavy metal de l’enfer avec de l’adrénaline et de la testostérone, des chœurs, des synthétiseurs, un orchestre, balancez tout là-dedans ! Notre ingénieur de mix est genre : « Argh, arrêtez d’ajouter des pistes, s’il vous plaît ! » Donc changer et faire tout l’inverse… Au bout du compte, c’est un peu un hommage aux soldats.

« Certains mouvements politiques, généralement d’extrême droite, s’emparent du sujet et font que c’est mal d’être fier de son pays […], c’est un peu triste. Donc avec Carolus Rex, nous avons directement été sur un terrain miné. Nous en avions totalement conscience, cela dit : faire un album concept à propos de l’Empire suédois et le nommer d’après le roi le plus fou qui ait jamais existé, et qui a également été une figure paternelle pour tout un mouvement politique… C’était genre : ‘Tous aux abris !’ [Rires] »

The Great War est le premier album studio avec Tommy Johansson à la guitare. Comment ça a été ? A-t-il participé d’un point de vue créatif à l’album ?

Ouais. Nous avons écrit « A Ghost In The Trenches » ensemble, lui et moi. Je connaissais ce qu’il faisait avant, c’est un compositeur compétent, mais je ne savais pas si nous étions des compositeurs compatibles et si ce qu’il écrirait marcherait pour Sabaton. Donc nous nous sommes posés ensemble en novembre 2017, je crois, et j’ai dit : « D’accord, écrivons un peu de musique ! » Nous voulions simplement voir si nous pouvions travailler ensemble. Ce qui fut le cas, et « A Ghost In The Trenches » en est ressorti. C’était cool, j’aime bien ça. Jusqu’à présent, ceci est l’album où nous avons eu le plus de contributions d’autres membres. Jusqu’à 2012 et Carolus Rex, j’étais le seul compositeur, ce qui fait que je me sentais seul pendant de nombreuses heures et de nombreux jours ! [Rires] Ensuite, j’ai commencé à travailler avec un ami avec qui j’ai vécu, et il faisait une ou deux chansons avec moi sur chaque album. Ensuite, nous avons accueilli de nouveaux membres au fil des années qui avaient plus d’expérience et un plus grand intérêt pour la composition. Ça aide beaucoup. De nos jours, après vingt ans, ça ne me pose pas de problème de transformer quoi que ce soit en chanson de Sabaton. Trouver de nouvelles choses qui restent Sabaton sans pour autant répéter mon processus de pensée ou les mêmes progressions d’accords ou la façon dont nous faisons la batterie ou les guitares, ça devient de plus en plus dur. Donc c’est vraiment sympa d’avoir de l’aide. Chris et moi avons fait trois chansons ensemble pour cet album. C’était vraiment bien d’avoir une autre perspective, car ça nous force tous les deux à sortir de notre propre mode de pensée sans faire de compromis. Car lorsque nous composons tous les deux, c’est… J’allais dire que c’est « l’enfer sur terre », mais ce n’est pas ce que je veux dire. C’est juste que nous sommes toujours en train de nous critiquer et d’essayer d’ajuster les choses : « Ouais, c’est une bonne idée, mais faisons… Mais si on fait ça, il faudrait… » Donc nous réécrivons constamment les choses. Le processus est interminable avec lui. Mais au final, aucun de nous n’essaye de faire passer un plus grand nombre de ses propres idées dans l’album ; l’idée est d’améliorer la chanson, et c’est ce qui fait que ça vaut le coup.

Comment gères-tu ton rôle consistant à mettre en commun et assembler toutes ces contributions afin d’obtenir un album de Sabaton ? Te considères-tu comme un « directeur artistique » ?

Pas vraiment. Enfin, oui et non. Peut-être qu’on pourrait me qualifier de directeur musical ! Mais au final, pour ce qui est des solos de guitare ou de savoir quel roulement de batterie exactement Hannes [Van Dahl] va jouer, c’est eux qui décident. J’ai envie que Sabaton sonne comme Sabaton indépendamment de qui est dans Sabaton à ce moment-là. D’un autre côté, j’ai aussi envie d’entendre les personnes qui sont dans Sabaton à ce moment-là. C’est un peu un paradoxe. C’est bien de pouvoir entendre un solo de guitare et dire : « Oh ouais, c’est le style de ce guitariste. » On peut tout de suite entendre si c’était Oskar [Montelius], Thobbe [Englund], ou Chris [Rörland] ou Tommy [Johansson]. C’est pareil avec le jeu de batterie ; j’ai envie qu’il transparaisse. Ça peut être via des intros, des roulements, des choses de ce style.

Votre ancien collègue Thobbe Englund réalise un solo sur « Fields Of Verdun. Etait-ce une façon pour lui de passer le flambeau et donner sa bénédiction à Tommy ?

Eh bien, il a déjà fait ça en 2016. Tommy apprend très vite, et il a appris les musiques que j’avais écrites avec Thobbe plus vite que Thobbe lui-même les avait apprises ! [Rires] Je ne suis pas en train de dire quoi que ce soit de méchant à propos de Thobbe, évidemment. En fait, c’était très simple : je suis allé à Falun, notre ville d’origine, pendant quelques jours, et je me suis dit que j’allais écrire de la musique. J’ai donc dit : « Thobbe, ça te dit qu’on aille boire quelques bières et qu’on écrive d’autres musiques ? » Car je l’aime bien, et c’est amusant d’écrire de la musique avec lui. Donc nous avons écrit la chanson ensemble, et c’est marrant qu’il fasse partie de cet album même s’il ne fait plus partie du groupe. Il me manque parfois, car c’est un sacré personnage !

Vous avez récemment sorti la chanson « Bismarck », mais elle n’est pas présente sur l’album car elle n’a rien à voir avec la Grande Guerre. Cependant, vous avez déclaré que « le sens de cette chanson est qu’il s’agit d’un hommage à tous les fans qui ont contribué au fil des années en [vous] envoyant des idées pour des chansons futures ». Pensez-vous que c’est ça être un « groupe moderne » : avoir de plus en plus d’interactions avec les fans, y compris en les impliquant dans le processus créatif ?

Oui et non. Je ne pense pas que ce soit nécessaire, mais pour nous, d’une certaine façon, ça l’est. Le public est ce qui sera différent chaque soir. Les chansons seront plus ou moins les mêmes ; peut-être que quelqu’un improvisera quelque chose de temps en temps, mais nous sommes constants, et eux représentent, pour nous, le changement en tournée. C’est ce qui maintient la fraîcheur. Et chaque pays a son histoire. Dans le cas de « Bismarck », évidemment, nous connaissions déjà cette histoire, mais c’est vraiment cool de rencontrer des gens après les concerts qui… Disons que tu es dans un groupe qui chante à propos de sexe, drogue et rock n’ roll, par exemple, de quoi vas-tu parler avec tes fans ? De sexe, drogue et rock n’ roll ? Est-ce vraiment ce dont tu as envie de parler tous les soirs, tout le temps ? Dans notre cas, c’est vraiment intéressant, car nous pouvons rencontrer quelqu’un en Argentine, au Brésil ou au Japon, il lance une conversation – ce qui peut être embarrassant ou ennuyeux suivant notre sociabilité à tous les deux, évidemment ! Aussi, il y a la barrière de la langue et tout. Mais quand il s’agit d’histoire, c’est quelque chose qu’on a en commun, et j’aime entendre des histoires. Donc nous nous sommes dit que pour notre vingtième anniversaire, au lieu de faire un coffret et pousser les gens à acheter de la musique qu’ils ont déjà, pourquoi ne pas regarder plus loin ? Nous avons donc pris le sujet qui avait été le plus suggéré et proposé une chanson gratuite. « Hey les gars, voilà pour vous, pas besoin d’acheter quoi que ce soit. Merci pour vingt années de services ! » Même si tous n’ont pas servi pendant vingt ans. Mais ça s’est retourné contre nous : nous pensions ne pas monétiser ceci, et à peine trois heures plus tard nous commencions à recevoir des conneries, du genre : « Pourquoi est-ce que ce n’est pas sur Spotify ou Apple Music ?! » Mais ce n’était pas l’idée ! [Rires] Donc nous nous sommes dit que nous devions la sortir. Ça sortira dans deux jours.

« Trouver de nouvelles choses qui restent Sabaton sans pour autant répéter mon processus de pensée ou les mêmes progressions d’accords ou la façon dont nous faisons la batterie ou les guitares, ça devient de plus en plus dur. »

Pär : Aujourd’hui, on peut avoir des retours plus directs par rapport à ce que les fans veulent vraiment. Quand nous avons commencé à écrire de la musique, nous n’avions aucune idée de ce que les gens voulaient. Nous écoutions les quelques fans qui nous écrivaient par e-mail en pensant que c’était une bonne représentation de la réalité, mais ce n’était pas le cas. Quand nous organisions notre première tournée en tête d’affiche, nous basions nos concerts sur la quantité d’e-mails que nous recevions. Nous recevions tellement de messages de Hollande que nous pensions que nous étions aussi gros là-bas qu’en Allemagne. La vraie différence était la maîtrise de l’anglais : les Néerlandais sont meilleurs en anglais – en tout cas, ils l’étaient à l’époque –, donc c’était plus facile pour eux de nous écrire. Donc nous pensions que nous avions plein de fans en Hollande, mais quand nous y sommes allés, presque personne ne venait à nos concerts ! Ça nous a appris une leçon. Au moins nous écoutions les fans, mais nous ne comprenions pas l’importance de nous renseigner sur le background des gens ! De nos jours, il y a des analyses de données pour nous aider à comprendre. Les gens qui nous disent que ce qu’on fait est nul seront toujours les plus bruyants. C’est hilarant de les voir tout le temps se plaindre, peu importe ce qu’on fait. En parlant de « Bismarck », c’était un cadeau pour les gens. Que veulent le plus nos fans ? Ils veulent une chanson sur Bismarck, apparemment, car c’est le sujet le plus demandé. Donc nous avons sorti ça, et nous n’essayons pas de pousser les gens à l’acheter ; nous offrons la chanson, c’est gratuit. Et ensuite, il y a tous ces gens qui se plaignent : « Pourquoi on ne peut pas l’acheter ?! » Ils sont bruyants, mais au final, je sais qu’ils ne sont pas si nombreux. Ou dans ce cas, je n’ai pas besoin d’y prêter trop attention. La plupart des gens sont content que nous leur ayons donné une chanson. Et si quelqu’un n’est pas content d’obtenir quelque chose gratuitement, qu’il en soit ainsi ! [Rires]

Le clip de « Bismarck » a été réalisé avec l’aide de Wargamming/World Of Warships. Comment ont-ils été impliqués ?

Wargamming a lancé leur jeu « World Of Tanks » en 2011 en Europe, et j’y ai tout de suite joué. Les gars qui ont développé le jeu écoutaient du Sabaton pendant qu’ils le concevaient. Quelques années plus tard, j’ai rencontré un des gars derrière « World Of Tanks », nous sommes devenus amis, et nous avons commencé à parler. Il écoute notre musique, nous jouons à son jeu, donc nous avons commencé à parler de ce que nous pouvions faire ensemble. Nous avons eu plusieurs idées depuis, et nous coopérons de façon rapprochée. C’est super. Ils font, en gros, ce que nous faisons : ils prennent l’histoire et la modernisent, en utilisant un média actuel. Nous pouvons nous entre-aider. Ils ont aussi World Of Warships, donc nous avons dit que nous prévoyions de faire la chanson « Bismarck », ils étaient très excités. Ils ont dit qu’ils pouvaient nous aider, car ils avaient des réalisateurs et un studio d’animation de grande qualité. Le résultat est super !

Vous avez sorti une reprise de « Fields Of Verdun » par Apocalyptica avant de sortir le single, ce qui, encore une fois, est assez inhabituel…

Joakim : Ouais, une promotion croisée entre groupes et une petite mise en appétit pour les fans : ils attendent le premier single, mais non, voilà « Bismarck » ! Quoi ?! Et ensuite, voilà une reprise ! [Rires]

Comment c’est venu ? Qui en a eu l’idée ?

C’est une question pour Pär. C’est le cerveau derrière cette combine. Nous apprécions les gars d’Apocalyptica, bien sûr, et nous aimerions en faire plus avec eux. Mais c’était Pär qui les a rencontrés à Madrid. Je suppose qu’ils ont bu quelques bières après le concert et ont essayé quelques idées folles…

Pär : Ouais, j’ai voulu faire quelque chose avec Apocalyptica. J’aime ce groupe, je le trouve très intéressant. J’ai voulu rencontrer le groupe, j’avais un peu de temps libre et ils jouaient à Madrid, donc j’ai pris l’avion pour aller à leur rencontre et je leur ai présenté l’idée. Dès le début, mon idée était de présenter le premier single du nouvel album de Sabaton sous la forme d’une reprise par Apocalyptica. Les gars ne se sont pas interrogés une seule seconde, ils ont trouvé que c’était une super idée. Quand j’en ai parlé pour la première fois, plein de gens ont trouvé que c’était une idée stupide, mais je me suis dit que j’allais quand même le faire parce que pour moi, c’était super ! Beaucoup de gens ont été choqués, mais je n’ai pas vu de réaction négative. Les fans Apocalyptica étaient très contents, les fans de Sabaton étaient très contents… Personne n’est passé à côté de quoi que ce soit ; nous ne leur avons rien enlevé, nous leur avons juste proposé quelque chose en plus. Comment est-ce que ça pourrait être négatif ? Donc quand les gens m’ont dit que ce n’était pas une bonne idée, je ne les ai pas écoutés ! Traditionnel, c’est la seule chose que ça n’était pas.

Après quelques bières, c’est généralement là que la magie opère…

Joakim : Ouais, ou quand les gens sont relax. C’était pareil quand Pär, moi et notre manageur avons parlé de la planification de la tournée, ou autre : vous allez à un meeting, vous rayez des points sur une liste, et ensuite, une fois que c’est fini, vous partez manger. C’est là que les gens sont détendus et ont ces idées folles. Ou plutôt elles semblent folles et décalées, mais ensuite quelqu’un d’autre rebondit dessus et dit : « Ouais, c’est putain de dingue, mais et si… »

Vous sortez trois versions de l’album : la version normale, une version avec des commentaires et une autre intitulée Soundtrack To The Great War. Pouvez-vous nous en dire plus sur ces versions alternatives ?

Pär : La version standard est assez directe. C’est celle qui, je crois, sera la plus écoutée. Car aujourd’hui, la plupart des gens apprécient la musique en écoutant une ou deux chansons et en les mettant dans leur playlist préférée. On ne devrait pas aller à l’encontre de cette pratique, on devrait même l’encourager. Si c’est ce que veulent les gens, on ne devrait pas les empêcher d’apprécier la musique comme ils veulent. Mais j’aime profiter d’un album du début à la fin, et j’aime avoir un concept plus profond derrière un album. L’édition « historique », avec la narration qui lie les chansons, est devenue ce concept plus profond. Si on veut apprécier l’album comme un tout, je recommande chaudement cette version. C’est la meilleure façon d’apprécier l’album. Ensuite, il y a la troisième version, Soundtrack To The Great War. C’est une version orchestrale de l’album, sans vraiment la participation du groupe, si ce n’est en tant que compositeurs et producteurs. D’autres musiciens jouent sur cette version. C’était une idée intéressante à essayer, et j’adore le résultat. Lorsque je l’ai présenté à une bonne amie à moi, je lui ai joué les trois versions, et elle a dit : « C’est génial ! Je peux écouter l’album dans mon bureau, car on n’a pas le droit d’écouter du heavy metal au bureau ! » Donc j’étais là : « Et voilà, tu peux écouter un album de heavy metal sans que ce soit du heavy metal ! »

« Parfois les gens s’énervent contre nous ou nous détestent parce que nous avons raconté l’histoire sous une autre perspective que celle qu’ils auraient aimée. Nous racontons aussi des histoires que certains pays ne veulent pas entendre être rappelées. »

Cette année marque les vingt ans de Sabaton. Vous avez remporté de nombreuses victoires au fil des années mais quel a été le coût de ces victoires ? Est-ce que vous avez parfois eu l’impression d’être des soldats rampant dans des tranchées boueuses – pour reprendre une métaphore du dossier de presse ?

Joakim : Parfois, vraiment pas souvent, pour être honnête. Faire ceci est une bénédiction et une malédiction. C’est exactement ce à quoi on s’attendrait : lorsqu’on fait ça, il y a de très bonnes choses et il y a de très mauvaises choses. Cependant, ce qui est bien et ce qui est mauvais n’est pas ce à quoi les gens s’attendent. Glamour ? Non. Il y a beaucoup d’attente. « Dépêche-toi et attends », comme on dit. Tu vas dans la file d’attente à l’aéroport, tu te presses pour aller à la porte d’embarquement et tu attends. Mais quand nous nous amusons, je pense que c’est la plus grande éclate qu’on puisse avoir, quand tu as un super concert ou quand tu es invité à une de ces fêtes de dingue dans un endroit improbable où tu rencontres des gens que tu n’aurais jamais cru rencontrer. « C’est quoi ce bordel ? » « Ok, j’ai passé une super soirée ; c’était complètement dingue, je ne sais pas ce qui s’est passé ou comment on s’est retrouvés là, mais c’est génial ! » Et puis, le lendemain, tu as choppé une salmonelle et tu as 42 de fièvre, tu essayes de le cacher aux fans, en te demandant si tu vas te chier dessus sur scène ce jour-là. Téléphoner pour prévenir qu’on est malade n’est pas possible, parce qu’il y a peut-être des milliers de personnes qui t’attendent et qui ne peuvent pas vraiment reprogrammer leur emploi du temps en fonction de tes maux de ventre ! Donc évidemment, tu ne vas pas dans le bus de tournée, parce que tu n’as pas envie de répandre une infection ou autre, donc tu te débrouilles par toi-même pour aller d’une ville à l’autre, en espérant réussir à prendre l’avion à temps. C’est le mauvais côté ! Mais le bon surpasse le mauvais, car il y a plus de bons moments que de mauvais moments.

Sabaton a toujours été connu pour ses albums qui tournent autour de thématiques historiques et des guerres. Pensez-vous qu’aborder l’histoire de tant de pays permet au groupe de forger des liens plus forts avec ces pays, surtout quand vous jouez ces chansons en concert ?

Ouais, mais c’est une épée à double tranchant. Parfois les gens s’énervent contre nous ou nous détestent parce que nous avons raconté l’histoire sous une autre perspective que celle qu’ils auraient aimée. Nous racontons aussi des histoires que certains pays ne veulent pas entendre être rappelées. D’un autre côté, je ne pense pas que nous serions aussi gros en Pologne sans des chansons comme « Uprising » ou « 40:1 ». Donc c’est une bénédiction et une malédiction. Ça va dans les deux sens. Nous n’essayons pas d’utiliser le nationalisme à des fins promotionnelles. Restons sur l’exemple de la Pologne. Certaines personnes pensent peut-être : « C’est cool, ils ont fait une chanson pour nous ! » Oui, mais non. C’était une histoire extraordinaire, et nous trouvions qu’elle méritait d’être entendue hors de Pologne. Car dans la plupart des cas, les Polonais connaissent déjà cette histoire. Peut-être que « 40:1 » était oubliée de la plupart des Polonais, donc nous avons eu de la chance avec ça. Nous avons quelque chose dont la plupart des gens en Pologne n’ont pas entendu parler. Mais il n’y a personne en Pologne au-delà de cinq ans qui ne connaît pas l’insurrection de Varsovie. Nous trouvions que c’était cool de chanter à propos de ça, mais… Je veux dire que j’adore jouer cette chanson ici, en raison de l’atmosphère et des gens qui scandent : « Warsaw, rise ! » C’est fou. Mais la raison pour laquelle nous avons fait cette chanson n’était pas pour raconter l’histoire de l’insurrection de Varsovie aux Polonais, car ils la connaissent mieux que nous ! Mais plutôt, peut-être : « Hey, l’Amérique, vous avez entendu parler de ça ? »

Vous venez de Suède, un pays neutre. Est-ce que ça implique que vous avez une autre perspective de la guerre, comparés à un Français, un Anglais ou un Allemand ?

Pär : Peut-être au début. Je l’ai dit plus tôt, mais on nous apprend tous des choses différentes, et on base tous notre perception de la vie sur ce qu’on nous a appris et ce qu’on a appris. En Suède, on apprend une partie de l’histoire, mais pas tant que ça. La Première Guerre mondiale, par exemple, est totalement mise de côté en Suède. En gros, elle n’a pas d’importance. On en apprend très peu à l’école. Il y a bien plus de choses au sujet de la Seconde Guerre mondiale, et nous étudions l’Empire suédois, mais la Première Guerre mondiale était complètement inconnue en Suède quand j’allais à l’école. On ne la connaît que parce qu’il y a eu une Seconde Guerre mondiale ! On lit la suite du roman !

Vous avez lancé en février la chaîne YouTube Sabaton History, avec l’aide des historiens Indy Neidell et Spartacuss Olsson. Pouvez-vous nous parler de la création de cette chaîne YouTube et de ces collaborations ? Quelle était l’idée là-derrière ? Est-ce votre façon d’enrichir l’expérience de vos albums, à l’instar de la version avec les commentaires ? Car vous prévoyez de couvrir chacune des chansons de votre discographie, n’est-ce pas ?

Oui, l’idée est de couvrir chacune de nos chansons, et peut-être même d’aller encore plus loin avec certaines d’entre elles. Il est possible que certaines chansons bénéficient de plusieurs épisodes, car il y a beaucoup à dire. Nous avons décidé que le format serait quelque part entre douze et quinze minutes. Je suis quelqu’un de très bavard, et parfois je parle pendant très longtemps… J’étais si excité quand nous avons filmé la première vidéo, au sujet de « 40:1 », que j’ai commencé à en parler, et j’ai parlé pendant quarante-cinq minutes. Le réalisateur était là : « Oh mon Dieu, qu’est-ce qu’on va faire de ça ?! On prévoit d’avoir quatre minutes de toi en train de parler, et maintenant on en a quarante-cinq. L’éditeur va nous trucider ! » Je suis simplement passionné par les histoires derrière nos chansons, et j’ai énormément de choses à dire ! C’est vingt ans d’histoire du groupe, et je peux vous raconter beaucoup de choses sur les chansons. Donc nous avons décidé de revisiter certaines d’entre elles et de rendre les épisodes plus intéressants. La partie sur Sabaton est déjà intéressante, mais les événements historiques derrière ces chansons sont tellement énormes. Qu’avais-je à dire à propos de « Fields Of Verdun » quand nous avons fait cet épisode ? Presque rien, car elle n’était pas encore sortie, nous n’avons encore aucun souvenir avec, aucune impression, rien. Et qu’est-ce qu’Indy a à en dire ? Un tas de choses ! Il a une période de plus de trois cents jours au sujet de laquelle parler, donc il doit résumer ça en dix minutes… « Super, merci les gars ! » Sur sa précédente chaîne, la Grande Guerre, il l’a traitée en environ quarante-cinq épisodes. Voilà pourquoi nous pouvons revenir sur certains de ces épisodes et les revisiter, pour que cette chaîne sur l’histoire soit encore plus durable. L’idée est venue très tôt ; nous voulions déjà la mettre en place il y a quinze ans, mais c’était impossible à l’époque, car ça requiert beaucoup de ressources. Je veux dire qu’il y a trois historiens, deux éditeurs, des ingés son, une équipe de tournage, des écrivains et des gens qui s’occupent des réseaux sociaux qui travaillent tous dessus. Il y a une assez grosse équipe derrière chaque épisode, et moi je suis également le producteur. On pourrait croire qu’il s’agit juste d’aller au studio et de parler, mais ça nécessite beaucoup de recherche, d’écriture, de planification et d’exécution. C’est un gros truc, et je suis tellement fier de ce que nous avons accompli jusqu’à présent. Quand nous avons commencé à parler avec Indy du genre de format que nous voulions faire, quand nous avons commencé à envisager de porter ça sur une chaîne de télé, plusieurs étaient intéressées pour nous acheter toute la production. Mais j’ai dit non ; ceci n’est pas fait pour une chaîne de télé spécifique, pour un nombre limité de personnes. L’idée principale est que ça doit être accessible à tous les fans de Sabaton à travers le monde, et la meilleure plateforme pour ça est YouTube. Je suis fier de cette décision, même si notre comptable pourrait ne pas être d’accord ! [Rires]

Interview réalisée en face à face le 15 mai 2019 par Tiphaine Lombardelli.
Fiche de questions : Tiphaine Lombardelli & Nicolas Gricourt.
Retranscription : Tiphaine Lombardelli.
Traduction : Nicolas Gricourt.
Photos : Tallee Savage (1 & 2), Timo Isoaho (3, 5 & 6) & George Grigoriadis (7).

Site officiel de Sabaton : www.sabaton.net.

Acheter l’album The Great War.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Tool @ Hellfest
    Slider
  • 1/3