ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

SAMAEL AUX DOCKS DE LAUSANNE


Artistes : SamaelSybreed Twister
Lieu : Lausanne (Suisse)
Salle : Les Docks
Date : 02-02-2008
Public : 450 personnes environ

L’équipe de Radio Metal s’est déplacée en Suisse, samedi 2 février, pour assister au concert de Samael ! Un concert qui avait lieu à Lausanne aux Docks. Samael se produisait en compagnie de 2 autres groupes suisses : Twisted et Sybreed.


Twisted

La soirée démarre à 21H (et oui le suisse est tardif !) avec le groupe Twisted. Ces derniers évoluent dans un Neo Metal aux touches Hardcore. Le chanteur cabriole avec une énergie époustouflante et chante à la manière de Chino Moreno, le leader de Deftones. Le groupe déploie une vraie énergie avec des riffs de guitares fracassants mais tout de même un peu redondants. Car twisted ça bouge mais c’est musicalement assez rébarbatif. Au bout de 20 minutes, le spectacteur/auditeur se lasse d’une musique assez limitée. La curiosité du début du set s’en est allée.


Sybreed

Place au deuxième groupe de la soirée : Sybreed. Voilà un combo qui commence à avoir une belle reconnaissance internationale avec leur musique très orientée cyber metal. Antares, le dernier album du groupe, a reçu les éloges de la presse. Mais hormis quelques convaincus dans l’assistance, Sybreed a donné un concert moyen ce samedi soir. Une prestation bien en dessous du niveau escompté. En fait, les musiciens semblent assez fatigués. Benjamin (chant) est émoussé et perd rapidement sa voix. La musique de Sybreed oscille entre des passages criés et des parties chant clair. Un peu à la manière des groupes Fear Factory et Soilwork. Et, pour Benjamin, tenir ce rythme sur scène s’avère délicat alors que sur album la mayonnaise prend bien. Les parties claires se transforment donc en de petits cris échappés. Le rendu est bien léger pour un groupe dont on attendait plus. Cependant Sybreed est un combo qui a un vrai potentiel scénique. A revoir dans d’autres conditions.


Vorph de Samael

Une bonne demi-heure plus tard, Samael se présente sur scène. Les deux groupes précédents ayant respectivement joués 30 et 40 minutes. Il est donc 11h20 à notre pendule Metal lorsque le noir se fait dans la salle. On note la présence de deux écrans géants sur scène. Les jolies lumières éclairent cette dernière et l’intro démarre. Les musiciens se présentent sur scène dans le calme en saluant la foule comme il se doit. Vorph a quand même un charisme assez saisissant. Ca démarre fort alors que pourtant rien ne s’est passé !

Place à la musique avec le titre Solar Soul pour ouvrir les hostilités. Solar Soul est le nom du dernier album de Samael et également le nom du premier morceau de l’album. Un titre très rentre dedans qui ne fait pas vraiment dans le détail ! L’enchaînement avec le rapide Reign Of Light est idéal et est apprécié à sa juste valeur par un public acquis à la cause du groupe suisse. Le set démarre en fanfare avec un Vorph à la présence toujours aussi impressionnante. De plus, le chanteur/guitariste ne cesse de solliciter un public d’ailleurs très réceptif. Le jeu de scène de Vorph, ainsi que sa manière de chanter, est sensuel et froid. A l’image de la musique du groupe.

Les autres musiciens ne sont pas en reste. Loin de là. Mas, le formidable bassiste de Samael, est fascinant. Son enthousiasme est communicatif. Le ventilateur placé juste devant lui donne à son jeu de scène, déjà très original, une dimension encore plus aérienne. Mas se déplace dans un style qui lui est propre : son corps est adroitement élastique et oscille délicatement d’avant en arrière.

Le formidable et talentueux Xy, compsiteur unique de la musique de Samael, se tient debout derrière sa machine/batterie. Il est situé au centre de la scène derrière son frère au chant. Les gestes de Xy sont finement exécutés et avec une grande dextérité. Il palpe, manipule et gouverne ses clavier et kit de batterie avec passion. Rain, symbole de ce déchainement furieux, est sans conteste l’un des titres phares de ce samedi. Les lumières jaunes accompagnées d’images de cieux en colère sur les écrans géants étant du plus bel effet.

Makro (guitare) livre au public une prestation tout autant inspirée. Et ce même si il reste un peu plus statique que ses camarades de jeu. En effet, à l’instar des autres membres du groupe, on sent une vraie énérgie qui se dégage du guitariste.

Les Samael sont véritablement brillants : Helvetia Gloria ! Lorsque Samael joue sur scène, il se passe vraiment quelque chose. Comme un élan de magie, d’hypnose. Effectivement, une force communicative se dégage des 4 membres du groupe que l’on sent sur la même longueur d’onde.

Par ailleurs, chaque album de Samael est invité et revisité ce soir. Ce qui est, convenons-en, une bonne nouvelle. Trop de groupes ayant pour habitude de présenter leur dernier album avec 6 ou 7 titres de celui-ci. Mais lorsque l’on a une discographie comme celle de Samael, il paraît nettement plus judicieux d’utiliser une set-list variée. Et c’est ce que nous avons eu lors de ce concert. Donc merci au groupe !

En outre, l’enchaînement Infra Galaxia/Year Zero, deux titres issus d’Eternal, est somptueux. Infra Galaxia et son atmosphère tamisée étant idéal pour faire une coupure calme (bien que puissante) pendant le show. Le fantastique et entraînant Year Zero propose quant à lui un retour dans le temps au public avec des images de chiffres à l’infini derrière Xy.

Les écrans géants renforcent le côté galactique des compos de Samael et sont utilisés à bon escient. Ce sont des paysages, des images de cieux en folie, de planètes, d’apocalypse qui sont mises en avant. Avec Samael, nous partons pour un autre monde. Tous les couplets sont repris en choeur par le public et les cheveux volent dans tous les sens. Moongate est un moment fort du concert. La chanson On Earth fait naître la solidarité parmi la foule : tout le monde se prend par les épaules et tend ses deux bras de la gauche vers la droite. On Earth c’est un peu le tube pop de Samael ! Vous pouvez d’ailleurs l’écouter sur Reign Of Light.

Et puis, le groupe suisse y va même de sa reprise ! Il s’agit d’un titre de Motörhead joué façon Samael : intéressant ! 3 rappels sont exécutés malgré l’heure tardive dont The Cross et le terrible My Saviour. Personne ne veut que le concert se termine mais, comme le rappelle les écrans géants et l’expression The End qui y figurent, c’est bel et bien terminé pour ce soir.

Samael nous a offert un concert proche de la perfection. Le charisme ténébreux des membres, et leur sympathie communicative, a fait de cette soirée un moment très fort. A revoir absolument !



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3