ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

SATAN JOKERS ET PATRICK RONDAT ILLUMINENT LE TRABENDO



Artistes : Satan JokersPatrick Rondat[/urlb]
Salle : Le Trabendo
Date : 08-11-2009
Public : 380 personnes environ

Première constatation, le public n’est pas vraiment là, loin s’en faut. Le Trabendo, cette superbe salle répétons-le, est presque vide. Et pourtant, l’affiche mérite le détour. Les bordelais en auront jugé autrement car, faute de préventes, la date du 9 a été annulée. Eh, les gars, avez-vous vu tant de concert metal dans votre vie pour faire la fine bouche ?

Deuxième constatation, côté musiciens, ce soir, il y a du lourd. Patrick évidemment. Mais que dire de son bassiste, Patrice Guers ? Satan Jokers n’est pas en reste non plus avec, en guise de guitar hero, la personne de Michaël Zurita, et un bassiste que les connaisseurs connaissent déjà (normal, si ce sont des connaisseurs…): Pascal Mulot. Si l’on regarde de plus prés, on voit que Patrick Rondat a joué sur des albums de Pascal Mulot. Peut-être qu’il est là, le lien de l’affiche, en plus de la qualité intrinsèque des musiciens. Ajoutez à cela Aurel, un batteur fou chez Satan Jokers et cela donne une belle équipe d’artificiers prêts à mettre le feu. Et c’est ce qu’ils ont fait.

Il est vingt heures quand Patrick Rondat et son orchestre investissent la place. La formation est sobre : basse, batterie, guitare et clavier. Quatre mecs pour une prestation, il faut le reconnaître, spéciale, ingrate presque, puisqu’il ne s’agit que d’instrumentaux. Néanmoins, elle offre de beaux moments en alternants passages planants et séquences plus heavy. Niveau gratte, évidemment rien à redire. Niveau humilité et humour non plus.


Patrick plaisante, précisant « c’est cool ce soir, je ne suis pas pas loin de chez moi! », plaisantant aussi sur le fait que ces conneries ne sont plus de son âge, qu’il devrait trouver un boulot peinard comme à l’époque où il travaillait au rayon vêtement de Carrefour…


Patrick, guitariste surdoué

Les musiciens sont irréprochables, Patrick est par moments littéralement habité, le tout dans une étonnante décontraction. Le groupe prend un indéniable plaisir à être là, à jouer face à cette foule, même peu importante, qui profitera dans un silence religieux des notes de ces monstres de talent.

Patrick laissera un moment la place à ses musiciens. Le bassiste en profitera pour nous démontrer toute l’étendue de ses capacités, tapant ses cordes du pouce, jouant directement sur le manche à la manière d’un guitar hero. Le solo qu’il propose s’avère éclatant de classe, d’efficacité et de sobriété.

Le duo entre Manu Martin au clavier et Patrick constitue un autre moment fort de cette prestation qui se terminera au bout d’une heure dix, avant un rappel de deux titres dont le fameux Vivaldi Tribute. Patrick s’excuse auprès des Satan Jokers pour avoir débordé et laisse la place chaude pour la bande de Renaud.


Un groupe heureux d’être sur scène.

Set-list Patrick Rondat :

Intro
Donkey
Born TB
Tethys
Burn Out
Ephemeral
Lady Boy
Amphibia 1/6

Rappels :

Vivaldi
Bag

[/urlb]

Il est 21h40 quand Satan Jokers débarque pour continuer la soirée. Ce qui frappe c’est le look très années 80 des musiciens, particulièrement celui de Michaël Zurita, le gratteux solo avec son moule burne gris métallisé, ses converses assorties, ses babioles turquoises et des ray bans miroir.

A la rythmique, Olivier Spitzer et son bandana ne dépareillent pas. Renaud disait dans sa récente interview accordé à Radio Métal qu’il voulait quelque chose de très marqué années 80 et c’est réussi. Lui porte des New Rock qui l’ancrent dans l’époque actuelle. Mais ne jugeons ni un livre par sa couverture, ni un disque par sa pochette, ni un groupe par son look – ceux qui ont écouté l’interview devrait saisir l’allusion. Quant aux autres… quoi, vous êtes encore là ? Précipitez-vous là dessus et revenez vite :

La musique, le contenu, c’est cela qui compte.
Côté contenu, nous sommes donc dans du Heavy Metal très eighties – ce que revendique Renaud, vous l’aurez compris – et qui, contrairement à ce que l’on aurait pu craindre, passe l’épreuve du temps. C’est un peu outrancier par moments, notamment dans les manipulations démonstratives de guitare, mais cela reste recherché et efficace, d’autant que les musiciens ne ménagent pas leurs efforts et occupent bien la scène. Renaud a toujours la même voix particulière, reconnaissable, à la différence des hurleurs actuels.


Renaud, un vocaliste reconnaissable entre mille !

Renaud porte Satan Jokers, pratique la dérision à outrance, est finalement toujours à la limite du lard ou du cochon peut-être parce que justement très outrancier dans sa démarche. Satan Jokers en fait des tonnes. S’ils était un fromage, ils ne seraient certainement pas rangés avec la vache qui rit et le caprice des dieux mais bien avec les fromages de caractères. Illustration avec le discours right in your face du chanteur quand celui-ci dit qu’il a mis son déguisement du « gros con prétentieux de Satan Joker » pour aller de pair avec l’image attendue.

Renaud dévoile également son visage de militant en scandant que « tant que le groupe aura des idées, nous sortirons des disques ». Il est reconnaissant au public de ne pas lui reprocher son passé dans la pop et la variété française. Renaud plaisante sur son âge avancé en se posant sur un tabouret pour un morceau acoustique. L’émotion sera également au rendez-vous avec « Addiction », dédié à Laurent Bernat, bassiste co-fondateur du groupe, décédé il y a cinq ans.


Michaël Zurita n’en peut plus de décocher solos sur solos

A cet instant, Patrick Rondat se trouve sur le côté de la scène et secoue la tête, prenant manifestement plaisir à regarder le show : il est servi en musiciens talentueux ! Michaël Zurita n’en peut plus de décocher des solos (l’hymne américain est juste un peu éculé), la batterie prie pour qu’Aurel, « 28 ans l’enfoiré » dixit Renaud, lui laisse un moment de répit notamment sur son solo en fin de set.


Renaud Hantson avec Pascal Mulot, le bassiste qui a permis de relancer la machine.

Quant à Pascal Mulot à la basse, ce serait à priori lui qui aurait poussé Renaud a relancer la machine Satan Jokers et à refaire des albums. Il nous gratifiera d’un énorme solo de basse avec, jouant avec ses dents, interagissant avec le public, sautant dans la fosse. Comme avec Patrick Guers, cela reste sobre, efficace, rentre dedans. Ceux qui n’étaient pas là ont loupé quelque chose et, alors qu’on approche de la fin du set de Satan Jokers, la soirée n’en a pas encore fini de livrer ses surprises.

Et les surprises, elles sont de taille. Pour commencer Satan Jokers reprend un classique, « Get It On » de T Rex, en guise d’amuse gueule. Patrick Rondat rejoint les Satan Jokers pour un excellent « Purple Haze » où Renaud s’installe derrière les futs. Pas mal, non ? Puis c’est au tour des musiciens de notre guitar hero français de venir jouer « Knockin’ on Heaven’s Door » de Dylan avec le Sire Hantson au chant. Pas mal non plus !

Mais que dites-vous des deux groupes réunis sur la même scène, Patrick Rondat et Michaël Zurita jouant sur la gratte de l’un et de l’autre pour un « Breaking The Law » que Judas n’aurait pas renié ? Que vous avez loupé un moment exceptionnel comme on en voit que trop rarement en concert et que c’est bien dommage ? Eh bien vous avez raison. Merde, quoique l’on pense des groupes qui ont joué ce soir, ce b?uf restera un moment fort, intense et essentiel de fun, nous rappelant qu’avant tout, la musique est une fête et qu’il faut la célébrer comme il se doit ! De plus, trois heures de concert, ce n’est pas habituel pour seulement deux groupes. Merci les gars d’avoir fait de cette soirée un moment inoubliable… dans le bon sens du terme, évidemment.


Un boeuf d’enfer qui conclut la soirée en beauté !

Set-list Satan Jokers :

Intro Prelude 2010
Satan
Ephémère
Pas Fréquentables
Fetish X
USA (Union Sacrée Des Assassins)
Sorcier
Addiction (Mourir Avec Toi)
Silicone Baby
Professionnelle
L’Enfer C’Est Ici / Dictacteur / Guerilla / L’Enfer C’Est Ici (final)
Get It On (reprise T Rex)

Rappels :

En Partance Pour L’Enfer
Les Fils Du Metal

Set-list Boeuf Patrick Rondat / Satan Jokers :

Purple Haze (reprise J. Hendrix)
Knockin’ On Heaven’s Door (reprise B. Dylan)
Breaking The Law (reprise Judas Priest)

[/urlb]


Laisser un commentaire

  • J’étais à la date de Tours, avec environ 150 gus, et c’était excellent. A la base je suis assez fan de Patrick Rondat et ce soir là il était égal à lui même, divin. Satan Jokers je ne connaissais que peu, je les avais vu au Hellfest et j’avais aimé. Ce soir là ils ont mis le feu avec leur Heavy Metal 80′. Et comme à Paris, Le boeuf à la fin sur les même morceau.

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Trivium @ Villeurbanne
    Slider
  • 1/3