ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

Saxon : L’aigle a toujours les serres bien acérées !


Dans le sillage de ‘Warriors Of The Road’, CD/DVD/Blu-ray live tout chaudement sorti dans les bacs, Saxon sillonne l’Europe d’Athènes à Londres et la France du nord au sud. En effet, Toulouse, Lille, Paris, Strasbourg et Lyon auront eu la chance de voir le groupe poser ses flightcase pour célébrer toutes ces années passées sur la route ainsi que la sainte trilogie Wheels Of Steel, Strong Arm Of The Law et Denim And Leather comme l’indique l’affiche promotionnelle. Avec lui, Skid Row qui sort un deuxième EP, Rise Of The Damnation Army, chapitre deux d’une trilogie intitulée United World Rebellion. Les Américains au glorieux passé (lourd héritage ?) ont donc du nouveau matériel à proposer. Halcyon Way clôture cette affiche déjà bien alléchante. Officiant dans un heavy thrash, ils amènent dans leur besace leur dernier album, Conquer, qu’ils auront sûrement à cœur de défendre sur cette tournée.

Le décor est planté, les protagonistes présentés, n’attendons plus un instant et allons voir de plus près ces guerriers de la route !

Artistes : SaxonSkid RowHalcyon Way
Date : 24 novembre 2014
Salle : Bataclan
Ville : Paris

Halcyon Way

Halcyon Way monte sur scène devant un Bataclan assez peu rempli. Il n’est que 19h20. Le set débute par une introduction à la batterie sur laquelle chacun des musiciens fait son entrée, l’un après l’autre. Au moins les Américains sortent-ils du démarrage de base du concert de première partie. Sur scène, les musiciens sont motivés et mobiles. Jo Bodan se démène, photogénique avec son iroquois et ses lunettes noires. Max Eve bouge aussi, tirant la langue plus vite que Lucky Luke ne dégaine son arme. Un petit peu excessif tout de même. L’album Conquer offre logiquement l’ossature du concert de ce soir, concert qui reste assez plat. Les musiciens ont beau bouger, il ressort de l’ensemble une impression un peu empruntée. A l’image de la musique qui ne décolle pas vraiment. ‘Save Your tears’ sort éventuellement du lot d’un heavy très moyen malgré des voix gutturales que Jon assure sur certains passages et qui cherchent à donner une certaine originalité. A la décharge du groupe, la qualité du son ne permet pas forcément de goûter comme il se doit à leurs morceaux.

Le public applaudit néanmoins ces trente minutes de concert pas totalement convaincantes.

Skid Row

Les Ramones s’invitent au Bataclan comme ‘BlitzKrieg Bop’ et ses célèbres « hey ! ho ! let’s go » résonnent dans la salle, annonçant l’arrivée imminente de Skid Row. Et ‘Slave To The Grind’ ouvre le bal devant un Bataclan bien plus rempli. Le public salue ‘Big Guns’, chante le refrain de la power balad ’18 And Life’, titre plutôt efficace avec son introduction tranquille. La voix pêche parfois mais l’énergie dégagée par le groupe est appréciée par le public. « Twenty five years and we’re still here. Thank you very much !” indique Johnny Solinger, chanteur qui reprend la suite de Sébastian Bach, tâche ardue s’il en est ! Il s’amusera en expliquant que son français est mauvais et en demandant au public quel est son niveau d’anglais ! ‘Thick Is The Skin’ plus musclé offre une des rares incursions du soir dans la discographie post Sebastian Bach. Même les deux récents EPs ‘United World Rebellion’ ne sont représentés que par un titre chacun. Le set est court, il faut être efficace, ce que fait le groupe en s’appuyant sur ses classiques, pris entre l’enclume de son héritage et le marteau d’écrire un futur. « We love you ! » précise Johnny qui demande ensuite de faire du bruit pour Rachel Bolan, le bassiste. Celui-ci y va de son discours, prend une photo des fans et lance ‘Psycho Therapy’, reprise des Ramones sur laquelle il chante et qui est saluée par les spectateurs.

Le groupe termine une prestation de quarante-cinq minutes de bonne facture – malgré un son assez fort – d’où une âme se dégage vraiment. Le public aura apprécié et est bien préparé pour accueillir Biff et sa bande.

Mister Biff !

C’est au tour de Saxon de lancer son concert avec un morceau d’un autre groupe. Cette fois-ci il s’agit de ‘It’s A Long Way To The Top’ d’AC/DC bientôt remplacé par un son de moto qui annonce ‘MotorCycle Man’. ‘Sacrifice’ qui suit nous fait faire un grand écart temporel en nous amenant dans la toute récente discographie du groupe avant que ‘Power And The Glory’ ne ramène rapidement les classiques. Biff récupérera un drapeau français flanqué du dessin de la pochette de ‘Strong Arm Of The Law’, drapeau qui ornera la batterie de Nigel Glockler. Le chanteur sollicitera très rapidement le public. En effet, dès ‘Solid Ball Of Rock’, il invite les fans à chanter. Nibbs Carter fera quant à lui un petit tour dans la fosse photographe sur ‘LionHeart’ dont le passage calme sera soutenu par les applaudissements du public que Biff aura sollicités. Le chanteur à soixante ans passés montre une superbe forme et sa voix n’a pas bougé. Son timbre reste reconnaissable entre tous. Et l’homme a une sacrée présence, une belle prestance. Sur scène, il dégage quelque chose.

‘Strong Arm Of The Law’ – qui aurait mérité d’être plus enlevé ? – voit tous les musiciens se poster sur le devant de la scène montrant que Biff n’est pas seul à bord, mais tout de même, le groupe repose sur ses épaules. Il assume sans aucun souci son rôle de leader. Après toutes ces années, rien de plus naturel. Nibbs Carter est celui qui se démène le plus, Paul Quinn restant très discret, effacé presque. L’autre guitariste, Doug Scarratt, est plus présent même s’il n’en fait pas des tonnes. Côté production, le fond de scène est habillé avec un drap reprenant la pochette du DVD ‘Warriors Of The Road’. Les lumières sont fournies et des jets de fumée sur le devant de la scène produisent leur petit effet même si leur utilisation est un peu systématique.

Côté son, très bon. Un peu fort tout de même. Côté public, très bon aussi ! En effet, les fans sont venus nombreux et motivés. Ils chantent, applaudissent, font de ce bon concert, un beau moment.

Un bon concert

Biff s’adresse au public pour introduire ‘And The Bands Played On’, racontant que la première fois où ils ont joué ce titre était à l’occasion du Monster Of Rock en 1981. A l’affiche, Rainbow, Judas Priest, Scorpions, Saxon, April Wine. Belle programmation, n’est-il pas ? Et beau morceau aussi. ‘Frozen Rainbow’ nous ramène un cran de plus dans le passé ; le titre est issu du tout premier album du groupe. Le public salue ce titre plus calme montrant qu’il apprécie toutes les époques du groupe. Le classique ‘Heavy Metal Thunder’ redonne un coup de fouet à la soirée et permet à nouveau au public de chanter sur le refrain. Quel titre ! Les classiques sont nombreux ce soir, ‘To Hell And Back Again’, ‘747 (Strangers In The Night)’, ‘Crusader’. Logique, ils sont nombreux dans la discographie du groupe ! Et que dire du riff assassin de ‘Princess Of The Night’ qui amène la pause rappel et sur lequel les fans s’en donnent à cœur joie.

22h50, des ‘Saxon ! Saxon !’ soutenus d’applaudissements résonnent dans le Bataclan comme le groupe a quitté la scène. De retour, Biff énumèrent les villes françaises que le groupe traverse lors de cette tournée. Lyon, Strasbourg, Lille, England, ajoute-t-il avant de lancer « Mais ce soir it’s fuckin Paris »! Et l’on peut apprécier le bel esprit du public qui huera quelques-uns des endroits cités. Les gars, nous ne sommes pas dans un stade de foot alors laissez vos réflexes débiles au vestiaire ! Heureusement, ‘Wheels Of Steel’ met tout le monde d’accord, le groupe ne faiblit pas, les fans non plus qui applaudissent et chantent encore et toujours. « If you like singing Paris, can you sing louder than Lyon, than Strasbourg ? Can you sing louder than England ?” Malin, le Biff qui rebondit sur l’esprit chauvin du fan parisien. En tous les cas, sur les trois sollicitations orchestrées par le chanteur, le public donnera vraiment de la voix. Seul Biff et ses compagnons savent si cela aura été plus puissant qu’ailleurs ! Dans tous les cas, grand moment live. « You’ve been a fantastic audience, thank you. May be next year, we will be back with Motörhead “. Info, intox ? Rêve fou ? Que les Dieux du Metal rendent cette fois-ci cette affiche possible – la récente date programmée avec les deux groupes ayant été annulée suite aux problèmes de santé de Lemmy.

‘Denim And Leather’, claquant à souhait, conclut deux heures d’un concert généreux, bourré de pépites, avec un groupe en grande forme. Une vraiment belle soirée avec une grande formation de heavy-metal !

Merci à vous messieurs !

Setlist Saxon :

MotorCycle Man
Sacrifice
Power And The Glory
Solid Ball Of Rock
Lionheart
Strong Arm Of The Law
I’ve Got to Rock (To Stay Alive)
And The Bands Played On
Frozen Rainbow
Heavy Metal Thunder
Suzy Hold On
Valley Of The Kings
The Eagle Has Landed
To Hell And Back Again
747 (Strangers In The Night)
Forever Free
Crusader
Princess Of The Night
————————–
Wheels Of Steel
Denim And Leather

SetList Skid Row :

Slave To The Grind
Piece of Me
Let’s Go
Big Guns
18 And Life
Thick Is The Skin
Psycho Therapy
Monkey Business
We Are The Damned
Youth Gone Wild

SetList Halcyon Way (source setlist.fm) :

Conquer
On Black Wings
Web Of Lies
Hatred Is My Cause
Save Your Tears
Desecration Day

Live report et photos : Lost.

A voir également :

Galerie photos Saxon.
Galerie photos Skid Row.
Galerie photos Halcyon Way.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Greta Van Fleet + Vola @ Paris
    Slider
  • 1/3