ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

Saxon ne prend pas une ride


Il y a des groupes qui commencent à tourner en rond après quatre ou cinq albums, cherchant à se renouveler et ne trouvant plus LA grande chanson. Puis il y a les quelques rares combos qui continuent, après près de trente-cinq ans de carrière et une vingtaine d’albums au compteur, de sortir des disques solides et de produire des classiques.

Saxon fait partie de la deuxième catégorie comme en a attesté leur dernier album en date, Call To Arms. Le concert que nous chroniquons aujourd’hui date d’avant la sortie de cet opus mais cela va justement nous permettre de faire le comparatif suivant : ont-ils plus de charisme en concert que dans leur dernier clip ?! En tout cas, Saxon était accompagné lors de son passage parisien au Bataclan par les deux très jeunes formations que sont Vanderbuyst et Crimes Of Passion. Deux groupes en guise d’apéritif avant l’arrivée d’un des pionniers de la NWOBHM.


Artistes : SaxonCrimes Of PassionVanderbuyst
Date : 12 mai 2011
Lieu : Paris
Salle : Le Bataclan

Vanderbuyst

Nous entamons par conséquent avec le power trio néerlandais de Vanderbuyst qui, bien qu’existant depuis 2008, semble venir tout droit des années 80. Des riffs souvent rapides et mémorables sur un son particulièrement abrasif et old-school, le tout saupoudré d’un charme improvisé, donnent à cette formation un côté authentique très intéressant. Bien que tout droit sorti d’un musée d’antiquités, Vanderbuyst est bien vivant sur scène et en profite pour éveiller un public tout de suite très réceptif au show. Le groupe termine avec un hommage à Gary Moore, reprenant « Don’t Believe A Word » de Thin Lizzy avant de quitter la scène. Laissant donc un sourire satisfait sur le visage de nombreux spectateurs.


Crimes Of Passion

La prestation du groupe Crimes Of Passion qui suit a été particulièrement mal accueillie par beaucoup de nos confrères, et pourtant nous n’avons rien de réellement négatif à dire sur eux ! Certes, il n’y avait rien de réellement mémorable, mais rien de particulièrement mauvais non plus : Crimes Of Passion est au final un groupe de power metal anglais assez lisse, avec un chanteur faisant de son mieux pour être charismatique, alors que le reste du groupe reste lui plutôt en retrait à la différence des membres de Vanderbuyst évoqués précédemment. Mais il est difficile de critiquer un groupe lorsque la volonté de bien faire est indéniable avec un résultat scénique assez propre. Malgré tout, on notera une prestation vocale juste honorable et un son un peu trop baveux noyant les guitares. Crimes Of Passion terminera également son set avec un titre en forme d’hommage adressé à Dio, « Holy Diver ».

Après un rapide changement de plateau, les lumières s’éteignent et le long sample d’intro de Saxon arrive, petit à petit, crescendo. Cette montée en régime s’éternise quelque peu, de telle façon que, tandis que certains trouvent que l’intro en question fait agréablement monter la tension, des membres du public finissent par s’en agacer et s’impatientent. Le groupe finit tout de même par entrer en matière avec le single de leur dernier album, « Hammer Of The Gods ».

Qui est partant pour un gros câlin avec Biff Byford (Saxon) ?

La réputation live de Saxon n’est plus à faire, le groupe est connu pour ses prestations toujours solides et régulières malgré les années passant. Et bien que les guitaristes semblent quelque peu léthargiques en ce début de concert, l’énergie dans la musique est là, à l’instar du charisme légendaire du Biff Byford, pour vous décaper les oreilles.

Car Biff, à l’instar de Bruce Dickinson, fait partie de ces frontmen de la New Wave Of British Heavy Metal qui ne semblent pas affectés par le passage du temps. Cependant, bien que le chanteur sexagénaire ait un humour tellement débordant qu’il serait capable de tenir un one-man show, il ne nous en aura pas fait la démonstration ce soir, assurant son rôle de leader sans en faire trop. Petit à petit les guitaristes se réveillent, et on les croirait soudainement rajeunis de dix ans.

Saxon, ça fait plaisir (ici : Doug Scarratt)

Avec une setlist bien équilibrée entre les classiques, quelques surprises et des nouveaux morceaux, ce concert fut très agréable. Et ce particulièrement pour la présentation sur les planches d’un nouvel album très solide. En effet aucun des titres de Call To Arms joués ce soir n’a à pâlir face aux classiques mémorables du groupe que sont « Princess Of The Night » et « Crusader ».

Saxon terminera son show avec « Wheels Of Steel » sur son deuxième rappel avant de quitter la scène, nous laissant comblés et le sourire jusqu’aux oreilles. Ca c’était du concert !

Setlist :

Hammer Of The Gods
Heavy Metal Thunder
Never Surrender
Motorcycle Man
I’ve Got To Rock (To Stay Alive)
Back in ’79
Dallas 1 PM
Call To Arms
Rock ‘N’ Roll Gypsy
Demon Sweeney Todd
And The Bands Played On
Man And Machine
The Eagle Has Landed
Play It Loud
When Doomsday Comes (Hybrid Theory)
Denim And Leather
Princess Of The Night

Premier rappel :

Crusader
747 (Strangers In The Night)

Second rappel :

Strong Arm Of The Law
Wheels Of Steel

Photos : Loïc « Lost » Stephan



Laisser un commentaire

  • Ce concert était une tuerie ! Un groupe en grande forme, un son extra et des titres, des titres ! Les titres du nouvel album s’intègrent parfaitement bien.

    Putain, l’intro de Princess ! Putain les rappels !

    Franchement, j’ai la chance de voir plein de concert et là, entre Saxon, Maiden ou Judas, les anciens envoient sévère. Peut-être veulent-ils faire une dernière bonne impression avant la fin du monde.

    [Reply]

  • Fioooouuuuu l’enchainement « Hammer Of The Gods » – « Heavy Metal Thunder » – « Never Surrender » – « Motorcycle Man » en ouverture c’est du très très lourd. Et puis alors les rappels c’est pas compliqué, c’est tous mes titres préférés… J’aurai bien aimé être des vôtres !

    J’ai dja vu Saxon deux fois, à Lyon en 2006 ou 2007, c’était super, assez proche de ce que vous racontez dans ce compte-rendu. Par contre au Hellfest l’année dernière je les ai trouvé franchement limites. Comme quoi y’a des jours avec et des jours sans. Faut croire qu’ils sont meilleurs en salle qu’en plein air…

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Judas Priest @ Vienne
    Slider
  • 1/3