ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

News Express   

Scott Kelly (NEUROSIS) reconnait des violences envers sa famille et se retire de la musique


Dans un long communiqué publié sur son compte Facebook, le chanteur et guitariste de NEUROSIS Scott Kelly a annoncé qu’il se retirait du milieu musical et de la vie publique. Il explique dans sa déclaration avoir « abusé émotionnellement, financièrement, verbalement et physiquement » de sa femme et ses enfants ces dernières années. Il reconnait également des manipulations et des tromperies auprès de son entourage. D’après le musicien, ce sont certaines rumeurs concernant sa femme qui l’ont poussé à reconnaître ces faits.

Voici la déclaration complète de Scott Kelly :

« En raison d’événements récents, j’ai le sentiment que je dois clairement répondre à certaines rumeurs et rétablir la vérité. Au cours des dernières années, j’ai abusé émotionnellement, financièrement, verbalement et physiquement de ma femme et de mes jeunes enfants. Lorsque je suis devenu paranoïaque à l’idée que les gens allaient le découvrir, j’ai trouvé des moyens d’empêcher ma femme et mes enfants de travailler et d’aller à l’école et j’ai créé des divisions avec mes amis et les membres de ma famille. Je suis devenu obsédé par le contrôle et j’ai utilisé les menaces, la manipulation, les menaces d’automutilation et de suicide, j’ai infligé des dommages physiques aux gens et à leur réputation, tout cela pour garder ce contrôle. Lorsque j’ai su que ma femme allait me quitter, j’ai essayé de la convaincre, elle et les autres, que j’étais fou, que j’avais des visions et que je ne savais pas ce que je faisais. Elle a essayé de m’aider avec une thérapie et des psychiatres. Mes mensonges et mes tromperies se sont effondrés devant les professionnels. Lorsque ma femme a finalement essayé de partir, je l’ai traquée et harcelée jour et nuit et je l’ai fait vivre, ainsi que notre plus jeune enfant, dans un état de peur constant. J’ai menti ou dit des demi-vérités à tant de personnes à propos de tout cela que je n’arrive pas à en garder la trace. Je ne veux plus mentir à propos de tout cela. J’aime ma femme au plus haut point. Elle est la meilleure personne que je connaisse. Elle est intensément honnête, aimante et bonne jusqu’au bout des ongles. Cette lettre est une simplification massive des dommages irréparables que j’ai causés et des choses impardonnables que j’ai faites à elle et à nos enfants. En dire plus dans ce forum public n’aiderait personne. Comme la vérité a commencé à fuiter, il y a eu des gens qui ont essayé de blâmer ma femme pour mes abus afin de me donner une porte de sortie et des gens qui ont répandu des rumeurs ridicules et préjudiciables à son sujet. C’est de la merde. Elle mérite tellement mieux. Si vous adoptez cette mentalité ou répandez ces rumeurs, vous devez arrêter. J’ai de sérieux problèmes à régler et je me suis séparé de toute personne liée à ma vie publique afin de pouvoir me concentrer sur ma propre merde toxique. Lorsque ma femme a eu la gentillesse de répondre à des questions sur mon absence, elle a dû faire face à des accusations insensées. Il y a eu récemment une situation qui était tellement tordue qu’elle a nécessité une action immédiate de ma part pour mettre les choses au clair. Ma femme parle absolument pour moi en mon absence et j’ai déjà dit qu’elle est intensément honnête. Si vous ne voulez pas la vérité, ne lui posez pas de questions. De plus, il n’est jamais approprié d’approcher ou de questionner nos enfants.

Je sais maintenant que choisir de vivre une vie publique et d’être sur scène était la pire décision que j’aurais pu prendre étant donné ce que je suis. Je me suis cachée derrière l’attention et le respect et l’adulation non fondés. J’ai utilisé ma position sociale pour vous manipuler tous, directement et indirectement, et pour cacher les abus de ma famille. J’ai tiré satisfaction de ma tromperie et du contrôle perçu de toutes les personnes impliquées. J’ai cessé à 100% d’être un musicien professionnel. Certaines personnes peuvent se trouver dans une scène comme celle-ci où il n’y a aucune responsabilité et maintenir leur intégrité. Moi, je ne le peux pas. Pour le reste de ma vie, mon seul objectif est de prendre soin de ma famille, de lui offrir un espace sûr pour guérir et de reconstruire sa confiance. J’espère que le fait d’en parler protégera ma femme contre d’autres attaques et permettra enfin à ma famille de retrouver la paix. »

EDIT 16H : Les membres de NEUROSIS ont publié un communiqué ce lundi 29 août. Le groupe informe avoir pris la décision de se séparer de Scott Kelly fin 2019 lorsque les musiciens ont eu connaissance de ses actes.

« Nous ne saurions trop insister sur le niveau de dégoût et de déception que nous ressentons pour un homme que nous appelions autrefois Frère.
En tant que groupe, nous nous sommes séparés de Scott Kelly à la fin de l’année 2019 après avoir appris les graves actes de violence qu’il a commis envers sa famille au cours des années précédentes. Par le passé, Scott avait révélé ses difficultés conjugales et ses actes de violence verbale, ainsi que son intention de se faire aider et de changer ses comportements. Les informations que nous avons apprises en 2019 montraient clairement que Scott avait franchi une ligne et qu’il n’y avait pas de retour possible. Nous n’avons pas partagé ces informations par respect pour la demande directe de confidentialité de sa femme, et pour honorer le souhait de la famille de ne pas laisser leur expérience devenir un potin dans un magazine musical. Le 27 août 2022, Scott a publié sur Facebook une grande partie de ces informations et nous pouvons enfin dire ce que nous pensons devoir dire.
Au cours des vingt dernières années, nous avons vécu loin les uns des autres et nous n’avons vu Scott que lorsque nous nous sommes rencontrés pour travailler sur la musique ou faire des concerts. Nous n’avions aucune idée de ce qu’était la réalité pour sa famille lorsque nous n’étions pas là. De l’aveu même de Scott, la maltraitance était intentionnelle, ciblée et un secret bien gardé, même pour ceux d’entre nous qui étaient les plus proches de lui.
Lorsque nous avons appris qu’il était l’auteur de violences, il a été difficile de concilier cette horrible information avec la personne que nous pensions connaître. Il n’est pas surprenant qu’il ait caché la maltraitance pendant si longtemps, car c’est une trahison de notre éthique en tant que compagnons de groupe, partenaires, parents et êtres humains.
Depuis 2019, nous avons fait de nombreuses tentatives pour contacter Scott. Nous voulions avoir une discussion honnête sur le statut du groupe et savoir comment lui et sa famille allaient, mais il a refusé de nous parler pendant trois ans. Et, dans ce que nous voyons maintenant clairement comme un schéma, Scott a refusé d’assumer la responsabilité de ses actes. Après avoir vécu tant de choses avec quelqu’un pendant plus de 35 ans, on s’attendrait à ce qu’il nous dise la vérité, ou au moins qu’il nous réponde.
Aujourd’hui, sans répondre aux appels, textos ou e-mails de ses collègues et amis, Scott a publié un message public sur la situation. Pour nous, cette décision ressemble à une nouvelle tentative de manipulation, une nouvelle occasion pour son narcissisme de contrôler le récit. Ne permettez pas à Scott d’en faire une affaire personnelle, il s’agit de la maltraitance que sa famille a subi.
Habituellement, nous considérons l’ouverture et l’honnêteté publiques sur la maladie mentale comme courageuses et même productives. Nous ne pensons pas que ce soit le cas ici.
Il n’y a rien de courageux à maltraiter systématiquement desa femme et de ses enfants.
Il n’y a rien de courageux à confesser ses torts quand on n’a pas fait le travail nécessaire pour changer son comportement.
Il n’y a rien de courageux à refuser de parler honnêtement, ou de parler tout court, avec ses amis les plus proches et les membres de son groupe, des gens qui vous ont soutenu et épaulé pendant la majeure partie de votre vie.
Comparé à l’impact des actions de Scott sur sa famille, l’impact sur notre groupe est insignifiant. Néanmoins, avec le chagrin et l’horreur, nous pleurons aussi la perte de l’œuvre de notre vie et d’un héritage qui était sacré pour nous.
Encore une fois, notre principale préoccupation est la sécurité et le bien-être de la femme et des enfants de Scott, ainsi que de toute personne se trouvant dans une situation similaire. Si quelqu’un que vous connaissez est victime de violence domestique ou de maltraitance, veuillez vous adresser à l’une des nombreuses ressources locales ou nationales disponibles. L’une des ressources nationales est la suivante
National Domestic Violence Hotline 1-800-799-7233 www.thehotline.org
Si vous ou l’une de vos connaissances souffrez de problèmes de santé mentale qui pourraient faire de vous un danger pour vous-même ou pour les autres, demandez de l’aide avant de vous faire du mal ou de faire du mal aux personnes que vous aimez. Voici une ressource pour cela :
www.988lifeline.org
Ceci est la seule déclaration que nous prévoyons de faire sur cette question. En temps voulu, lorsque cela sera approprié, nous fournirons plus d’informations sur nos futurs projets musicaux, mais ce n’est pas le moment.
 »



Laisser un commentaire

  • Triste histoire, qui me fout pas mal la gerbe depuis ce matin. Quel gâchis.
    Espérons que la famille soit désormais à l’abri et qu’elle puisse trouver le temps de se reconstruire.

    Juste un « friendly reminder », c’est toujours de bon ton de rappeler un numéro aussi essentiel pour les victimes de violences conjugales : 3919.
    Vu la gravité du sujet, hésitez pas à la rajouter dans le corps de texte, y a peut-être des personnes qui vont se reconnaître là dedans et qui seraient ravies d’avoir un point de contact

    [Reply]

  • A.K. Démifransèz dit :

    Attention à la traduction, « abuse » en anglais signifie maltraiter/maltraitance. Dans les articles en français qui traitent de violences, on voit trop souvent cet anglicisme qui floute la réalité. « Abuser » en français est un terme très vague, maltraiter l’est déjà un peu moins.

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Helloween + Existance @ Paris
    Slider
  • 1/3