ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Potin   

Sean Penn + Robert Smith = Ozzy Osbourne ? Bin, voyons…


Le festival de Cannes 2011 s’est clôturé hier et vous n’en avez rien, mais ab-so-lu-ment rien à carrer car c’est un monde de vendus, de pourris, de stars blindées de thunes qui se foutent du monde en pétant dans des draps de soies et dans des fringues de grands couturiers. Sauf qu’on y trouve des films qu’on ne verra sans doute plus jamais, des films chiants parce que vous n’y comprenez rien alors que vous, ce que vous aimez, c’est quand des hélicoptères bombardent un village ennemi de napalm au son de « La Chevauchée des Valkyries » comme dans Apocalypse Now, palme d’or à Cannes en 1979… No comment.

Si vous ne le saviez pas, cette année la Palme est allée à The Tree Of Life de Terrence Malick (non, vous n’y échapperez pas !) avec Sean Penn dans le rôle principal. Et du coup, la récompense n’est donc pas allé à This Must Be The Place de Paolo Sorrentino avec dans le rôle principal… Oh, Sean Penn ! Normal : un grand acteur se retrouve dans les grands films (j’imagine que c’est un grand film parce qu’il était en sélection officiel au festival) et on peut donc le retrouver dans plusieurs films à la fois.

Et dans le cinéma comme ailleurs, quand on interprète quelque chose, les journalistes veulent en savoir plus sur les influences, les références, etc. Problème : là, c’est les journalistes qui ont l’air d’en manquer, de références.

Plutôt que de vous réinventer le synopsis de This Must Be The Place, je vous sors le speech qu’on trouve à son sujet sur le site du festoche : « Cheyenne est une ancienne star du rock. A 50 ans, il a conservé un look gothique, et vit de ses rentes à Dublin. La mort de son père, avec lequel il avait coupé les ponts, le ramène à New York… » Et cætera, et cætera. regardez plutôt la vidéo ci-dessous.


Si vous aussi, vous avez envie de mettre des baffes à Laurent Weil, « chroniqueur » cinéma aux questions aussi profondes qu’un dé à coudre, à chaque fois qu’on le laisse s’adresser à un acteur plus intelligent que lui, vous allez prendre un plaisir sadique à découvrir à quoi cette interprétation de Sean Penn a fait penser à un journaliste présent à une conférence presse à Cannes.

OK, j’imagine que vous avez déjà compris : on lui a demandé s’il s’est inspiré d’Ozzy Osbourne pour interpréter ce rôle. Je veux bien croire que la démarche traînante, le phrasé qui l’est tout autant, peuvent évoqué bien des choses. Mais en voyant le personnage de Cheyenne, si la première chose qui vous vient à l’esprit, c’est Ozzy Osbourne, alors vous ne devriez pas parler de rock en général. En plus, même sa femme en ciré noir et jaune est plus sexy que Sharon Osbourne !

Certes, il est vrai qu’il y a plus longtemps qu’on n’a pas vu Robert Smith, le chanteur de The Cure, sur MTV qu’Ozzy, mais voir la culture pop de ce journaliste aussi maigre donne des envies de faire des dons à la lutte contre la faim.

Bref, au moins, il y en a un qui a su dire quelque chose de plutôt intelligent sur le rock et c’est Sean Penn – qui a, avant tout, réfuté s’être inspiré de qui que ce soit, Ozzy ou Robert Smith : « je pense que le rock’n’roll a une place très importante. Il contrecarre ce qui, je pense, est devenu une maladie qui gangrène la société. Ce qui est traité dans ce film : les buts, l’âme, l’histoire, les compromis, et une sorte de poursuite pour vaincre la dépression d’une personne, ça c’est ce que le rok’n’roll a toujours été. »



Laisser un commentaire

  • Ah lala , Sean Penn , un acteur bourré de talent ! je l’ai d’abord connu dans Mystic River puis dans la ligne rouge , Harvey Milk et j’en passe et là , il enchaine la même année deux films extraordinaires que sont The tree of life ( qui mérite largement la palme d’or ) et ce méga film dépressivo-rock’n osbournien (car oui , boulet est celui qui ne trouve pas de similitudes entre le personnage principal et Ozzy ) du nom de This Must Be The Place!

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Trivium @ Villeurbanne
    Slider
  • 1/3