ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Girls Girls Girls   

She’s got big balls !


Comme on sait que vous en avez marre de toutes ces femmes presque nues et de tous ces clips racoleurs sur le site de Radio Metal ; comme nous avons bien compris que vous ne supportiez pas l’utilisation abusive du corps féminin – pourtant si beau (parfois) – pour de basses raisons marketing ; comme vous n’êtes pas prêts à comprendre qu’une femme peut être fière de son corps, l’exposer, mettre sa plastique en avant parce qu’elle a le droit de se sentir belle et attirante et d’en faire une puissance – ce grand pouvoir que la femme peut avoir sur les hommes (et même certaines femmes) – , pour toutes ces raisons, nous allons parler d’autres choses au sujet de cet autre continent qu’est la Femme.

Oui, pas trop, non plus, juste la place de la Femme dans le metal. Trois milliards d’individus, ça fait du boulot et je dois encore manger après, moi. On ne va pas non plus parler de ce qu’on appelle, pour faire simple, « metal à chanteuse ». On va parler de femmes qui aiment les hommes, des femmes qui aiment les groupes d’hommes. Des groupes qui ont bien mouillé le maillot, avec des mecs qui, quand ils laissent tomber la chemise, n’ont aucune ligue féministe qui vient les protéger et traiter de l’utilisation abusive du corps de l’homme pour la promotion d’un groupe. Ces femmes aiment les hommes et le leur rendent bien.

On connait tous au moins un groupe de reprise. Soit parce que c’est le groupe d’un pote qui commence comme ça en attendant de trouver leur propre style. Soit parce que c’est un groupe dont c’est le seul but de rendre hommage à leur groupe préféré. Des noms vous viennent comme The Four Horsemen, Motorheadache ou de manière plus originale Pastors Of Muppets. Les tribute bands ne sont pas ce qui manquent. Là où ça commence à devenir original, c’est quand ce sont des femmes qui rendent hommage à ces groupes de mecs.


Parmi ces all-girl tribute bands, l’un des plus connus (même si elles ne se sont réunies qu’en juillet 2009) est Judas Priestess. Ai-je besoin de vous expliquer duquel groupe elles reprennent les titres ? Originaires de New York, ces tigresses en cuir clouté (comment faire du Judas Priest autrement ?) sont menées par mademoiselle MilitiA, croisement improbable – et pourtant vrai – entre Rob Halford et Tina Turner. Elle n’en sont pas non plus à leurs premières reprises : auparavant, D, la guitariste, officiait dans Girls, Girls, Girls (on l’aurait fait exprès, on n’aurait pas mieux fait), tribute band à la gloire de Mötley Crüe, et Gida Gash à la basse a fait ses armes en reprenant du David Bowie.

Laissez-moi maintenant vous présenter Agnes Young, Mallory Young, Riff Williams, Philomena Rudd et Bonny Scott. Ces noms ne vous semblent-ils pas familiers ? Ce sont les Californiennes d’AC/DShe ! Leur devise : « si vous cherchez les problèmes, on est les filles qu’il vous faut. Si vous cherchez satisfaction, satisfaction GARANTIE ! » Et leur spécialité ? Elles ont le bon goût de ne reprendre que des titres de l’époque Bon Scott ! On les comprend, c’était un type qui savait comment aimer une femme.

Et dans le genre « homme qui aime les femmes », on a toujours Gene Simmons. Comment ? Des femmes reprenant du Kiss ? Moi non plus je n’y croyais pas sur le moment et pourtant c’est le cas du groupe Black Diamond et leur version féminine du Demon est bluffante. Elles n’avaient pas joué ensemble depuis 2007 et elles prévoient leur reformation pour la fin de ce mois. Mais vous ne pourrez malheureusement pas apprécier leur show à moins de vous payer un billet pour Cincinnati.

Je pourrais faire des paragraphes et des paragraphes sur ces groupes 100% féminin qui aiment ces groupes « testostérone certifiée ». Les américaines de She-Ruption (au bon goût évident, voir au-dessus) font de Van Halen un groupe de glam. Comment accorder Dio au féminin ? Appelez déjà le groupe Dia. Même Ozzy Osbourne a ses Little Dolls. Mais Slaywhore est au-delà de tout avec leur version hystérique bien qu’inaudible de Slayer.

Alors, d’accord, dans le metal, il y a des machos, des gars qui bavent comme des porcs sur les photos de Cristina Scabbia (Lacuna Coil). Il y a des femmes dans le metal qui n’ont pas d’autres choix que d’être « physiquement intelligentes » parce qu’elles ont le malheur de faire partie d’un groupe jouant de la soupe (pas de nom). Il y a aussi des femmes qui savent qu’une image bien employée est une arme lourde qu’elles doivent manipuler en expertes. Et il y en a qui se foutent de tout ça, qui aiment simplement la musique et qui aiment celles et ceux qui l’aiment.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Kreator @ Grenoble
    Slider
  • 1/3