ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

Un show XXL pour Hollywood Undead


Américain et composé de cinq chanteurs, Hollywood Undead remplit les salles à travers le monde avec un mélange de hip-hop et de violence bien metal. Le groupe arrive dans une capitale sous la neige pour réchauffer des fans qui auront tout de même fait le déplacement en masse. Les t-shirts thrasher sont nombreux dans la file d’attente de l’Elysée Montmartre, à l’instar des piercings. Le groupe a en effet un public bien plus jeune que celui d’Accept présent il y a quelques jours dans cette même salle, la musique étant évidemment bien plus moderne. On enfile donc les masques et les Moonboot pour sauter dans une ambiance chaleureuse sur des riffs metal tout en chantant à gorge déployée sur du rap.

Pour ouvrir la soirée, un set de DJ se mettra en place durant quinze minutes où différents tubes passeront comme « DNA » de Kendrick Lamar. Puis pendant que l’un des chanteurs du groupe commencera à s’ambiancer avec l’homme derrière les platines, le reste de la formation s’installera sur scène pour démarrer la performance. On accueille donc Astroid Boys, groupe de Cardiff qui livre un set de hip-hop voulant intégrer quelques éléments de rock. En résulte la présence de deux rappeurs, un DJ, un batteur ainsi qu’un guitariste.

Artistes : Hollywood Undead – Astroid Boys
Date : 7 février 2018
Salle : L’Élysée Montmartre
Ville : Paris [75]

Astroid Boys

Néanmoins, la six cordes est ici anecdotique car elle n’intervient pas sur la plupart des morceaux. Si on peut lire sur internet que le groupe peut se placer dans le mouvement punk / hardcore, il semble que le niveau sonore des instruments soit bien trop faible pour donner cette impression d’agressivité instrumentale. En fouillant à propos de la formation, on trouve le terme particulier qu’est le Grime : un genre où le phrasé rap est bien plus rapide que la moyenne. Les deux chanteurs prendront un malin plaisir à nous montrer l’exemple. Chez un groupe d’ouverture d’Hollywood Undead, c’est bien le côté rock et fusion qui nous intéresse, et même si le public peut sentir que cette aspect est en retrait, la motivation du groupe est bien présente et ses membres n’hésiteront pas à échanger à de nombreuses reprises avec les fans. Une bonne première partie.

Hollywood Undead

Place aux attendus Hollywood Undead qui ne se font pas prier et débarquent tandis que derrière eux, en relief sort massivement en lettre de fer leur nom, tel le panneau Hollywood bien connu. Comme à son habitude, le groupe commence le show masqué et n’aura de cesse de s’agiter. Et même si au bout de trois morceaux les masques tombent, l’énergie reste la même durant ce set massif servi par des Américains motivés. Même si tout est calculé à chaque instant, et que chaque membre semble jouer un numéro devant le public, le rendu fonctionne parfaitement. Les effets sont de mises avec de nombreux jets de fumées ainsi que des lumières colorées qui jaillissant de partout et offrent ainsi un spectacle très dynamique.

Chaque membre a du charisme, une personnalité propre, et même si on remarque plusieurs chouchous chez les fans, et que la performance des chanteurs est personnelle, difficile de ne pas voir tout cela comme une symbiose. Une osmose entre les membres du groupe qui semble très chaotique avec des musiciens qui bougent continuellement. Seul le batteur (toute récente recrue du groupe) restera en place, mais avec une énergie folle et un réel sourire sur son visage qui fera plaisir à voir. Le reste des chanteurs prendront le rôle de guitariste et de bassiste comme cela leur chante, en s’échangeant les instruments à la fin des morceaux comme on échange un maillot de sport après un match.

Hollywood Undead

Le public fait ressortir son âme rebelle et se laisse emporter par une musique vibrante et rageuse. Des titres comme « Another Way Out », « Bad Moon », ou même une reprise de Gloria Jones (popularisé par le groupe Soft Cell) avec le célèbre « Tainted Love », font mouche. Le tout est entrecoupé de quelques riffs mythiques tels que « Sweet Child O’ Mine » des Guns N’ Roses ou encore « Du Hast » de Rammstein. Et lorsque le groupe partira avant d’effectuer son rappel, tout le public chantera en cœur « Everywhere I Go » avant que la formation ne la joue pour au final conclure sur « Hear Me Now ». La manière dont le groupe a retourné son public et fait chanter l’Élysée Montmartre fut vraiment impressionnante.

Les étincelles ont volé ce soir, la fumée a envahit le public, et les membres d’Hollywood Undead ont sauté sur leur estrade comme jamais. Personne ne fut laissé de côté, et les Américains ont livré ce soir un show XXL. En tout cas, après un tel concert, on ne peut que confirmer que la formation est prête pour des Zéniths…

Setlist :

Whatever It Takes
Undead
Been To Hell
California Dreaming
Dead Bite
Renegade
Gravity
Comin’ In Hot
War Child
Tainted Love (Reprise de Soft Cell)
Bullet
Another Way Out
Riot
Cashed Out
Bad Moon
Day Of The Dead
Rappels :
Everywhere I Go
Hear Me Now

Report et photos : Matthis Van der meulen



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3