ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

SIGNS : ENTRETIEN AVEC GWEN


Radio Metal : Bonjour, peux-tu présenter en quelques mots Signs aux lecteurs de Radio Metal ?

Gwen (basse/chant): Un metal en fusion né de diverses influences.

Le combo a fait une apparition sur la Compilation French Métal «Entre Ciel Et Terre» en 2006. Quels ont été les retours par rapport à cette expérience ? La conseilleriez-vous aux artistes en quête de notoriété et peut-on dire que l’apparition sur cette compilation constitue votre premier « coup médiatique » ?

Il y a eu très peu de retombées si ce n’est quelques chroniques et le plaisir d’être sur une compilation. Ce genre d’initiative est très honorable mais n’a pas de réel impact dans cette société qui aime étouffer ce style. French Métal est un groupement très professionnel qui n’est pas remerciés de ses gestes car le metal n’a pas assez de place dans les festivals, les programmations et les bonnes salles de concert françaises.

Votre premier opus s’appelle Planets et vient juste de sortir. Votre musique mélange différentes influences mais un groupe comme Gojira revient souvent à l’esprit lorsque l’on écoute vos compositions qui oscillent entre riffs syncopés, voix death et rythmes plus planants. Que pensez-vous de la comparaison avec les landais ?

Gojira est un excellent groupe et fait évidemment partie de nos influences qui nous imprègnent parmi beaucoup d’autres…

Dans cette optique, pouvez-vous également décrire à nos lecteurs la thématique générale de l’album ? On sait que l’environnement est très présent dans les réflexions de certains artistes aujourd’hui. Est-ce le cas chez vous également ? Quels regards portent les Signs sur la planète Terre d’aujourd’hui ?

On en parle beaucoup entre nous, on l’effleure dans l’album de façon purement métaphorique mais le groupe est plus tourné vers le côté artistique et créatif de la musique que par un engagement politique. Nous exprimons celui-ci d’une autre manière.

Vous êtes du sud-ouest et on sait que ces thématiques environnementales sont, par exemple, très présentes chez des groupes comme Gojira ou Eryn Non Dae., deux combos géographiquement proches de vous. Pensez-vous qu’il y ait une sorte de particularisme sur ces thématiques chez les combos du sud-ouest et si oui quelles en sont les raisons ?

Le sud-ouest est la région où l’on s’est rejoint. Le soleil dans le sud active les glandes lacrymales et détend le corps humain et ça on kiffe !

Vous décrivez votre album comme un « voyage de planètes en planètes ». Avez-vous toujours eu un rapport à la musique lié à un imaginaire particulier ? Les couleurs de votre MySpace sont liées au vert. Que représente cette couleur pour vous ?

L’imaginaire et l’évasion sont les pièces maîtresses de nos réflexions et de notre travail. Le vert est la couleur qui correspond le mieux à cet album.

Sur votre MySpace justement vous évoquez votre identité qui « loin des clichés fidélise le public ». Quels sont, selon vous, les clichés du metal et ne pensez-vous pas que le côté « défense de l’environnement – psychologie des hommes », bien qu’intéressant sur le principe, peut également être traité de manière caricaturale… ?

Ce n’est pas une revendication d’être loin des clichés. Nous essayons juste d’être en accord avec nous-mêmes et de faire la musique qui nous plaît.


(Gwen) : « La compilation French Metal ? Il y a eu très peu de retombées si ce n’est quelques chroniques et le plaisir d’être sur une compilation. Ce genre d’initiative est très honorable mais n’a pas de réel impact dans cette société qui aime étouffer ce style. »


Votre album a été enregistré au Aüm studio situé au c?ur du vignoble du Languedoc. Comment s’est passé l’enregistrement et la production avec Kemal Berges ? Lui avez-vous laissé complètement le champ libre ou vous avez quand même souhaité participé de manière active à la production ?

En fait Kemal est le batteur du groupe et le gérant du Aüm Studio. Il a pris en charge l’aspect technique, l’enregistrement et le mixage de Planets. Nous avons tous collaborés dans la création de cet album directement dans ce studio.

Par ailleurs, pourquoi avoir choisi de faire mixer votre album aux Etats-Unis ? Souhaitiez-vous travailler avec Alan Douches (Sepultura, Dillinger Escape Plan…) depuis longtemps ou c’est le résultat d’un concours de circonstances ? Etes-vous allé sur place? Parfois les artistes ne rencontrent pas les personnes qui s’occupent du mixage de leur propre album…

Alan Douches nous a été conseillé par le groupe V13. Alan s’est occupé uniquement du mastering. Ses services étaient dans nos moyens et nous apprécions le travail qu’il a déjà effectué. Nous avons voulu profiter de ses services étant donné la quantité d’effort que nous avons fourni.

Votre opus est dispo en concerts et sur demandes. Aujourd’hui la crise de disque atteint un degré jamais vu auparavant. Encore récemment le célèbre label SPV a fait faillite. Quel regard portez-vous sur tous ces événements ?

Bien avant la crise, le metal n’était déjà pas beaucoup développé et nous considérons, concernant notre cas, que c’est déjà une fierté d’avoir autoproduit notre album

On a de plus en plus l’impression qu’il faut vraiment être fou pour vouloir vivre de la musique aujourd’hui lorsque l’on est artiste…Vous considérez-vous comme assez fous pour réaliser vos rêves et vous sentez-vous prêts à défendre contre vents et marées Planets sur scène ?!

La musique est une passion et nous jouerons autant qu’il nous le sera permis !

Dernière question. Si les Signs devaient mettre en avant un seul signe au cours de leur jeune carrière qui prouve que la réussite future du groupe est inéluctable : quel serait-il ?!

Nous avons déjà cinq boules de cristal en notre possession, plus que deux et notre v?u sera exaucé ! De plus, Hulk est vert.

Entretien réalisé en Juin 2009 par email

MySpace Signs : myspace.com/signsplanet



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Epica + Vuur + Myrath @ Mérignac
    Slider
  • 1/3