ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

Slayer : les deux visages d’une machine ébranlée


Dans son prochain numéro du mois d’août, Guitar World, dans un hommage au défunt Jeff Hanneman, a donné la parole aux membres de Slayer (propos rapportés par Metal Insider). Tom Araya, dernier membre d’origine avec King et frontman du combo, a, a contrario de son collègue très catégorique sur le sujet depuis des semaines, exprimé son actuel ressentis vis-à-vis du groupe. Et ce dernier n’est pas là pour rassurer les fans quant à la solidité du pont qu’il y a entre le groupe et son futur. Alors que Kerry King apparaît indéboulonnable sur ses positions (« Je ne pense pas que nous devrions jeter l’éponge rien que parce que Jeff n’est pas là »), Araya fait preuve de pessimisme que certains nommeraient réalisme.

Sans Hanneman, « après 30 ans, ce serait littéralement comme tout recommencer » affirme le chanteur. Et aujourd’hui plus que jamais, Slayer se trouve en équilibre sur un fin rebord encore un peu plus amoindri suite à l’éviction/départ de Dave Lombardo. D’un côté, l’avenir, de nouvelles réussites (ou échecs) mais indéniablement, de nouvelles épreuves pour le combo. De l’autre, la fin d’un groupe survivant actuellement à travers King et Araya.

Le chanteur-bassiste rajoute : « Aller de l’avant sans Jeff ce ne sera tout simplement pas la même chose et je ne suis pas sûr que les fans soient prêts à accepter un tel changement drastique. Surtout quand on considère combien il a contribué à la bande musicalement parlant. Et vous pouvez mettre quelqu’un d’autre à sa place, mais il n’y a personne sur cette planète qui peut faire ce que Jeff a fait. Personne ne peut le remplacer. » Un Tom Araya laissant, à travers ce simple paragraphe, planer la probabilité d’un définitif retrait du groupe. Une hypothèse qui collent avec le souhait de certains fans de les voir s’éteindre de belle manière plutôt que de le voir évoluer sous ce nouveau format (avec, pour le moment, Gary Holt à la guitare et Paul Bostaph à la batterie) arguant que ceci « n’est plus Slayer ». Et même si le combo reste un groupe de scène, dégageant toujours énormément d’énergie en live (comme lors de son récent passage au Sonisphere français), les sourires de Tom Araya ne dégagent pas la même plénitude. Les headbangings de Kerry King ne semblent plus avoir la même fureur. Comme un groupe dont la rage et la passion auraient été anesthésiées. Finalement, sur scène, actuellement, on sent Araya et King terriblement seuls malgré la présence de Holt et de Bostaph.

Néanmoins, il est à croire que le groupe est encore sous le choc de ce décès et, comme il l’avouait peu après ce drame, il lui faut poursuivre sa tournée estivale afin de se vider autant que possible l’esprit : « Nous sommes toujours engourdis par la perte de Jeff, mais nous ne voulons pas décevoir nos fans européens et nous avons besoin de prendre l’air… » Ce qui explique, pour le moment, ce manque d’entrain relevé chez les thrashers. Mais sont-ils capables de le retrouver tôt ou tard ? Car à en croire les dires de Kerry King (toujours chez Guitar World) l’amitié entre les membres du groupe avait, elle aussi, perdue de sa fraîcheur.

Dans cet entretien (propos rapportés cette fois par Blabbermouth) on y apprend notamment que les rapports entre Kerry King et Jeff Hanneman s’en tenaient désormais principalement au seul cadre professionnel : « Je ne pense pas que Jeff et moi ayons jamais été les meilleurs amis […] Il est probable, je pense, que nous avons été les plus proches dans la bande, mais jamais les meilleurs amis. Pour le dire d’une façon que tout le monde puisse comprendre : Jeff et moi étions comme des partenaires d’affaires. Était-il mon ami ? Bien sûr, il était mon ami. Mais on ne se comportait pas vraiment comme tel. […] [A chaque fois que nous terminions une tournée, Jeff] voulait seulement rentrer chez lui et s’en détacher. Il aurait pu habiter à seulement 45 minutes que, même en faisant partie de son cercle intime, il était difficile de rester en contact avec lui. Et cela m’a pris plusieurs années pour comprendre ça, […] pour réaliser que c’était ce que Jeff était. » A quoi s’ajoute son opinion exprimée (cf. l’article de Metal Insider) sur le retour espéré mais pas indubitable de son camarade après sa morsure d’araignée : « Nous avons gardé espoir jusqu’au jour de sa mort. S’il était revenu en nous disant : ‘Okay, je peux le faire’, on ne se serait pas posé de question. La place lui appartenait. Maintenant, est-ce que je pensais que ça arriverait ? Non. » King s’était donc déjà habitué avant sa mort à un avenir de Slayer sans Hanneman.

Mais avec au moins 50% de ses membres fondateurs qui commencent à se remettre en question, le groupe montre finalement ses premières faiblesses post-tragédie. Entre leur « souci de batteur » (même si, auprès de Guitar World, Lombardo se montre ouvert à la discussion, s’il doit y avoir discussion, à propos de son éventuel come-back) et la perte irrémédiable de l’un de ses membres, Slayer a perdu la moitié de son identité, ne serait-ce que sonore (Hanneman étant le compositeur principal et Lombardo étant tout simplement Lombardo). Ne lui reste, pour l’instant, que son identité visuelle – King, notamment, étant encore et toujours une brute de charisme. Mais les craintes sont là et le pari de continuer reste risqué car, en face, les fans pourraient bien se montrer intransigeants en cas de suite en demi teinte.



Laisser un commentaire

  • D’un côté j’ai envie de dire que le plus bel hommage serait d’arrêter Slayer après la tournée. Puis que les musiciens qui ont encore la flamme continuent à jouer ensemble sous un autre nom de groupe (pourquoi pas en prenant comme nom celui de l’une de leurs compos emblématiques).

    D’un autre côté, seule la musique compte au final, seule la musique restera lorsque nous serons tous morts et enterrés. Alors je me dis « pourquoi pas les laisser écrire un album sous le nom de Slayer et l’écouter d’une oreille partiale ».

    [Reply]

  • petitbois dit :

    les commentaires vont dans ce sens!c’est le fin de slayer comme entite propre!(je les aurais vu 5 6 fois!(j’ai 50 berges) aloha jeff et dave!!!

    [Reply]

  • Roswell47 dit :

    Je ris quand je vois certains commentaires… Bon OK Jeff n’est plus là et c’est bien triste, mais Kerry King lui aussi à composer de très bons morceaux dans Slayer et avec tout le respect que j’ai envers Dave, le groupe a bien continué sans lui à un moment dans sa carrière. Personne ne me fera dire le contraire, « God Hates Us All » est une vraie tuerie ! Des groupes comme AC/DC, Deftones, Decapitated et j’en passe, on sut poursuivre leur carrière alors pourquoi pas eux ??? Ensuite je suis d’accord, si c’est pour faire comme Metallica ou encore Guns N’ Roses autant arrêté là, mais je ne pense pas être le seul à penser que Slayer est toujours vivant malgré tout !!!

    [Reply]

  • Slayer sans Jeff et Dave, ça sonne comme le nouveau groupe de Kerry et Tom. En tout cas, ça ne sera plus Slayer. Je regrette de ne jamais les avoir vus en live parce que je suis trop jeune.
    Ne méritent-ils pas une fin digne comme le souhaite Tom ? On a connu des groupes qui veulent a tout prix continuer « l’aventure » ( salut Axl )et qui font un peu pitié, on ne veut pas de ce destin pour Slayer.

    C’est la fin depuis déja 2 ans …

    [Reply]

  • Gregdevil666 dit :

    Meme si SLAYER est encore là, et que je les ai vu au Sonysphere, une partie de moi sait que SLAYER n’est plus.

    Ce groupe, je l’aurait vu 5 fois, tant il aura tourné en fest ou en solo, et tout bon fan de métal les auras vu au moins une fois (non ?)
    Mais sans ces 2 piliers que sont Lombardo (qui peut toujours re-revenir) et Hanneman, l’âme, l’essence de SLAYER n’est plus.

    J’ai ce sentiment bizard qui me fait dire que c’est fini.

    [Reply]

  • Heavybourrin dit :

    Tout est dit dans une parenthèse quant à l’avenir de Slayer
    (Hanneman étant le compositeur principal et Lombardo étant tout simplement Lombardo)

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Tool @ Hellfest
    Slider
  • 1/3