ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

Slipknot : le médecin de Paul Gray poursuivi pour homicide involontaire


La mort d’un proche n’est jamais une chose facile à encaisser. Que ce soit dans la famille, parmi les amis, on a besoin de trouver une cause qui puisse être un exutoire afin d’évacuer la douleur. Et parfois, il faut que ce soit quelqu’un, une personne qui aurait usé les dernières forces du défunt, qui aurait causé un trouble entrainant un comportement auto-destructeur ou qui tout bonnement n’était pas là quand elle aurait dû être au côté de celui qu’on a perdu. Une réaction passionnée, compréhensible mais qui devra un jour être contre-balancée par une attitude plus réfléchie pour éviter le chaos et l’injustice.

Car ce sont les réactions qu’on risque de voir parmi toute la communauté de fans de Slipknot maintenant qu’on apprend que le médecin qui avait prescrit des antidouleurs à feu le bassiste du groupe Paul Gray est poursuivi pour homicide involontaire. Et le docteur Daniel Baldi, médecin à Des Moines, Iowa, ne s’occupait pas que du musicien ; il est aussi accusé d’avoir prescrit à plusieurs patients, ayant en outre des problèmes d’addictions, des médicaments contre la douleur hautement addictifs et dangereux qui aurait aussi causé la mort de certains de ses patients depuis 2004.

Évidemment, le praticien, via son avocat Guy Cook, nie les faits. Une audience préliminaire aura lieu le 14 septembre prochain. Le médecin a pour le moment été libéré contre caution. Néanmoins le conseil d’administration des médecins de l’Iowa a aussi ordonné une action disciplinaire contre lui.

En ce qui concerne Paul Gray lui-même, les documents juridiques préciseraient bien que le docteur Baldi est accusé d’avoir involontairement causé sa mort, avec de mauvaises prescriptions faites à une personnes présentant des problèmes d’addictions et ce depuis 2005. Le bassiste avait été déclaré, en mai 2010, mort d’une overdose de morphine et de fentanyl. Shawn Crahan, percussioniste de Slipknot, entendu dans cette affaire, a déclaré au Des Moines Register : « Rien de tout ça ne ramènera notre frère Paul. […] Nous espérons que justice sera rendu. » Crahan dénonce aussi auprès de ce média les abus de drogues mais surtout la facilité pour s’en procurer. Slipknot prévoirait de publier un communiqué complet aujourd’hui, 6 septembre, relatif à cette affaire.

Comme le dit bien Crahan, il faut espérer que justice sera parfaitement rendue et qu’aucune décision ne sera motivée derrière par une passion populaire, même s’il ne nous revient pas de remettre en question le verdict d’un tribunal. Dans une affaire similaire, le décès de Michael Jackson suite auquel le docteur Conrad Murray a été reconnu coupable l’an dernier d’homicide involontaire, traine tout de même l’idée que, pour une foule passionnée réclamant justice, il fallait un coupable pour la mort d’une icône.

EDIT du vendredi 1 septembre – Voici le communiqué publié depuis par Slipknot : « Alors que la perte de notre frère Paul Gray est encore fraiche pour nous, la famille Slipknot, ce nouveau dénouement nous met tous dans un état colère et de tristesse. Nous sommes outrés par le fait que cette personne ait tiré avantage de la maladie de notre frère alors qu’il était en position d’aider autrui. Nous ne pouvons qu’espérer que justice sera rendue afin que cela n’arrive plus JAMAIS à quiconque ! Nos pensées vont aux familles des autres victimes. Nous prévoyons de coopérer autant que possible afin de nous assurer que cette tragédie ne se répétera jamais et pour être sûrs que cet homme paie pour ce qu’il a fait. »



Laisser un commentaire

  • Crahan qui veut que justice soit rendue ? Ben faut faire un procès à Slipknot, aussi ! Comment ça se fait qu’ils aient tourné avec leur « frère Paul » pendant des années et qu’ils l’aient laissé se défoncer jusqu’à en crever, alors qu’ils sont si soudés ? Les mecs passent leur temps et leur pognon à ça et après faut faire des procès si ils y restent… Le rock’n’ roll way of life mais avec une bonne assurance ? A quand le procès de la famille Bon Scott contre Jack Daniels, sinon ?

    [Reply]

  • screamingformetal dit :

    N’oublions pas que les States sont le pays de « l’avocat » et ses dérives monstrueusement financières qui en découlent; alors intenter un procès est plus que rentable et pour n’importe quoi (cf l’histoire du café « trop chaud »)… malheureusement là c’est sur la mort d’un homme mais les intentions ne sont peut-être que bassement lucratives… alors qui a planté la première seringue?
    De plus la toxicomanie ne doit pas non plus devenir une maladie où le consommateur doit systématiquement être porté en victime, ce ne serait pas un bon signal pour les plus jeunes (ou autres).

    [Reply]

  • C’est un Docteur en mousse celui-là.

    [Reply]

  • tribunal américain je précise, donc il est fort probable que ce ne soit pas la « justice » au sens européen qui prévalent. Quand on connais certain type de procès qui ont lieu au USA, c’est parfois à se taper la tête contre les murs, aussi bien que cela peut marrant…

    exemple, apple vs samsung parce que samsung fait des téléphone rectangulaire avec des coins arrondi (c’est pas pour rien que ce procès a été refusé partout, sauf au USA)…

    [Reply]

    C’est aussi parce que Apple est américain et pas Samsung

  • wait and bleed…euh wait and see désolé ^^

    [Reply]

  • jeffrey lebowski dit :

    C’est quand même normal qu’a la suite d’un décès on tente de trouver les causes et que si faute il y a, qu’on poursuive le responsable…vous dites vous même que baldi a des antecedents… il n’est pas question de vengeance…juste une procédure logique a l’encontre d’un mec pas clair c’est tout…

    [Reply]

    Bien sûr que c’est normal, « compréhensible », on le dit. Ce qu’il ne faudrait pas, c’est une justice passionnée qui aurait plus l’air poussée par le besoin de vengeance, et qui ferait passer ce mec pour une sorte de bouc-émissaire.

    MegaRalf

    Le fait étant aussi que l’information relayée par la presse au public est sévèrement élaguée. Les médicaments présentés comme « hautement addictifs et dangereux », la morphine et le fentanyl, sont d’utilisation plus que courantes… Le problème n’est pas que ces qualificatifs soient injustifiés… mais qu’ils sont fortement connotés, et surtout, isolés de toute autre complément d’information qui pourrait aider à mieux comprendre le sujet.
    Phrase passe-partout : remettons les faits dans leur contexte. Passé un certain palier de douleur, il n’existe aucun analgésique qui ne soit « hautement addictif » ou « dangereux ». Tous sont des dérivés morphiniques (apparentés, au passage, à l’héroïne), par ailleurs de prescription très courante. Devant une douleur invalidante, il n’existe pas d’alternative, sinon celle de laisser souffrir son patient en silence.
    Voilà donc notre médecin « le cul entre deux chaises » : entre la crainte de faire rechuter un patient ayant des antécédents d’addiction, et le devoir de le soulager d’une douleur insupportable. Je peux maintenant rejoindre le point de vue d’Animal : celui qui voudra le juger, devra le juger sur cette question. Encore faut-il qu’il s’en sente capable.

    guigui14

    autant d’un côté on a les no-comment, ici je crois que j’ai vu les commentaires les plus constructifs et intéressant sur ce site depuis que j’y viens régulièrement !! chapeau-bas. Et en plus, c’est intéressant.

    One Eyed Wisdom

    Cela dit il me semble qu’en France la morphine n’est prescrite que dans les hôpitaux avec une limitation stricte en termes de quantité et avec un suivi scrupuleux des médecins. Je ne crois pas qu’on puisse se procurer de tels produits avec une ordonnance pour se les envoyer tranquillement dans une chambre de motel. Nous avons également des « centres de la douleur » qui offrent des soins afin de pouvoir vivre avec sa douleur en étant accompagné par des produits.

    Bref ce que je voulais dire c’est que soit le médecins a en effet commis une erreur, soit c’est le système de santé américain qui devrait se regarder dans un miroir.

    jeffrey lebowski

    je suis pas sur qu’on puisse dire que les états unis disposent d’un systeme de santé…du moins selon nos standards, mais tu peux ajouter les pratiques des praticiens qui se vendent a grand renfort de pub ou de petite annonces dans les journaux…en fait j’ai l’impression qu’il faut surtout pas tomber malade dans ce pays…

  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3