ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Snowy Shaw must go on!


C’est en déambulant le dimanche matin dans les coulisses du Hellfest que nous sommes tombés sur Snowy Shaw avachi tel un roi flemmard dans le canapé le plus convoité des lieux. C’est donc tout naturellement que nous sommes allés à sa rencontre histoire de prendre la température du chanteur/multi-instrumentiste.

Au final, c’est agréablement surpris que nous avons découvert un personnage, non seulement plein d’humour, mais également davantage loquace que ce à quoi nous nous attendions. A bien y réfléchir, rien d’étonnant lorsque l’on connaît l’activité soutenue dont le musicien a fait preuve tout au long de sa carrière : Mercyful Fate, Notre Dame, Memento Mori, Therion, Dimmu Borgir, XXX, Dream Evil, etc. Ça en fait des choses à dire avec toute cette expérience !

Snowy évoque son sentiment au sujet de son passage au sein de Dimmu Borgir, son projet solo ambitieux et, surtout, l’origine pour le moins surprenante du tatouage « idiot » inscrit sur son bras.

Voici la retranscription de cette petite discussion à la bonne franquette qui n’en demeure pas moins très intéressante.

Radio Metal : Tu es en train de te relaxer ?

Snowy Shaw : Oui, je suis juste assis et j’attends mon pote Gus (Gus G – Firewind/Ozzy Osbourne) Il est allé poser quelques trucs dans sa loge et nous allons traîner ici un moment. C’est toujours comme ça, les coulisses de festivals… C’est la seule manière de retrouver tes amis, même si tu vis dans la même ville qu’eux (rires).

Tu te sens prêt pour le concert ?

Oui, j’imagine. (rires) C’est encore dans un bon moment, nous allons jouer après Judas Priest et avant Ozzy Osbourne, sur la Main Stage 2. On remplit les trous entre ces groupes. Mais c’est dans longtemps, au moins dix heures. Je ferais en sorte d’être en forme avant le show.

Sais-tu qu’il y a une salle de massage gratuite?

Ah ouais ? Je devrais peut-être y aller. Est-ce que ça peut se terminer de manière agréable ? (Il éclate de rire)

Tu sais, le masseur nous a raconté des histoires de… disons « massage interne avec des filles » ! Donc je suppose que oui, il pourrait bien y avoir des massages qui se terminent agréablement. (rires)

OK ! (rires)

Je vois que tu as un tatouage où il est écrit « idiot ». Peux-tu nous raconter l’histoire de ce tatouage ?

Je l’ai fait le jour où j’ai quitté Dimmu Borgir. Et les gens ont dit : « Oui, c’est une bonne manière de tourner la page. Tu pars du groupe et le jour d’après tu écris « idiot » sur ton bras. » Mais ça n’a rien à voir avec ça. Pendant un an j’ai travaillé sur mon groupe XXX, un de mes nombreux groupes, et tu sais je n’ai pas l’habitude de réfléchir bien longtemps, j’agis. Je suis donc un peu impulsif. C’est comme un aide-mémoire. Comme si j’écrivais tous les jours « idiot » sur mon bras, quand je négocie avec des labels ou des entreprises de distribution, des trucs de ce genre. Peut-être que je devrais l’épeler à voix haute, je devrais réfléchir avant de parler. C’est comme maintenant d’ailleurs, je ne réfléchis pas, je parle seulement (rires). C’est donc comme un mémo : « Idiot, réfléchis, par pitié ». N’agis pas seulement, réfléchis à ce que tu vas faire avant de le faire. J’ai donc décidé de me faire ce tatouage. Ce sera là en permanence.

« Tu sais je n’ai pas l’habitude de réfléchir bien longtemps, j’agis. Je suis donc un peu impulsif. C’est comme un aide-mémoire. […] Peut-être que je devrais l’épeler à voix haute, je devrais réfléchir avant de parler. C’est comme maintenant d’ailleurs, je ne réfléchis pas, je parle seulement (rires). C’est donc comme un mémo : « Idiot, réfléchis, par pitié ». N’agis pas seulement, réfléchis à ce que tu vas faire avant de le faire. »

Du coup, as-tu déjà regretté quelque chose que tu as dit ou fait ?

Non. Je ne mens jamais. Je crois que je dis ce que je pense et je fais ce que je me sens de faire. Je ne dis pas que je suis complètement imbécile ou quoi que ce soit. En fait je ne regrette pas ce que je fais.

Alors tu t’es fait tous ces tatouages sans même y réfléchir ?

Non, je ne me suis pas fait ce tatouage sans y avoir réfléchi mais j’ai écrit ça sur mon bras dans le but de me faire réfléchir. Avant, je ne pensais pas nécessairement à ce que j’allais dire. Je dis ce que je pense mais je ne pense pas à ce que je dis. Ça devient donc un peu stupide parfois. Comme maintenant (rires).

Que s’est-il passé avec Dimmu Borgir ? Tu as été annoncé dans le groupe puis tu es aussitôt parti.

Ouais… J’ai été officiellement dans le groupe un jour mais bien sûr ce n’est pas ce qu’il s’est passé.

Tu as bien enregistré l’album ?

Oui, bien sûr. J’ai été dans le groupe pendant six ou sept mois, quelque chose comme ça. On a fait plein de choses durant cette période. On a enregistré l’album, j’ai fait les parties de basse et du chant, on a répété, fait quelques sessions photos et des tournages vidéo, etc. Je n’ai rien du tout contre les types du groupe. Il y avait un problème de communication et… Ce que je peux dire est que je n’aime pas être traité comme un pantin. Et c’est quelque chose que j’ai découvert graduellement en quelques sorte. Je n’aimais pas vraiment la place que j’avais. Je n’ai rien du tout à dire de mauvais sur les types du groupe… mais sur d’autres personnes (rires). Enfin, bref.

Es-tu content de ce que tu as fait dans Dimmu Borgir ?

Ouais ! Mais, comment dire… Si tu regardes ça sous cet angle, si tu as de grandes attentes, tu peux avoir de grandes déceptions. Si tu n’en as rien à foutre, tu n’en as rien à foutre. Et j’en avais énormément à foutre. Ce que je veux dire, c’est que j’étais vraiment heureux d’être dans ce groupe, je me suis dit : « OK, j’ai trouvé mon groupe, je vais y rester jusqu’à ma mort », mais je n’avais pas prévu de mourir si tôt (rires). C’était un groupe parfait, nous partagions beaucoup d’idées, de visions, tu sais, l’image. Nous venons du même type de source. Nous avons grandi avec le même genre de choses, comme le fait d’être inspiré par Kiss, etc. J’ai vraiment apprécié ça mais, je ne sais pas comment, les choses ont tourné au vinaigre assez tôt. C’est dommage. Ça m’attriste. Mais bon parfois il y a des pépins et la vie continue.

Tu es donc retourné dans Therion. Est-ce le groupe qui te satisfait le plus ?

Oui, pour le moment, je suppose (rires). Mais oui, je suis heureux dans ce groupe, nous sommes un groupe de bons potes et nous nous amusons mais… J’ai aussi commencé mes propres trucs, avec mes propres chansons. C’est ce que j’ai l’intention de faire maintenant, diviser mon emploi du temps entre tourner avec Therion et faire mes propres trucs.

Vas-tu faire un nouvel album avec Notre Dame ?

Non, pas Notre Dame. Le nouveau projet que j’ai débuté est un projet solo. Ça s’appelle simplement « Snowy Shaw » et je joue toutes mes chansons préférées de tous mes anciens groupes. Le premier concert, qui était une sorte de démo, a été filmé par Revolver Film Company pour peut-être en faire un DVD live. Ou alors en faire un échantillon et le distribuer car c’est un nouveau projet et certaines personnes n’en comprennent pas le concept. En fait, je joue des chansons de Dream Evil, Notre Dame, Memento Mori, King Diamond, XXX, Mercyful Fate… Même de Dimmu Borgir. Je joue donc toutes les chansons avec des groupes dans lesquels j’ai été ou auxquels j’ai été connecté, ce qui est super car j’ai probablement écrit la moitié des titres que je joue cette fois-ci.

Et les autres ce sont des trucs pour lesquels j’ai tourné, enregistré la batterie, des guitares, du chant ou peu importe. C’est donc parfait, je suppose, car c’est un super show si tu aimes un de ces groupes. Par exemple, je suis fatigué d’entendre les gens me dire : «tu devrais reformer Notre Dame » ou « tu devrais retourner avec Memento Mori ou King Diamond ». Je ne veux pas retourner en arrière dans la vie. Je veux relever de nouveaux défis et essayer des choses nouvelles. Ceci est un concept solo complètement nouveau et pour autant que je sache, personne ne l’a jamais fait auparavant. C’est cool aussi car je peux commencer avec « Black Funeral » de Mercyful Fate puis enchaîner avec « The Book Of Heavy Metal » de Dream Evil. Ce ne sont que des bonnes chansons, des classiques et des tubes. Voilà donc à quoi ressemble le projet solo sur lequel je travaille en ce moment.

A propos de son nouveau projet solo : « Je ne veux pas retourner en arrière dans la vie. Je veux relever de nouveaux défis et essayer des choses nouvelles. Ceci est un concept solo complètement nouveau et pour autant que je sache, personne ne l’a jamais fait auparavant. C’est cool aussi car je peux commencer avec « Black Funeral » de Mercyful Fate puis enchaîner avec « The Book Of Heavy Metal » de Dream Evil. Ce ne sont que des bonnes chansons, des classiques et des tubes. »

Qui sont les musiciens dans ce projet ?

Il y a Kristian Niemann de Therion, j’ai aussi Mannekin, le batteur de Notre Dame, et pour ce concert il y avait aussi une fille car je voulais une bassiste qui pouvait aussi apporter un chant féminin. Elle chantait assez bien mais elle n’arrivait pas très bien à jouer de la basse. Je vais donc probablement demander à quelqu’un d’autre comme Sharlee D’Angelo (Arch Enemy) ou Hal Patino (King Diamond) peut-être ou quelqu’un d’autre. Nous réfléchirons à ça plus tard. Pour ce concert nous avons eu plein d’invités prestigieux comme Andy LaRocque, Hal Patino, Mike Wead et aussi Mats (Levén) et Thomas (Vikström) de Therion, des tonnes de gens. Peut-être que dans le futur King Diamond fera une apparition ou Messiah Marcolins, nous verrons, mais ce n’est pas le plus important. Le plus important est que c’est un projet solo. Il s’agit de mon groupe avec tous les trucs que j’ai fait par le passé. Ensuite, j’ajouterai de nouvelles chansons, j’enregistrerai même un album, mon album solo. Voilà ce que je compte faire. Je peux te dire que ce sera un sacré show. C’est très intéressant.

Tu as donc complètement abandonné l’idée de reformer Notre Dame ?

Argh… Franchement, quand les gens se remettent ensemble, dans leurs vieux groupes, c’est souvent parce qu’ils n’ont plus d’argent ou des trucs dans ce genre ou parce qu’ils deviennent nostalgiques. C’est tout le temps pour de mauvaises raisons. Je ne sais pas pourquoi. Et on dirait que se reformer devient une sorte de mode. « Woo ils se sont remis ensemble » puis six mois plus tard ça n’intéresse plus personne et ils s’arrêtent. Beaucoup de gens semblent penser : « OK, on a une seconde chance. Ca n’a pas marché en 1987, peut-être que ça marchera aujourd’hui, maintenant que nous sommes vieux et gros ». Ce qui n’est souvent pas le cas (rires). Je ne suis pas vraiment un fan des reformations. J’étais dans Mercyful Fate quand ils se sont remis ensemble et c’était cool quand on a fait la première tournée, mais après… je ne sais pas, j’ai voulu faire autre chose.

As-tu eu des nouvelles de King Diamond dernièrement?

Non, mais je sais qu’il se retape plutôt bien et qu’il se sent beaucoup mieux. Mais, je ne devrais pas le dire, il va prendre un peu de repos pour vraiment se remettre en forme et stabiliser sa situation avant de pouvoir commencer d’autres tournées.

Tu es un des plus anciens membres actuels de Therion. Comment compares-tu le vieux Therion avec le nouveau après le changement de line-up ?

Je suis actuellement le seul membre qui était sur les albums précédents. Après Christopher, je suis le plus ancien membre du groupe. Pas seulement en âge, mais aussi en temps passé dans le groupe (rires). Oui, mais c’est un combo intéressant, je pense, car il est en mutation constante, il continue de se développer. C’est ce qui le rend si intéressant. Tu peux ne pas apprécier tous ces changements et va-et-vient de membres du groupe. Mais c’est inévitable, je pense. Les gens se fatiguent ou ils ont besoin de faire autre chose. Comme Katarina, la chanteuse, qui est partie. Elle voulait rester chez elle. Elle est enseignante, elle a rencontré un nouveau gars, ils vont sûrement se marier. Tu as différentes priorité dans la vie. Mais moi je traîne toujours dans le coin. Therion ne fait que changer et je pense que le changement a du bon.

Pouvons-nous prendre une photo de ton tatouage « idiot » ?

C’est le meilleur ? C’est international : «idiot » ! Ça marche partout ! C’est pareil qu’en français ou en suédois.

Interview réalisée le 19 juin 2011 en face à face.
Transcription et traduction : Lucas

Site officiel de Therion : www.megatherion.com



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Trivium @ Villeurbanne
    Slider
  • 1/3