ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Soen – Lykaia


Les temps du « Tool-like » du premier album de Soen, Cognitive (2012) semblent bel et bien terminés. Le très chiadé et organique Tellurian (2014) montrait une évolution qui se distinguait des influences premières du groupe mené par le batteur Martin Lopez (Fifth To Infinity, ex-Opeth, ex-Amon Amarth) et le chanteur Joel Ekelöf. Leur nouvel opus, Lykaia (festival archaïque de la Grèce ancienne centré autour de la menace cannibale et d’une possible transformation en loup-garou) n’est pas l’occasion de dévier de chemin. Accueillant le guitariste Marcus Jidell (Avatarium, The Doomsday Kingdom, ex-Evergrey ) qui remplace Kim Platbarzdis et un cinquième membre en la présence du claviériste Lars Ahlund, Soen continue de se façonner avec de subtiles variations.

Lykaia se voudrait moins « politiquement correct » que Tellurian, en témoigne la thématique obscure de l’album, plus « primale » et anti-conformiste. Il ne faut que peu d’écoutes pour se rendre compte que Soen cherche à simplifier son propos, sans le vulgariser. Une importance cruciale apportée à l’aspect « organique » de la musique est toujours belle et bien présente, ce jusque dans les moyens de production utilisés ; les membres du groupe refusant d’avoir systématiquement recours aux techniques digitales. En résulte des compositions extrêmement tamisées et une chaleur sonore désormais aisément reconnaissable, jumelée aux influences tribales devenues la marque de fabrique du groupe. Soen se veut ainsi toujours aussi élégant à l’image du chant de Joel Ekelöf, extrêmement mélodique. Pourtant Lykaia, s’il perd en complexité, gagne énormément en mordant. Les premières notes de « Sectarian » ne se paient pas le luxe d’introduire le propos en prenant des gants. On est d’emblée plongés dans ce que propose Soen : pléthore de riffs entrecoupés de plages mélodiques en guise de couplets. Martin Lopez continue de faire parler ses influences sud-américaines lors de passages progressifs, ils sont seulement plus épars. Ce dernier embrasse des rythmiques plus directes à l’instar du binaire « Orison » ou du heavy « Sister ». Oui, d’une certaine façon, Lykaia est plus rentre-dedans que son prédécesseur… Le riff du pont de « Stray » confirme ce nouveau trait et montre un Soen indéniablement plus efficace. Car au final, la principale force de Lykaia réside dans ces refrains enlevés (« Sectarian », « Opal », « Gods Acre ») avec un Joel Ekelöf qui oscille entre les lignes vocales de Mikael Åkerfeldt (Opeth) et Einar Solberg (Leprous) lorsque l’intensité s’y prête.

Si Soen simplifie son approche de la composition, il n’a pas délaissé des plages plus gracieuses, terrain sur lequel le feeling de Marcus Jidell excelle, à l’image du très doux « Lucidity » qui entretient une légère parenté avec un Radiohead, par exemple, ou le plus progressif « Paragon » qui justifie l’intégration d’un clavier et qui brise son accalmie et son lyrisme par un riff à la lourdeur insoupçonnée. Le seul véritable problème, c’est qu’en optant pour des compositions à l’allure plus simple, Lykaia donne une impression d’homogénéité qui peut troubler au premier abord et lui donner une certaine redondance. Parfois les riffs semblent tomber dans le mimétisme, ainsi que les lignes de chant, il faut ainsi plusieurs écoutes pour véritablement discerner toutes les petites variations qui viennent atténuer ce ressenti. Reste que Soen livre un opus définitivement plus compact que Tellurian où les titres se comprennent plus facilement au détriment de leur singularité.

Ce que propose Soen n’est pas une évolution aussi radicale que celle entre Cognitive et Tellurian. Si le groupe n’a que faire des comparaisons avec Tool dont il est l’objet (en les accueillant avec plaisir par ailleurs), force est de constater qu’elles sont désormais malaisées, ne se justifiant plus que de façon sporadique, dans quelques notes, une ligne de basse… Soen cultive surtout un jeu d’influences qui lui est propre, allant du metal progressif rythmiquement complexe teinté d’influences tribales aux mélodies très appuyées, presque lyriques. Lykaia simplifie le propos du groupe en proposant une musique peut-être moins cérébrale et davantage émotionnelle. Ce que laissait présager Tellurian se réalise avec Lykaia : Soen se veut désormais unique dans le paysage du metal actuel, en sachant progresser sans faire table rase.

Clip vidéo de la chanson « Lucidity » :

Chanson « Sectarian » en écoute :

Album Lykaia, sortie le 3 février 2017 via UDR. Disponible à l’achat ici.



Laisser un commentaire

  • très emballé par Sectarian , je suis plus dubitatif avec Lucidity .Les influences du Flamand Rose sont un peu trop marquées .
    Toujours intéressé par ce groupe que je ne connaissais pas . C’est la présence de Marcus Jidell qui a tout déclenchée. Le chanteur est aussi un atout évident .

    [Reply]

    Si t’as le temps, essaie les deux premiers albums. Pour moi, ce fut de grosses claques.

    Pas trop envie d’écouter les morceaux à l’avance ; j’ai commandé l’album les yeux fermés, et j’attendrai de le recevoir pour être plus posé.

    Note : Petite coquille à la fin : « Album Gods Of Violence, sorti le 3 février 2017 via UDR. Disponible à l’achat ici. » Date et lien OK, mais c’est le nom de l’album de Kreator, ça. o( ^_^ )o

    Pat

    Impression après une première écoute : album génial , tout en finesse et mélodie . Gros travail de Marcus Jidell, très à l’aise sur les parties faisant d’avantage appel à sa subtilité . Et , bien sûr , cette voix chaude et sublime de Joel Ekelöf.
    très, très bon . Sans doute un des albums de l’année .

    Impression après deux trois écoutes : plus diversifié que les précédents. Propre et sympa. Après, pour l’instant, je ne saute pas au plafond, mais je pense que je vais mieux apprécier certains morceaux à moyen terme. Par contre, la pochette indique « God’s Acre » et partout sur le net je vois « Gods Acre » (je rippe le CD, là). Pénible, je ne sais pas qui croire xD (d’où mon retour sur cet article, d’ailleurs).

  • Arrow
    Arrow
    Hellfest - Warzone - jour 2
    Slider
  • 1/3