ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

Soirée folk avec Korpiklaani


Garmonbozia organise à l’Élysée Montmartre une soirée folk avec Korpiklaani, Arkona, Heidevolk et Trollfest. Une soirée qui démarre très tôt avec une ouverture à 16H30. La file devant la salle est malgré tout importante, avec un public qui a sorti ses plus belles cornes à bières, ses kilts et ses fourrures. Et il vaudrait mieux que la soirée soit réussi car le dernier concert parisien de la tête d’affiche, Korpiklaani, n’avait franchement pas été une réussite avec un chanteur arrivant sur scène complètement ivre, tombant au sol, chantant faux et faisant du set une prestation largement instrumentale. Et ce sous les yeux désespérés des musiciens.

On rentre dans le vif du sujet avec l’aspect très festif de Trollfest. En les voyant, l’envie de faire la fête est évidente. Des dizaines de ballons sur scène volent également dans la foule. Avec ces maquillages de clown, ces instruments paraissant être pour enfants, le tout mêlé à des rythmes rapides et joyeux : tout est fait pour que le public savoure ce début de concert. L’audience est réactive et se prête au jeu du groupe qui lui demande d’aboyer, de chanter, de faire la chenille dans toute la salle ou de porter le bassiste de la formation en slam de part et d’autre du public.

Artistes : Korpiklaani – Arkona – Heidevolk – Trollfest
Date : 20 février 2018
Salle : L’Élysée Montmartre
Ville : Paris [75]

Trollfest

On verra même durant un morceau le guitariste et son instrument illuminé de vert quitter la scène pour foncer à travers le public : direction le stand de merchandising. Et même si la prestation du groupe reste relativement courte, on profitera avec plaisir de toute cette absurdité musicale pendant un peu plus de trente minutes. Avec, comme cerise sur la gâteau, leur célèbre reprise de Britney Spears (« Toxic ») pour un moment haut en couleur. Si les Norvégiens n’ont pas d’autres prétentions que de faire de la musique populaire et bon enfant, Trollfest n’en demeure pas moins un groupe parfait pour fédérer une audience et motiver son monde à coup de guimbarde !

Setlist :

Professor Otto
Brakebein
Toxic (reprise de Britney Spears)
Brumlebassen
Steel Sarah
Kaptein
Die Grosse Echsen
Renkespill
Solskinnmedisin
What a Good Idea!
Helvetes Hunden GARM

Heidevolk

Heidevolk faisait également partie d’une belle affiche folk l’an dernier avec Finsterforst et Equilibrium. Le show se déroulait au Divan du Monde. Cette fois-ci, on voit plus grand pour cette formation qui change radicalement de Trollfest. Le groupe hollandais a la légère particularité de proposer deux chanteurs. Sa réputation dans le milieu n’étant plus à faire, il est toujours attendu par les spectateurs. Et pour cause, la musique qu’il joue nous transporte dans des contes aux souffles épiques, comme si nous étions assis autour du feu et qu’un aventurier racontait ses histoires. Si les deux voix peuvent varier dans le growls, on est principalement sur une teinte de voix bien basse et profonde, apportant un aspect chaleureux et réconfortant. Même si les morceaux ont tendance à se ressembler sur la setlist proposée, on se prend aux jeu de ces morceaux aux refrains simples qui incitent simplement à lever le poing et à pousser un cri plein de testostérone. Les habitués du genre ne seront pas dépaysés et pourront prolonger l’expérience en écoutant le sixième album du groupe sorti un peu plus tôt cette année.

Setlist :

Ontwaakt
Ostara
A Wolf In My Heart
Het Wilde Heer
Yngwaz’ Zonen
Britannia
Tiwaz
Saksenland
Drankgelag
De hallen van mijn vaderen
Gungnir
Vulgaris Magistralis (reprise de Normaal)

Arkona

A Paris, Arkona avait surtout été habitué à de petites salles. Que ce soit le Klub ou le Divan du Monde, l’espace était à chaque fois assez réduit. Pourtant les Russes sont presque sur toutes les lèvres lorsque l’on évoque la scène folk et la musique pagan. Le groupe a su charmer les fans au fil des années, avec des albums allant d’un black metal assez cru à un univers bien plus festif et folk. Le début du set est très sombre avec la chanteuse Masha Scream qui est recouverte de sa capuche et de sa fourrure. Tout au long du show, elle passera son temps à arpenter la scène en courant et en restant en constant mouvement. Elle se posera également devant son large tambour situé au milieu de la scène. Les fans attendaient ce concert depuis un moment, surtout après la sortie de leur neuvième album studio (Khram) plus tôt dans l’année. Malheureusement, la lumière durant toute la performance d’Arkona sera bien trop sombre en ne laissant rien voir de ce qu’il se passe sur scène ! Un aspect qui aura évidemment accentué l’aspect dark des Russes : la voix de la chanteuse ressortant dans le mix très sauvage et viscérale. Au fil des minutes, la formation proposera néanmoins les morceaux orientés festifs pour conclure son temps de jeu, avec notamment cette petite flûte amenant un brin de légèreté à l’ensemble.

Setlist :

Mantra (Intro)
Shtorm
Tseluya zhizn
Khram
V pogonye za beloy tenyu
Mantra (outro)
Az’
Arkaim
Goi, Rode, Goi !
Zakliatie
Skoz’ Tuman Vekov
Stenka na Stenku
Yarilo

Korpiklaani

Cette fois-ci, c’est la bonne ! Lorsque Jonne Järvelä arrive sur scène il n’est ni ivre ni de mauvaise humeur, et va enfin sortir à Paris une prestation digne de la ville ! Le décor est bien plus grand et tous les musiciens (qui sont nombreux) paraissent heureux d’être présents. Et comme le groupe est réputé pour faire chanter les foules, il démarre directement par « Happy Little Boozer » au cours de ce set qui se terminera sur la trilogie de l’alcool : « Tequila », « Beer Beer » et « Vodka ». Si le public chante à l’unisson les refrains, on n’assiste cependant pas à la renaissance du groupe. On reconnait évidemment sa générosité au vu du nombre de morceaux joués – et comme d’habitude avec ce genre de musique, les membres bougent partout avec de jolis sourires sur les visages -, mais vu le nombre de titres joués et les restrictions de couvre-feu de la capitale, il y aura, au final, très peu de pauses et de moments d’échanges avec le public. Cette tournée est également l’occasion pour le groupe de jouer un nouveau morceau provenant de l’album qu’ils sont en train d’enregistrer. Le tout dans le cadre d’une performance agréable sans être révolutionnaire.

En guise de bilan, on peut légitimement affirmer que cette affiche était immanquable pour les fans de folk. Elle aura d’ailleurs permis de faire couler abondamment le service de bar de la salle. Mais même si Arkona a, dans ses compos, un univers légèrement plus orienté vers le black metal, que les riffs de Korpiklaani sont très efficaces et que Trollfest était la meilleure ouverture possible, difficile de ne pas trouver que ce genre a globalement tendance à se répéter. Pour un style se voulant festif et dansant, ce soir c’est en tout cas Trollfest qui a paru le groupe le plus authentique. Si Arkona aura chaleureusement remercié le public, le reste des groupes n’aura fait qu’enchaîner les morceaux (un peu en mode automatique) en espérant que les fans sautent en rythme. Malgré tout, il est très clair que ces derniers ont semblé apprécier leur soirée ce qui reste l’essentiel.

Korpiklaani

Setlist :

Intro (Tanhuvaara)
Happy Little Boozer
Pilli on a pjusta tehty
Tuonelan tuvilla
Wooden Pints
Lempo
Erämaan Ärjyt
Ruumiinmultaa
Petoeläimen kuola
Vaarinpolkka
A Man With A Plan
Metsämies
Cottages And Saunas
Rauta
Hunting Song
Sahti
Tequila
Beer Beer
Vodka

Report et photos : Matthis Van der meulen



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Trivium @ Villeurbanne
    Slider
  • 1/3