ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

Spinal Tap : on repousse l’ampli à 11 ?


Envie de se perdre encore dans des travées interminables avant de monter sur scène, de nouveaux caprices de stars en coulisses les plus débiles qui soient, ou de voir jouer un soir de plus « Stonehenge » (avec son si imposant décor) ?

Oui, les allumés de Spin̈al Tap, David St Hubbins, alias Michael Mc Kean, et Nigel Tufnel, de son vrai nom Michael Guest, pourraient être de retour pour une suite du rockumentaire humoristique le plus célèbre de l’histoire du Rock. Et malgré les différents retours du groupe sur scène, et diverses rumeurs donnant plusieurs fois une suite au culte documentaire fictionnel, cette fois-ci, c’est de la bouche même de Christopher Guest, le créateur de Spin̈al Tap, qui, à l’occasion de la sortie d’une autre sitcom intitulée Family Tree, s’est exprimé sur le sujet dans une interview au journal anglais The Guardian.

« On nous demande de faire des concerts très régulièrement. Mais ce que je vais dire, c’est que nous sommes en train de parler de quelque chose pour l’année prochaine… » Ces quelques paroles un peu mystérieuses en forme de teasing feront saliver d’avance les fans du sketch créé en 1979 et devenu en 1984 le « Rockumentary » ou plutôt « Mockumentary » le plus connu portant sur le rock. Pour ceux qui découvriraient ce monument de la culture Rock, Spin̈al Tap est monté comme un documentaire sur un groupe fictif, avec des interviews, un journaliste qui suit le groupe backstage et, bien évidemment, des extraits de concerts. En même temps que le film est sorti une bande originale, intitulée This Is Spin̈al Tap et qui contient les hits du groupe dont le monumental (dans le sens propre du terme) « Stonehenge ». Comme tout vrai bon groupe de Rock, l’histoire de Spin̈al Tap a un volet tragique : en effet, les différents batteurs passés derrière les fûts du groupe ont tous connu une fin tragique : alors que l’un est mort d’une combustion humaine spontanée, un autre est décédé d’un « étrange accident de jardinage » et un autre (comme tout bon batteur qui se respecte) étouffé dans du vomi… mais pas le sien.

Ce qui au départ était une vaste blague a très bien fonctionné auprès du public Rock et Metal des années 80 et 90. A tel point que le groupe « fictif » a, pour l’heure, déjà développé sa discographie réelle sur trois albums (le premier étant la B.O. du film) et s’est reformé à plusieurs reprises et a joué dans des lieux plus prestigieux les uns que les autres : du mythique Albert Hall (en 1992), au festival de Glastonbury en 2009 devant plus de 100 000 personnes, en passant par le stade de Wembley (en 2007 et 2009)… Comme le dit très bien le réalisateur Christopher Guest, « la fiction est devenue réalité ». Et on imagine aisément le pied que prennent ces acteurs à jouer avec leur « faux » groupe sur de telles scènes et devant tant de monde. La particularité et sûrement l’une des clés du succès de Spin̈al Tap, c’est le fait que le documentaire a été tourné en laissant une très grande place à l’improvisation… ce qui a donné des répliques cultes en cascade. Surtout, c’est le côté très réaliste du documentaire, qui relate des situations ubuesques propres aux caprices et autres tourments des groupes de rock… pas si éloignées que ça de la réalité. A tel point qu’Ozzy Osborne lui-même pensait que le groupe était vrai, les évènements arrivant au groupe avant de monter sur scène ayant été déjà, pour certains, vécus par le leader de Black Sabbath lors de tournées bien réelles…

L’univers de Spin̈al Tap est bien entendu constellé de références au monde du rock et du metal, c’est ce qui fait sa force. La satire du comportement ultra-égocentrique des rockstars ainsi que le caractère très sacralisé des documentaires… tout se rapporte aux excès du rock/metal des années 80. Et pourtant les stars du genre ne leur en ont jamais voulu, bien au contraire. Même si Van Halen n’a pas du tout ri en voyant le film, ne voyant pas le comique du film et arguant comme Ozzy, que tout ce qui s’y passait lui était arrivé pour de vrai… Même Metallica s’est fendu la poire et voit le « Rockumentaire » comme plus vrai que nature : Lars Ulrich a un jour avoué lors d’une conférence de presse que la tournée de 1992 en compagnie de Guns N’ Roses avait été « si Spin̈al Tap », avec pour point d’orgue la brûlure au troisième degré de James Hetfield avec un engin pyrotechnique… La marque laissée dans l’histoire du Rock est telle que les groupes un peu prétentieux se feront traiter de Spin̈al Tap par d’autres… C’est ainsi qu’Henry Rollins qualifiera le groupe britannique Venom, par exemple. Spin̈al Tap est devenu un adjectif.

Alors autant dire qu’un éventuel retour du mythique groupe fictif sur les écrans serait plutôt bien accueilli par les communautés rock et metal. Si les acteurs n’ont apparemment pas peur de revêtir les tenues de leurs personnages lors de concerts, pourquoi pas les remettre à l’occasion d’un autre film trente ans plus tard ? Si les égos des stars du rock sont peut-être un peu moins surdimensionnés que dans les années 80, il y a toujours de quoi rire et se moquer des travers du monde du metal ; même chez les stars vieillissantes. Et les talents d’improvisation de Michael Mc Kean, Christopher Guest et Harry Shearer feront très sûrement le reste. En attendant, il reste le Spin̈al Tap de 1984 qui, lui, traversera sûrement encore quelques générations, après avoir connu un net regain auprès des plus jeunes grâce à sa diffusion sur Internet. Alors, on repousse l’ampli jusqu’à 11 ?



Laisser un commentaire

  • « Comme le dit très bien le réalisateur Christopher Guest, « la fiction est devenue réalité »

    C’est pas de Rob Reiner, « This is Spinal Tap » ?

    [Reply]

  • Pareillement que Kinezana.
    On me l’avait tellement vendu comme un film / documentaire hilarant que mon attente était grande, et au final déception.

    A voir avec celui-ci…

    [Reply]

  • ouah non de diou surtout ne critiquer ce monument cinématographique qu’est SPINAL TAP respect bon dieu …

    [Reply]

  • J’ai découvert ce film sur le tard mais, bordel, je crois bien n’avoir jamais autant ri devant un film… Et pourtant je suis TRES bon public !
    Un chef-d’oeuvre tout simplement !

    [Reply]

  • Moi j’ai pas du tout aimé le film/mockumentaire.
    (C’était l’intervention inutile du jour)

    [Reply]

    Bastard

    C’est bon à savoir.

    Impe

    Il est très bien ce film, kine (c’est petit internet…)

  • Arrow
    Arrow
    Judas Priest @ Vienne
    Slider
  • 1/3