ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Steve Vai – Vai / Gash


Steve Vai fait ressurgir les vieux démons. En 1991, le virtuose de la six-cordes avait le désir brûlant de composer la musique qu’il avait envie d’entendre en tant qu’adolescent des années 1970. En d’autres termes, de la musique de bikers au cuir lourd et luisant chevauchant des Harley Davidson. Un projet nourri par la rencontre avec Johnny Sombrotto. Ce dernier, « Gash » de son surnom, a survécu à un terrible accident qui lui a brûlé une grande partie du corps. Défiant les pronostics, Gash est devenu une figure inspirante pour Steve Vai, jusqu’à le surprendre en studio par une voix parfaitement adaptée au rock sauvage que souhaitait le musicien. Un entrain brusquement stoppé net par la mort de Gash – presque fatidique – lors d’un second accident de moto en 1998. Des années plus tard, Steve Vai souhaite partager ce qu’il n’a cessé d’écouter régulièrement de manière intime : un rock illustré par l’un des « plus grands leads singers rock » qui soient. Comme un appel à regretter avec lui la disparition précoce de son ami.

Les premières secondes d’« In The Wind » et ses accords volontairement grands ouverts suffisent à étayer les dires de Steve Vai. Le rock de Vai/Gash est un hommage à la fin des années 70, quand le rock cherchait à sa manière à définir la notion de liberté. Les claviers sont martelés, camouflés par les guitares complètement débridées et le timbre aigu de Gash – effectivement à son aise, avec un petit quelque chose de Paul Stanley conférant une fibre « kissienne » au morceau. Le solo de Steve Vai respecte le registre plus simple de la composition : l’étalage de sa virtuosité n’a pas lieu d’être. « Busted » délaisse le riffing grandiloquent pour gagner en rythme et en groove quitte à flirter avec le vocabulaire du boogie grâce à un shuffle énergique que n’aurait pas renié Alex Van Halen. « Busted » est le parfait allié pour ces scènes de boisson entre amis en accéléré. On imagine les verres qui s’entrechoquent, les coups de billards chanceux et les disputes aussi viriles que vite enterrées. Pour ce qui est de l’immersion dans le monde du biker selon les fantasmes, Steve Vai a tapé dans le mille. « Let’s Jam » en revient à un riff davantage plombé, mais sans perdre en entrain, qui permet à la guitare d’envoyer quelques petits leads en guise d’articulations. Gash parvient à respecter une approche plus nuancée du rock motorisé. Il sait même se montrer facétieux sur le blues rock « Woman Fever » et sa sensualité d’une autre ère.

Vai/Gash est à appréhender comme une véritable capsule temporelle. Les enregistrements ont plusieurs décennies et veulent en outre illustrer les affects adolescents de leurs géniteurs. C’est un rock de bar porté par un chanteur amoureux du genre et un guitariste hors pair. Tout sonne justement cliché mais brille par son efficacité. Le plus pop « She Saved My Life Tonight » n’hésite pas à apporter quelques touches glam – comme la plupart des morceaux du disque – par ses arrangements de chœurs et sa réverb. C’est aussi un exemple de songwriting parfaitement calibré duquel Steve Vai s’est parfois écarté, légitimé par des expérimentations de guitar hero. « Danger Zone » est l’une des compositions où les talents de Gash sont les plus marquants. Ce dernier possède l’énergie et le charisme qui siéent parfaitement au genre, où l’entrain et l’exubérance côtoient la maladresse ponctuelle qui devient gage d’authenticité. Steve Vai laisse en outre apparaître les traits plus sophistiqués de son jeu, jusqu’à parvenir à l’équilibre souhaité entre vocabulaire épuré et talent brut. « New Generation » est quant à lui plus anecdotique car il reprend nombre de gimmicks précédents, tandis que « Flowers Of Fire » joue la carte de la pseudo-ballade pour conclure l’opus. Une conclusion touchante lorsqu’on connaît la destinée tragique de l’interprète. « Flowers Of Fire » mélange arpèges acoustiques et accords pleins selon une science qui a presque disparu. C’est aussi le terrain de jeu parfait pour un Steve Vai qui peut entrouvrir la chemise avant de tutoyer les frettes.

Vai/Gash est à la fois un hommage et un rappel de la polyvalence de Steve Vai. Oui, on ne peut que regretter que Gash n’ait pas vécu suffisamment longtemps pour s’illustrer davantage et faire honneur à des capacités indéniables. Steve Vai nous remémore quant à lui sa capacité d’aller droit à l’objectif. Il voulait reproduire la musique qu’il aimait adolescent, celle qui permet de porter les bandanas avec allure. Une prouesse en soi. Vai/Gash est un vestige qui valait la peine d’être conservé et Steve Vai a parfaitement raison de nous le restituer.

Chanson « She Saved My Life Tonight » :

Chanson « Busted » :

Clip vidéo de la chanson « In The Wind » :

Album Vai / Gash, sortie le 27 janvier 2023 via Mascot Records. Disponible à l’achat ici



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    In Flames @ Lyon
    Slider
  • 1/3