ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

Suffit-il d’être un Mastodon pour tout défoncer ?


Un nouvel album à défendre dans leur besace, les Américains de Mastodon débarquent pour un soir à Paris, seule date française de leur tournée. Même Télérama, peu habitué au metal, signale cette date et parle en termes élogieux de The Hunter et de sa musique qui augure des « shows apocalyptiques ». C’est dire si le groupe crée l’évènement pour qu’une presse à la réputation plutôt « intello » en parle.

Autre signe de l’intérêt suscité pour nos graisseux d’Atlanta, le public qui s’est déplacé en nombre pour vérifier si l’apocalypse aurait finalement lieu en ce 20 Janvier, déjouant les prédictions qui nous la promettent seulement dans quelques mois. Une chose est sûre, si ce compte-rendu est publié, c’est que le Bataclan est bien resté debout suite au passage du Mastodon. Alors apocalypse ou pas ? Entrez donc dans la partie de chasse pour en savoir plus.


Artistes : MastodonRed Fang
Date : 20 Janvier 2012
Salle : Le Bataclan
Lieu : Paris

Si vous étiez au dernier Hellfest, vous avez pu croiser leur route. Et si vous n’êtes pas parisiens, peut-être êtes-vous toulousains ou havrais, villes françaises que Red Fang visite dans sa tournée (la date du Havre étant le 4 février, au Mate L’Eau). En tous cas, un conseil : cette année ou à une autre occasion, allez voir ces gars de l’Oregon qui proposent une musique très captivante, un hybride hard-rock aux relents stoner, mâtiné parfois de réminiscences punk qui fait vraiment du bien.

Aaron Bean (Red Fang)

Peu après 19h30, le groupe entre sur scène. Dans une entame de concert originale et conviviale, les membres du Croc Rouge se serrent tous la main à la manière de sportifs avant un match. Bryan Giles salue Paris et c’est parti pour trois gros quarts d’heures d’une musique solide, bien exécutée, s’appuyant sur un excellent son. Le groupe dispose de deux voix, celle de Aaron Bean à la basse et de Bryan à la guitare. Sans que leurs registres soient vraiment très éloignés, l’alternance passe toutefois très bien. Derrière les fûts, John Sherman donne une impression de sobriété et David Sullivan avec sa grosse barbe et ses cheveux fournis a l’air d’un ermite. Sacré ermite qui n’oublie pas ce que headbanguer signifie ! Drôle de troupe finalement que ces Américains venus de l’Oregon qui, avec leur non-look à base de simples jeans et tee-shirt, ont, mine de rien, un certain impact visuel. Il ne manque que les chemises de bûcherons pour les classer, vestimentairement, dans la mouvance grunge.

En termes de prestation, Bryan assure la communication avec le public. Et même si le chanteur-guitariste racontera que le groupe a joué les touristes aujourd’hui en visitant la Tour Eiffel, globalement, la communication restera assez minimaliste. Pour le reste, nous sommes plutôt dans l’introspectif, chacun des musiciens paraissant habité par la musique. Le plus gros effet scénique vient d’un morceau que les trois musiciens débutent dos au public, collés à leurs amplis. Sacrée chorégraphie ! Et pourtant la sauce prend. Sans en faire des tonnes, le groupe a convaincu le public qui manifeste son enthousiasme sans retenue. La variété des morceaux, des ambiances, des rythmes, un certain charisme des musiciens, une musique puissante qui vous emmène en voyage, tous les ingrédients sont là pour un excellent concert. Ajouter en plus une pincée de bon esprit et le tour est joué : le groupe dédiera un titre à Mastodon.

Un hommage toujours bienvenu.

En attendant l’arrivée de la tête d’affiche, les fans peuvent patienter en admirant deux choses. D’une part, la batterie de Brann Dailor aux couleurs de Randy Rhoads, guitariste légendaire d’Ozzy : la grosse caisse présente une image du musicien avec sa célèbre Flying Polka Dot, un habillage à pois qui recouvre aussi le reste des éléments. Bel effet. D’autre part, il y a le backdrop qui reprend la pochette de The Hunter réalisé par l’artiste A.J Fosik qui a récemment exposé ses œuvres étonnantes à Paris. Un article dans la presse « intello », un artiste exposant dans la plus belle ville du monde qui a fait leur pochette : arty, les Mastodon ?

20h45, les lumières s’éteignent et les gars d’Atlanta entament leur show avec « Dry Bone Valley » issu de leur dernier album. S’ensuit « Black Tongue » toujours de The Hunter mais, détrompez-vous, Mastodon ne présentera pas ce soir une setlist uniquement centrée son dernier opus. Pour le bonheur de tous ses fans, il offrira au contraire une setlist hétérogène mais équilibrée, n’oubliant aucun album. Des titres comme « March of The Fire Ants » tirés de leur premier méfait, Remission, sorti en 2002, rappellent, à l’occasion, que les gars commencent à avoir une certaine bouteille dans le milieu.

Bill Kelliher (Mastodon)

Les lumières sont soignées, très réussies et visuellement efficaces, basées sur des ambiances de couleur unie que viennent fendre de grands rais de lumière de couleur et des rampes de petits spots. Parfois un projecteur blanc vient souligner le backdrop le rendant encore plus percutant qu’il ne l’est déjà.

Côté public, c’est du tout cuit pour le groupe. Les fans désormais plus nombreux que pour la première partie saluent la prestation de Mastodon, applaudissant chaudement chaque morceau, réagissant dès que Troy Sanders esquisse le moindre encouragement. Et pourtant…

Comment un groupe peut passer autant à côté de l’occasion de mettre le feu, de casser la baraque ? Merde, les gars, c’est un concert, pas une répétition ! Vous avez des fans devant vous, nombreux en plus, et qui vous apprécient. Le groupe ne semble guère s’en rendre compte et enchaîne les morceaux sans un mot pour le public. C’est plus que curieux. Imaginez un peu, le premier merci franc et audible viendra à la fin du concert et ce n’est qu’au bout d’une heure de spectacle qu’un des membres du groupe, le batteur Brann Dailor, secouera un peu le public qui ne demande qu’à exploser. Une initiative trop courte qui est vite remise au placard par les titres qui défilent à la vitesse de l’éclair.

Brent Hinds (Mastodon)

D’accord, Brent Hinds a une attelle à la cheville qui réduit sa mobilité mais quid des autres ? Bill Kellinher reste planqué dans son coin, peu expressif. Il y aura bien une fois où pendant quelques secondes il rejoindra Brent de son côté de la scène. Quel exploit ! Quant à Troy, alors que le public est prêt à lui manger dans la main, il ne prend pas à bras le corps son rôle d’animateur et gâche ce soir une excellente opportunité. Et pourtant les fans répondent présents tout du long et montrent leur enthousiasme sans aucune ambiguïté. C’est flagrant sur le refrain de « All The Heavy Lifting » et criant après « Curl of The Burl ». En effet, un blanc suit ce morceau. Rien de spécialement gênant, c’est juste que le titre suivant ne démarre pas immédiatement. Et le public réagit comme un seul homme couvrant spontanément cette pause de ses applaudissements. 

Les musiciens ne saisissent absolument pas la balle au bond et enchainent sur « Bedazzled Fingernails ». Vraiment dommage. Seul point à mettre au crédit de Mastodon, le fait que les Red Fang les rejoignent sur scène pour assurer les chœurs sur le dernier morceau – qui fait office de rappel. Ce genre de bœuf est tellement rare qu’il faut le souligner mais il ne rattrape en rien le reste de la prestation.

Troy Sanders (Mastodon)

Autre objet de mécontentement, le son. Vraiment pas au rendez-vous. Globalement mauvais avec un accessit sur les voix qui sont plus que limite certaines fois !

Le groupe a donné 1h30 de concert et les fans ont paru heureux. C’est évidemment essentiel, un concert ayant pour vocation première de contenter celles et ceux qui y assistent, mais, franchement, la prestation de ce soir était de bien piètre qualité (et le public, même s’il reste seul juge, bien indulgent). Red Fang a largement mieux assuré. Vous avez donc la réponse à la question d’introduction : il ne suffit pas d’être un Mastodon pour tout défoncer.

Setlist de Mastodon :

Dry Bone Valley
Black Tongue
Crystal Skull
I Am Ahab
Capillarian Crest
Colony of Birchmen
Megalodon
Thickening
Blasteroid
Sleeping Giant
Ghost of Karelia
All the Heavy Lifting
Spectrelight
Curl of the Burl
Bedazzled Fingernails
Circle of Cysquatch
Aqua Dementia
Crack the Skye
Where Strides the Behemoth
Iron Tusk
March of the Fire Ants
Blood and Thunder
Rappel :
Creature Lives

Photos : Lost



Laisser un commentaire

  • le report de lost est exactement ce que j’ai ressenti !
    Un Groupe sympa avec un son parfait en premiere partie. Un son degueulasse et zero communication pour mastodon malgre des fans en nombre dont je fais partie. c’est un comble !
    J’ai eu l’impression de voir des mecs qui ont juste assure un boulot pendant 1h30. Merci toutefois a bill qui a prononce les 3 seuls mots du Groupe !

    [Reply]

  • je vous trouve aussi un peu durs, le son des instruments était ok sans être transcendant, et le son des micros n’était pas top, mais Mastodon a quand même tout déchiré musicalement ! Et puis, on n’attend pas d’eux qui tapent la discute pendant une partie du show, c’est du progressif, ils sont concentrés sur leur musique qui est assez complexe à la base. Et puis, je suis d’accord avec le post précédent de Kerry-Ketchup : leur musique est assez profonde pour ne pas rajouter des platitudes entendues et attendues à chaque concert.

    [Reply]

  • Kerry-Ketchup dit :

    Ils ne communiquent pas avec le public? Mais la musique n’est déjà pas en soit un moyen de communication?

    [Reply]

  • Je suis d’accord avec Muk-muk. Mastodon n’est pas connu pour sa communication avec le public, il suffit de voir le Live at Aragon pour s’en rendre compte.
    Et à leur décharge, leur musique est complexe à gérer, ils chantent à 3 voix en alternant et doivent jouer en même temps, ils peuvent pas trop faire les marioles non plus.
    Bien sûr leur « timidité » n’a échappé à personne, mais il convient de relativiser, à la sortie personne n’était déçu.
    Preuve que le Mastodon a bien mis l’ambiance.

    [Reply]

  • J’y étais aussi et je vous trouve un peu dur là quand même. C’est vrai qu’ils sont statiques et n’ont pas beaucoup communiqué, mais il y a quand même toujours des petites mimiques des petits gestes, la communication ce n’est pas que les paroles, de plus ils sont pas connus pour leur exubérance sur scène… Red Fang était super, pas grand chose à dire, mais ils n’ont pas fait beaucoup plus que Mastodon niveau prestation scénique faut dire (OK c’est une première partie).

    J’ai aussi passé une super soirée franchement, ça pouvait être mieux c’est sur, vos critiques sont fondées, cependant qualifier ça de prestation de piètre qualité c’est quand même un peu abusé.

    Conclusion: c’était pas parfait mais qu’est ce que c’était bon !

    [Reply]

  • J’étais au concert au Bataclan, et j’ai exactement les mêmes remarques à faire sur la prestation, pas d’animation, pas de jeu de scène, pas de communication, son crade, tout ça….

    Cela dit, j’ai quand même passé une bonne soirée, parce que même s’ils ont l’air de jouer pour eux, la musique de Mastodon suffit à foutre une grosse patate au public. Donc oui, cùest largement perfectible, et comme dit l’article, il y a des occasions manquées. Mais ça reste super fun en live.

    [Reply]

  • je n’ai vu que le concert en DVD de Mastodon, et même filmé ils ne bougent pas beaucoup
    la prestation vocale y est d’ailleurs désastreuse, au point qu’on ne reconnait pas certains morceaux!
    ils étaient passé en 1ère partie de Tool au Zenith de Nantes en 2006 mais je suis arrivé trop tard…

    [Reply]

  • Je suis allé à ce concert peu de temps après avoir découvert le groupe, franchement décevant. Les mêmes remarques que vous, pas une parole au public, pas un musicien qui bouge, son dégueu, la pure lose !

    [Reply]

  • Il y a une rumeur qui tourne qui dit que les gars de Mastodon « aiment ce son » crade et souvent trop fort…

    Je me souviens en première partie de TooL en 2006 c’était inaudible…

    [Reply]

    oups oui je viens de te lire^^
    j’y étais aussi, et n’ayant vu que la fin du set je confirme que le son était vraiment horrible

  • J’étais hier soir au Show de Barcelone, pour voir red fang plus que mastodon, et en vous lisant, je vois qu’on à eu exactement le même concert, mais bon … très bon souvenir pour ma part étant donné que je n’avais jamais vu ni l’un ni l’autre en live !

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Greta Van Fleet + Vola @ Paris
    Slider
  • 1/3