ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Sur la paille




Down And Out In Paris And London
Radio Metal : Depuis le tout premier album, THE TANGENT maintient un rythme plutôt intense, entre les sorties d’albums, de DVD et les concerts. T’es-tu imposé ce rythme afin qu’il n’y ait aucune pause dans le but que les médias et les fans ne t’oublient pas ? Ou les choses se sont-elles enchaînées naturellement ?

Andy Tillison : Je ne trouve pas que nous ayons sorti tant d’albums que ça en sept ans. En fait, il s’est écoulé deux ans depuis notre dernier album, Not As Good As The Book : il est sorti au début de l’année 2008, et le nouveau à la toute fin de 2009. Mais effectivement, j’imagine que cinq albums depuis 2003 est un rythme qui peut paraître impressionnant. Mais cela semblait naturel étant donné que nous avions la musique pour le faire.

Que signifie le titre de l’album, Down And Out In Paris And London ? Quel lien as-tu avec ces deux villes ?

“Down And Out In Paris And London” est le titre d’un livre très célèbre signé George Orwell, un auteur anglais. Mais tes auditeurs doivent savoir qu’en anglais, l’expression « down and out » signifie « sur la paille ». C’est l’idée de ne pas avoir d’argent, de ne pas avoir de toit au-dessus de ta tête. Le titre signifie en fait se retrouver sans un sou à Paris et à Londres. C’est une expérience que j’ai moi-même vécue. J’ai alors décidé d’écrire une chanson sur la pauvreté que l’on voit dans les rues de Paris, et une autre sur la pauvreté à Londres. Le titre du livre de George Orwell était parfait car il correspondait parfaitement à ce que j’écrivais. J’ai simplement emprunté ce titre.

À quelques exceptions près, le line-up du groupe change pour chaque album. As-tu des critères particuliers concernant les musiciens à qui tu fais appel ? Ces critères changent-ils pour chaque album ou recherches-tu le même profil à chaque fois ?

J’ai toujours voulu faire de THE TANGENT un vrai groupe. Étant donné que nous travaillions autrefois avec des musiciens qui faisaient partie d’autres formations, nous devions les « partager ». Et puis il est arrivé un moment où j’ai décidé de prendre les choses en main et de ne pas faire de THE TANGENT un sous-projet de THE FLOWER KINGS. Ça ne veut pas dire que je n’apprécie pas ce que THE FLOWER KINGS ont fait pour moi, ils ont permis d’attirer l’attention du public sur le groupe. Mais au fond, leurs priorités étaient ailleurs. Je devais absolument savoir si le public appréciait THE TANGENT pour le groupe lui-même plutôt que pour les musiciens connus de THE FLOWER KINGS. Le line-up change, et le seul membre à temps plein de THE TANGENT depuis le début, c’est moi. Nous n’avions pas de guitariste attitré sur le dernier album, et j’espère que nous pourrons en trouver un très bientôt. Nous cherchons également un batteur à temps plein, ce que nous n’avons encore jamais eu.

Après la sortie de Not As Good As The Book, tu as publié un livre. Est-ce une expérience que tu aimerais renouveler ?

Oui, j’aimerais écrire un autre livre. En fait, j’en ai déjà commencé plusieurs, et j’ai énormément d’idées. Savoir si ces livres sortiront également en même temps qu’un album, c’est une autre histoire. Il faut vraiment que je vois dans quelle direction je vais. J’aimerais écrire un livre sans aucun rapport avec la musique – appelle ça une nouvelle forme d’exploration artistique.

As-tu déjà pensé à utiliser une autre forme d’art que l’écriture pour appuyer ta musique ?

J’ai déjà utilisé l’art d’autres personnes. L’?uvre d’Ed Unitsky a beaucoup contribué au succès de THE TANGENT, il a joué un rôle important et a permis d’attirer l’attention du public sur le groupe. Il y a également ce côté « bande dessinée » qu’un artiste français a apporté au dernier album. Moi-même, je ne suis pas un très bon dessinateur, mon talent réside dans la musique et les mots. Je ne sais pas faire grand-chose d’autre, mais j’aimerais savoir danser !

Retournons quelques années en arrière, si tu veux bien. J’ai cru comprendre que l’aventure avait commencé pour toi avec un album solo qui t’a peu à peu échappé pour devenir un projet signé par plusieurs musiciens. Peux-tu nous parler un peu de cette expérience ?

Au début, c’était quelque chose que je faisais en parallèle. Comme tu le sais peut-être, à l’époque, je faisais partie d’un groupe appelé PARALLEL OR 90 DEGREES. Personne n’en a jamais entendu parler ! Je travaillais à côté sur un album de rock progressif pour mon propre plaisir. Et puis des gens comme Roine Stolt et David Jackson se sont trouvés impliqués dans le projet, et j’ai fini par me demander ce qui s’était passé ! C’était une expérience formidable, travailler avec des gens venus de toute l’Europe et de toute l’Angleterre était fantastique. La sortie de l’album a été un moment incroyable. Depuis, ça ne s’est jamais arrêté, et le groupe est ridiculement célèbre ! Au début, ce n’était qu’un projet personnel, je n’ai jamais essayé d’en faire un projet à succès. Et puis l’album est sorti, et voilà. THE TANGENT est aujourd’hui plus célèbre que j’aurais jamais pu l’imaginer.


« Je fais des albums pour le public, pas seulement pour d’autres musiciens. Le public écoute la musique d’une façon différente des musiciens. Bien que j’aie un contrôle total sur la musique, j’écoute toujours ce que les gens ont à me dire. »

J’imagine que rencontrer les membres de THE FLOWER KINGS a dû être une expérience incroyable, à l’époque. Aujourd’hui, accepterais-tu de ne pas avoir le contrôle total de ton projet musical ?

Oui, bien sûr. Je suis le producteur et le décideur musical de THE TANGENT, mais je prends l’opinion des autres très au sérieux. J’écoute tous les avis concernant la musique. Par exemple, je prends même les avis de non-musiciens. Je leur envoie ce sur quoi je travaille et ils me font des retours, du genre : « J’aime bien cette partie, mais ce ton ne me plaît pas ». Dans ces cas-là, je retravaille le passage. Je fais des albums pour le public, pas seulement pour d’autres musiciens. Le public écoute la musique d’une façon différente des musiciens. Bien que j’aie un contrôle total sur la musique, j’écoute toujours ce que les gens ont à me dire. Je préfère faire une erreur et la corriger avant la sortie de l’album plutôt que d’entendre les critiques dire que le disque est nul !

THE TANGENT n’a pas donné beaucoup de concerts en France, voire aucun. La tournée pour Down And Out In Paris And London passera-t-elle par la France, cette fois ?

Je l’espère vraiment. En fait, nous avons déjà joué en France : c’était au festival de rock de Sarlat, en 2005. Nous aimerions vraiment revenir. La France est un pays très spécial, pour moi : j’ai vécu ici et j’aimerais beaucoup revenir pour y donner des concerts. Pour un groupe britannique, ce n’est pas facile de jouer en France, à cause de la distance importante entre les villes. Par exemple, si vous jouez aux Pays-Bas un vendredi soir et que vous devez être à Bordeaux le samedi, pour retourner à Düsseldorf le lendemain, la route est longue ! C’est pour ça que beaucoup de groupes ne passent pas par chez vous, même si vous aimeriez qu’ils viennent jouer en France. Et puis, en France, on ne peut pas jouer un lundi soir ! On ne peut faire que deux dates par semaine, le vendredi et le samedi soirs !

C’est l’heure de la dernière question, la question idiote de l’interview ! Puisque tu as choisi de t’adresser aux auditeurs de Radio Metal, je dois te demander si tu écoutes du metal extrême !

Oui !

Quel genre de groupes ?

Tout dépend de ta définition du black metal. J’adore OPETH, ils sont fantastiques. Leurs albums les plus anciens sont particulièrement bons : pour moi, Blackwater Park est un excellent disque. Parmi mes groupes préférés, il y a les Canadiens de VOIVOD. Ils sont brillants. J’écoute un paquet de types de musique différents, je ne verse pas seulement dans le prog. D’ailleurs, j’ai même travaillé avec plusieurs groupes de thrash et de death metal dans les années 80, lorsqu’ils se sont lancés en Angleterre. Depuis des années, j’aime beaucoup des groupes comme NAPALM DEATH ou CARCASS. Comme tu le vois, j’aime effectivement le metal extrême !

Entretien réalisé en janvier 2010 par phoner
Site Internet THE TANGENT : po90.com/pub/index.html




Laisser un commentaire

  • C’était une bonne idée de donner la parole à ce gars que finalement peu de gens connaissent dans la scène, donc merci Metalo !

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Mass Hysteria @ Transbordeur
    Slider
  • 1/3