ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Swallow The Sun – Songs From The North


Swallow The Sun - Songs From The NorthSwallow The Sun fait ce qu’il lui plaît et fait fi des attentes des auditeurs ou de ce qu’il est commode ou bien recommandé de faire à l’heure du tout numérique. Songs From The North fera date tant le projet des Finlandais est ambitieux. L’exercice du triple album est non seulement extrêmement rare, mais le réussir relève également de la prouesse et Swallow The Sun semble l’avoir accomplie. Emerald Forest And The Blackbird (2012) avait confirmé le statut de chef de file du doom metal scandinave du groupe. Songs From The North l’entérine sans peine, proposant près de trois heures d’expérience musicale d’une rare intensité.

Le premier volume fait office de « suite directe » à Emerald Forest And The Blackbird, tant le style s’en rapproche. Alternant passages lourds et envolées lyriques, opérant un équilibre entre ce qui sera développé et approfondi sur les deux disques suivants, Songs From The North I présente l’aspect le plus familier de la musique des Finlandais. Les riffs font preuve d’une certaine grandiloquence à l’image de « Rooms And Shadows » ou « Silhouettes », voire d’une dramaturgie, comme avec « 10 Silver Bullets » et ses mélodies dissonantes inquiétantes, les arrangements funèbres de « Lost & Catatonic » ou l’orgue d’église de « From Happiness To Dust ». La voix de Mikko Kotamäki alterne avec aisance chant clair et growl, secondé parfois de chant féminin apportant un duvet soyeux – on pense au profond et émouvant « The Memory Of Light » qui exploite ces trois textures vocales. Dans la trilogie, Songs From The North I soit apparaîtra rassurant par sa familiarité avec le reste de la discographie du combo, et notamment son prédécesseur, soit – pour exactement la même raison – verra son intérêt amoindri mis en perspective avec les deux volumes restants. Tout dépend de ce que l’on attend de Swallow The Sun. Reste que cette première partie offre son lot de frissons mélancoliques.

Songs From The North II présente le pan le plus léger de la musique du groupe, exit les distorsions – sauf, essentiellement, pour quelques leads langoureux -, place aux guitares acoustiques et piano, sans oublier quelques cordes et voix en arrangement. La mélancolie prime toujours, illustrée cette fois d’une manière similaire à ce que peut faire Opeth sur un album comme Damnation ou parfois ses plus récents ouvrages, voire Steven Wilson sur ses œuvres les plus folk, avec une pointe de shoegaze dans certaines sonorités et effets de résonance. Swallow The Sun accentue son identité progressive et délivre des mélodies parfois simples et splendides à l’image de « Before The Summer Dies ». Cette expérimentation de Swallow The Sun démontre une véritable qualité d’écriture et la facilité de créer des nuances dans les atmosphères proposées : tantôt lumineuse avec « Away », tantôt lugubre avec « Autumn Fires ».

Songs From The North III explore l’opposé du spectre de la musique de Swallow The Sun. Cinq titres excédant les 8min30, cinq titres exaltant une lourdeur purement funéraire, accablante. Ce volume n’a aucune lumière. Les riffs sont répétitifs, lents et entrainent l’auditeur à sombrer de plus en plus, si ce n’est pour cette partie pompeuse en double pédale vers la fin d’ « Empire Of Loneliness », comme un spasme de vie après la narration agonisante de Nathan Ellis (Daylight Dies). « Abandoned By The Light » résume très bien le désespoir régnant de cette troisième partie. Pourtant il s’en dégage une forme de beauté, froide et intrigante à l’image des chœurs lyriques, ponctués de carillons, de « The Clouds Prepare For Battle ». Swallow The Sun parvient à émouvoir même en cultivant le pan le plus ténébreux de son identité.

En fin de compte, l’attrait de ce triple-album est avant tout sa forme car, comme l’ont déclaré les membres du groupe, c’est d’abord un retour à l’expérience musicale en tant que telle, qui ne conçoit pas l’écoute de titres à la demande comme quelque chose qui lui est propice. Songs From The North est en outre un opus qui définit Swallow The Sun. Le volume II et III laissent l’imaginer continuer à plus largement exploiter ces directions dans le futur, capable dans l’une et l’autre. Certes, ce triple album accuse certaines longueurs mais on ne peut pas employer le terme « remplissage ». Songs From The North est gargantuesque, et lorsqu’on écoute les trois volumes à la suite, l’œuvre prend tout son sens et toute son ampleur. À condition de lui accorder du temps et la digérer.

Album Songs From The North, sorti le 13 novembre 2015 via Century Media Records.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Dana Fuchs @ Massy
    Slider
  • 1/3