ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front    Song For The Deaf   

« Sweet Child O’Mine » est trop sucrée pour Slash


« Nothing Else Matters » (Metallica), « Stairway To Heaven » (Led Zeppelin) ou encore « Still Loving You » (Scorpions) : combien de fois aurons-nous entendu dans notre vie ces tubes incontournables de la planète hard rock et metal ? « Sweet Child O’Mine » des Guns N’ Roses fait partie de cette catégorie de chansons qui sont plus que de simples morceaux puisque, le temps passant, elles sont rentrées dans notre patrimoine musical et dans l’Histoire avec un grand H du style. D’ailleurs, pour beaucoup d’entre nous, la simple évocation du titre « Sweet Child O’Mine » est synonyme de l’arrivée de la mélodie de Slash dans notre esprit ! Le principe du tube en somme.

« Sweet Child O’Mine » est une chanson qui figure en neuvième position du premier album de Guns N’ Roses, Appetite For Destruction (1987). Alors que le single sorti le 17 août 1988 deviendra le seul single des Guns à atteindre la première place au Billboard américain, il est assez drôle de constater que le label du groupe, et même ses musiciens, ne croyaient pas forcément en son potentiel.

En fait, « Sweet Child O’Mine » ne fut pas le premier single d’Appetite à voir le jour puisque ce sont les morceaux « It’s So Easy » et « Welcome To The Jungle » qui furent choisi en premier pour illustrer l’album. Preuve que le groupe et son entourage ne croyaient pas forcément en sa capacité de séduction. Slash lui-même a plusieurs fois indiqué au cours d’interview et dans sa biographie (intitulée Slash) parue en 2007 que sa ligne de guitare initiale avait été jouée par lui comme un jeu, hors d’un processus traditionnel de composition. Et c’est en entendant cette mélodie qu’Izzy Stradlin (guitare), Duff McKagan (basse) et Steven Adler (batterie) ont écrit leur partie avant qu’Axl n’entende le résultat final pour ensuite écrire les paroles. « En une heure mon exercice de guitare est devenu quelque chose d’autre » dira Slash dans son autobiographie.

« Sweet Child O’Mine » fait partie des chansons majeures de la discographie des Guns N’ Roses dont la présence en live paraît aujourd’hui indispensable car elle enchante la majorité du public. Mais si le tube est apprécié des fans, l’opinion de Slash, son compositeur principal, la concernant n’a pas vraiment bougée depuis la fin des années 80… En effet, récemment interrogé par la radio américaine WEBN concernant la chanson de Guns N’ Roses ou Velvet Revolver qu’il détestait le plus (audio disponible ci-dessous), le guitariste a formulé une réponse intéressante.

« Woh c’est une question intéressante ! Je ne pense pas qu’on me l’aie posée jusque-là. Je ne vois pas une chanson que je déteste profondément de ces deux groupes. Tu vois, je veux dire, peut-être qu’il y’a des chansons que j’aime plus que d’autres. Mais je vais te dire une chose… Je ne la déteste pas mais je n’étais pas dingue de « Sweet Child O’Mine ». Et ça te donne une bonne idée de ma capacité à émettre une opinion crédible ! Le riff en tant que tel je l’aime mais la chanson en elle-même… » déclare le guitariste avant de poursuivre sur sa lancée. « Tu sais, Guns N’ Roses avait beaucoup d’attitude dans sa musique. Quand on faisait des ballades de toutes sortes, c’était bluesy. Celle-là est une ballade uptempo. C’est le truc le plus gai que tu puisses écrire. Mais dans le même temps, c’est une bonne chanson – je ne suis pas en train de taper dessus – mais en fait c’est très différent du reste de nos trucs. Et, évidemment, ça restera comme le plus gros tube que nous ayons eu » confie le célèbre guitariste au haut de forme.

Comme quoi on peut composer un hymne quasiment sans le vouloir et, en plus, ne pas vraiment l’apprécier alors qu’il aura marqué toute une génération de fans. Enfin, disons que comme vous l’avez compris Slash trouve son riff correct et au fond c’est plutôt l’accompagnement de ses ex-collègues qu’il n’apprécie guère !

« Sweet Child O’Mine » restera en tout cas pour le musicien sa chanson la plus lucrative puisque c’est le titre de sa discographie qui aura été le plus repris par d’autres artistes. A ce sujet, le guitariste a récemment partagé une anecdote très drôle à Metro : « Il y a de très bonnes versions instrumentales au piano ou au violon mais j’ai été choqué par certaines musiques d’ascenseur. Pour te donner un exemple, je patientais dans la salle d’attente du médecin en pensant « tiens, ce qui passe dans les enceintes m’est familier » et j’ai fini par prendre conscience que quelqu’un était en train d’interpréter ce que j’avais écrit. Ce qui peut être un sentiment effrayant » conclut non sans humour le guitariste.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Rival Sons + MNNQNS @ Cenon
    Slider
  • 1/3