ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Tad Morose a pris le temps de revenir


Tad Morose aura pris dix années avant de revenir en studio. Dix ans, une période particulièrement longue qui a vu le groupe muter. A tel point qu’aujourd’hui, avec sa nouvelle galette entre les mains, Revenant, au titre pour le moins évocateur, Tad Morose en est quasi arrivé à un nouveau point de départ. Outre l’évolution de l’industrie musicale qui a mis à mal les ventes de disques, et ce même si ça ne change pas grand-chose pour la formation suédoise, de l’aveu de son guitariste Christer « Krunt » Andersson, Tad Morose a vécu pas moins de trois changements au sein de son line-up au cours de cette décade passée. Et alors qu’en 2008 le groupe annonçait avoir débuté le travail sur ce nouvel album, celui-ci n’est finalement sorti qu’en 2013. Le moins que l’on puisse dire, c’est donc bien que Tad Morose a véritablement pris le temps de revenir.

Christer « Krunt » Andersson revient ainsi avec nous sur ces mésaventures, et notamment sur le cas des chanteurs Joe Comeau et Urban Breed. Un entretien humble avec un homme simple à découvrir dans la suite.

« Nous ne nous prenons jamais la tête, nous faisons simplement ce que nous avons envie de faire et ça donne toujours du Tad Morose. »

Radio Metal : Une période de dix ans s’est écoulée entre Modus Vivendi et Revenant. Considères-tu cette période comme une pause ou vois-tu votre retour comme un comeback ou un nouveau départ puisque de nouveaux musiciens ont rejoint le groupe ?

Christer « Krunt » Andersson (guitariste) : D’une certaine façon, c’est un nouveau départ pour nous. Comme tu l’as dit, c’est très lié au fait que nous ayons trois nouveaux membres parmi nous pour cet album. Mais nous avons été actifs tout le temps durant cette période de dix ans, ce n’est donc pas vraiment comme si nous avions laissé le groupe de côté et pris une longue pause avant de nous réveiller brutalement pour décider de reformer le groupe. Je veux dire que nous n’avons pas arrêté de travailler sur du nouveau matériel, de donner des concerts et tout, tout le temps. Mais d’une certaine façon c’est un nouveau départ pour nous et ça faisait très longtemps que nous n’avions pas sorti d’album.

J’en venais à ce point : en 2008, vous avez annoncé que vous étiez en train de travailler sur le nouvel album qui n’est sorti que cette année. Est-ce qu’il y avait des moments de désespoir, quand vous pensiez que cet album ne verrait jamais le jour ?

Ouais, je veux dire que ça nous a pris deux ans pour enregistrer cet album, peut-être même plus. Je pense qu’en tout ça nous a pris trois ans quand tu comptes le moment où nous sommes entrés en studio pour commencer à enregistrer la batterie. Nous avons notre propre studio d’enregistrement et nous sommes peut-être un peu fainéants et perfectionnistes d’une certaine façon mais ça nous a pris un temps fou. Mais ce n’était pas comme si nous étions en studio tous les jours pendant trois ans, c’était plus du genre on y allait un soir ici, un weekend là… Et puis nous n’avions pas de contrat avec une maison de disques à l’époque alors quand nous avons commencé à enregistrer l’album nous n’étions pas vraiment pressés non plus. Nous voulions simplement faire un album aussi bon que possible.

Est-ce que les chansons sur le nouvel album ont beaucoup changé depuis les premières versions écrites il y a cinq ans ? Comment avez-vous fait pour que ces morceaux évoluent au gré du temps et des nouveaux musiciens ?

Ouais, tout le monde dans Tad Morose contribue tout le temps à l’écriture des morceaux d’une façon ou d’une autre. Ça a toujours été comme ça. Bien sûr quand tu accueilles trois nouveaux membres le son change un peu, mais c’est normal je trouve. Quelques morceaux sur Revenant sont assez vieux, alors je pense que Revenant représente le groupe à travers cette période de dix ans.

En dehors du chant qui est un peu différent, l’album Revenant est très cohérent, c’est presque une suite logique à Modus Vivendi, malgré les dix ans d’écart et les changements de line-up. Comment expliques-tu une telle continuité ?

Eh bien, je ne sais pas ! Je suis d’accord avec toi, pour nous c’est une suite logique à notre dernier album et c’est toujours un album très Tad Morose au niveau du son. D’un côté, on dirait que peu importe à quel point nos idées de chansons peuvent être barrées, de l’autre ça finit toujours par avoir le son « Tad Morose » quand nous quittons le studio. Nous ne nous prenons jamais la tête, nous faisons simplement ce que nous avons envie de faire et ça donne toujours du Tad Morose. Je ne sais pas vraiment pourquoi.

A propos de Joe Comeau : « Nous en sommes arrivés au point où nous savions que nous ne pouvions pas travailler ensemble parce qu’il avait une attitude bizarre, je pense… »

Joe Comeau a pris la place au chant pendant trois ans mais vous n’avez jamais sorti d’album avec lui. Pourquoi cela ?

Quand nous en avons fini avec le dernier chanteur de Modus Vivendi – nous en sommes arrivés au point où nous savions que nous ne pouvions pas travailler ensemble parce qu’il avait une attitude bizarre, je pense… Bref, peu importe – nous étions un peu refroidis pendant à peu près six mois, je ne sais plus vraiment, avant de pouvoir recoller les morceaux et aller de l’avant. Un ami m’a dit : « Et pourquoi pas Joe Comeau ? » Et nous nous sommes dit : « Ouais, bof », je veux dire : « Comment pourrait-on faire fonctionner ça s’il vit aux États-Unis mais on peut toujours essayer. » Alors je lui ai passé un coup de fil et il était très intéressé à l’idée de rejoindre le groupe. Nous avons commencé à enregistrer et nous avons fait pas mal de concerts et tout fonctionnait très bien mais à long terme, nous avions peur que ça ne puisse plus marcher. Je veux dire que nous avons envie d’être un groupe qui répète, s’entraîne et travaille pour ainsi dire, alors c’est très difficile si ton chanteur est de l’autre côté de l’océan Atlantique. C’était un mec bien, mais afin de pouvoir garder le groupe en vie et être prêt à aller de l’avant, nous ne pouvions pas continuer avec Joe ; ce qui est triste d’une certaine façon parce que c’est un musicien hors pair, un gars très gentil et un bon chanteur donc c’est un peu triste que nous n’ayons pas pu sortir quelque chose avec lui au chant. Mais nous avons quelques démos enregistrées avec sa voix ou quelques morceaux donc, qui sait, peut-être que dans le futur nous sortirons ça en tant que morceau rare ou quelque chose comme ça. Ensuite nous avons pris contact avec Ronny et comme il avait du temps, il a rejoint le groupe.

Avec le recul, penses-tu que le recruter était une erreur ou une perte de temps ?

Non, je ne pense pas. C’était une bonne expérience pour nous je pense, et c’était sympa d’apprendre à le connaître un peu mieux et tout. Alors ce n’était pas une perte de temps. Evidemment, nous aurions peut-être pu utiliser ce temps à des fins plus utiles. En fait, avant d’avoir proposé à Joe Comeau de nous rejoindre, nous avions déjà pris contact avec Ronny mais à l’époque il était occupé avec son groupe donc il ne pouvait pas rejoindre Tad Morose. Alors qui sait ce qu’il se serait passé si Ronny nous avait rejoint juste après qu’Urban nous ai quitté. On ne peut pas vraiment savoir alors bref, peu importe.

Urban Breed, votre ancien chanteur, était très apprécié en tant que chanteur par la scène metal en général et par les spectateurs. Que dirais-tu aux gens qui languissent sa présence au sein du groupe ?

Oh et bien je ne sais pas. Les gens changent, les choses changent et il n’y a pas grand-chose que nous puissions y faire. Il était mieux loti de son côté et nous étions définitivement mieux lotis sans lui c’est certain. Evidemment c’est toujours un peu le truc quand un groupe change, et en particulier de chanteur, je veux dire que certaines personnes vont toujours préférer l’ancien chanteur d’une certaine façon, et d’autres vont aimer le nouveau chanteur. Mais Urban fait toujours de la musique et actuellement il chante dans un groupe du nom de Trail Of Murder, pour n’en citer qu’un, alors s’ils aiment la voix d’Urban il y a plein de truc qu’ils peuvent aller écouter de toutes les façons. Et à titre personnel je pense que Ronny a davantage sa place au sein du groupe, mais c’est mon opinion alors… tout le monde peut probablement se faire sa propre opinion à ce propos.

En 2013, date à laquelle vous avez sorti votre nouvel album, la situation dans l’industrie musicale était bien différente que 10 ans plus tôt, quand vous avez sorti votre dernier album. Qu’est-ce que ça change pour vous en tant que groupe de ne plus pouvoir compter sur les ventes d’album ?

Ouai, c’est sûr que ça a changé radicalement mais ça n’a pas que du mauvais. Nous ne gagnions pas beaucoup d’argent à l’époque non plus donc ça ne nous affecte pas plus que ça. Evidemment ça a changé du point de vue de la vente d’albums qui a radicalement baissé de nos jours mais d’un autre côté ça a tendance à rapprocher davantage le groupe autour du budget et de tout le reste parce que les labels ne peuvent plus proposer de gros financements pour les enregistrements. Alors ouai, nous faisons les choses un peu différemment et nous faisons beaucoup de choses nous-même. Nous avons enregistré l’album dans notre propre studio ; nous avons fait le clip de « Beneath a Veil » nous-même et tout ça. C’est sympa de faire ça aussi et évidemment avec cette nouvelle ère, le point positif c’est que tu peux vraiment toucher plein de personnes du monde entier en un laps de temps court grâce à internet.

« Si personne ne devait aimer le nouvel album, eh bien nous le ferions quand même parce que ça nous fait plaisir. »

Ça fait près de 20 ans que vous êtes sur la scène metal Suédoise et Internationale. Comment perçois-tu ces nouveaux groupes Suédois qui deviennent de plus en plus important et atteignent le succès, comme Ghost par exemple ?

Euh, je ne sais pas… [Pause] Je ne sais pas, vraiment. Je veux dire que je suis heureux pour tous ceux qui réussissent à atteindre le succès en faisaient ce qu’ils aiment. Les gens nous demandent souvent ça, du genre « Comment ça se fait que vous ne soyez pas plus connus, je veux dire que ça fait des années que vous êtes là, et certes vous sortez des nouveaux trucs mais vous n’êtes pas un gros groupe ! » Eh bien peut être que nous ne sommes pas assez bon pour ça, je ne sais pas ! [Rires]

[Rires] D’accord, je suppose que Tad Morose n’a pas été votre occupation principale pendant ces dix dernières années. Comment faites-vous pour organiser la promotion et les tournées avec les autres membres du groupe, sachant que certains d’entre vous ont probablement d’autres engagements ?

Ouai, nous avons tous des boulots à côté alors jouer dans Tad Morose c’est le côté fun de notre vie pour ainsi dire. Et nous aimerions que les choses restent telles quelles parce que ça nous donne vraiment la liberté de faire ce que nous avons envie de faire. Ce que je veux dire par là c’est que quand nous écrivons des nouveaux morceaux ou que nous sortons un nouvel album, nous le faisons d’abord parce que nous en avons envie. Et si personne ne devait aimer le nouvel album, eh bien nous le ferions quand même parce que ça nous fait plaisir.

Je suppose que c’est un type d’organisation différent au sein de votre groupe…

Oui ça l’est. En général nous arrivons à nous arranger pour faire en sorte que les choses fonctionnent mais nous ne pouvons pas partir en tournée pendant six mois et espérer continuer à toucher de l’argent au boulot. [Rires] Evidemment, puisque nous travaillons tous à côté nous devons vraiment faire attention en planifiant tout ça à l’avance. Mais d’ordinaire ça ne nous pose pas vraiment problème.

Est-ce que vous pensez partir en tournée pour soutenir cet album ?

J’espère que oui, bien sûr, parce que jouer en concert pour moi c’est un peu comme mettre de l’essence dans le moteur, alors nous avons vraiment hâte de donner le plus de concerts possibles. Pour autant que je sache, nous n’avons rien de prévu pour le moment, mais notre management est en phase de négociation avec différentes agences. Avec un peu de chance les choses commenceront à se confirmer d’ici quelques semaines alors nous aurons la possibilité de pouvoir nous organiser autour de ça. Evidemment nous aimerions donner autant de concerts que possible en 2014.

Quel est le statut de ton autre groupe/projet Inmoria, puisque la plupart des membres de Tad Morose en font aussi partie ?

Ouai ! [Rires] C’est ce que ça a donné ! Tous les morceaux pour le troisième album d’Inmoria sont écrits donc maintenant il faut juste que les quatre d’entre nous qui jouons aussi dans Tad Morose trouvent le temps pour enregistrer l’album. Ça se fera certainement cet hiver. Inmoria est le groupe de Danne Eriksson alors il écrit toutes les paroles et toutes les chansons ; il s’occupe de toute la partie business et tout ça. Nous sommes plus des mains ouvrières pour ainsi dire, ce qui me va parfaitement et je préfère que ça reste ainsi parce que je n’ai pas envie de commencer à écrire des morceaux pour Inmoria. Les gens trouvent que les deux groupes sont déjà trop similaires. Alors voilà la ligne claire entre ces deux groupes et ce qui fait leur différence : Inmoria est un groupe dans lequel nous ne faisons que jouer tandis que Tad Morose est un groupe pour lequel nous participons tous à l’écriture et nous partageons tout le boulot.

C’était notre dernières question. As-tu quelque chose à ajouter pour nos lecteurs ?

Ouai, j’espère que tout le monde va aimer Revenant. Quand vous l’écouterez, n’hésitez pas à monter le volume parce que cet album s’écoute fort, le rendu est bien meilleur de cette façon. Et si nous passons dans une ville proche de chez vous, n’hésitez pas à venir nous voir jouer en concert ; parce que c’est le truc de Tad Morose. J’espère que vous allez aimer l’album, montez le son !

Interview réalisée le 9 décembre 2013 par Amphisbaena.
Retranscription et traduction : Natacha.
Introduction : Alastor.

Site internet officiel de Tad Morose : www.tadmorose.se

Album Revenant, sorti le 26 novembre 2013 chez Despotz Records.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Tool @ Hellfest
    Slider
  • 1/3