ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Metalanalyse   

Testament redonne sa jeunesse au thrash des années 80


« Nous n’avons rien décidé au préalable, nous écrivons des chansons, c’est tout » nous disait hier le chanteur Chuck Billy en interview pour décrire un processus d’écriture spontané pour ce nouvel album de Testament Dark Roots Of Earth. Ses réponses à toute tentative d’analyse sont très brèves et presque désintéressées, faisant très clairement comprendre que la démarche artistique de Testament n’est pas réfléchie et qu’elle repose sur une inspiration presque primaire du moment. A l’aune de l’écriture de ce disque, Testament n’a pas fait de bilan de sa carrière, de la scène metal, ni n’a défini au préalable une quelconque orientation ou un esprit. Testament a écrit des chansons et a ensuite écouté, comme nous autres auditeurs, ce que cela inspirait.

Quand on écrit à l’instinct, il est donc logique que l’on fasse appel à des automatismes et que le résultat s’inscrive donc dans la logique continuité de ce que l’on a pu faire par le passé. Et le groupe en a conscience, s’accordant sur le fait que ce disque est dans la continuité du précédent et qu’il représente aussi un condensé de toutes les couleurs que Testament ait pu donner à sa musique au cours de sa carrière : « Je dirai que cet album inclut des éléments de chaque partie de notre carrière. Mais vocalement, je suis revenu à l’approche que j’avais sur Practice What You Preach (1989). J’ai mis beaucoup de mélodies dans ce disque. Bien sûr, il y a des vocaux thrash et power, comme d’habitude chez Testament, mais je trouve que cet album a un petit feeling old-school. Bien sûr, les morceaux ne sont pas des morceaux de thrash old-school, mais il y a quelques éléments de ce genre. «  déclare Billy à The Raffo Review.

Deux idées générales se dégagent de l’écoute de cet album, que le ressenti ci-dessus de Billy confirme. La première est la diversité et les contrastes issus du bagage artistique du groupe. Dans Maximum Metal, le guitariste Eric Peterson l’évoque avec enthousiasme : « Ce sera notre album le plus heavy, mais nous avons aussi une ballade […]. Nous avons des chansons avec des blast beats sur les refrains avec du chant mélodique. Des blast beats à la Dimmu Borgir et Emperor avec des riffs à la Testament et Chuck qui chante comme sur Practice What You Preach. ‘True American Hate’ est probablement le titre le plus rapide que nous ayons jamais fait. ‘The Dark Roots Of Earth’ […] sonne comme ‘The Thing That Should Not Be’ de Metallica et ‘Sign Of The Southern Cross’ de Black Sabbath. » . Et Peterson d’ajouter auprès de Metal Assault : « Ce serait un hybride entre les albums The Gathering et The Ritual. Musicalement, c’est heavy comme The Gathering, c’est heavy avec des mélodies et c’est aussi très rapide. Il y a aussi des trucs lents et sombres. Mais vocalement et en termes d’arrangements, ça ressemble à The Ritual. Cet album a les choses les plus mélodiques qu’on ait faites. […] Je pense que ces deux idées sont rassemblées, le côté le plus mélodique et le côté le plus heavy de Testament son mixés ensemble et ça donne Dark Roots Of Earth ».

Effectivement, sur cet album, Testament est thrash et guerrier (« Rise Up », « True American Hate »), mélodique, progressif, rapide, lent, mid-tempo. « Native Blood », deuxième titre de l’album, est le premier témoignage de cette diversité. Ce titre thrash incorpore des rythmiques blast beats issues du metal extrême, mais aussi un soupçon de mélodie sur le refrain. Dans ce même esprit, le mid-tempo « Dark Roots Of Earth » et même le pourtant très rentre-dedans et rapide « True American Hate » sont saupoudrés de mélodie avec quelques arpèges, soli et phrasés de guitare ici et là et des lignes de chant mélodiques. Pour la première fois depuis l’album Low, Testament a écrit une ballade – une ballade à la Testament, entendons-nous bien -, « Cold Embrace », un titre froid qui s’alourdit petit à petit. Une froideur qui correspond d’ailleurs bien à l’atmosphère de l’histoire racontée sur ce titre, à savoir celle d’une femme devenue vampire et ne pouvant plus voir le soleil. Un mot sur les textes, pour la plupart sombres (« Man Kills Mankind », « A Day In Death ») voire sonnant comme un appel à la révolte (« Rise Up »). « Native Blood » se veut le morceau porte-parole des Natifs américains (« Leur voix mérite d’être entendue » déclare le chanteur Chuck Billy), « True American Hate » décrit des enfants de 10 ans brûlant des drapeaux américains. Autant de thématiques traduites en musique de manière cohérente et imagée.

La seconde idée est cette touche old-school que l’on ressent à l’écoute de ce disque comme s’il avait été écrit dans les années 80 mais enregistré avec les moyens d’aujourd’hui. Une touche old-school qui s’exprime dans le détail par quelques gimmicks, ici et là, gimmicks que certains qualifieront de kitsch, tels que les descentes de toms fulgurantes, les introductions solennelles (l’entrée en matière du titre épique « Throne of Thornes », rappelle l’esprit de l’introduction de « South Of Heaven »), des cris de foule guerriers (particulièrement marquants sur « True American Hate » et « Dark Roots Of Hate »), mais aussi plus globalement dans cette diversité que nous évoquions plus haut et cette part de mélodie, mélodie que la vague de groupes de « revival thrash » met de côté pour se concentrer sur l’intensité.

En résulte un album dynamique, cohérent dans ses contrastes, qui dans sa structure rappelle les albums marquants du style tels que Master Of Puppets, Ride The Lightning ou Seasons In The Abyss. Cela n’en fait pas pour autant un album daté ou nostalgique de cette époque mais bien un album qui réactualise cette esthétique musicale et lui donne une nouvelle jeunesse.

Dark Roots Of Earth, sortie le 27 juillet 2012 via Nuclear Blast Records.



Laisser un commentaire

  • Je suit leur parcoourt depuis « the legacy » ,et cet album est certainement le plus aboutit.les solos de grattes sont majestueux la voix de Billy est comme on l’aime les riffs dechirent .et surtout c 1 album varie , aucun morceau ne ressemble a l’autre .

    [Reply]

  • super album, il déchiren trash et mélodique, parfait!

    [Reply]

  • @cannibal torse : complètement d’accord!!!
    native bloo est également excellent!!!!

    [Reply]

  • Cannibal Torse dit :

    Je sais pas si l’album est bon mais le single True American Hate est vraiment une tuerie.

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Tool @ Hellfest
    Slider
  • 1/3