ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

The Answer dégage son horizon


Un an et demi passé à parcourir les routes et les mers du globe en compagnie d’AC/DC, ça laisse forcément des traces. Alors même si la carrière de The Answer avait démarré sur les chapeaux de roue avec un Rise en haut du tableau, le groupe s’est retrouvé à se poser certaines questions sur son évolution plus tôt que prévu, plus précisément à la fin de la tournée de Revival. C’est entre autres ce que nous explique Cormac Neeson dans cette interview qu’il nous a accordé, alors que New Horizon vient de sortir et que le groupe a décidé de s’émanciper d’une nouvelle manière en ayant changé une bonne partie de l’équipe qui entoure le groupe.

Une nouvelle ère s’est donc ouverte pour ces Nord-Irlandais qui aiment le rock’n’roll jusqu’au bout des ongles à tel point qu’ils y rendent constamment hommage à travers leurs compositions, et qui ont eu la chance de travailler avec Storm Thorgerson, le mythique artiste et notamment créateur de pochettes célèbres dont Dark Side Of The Moon des Pink Floyd. Ils nous racontent comment cet homme les a impressionné par sa façon de travailler, mais également comment ils envisagent dorénavant l’avenir dans une formation jeune qui a déjà connu beaucoup de choses et qui ne voudrait pas connaître l’accident industriel en plein envol. Même s’il paraît que les Irlandais ont la tête dure, ils n’en gardent pas moins les yeux ouverts sur leur futur…

« Je suppose qu’après avoir sorti Revival, nous avons tourné pendant huit ou neuf mois, et nous sommes arrivés à la fin de ce cycle. […] La pire chose que nous aurions pu faire aurait été de continuer sur la même voie. »

Radio Metal : Beaucoup de choses ont changé dans l’équipe de The Answer. Vous avez un nouveau management, de nouveaux tourneurs, un nouveau label… Qu’est-ce qui a amené ce changement ?

Cormac Neeson (chanteur) : Je suppose qu’après avoir sorti Revival, nous avons tourné pendant huit ou neuf mois, et nous sommes arrivés à la fin de ce cycle. Pour la première fois dans la carrière du groupe, nous faisions un petit peu du surplace, tu vois ? Cela fait plus de dix ans que nous sommes ensemble et cela a toujours été, pas après pas, pour devenir plus grands et meilleurs à chaque étape du chemin, mais à ce moment là, vraiment pour la première fois, nous avions atteint une sorte de palier. Nous nous sommes rendus compte que la pire chose que nous aurions pu faire aurait été de continuer sur la même voie et de garder les choses telles qu’elles étaient, parce que nous avons réalisé que quelque chose devait changer. Nous avons fait une réunion de groupe, et dit que nous avions vraiment besoin de remuer les choses. Et nous avons alors pris des décisions difficiles, nous nous sommes séparé de gens avec qui nous travaillions depuis assez longtemps, tu vois ? Mais aussi dures que ces décisions aient pu être, c’était néanmoins nécessaire. Même dans la manière d’écrire les chansons de cet album, nous avons pensé « faisons table rase maintenant », et prenons des décisions pour le bien commun, en espérant remettre le groupe sur de bons rails pour les prochaines années à venir.

Comment se passent les choses maintenant, comment pourrais-tu décrire cette nouvelle organisation que vous avez ?

Eh bien, maintenant The Answer est un excellent groupe dans lequel être, avec un nouvel album génial et une équipe motivée de gens qui travaillent pour nous… Ouais, c’est vraiment bien d’être dans ce groupe, nous sommes enthousiastes pour le futur et confiants d’avoir pris les bonnes décisions, un an et demi en arrière. Nous sommes tout simplement optimistes pour l’avenir !

L’album s’appelle « New Horizon ». J’imagine que c’est une métaphore de la volonté du groupe de changer…

C’est cela, ouais. Encore une fois, je crois que nous avons canalisé nos expériences récentes dans cet album. Je crois que la situation dans le groupe et tout le reste qui est arrivé dans l’équipe a en fait aidé à donner un côté plus tranchant à l’album, et un côté plus agressif que le dernier. Tu vois, il est puissant et il regroupe des mises au point sur où en est le groupe aujourd’hui et là où il veut aller.

La pochette de l’album est l’une des dernières réalisations, sinon la dernière, de Storm Thorgerson, qui est récemment décédé. Comment avez-vous ressenti cela ?

Nous nous sommes évidemment sentis honorés que Storm accepte de travailler sur notre album dans un premier temps. C’est évidemment une grande perte pour le monde de la musique, pour la musique et la culture populaire, car Storm en a fait grandement partie depuis plus de quarante cinq ans en fait. Nous nous sommes néanmoins sentis très reconnaissants d’avoir pu expérimenter comment un génie comme cela travaille et procède. C’était impressionnant de voir à quel point il était minutieux, à l’écoute de l’album, ou encore en s’entretenant avec les membres du groupe pour avoir une image complète de quel genre de personne nous sommes et de l’identité du groupe. Et puis de sortir dix concepts différents, lesquels auraient tous fait des pochettes d’album géniales ! Malheureusement, il ne fallait en choisir qu’une. Les pochettes sont quelque chose avec laquelle nous avons lutté dans le passé, et il semblait que nous ne parvenions pas à trouver tant de bonnes idées pour résumer ce que nous essayions de dire à travers notre musique. Mais Storm, après nous avoir parlé pendant quelques jours, était capable de sortir dix concepts incroyables. Nous sommes simplement vraiment honorés d’avoir pu expérimenter, pour la première fois, comment un homme de sa stature travaille sur un projet.

« A la fin du dernier album, nous avons senti qu’il fallait que nous nous libérions de ces menottes et que nous déployions littéralement nos ailes, tu vois ? (Rires) »

Sur la pochette, nous pouvons voir quatre oiseaux s’échappant d’une cage. J’imagine que les oiseaux, ce sont vous, mais que représente la cage ? De quoi vous êtes-vous évadé ?

De ce dont nous avons parlé, de comment nous pensions qu’il fallait que les choses changent, et c’est simplement l’environnement général dans lequel nous travaillions. A la fin du dernier album, nous avons senti qu’il fallait que nous nous libérions de ces menottes et que nous déployions littéralement nos ailes, tu vois ? (Rires) Et effectivement, nous avons déployé nos ailes. Et n’importe qui, au moins ceux qui ont fait des changements pour le meilleur, savent quelle libération cela représente, quand tu as pris ces décisions difficiles que tu rencontres sur ta route. Et la pochette de l’album symbolise évidemment la libération de ces menottes, et la hâte de voir ce que l’avenir réserve, les nouveaux horizons qui nous attendent, tu vois ?

Le clip de « Spectacular » montre la vision typique qu’ont les gens des fêtes rock’n’roll. Beaucoup de groupes ont déjà fait des clips comme cela, pourquoi avoir choisi ce thème en particulier ?

L’une des décisions que nous avons prise était de faire un clip que nous avions envie de faire, tu vois, genre des rockers typiques dans le fond, ce qui a déjà été fait de nombreuses fois, mais je veux dire, le clip que nous avons tourné est quasiment une représentation réelle de n’importe quelle fête un vendredi soir à Belfast, de n’importe quelle fête dans une maison en Irlande du Nord ! Donc c’était vraiment le message que nous voulions faire passer. C’est une chanson rock’n’roll énergique qui mérite d’être décrite de cette manière. Ce ne sont rien que des jeunes gens bruyants qui écoutent un groupe et qui passent du bon temps, qui boivent de l’alcool et qui font une soirée, tu vois ? Ce n’est pas de la grande littérature, mais en même temps, cela capture l’esprit de tout ce qu’est le rock’n’roll.

Votre album des débuts a eu un incroyable succès et immédiatement de très bonnes ventes. Comment pouvez-vous expliquer cela ?

Je ne suis pas entièrement sûr, mais nous croyons évidemment extrêmement dans la musique que nous faisons et nous sentons qu’en tant que groupe, nous méritons d’être là-haut, sur le palier du milieu, parce que c’est de la musique honnête, qui a une âme, et que ce soit du rock’n’roll ou non, cela vient du cœur. J’apprécie n’importe quel musicien, artiste ou groupe qui joue avec le cœur et avec passion, et qui évidemment aime ce qu’il fait, tu vois ?

« C’est de la musique honnête, qui a une âme, et que ce soit du rock’n’roll ou non, cela vient du cœur. »

Vous avez tourné pendant deux ans avec AC/DC. Quelles sont les répercussions concrètes d’une telle tournée ?

Nous avons franchement appris beaucoup d’un an et demi passé avec AC/DC. Je crois que nous avons une organisation beaucoup plus professionnelle maintenant que nous sommes sortis de l’ombre, parce que, tu sais, tu dois le faire ! Je veux dire que c’est beaucoup de plaisir, mais il faut vraiment être très discipliné pour endurer autant de concerts pour une tournée aussi longue autour du monde entier. Donc il faut vraiment faire tout son possible, faute de mieux. Tu vois, je crois que nos prestations scéniques ont énormément profité de l’observation d’un groupe comme AC/DC qui manie une foule jusqu’à cent mille personnes chaque soir, comme au Stade De France, par exemple ! Tu vois, tu apprends beaucoup, nous sommes le genre de groupe qui apprend vraiment de chaque expérience qu’il vit, et nous avons intégré tout cela, et il a fallu que nous devenions plus grands et meilleurs pour cette expérience !

Ce sera tout pour nous. As-tu un dernier truc à nous dire ?

Ouais, nous avons hâte de venir en France fin novembre et de jouer à Paris, Strasbourg et Lyon, nous avons eu des expériences géniales en France, et il nous tarde vraiment d’y revenir, et de jouer nos nouveaux morceaux pour vous tous !

Interview réalisée par téléphone le 9 septembre 2013 par Metal’O Phil.
Retranscription et traduction : Amphisbaena.
Introduction : Amphisbaena.

Site internet officiel de The Answer : www.theanswer.ie

Album New Horizon, sorti le 8 octobre 2013 chez Napalm Records.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3