ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

The Answer – Raise A Little Hell


The Answer - Raise A Little HellLe panel des émotions ressenties à l’écoute d’un album de The Answer s’étale entre le « déjà-entendu » et l’apologie de la maestria sans conteste de l’art des maîtres du rock’n’roll. Voilà l’une des éternelles problématiques qui entourent la décennie de carrière du groupe. Les Nord-Irlandais ne se posent pas ces questions : ils aiment le rock’n’roll, prennent un plaisir fou à le faire, s’érigent en dignes héritiers de Bon Scott, Jimmy Page ou Phil Lynott, et balancent à chaque album des salves de riffs efficaces, des rythmiques dans le pur esprit du genre et surtout des mélodies imparables, des morceaux accrocheurs, qui font chanter même les plus réticents à l’idée que l’on puisse faire à nouveau feu avec les armes des 70’s.

Après une importante remise en question lors de la création de New Horizon, The Answer s’avance avec des arguments bien affûtés pour envoyer ce Raise A Little Hell dans la continuité artistique du précédent, tout en incorporant un certain nombre d’éléments nouveaux qui les éloignent toujours un peu plus du mouvement revival pur. Il faut avouer que si « The Other Side » a un fort goût du single « Spectacular » issu de New Horizon, la suite des événements fera oublier quelque peu cette impression initiale. L’intro doom psychédélique furieusement fuzz de « Last Days Of Summer », et la singularité vocale de Cormac Neeson qui s’y affirme, emmènent un peu plus loin que New Horizon. Le groove est toujours remarquable, le côté accrocheur des titres (« I Am What I Am », « Aristocrat »…) plus que jamais présent, et les éléments de l’album rock type tel que la ballade (« Strange Kinda Nothing ») sont là, mais un petit supplément d’âme plus moderne pointe aussi le bout de son nez.

Une rythmique surprenante par-ci (l’entrée de « Whiplash »), un riff grave diablement groovy à la Tom Morello par-là (« Raise A Little Hell »), une basse southern rock bien virile d’autre part (le hendrixien « Red »)… Raise A Little Hell est garni de petits détails qui suintent d’une créativité bien réelle hors des codes ancestraux du rock utilisés, tels que les solos et ce son de guitare blues/hard rock un peu sale, typique de Led Zep, qui constitue l’essence même du grain The Answer. L’harmonica est là, l’énergie constante d’une batterie loin de n’être que binaire aussi, et l’esprit psychédélique, sans prise de tête, des 70’s peut renaître en toute liberté… Une liberté qui ressort peut-être en partie de l’exil du groupe en Espagne pour faire ce disque, dans une atmosphère à la fois sérieuse, mais absorbant l’enthousiasme d’un contexte relâché et festif.

Hors de toute considération stylistique, Paul Mahon délivre l’une de ses meilleures performances techniques en tant que guitariste : riffs, solos, arpèges… Il fait l’étalage d’un arsenal complet servi par une gamme d’effets traditionnels souvent bien choisis. Cormac Neeson ayant également élargi la palette de ses capacités vocales, on retrouve un The Answer loin des crises existentielles connues par le groupe il y a quelques années : les Irlandais sont bien dans leur peau et dans leur style, et ça s’entend tout au long de ce Raise A Little Hell. Ils pratiquaient ce hard rock groovy et accrocheur avant le succès de la résurgence de celui-ci; il y a fort à parier qu’ils continueront même lorsqu’il sera passé de mode.

Ecouter le morceau « Long Live The Renegades », des extraits de chaque titre et regarder le clip de « Red » :

Album Raise A Little Hell, sorti le 9 mars 2015 chez Napalm Records.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3