ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

The Arrs se doit de ne pas avoir de regrets


Près de vingt ans après sa formation, le groupe français The Arrs a décidé de mettre fin à sa carrière. Sur leur page Facebook, les membres de la formation parisienne évoquait cet arrêt le 5 janvier dernier dans un communiqué : « La passion reste intacte, mais pour des raisons personnelles, cette tournée sera notre dernière, il n’y aura pas de nouvel album. […] On veut profiter de chaque date comme si c’était la dernière, tous vous retrouver et vous livrer nos tripes sur scène ! Comme vous tous, on n’aime pas les au revoir, alors on va le faire durer ce moment. On finira en octobre 2017 avec une date parisienne. »

Le samedi 4 mars, notre équipe a fait le déplacement à Décines, dans la banlieue de Lyon, pour communier avec ce groupe dont les prestations live nous ont toujours convaincus.

Artistes : The Arrs – The Foxy Ladies – Backus
Date : 4 mars 2017
Salle : Warmaudio
Ville : Décines [69]

Backus

Lorsque nous pénétrons au Warmaudio, Backus a déjà largement démarré son set. Bien qu’assez statiques, les quatre musiciens proposent une prestation techniquement aboutie avec Kent au chant qui n’hésitera pas, tout au long du set, à fermer les yeux pour se concentrer au maximum sur son interprétation. « Concentration », un terme que l’on retrouvera également dans l’attitude des autres zicos qui auront une petite tendance à plus regarder leurs instruments que le public. Même si Kent tentera de dynamiser l’audience, force est de constater que le manque de mouvement du groupe lui est préjudiciable car un léger manque de chaleur se dégage de leur prestation.

The Foxy Ladies

S’en suit la performance du quatuor féminin The Foxy Ladies. Après quelques minutes de soundcheck, le public lyonnais a droit à sa dose de punk/hard rock bien rentre dedans. Portée par une très talentueuse guitariste, le groupe livre un concert réussi car plein de jovialité et de dynamisme. Sur le plan de la musique, l’esprit punk domine dans des compos efficaces où les solis apportent de la variété au propos même si on note quelques pains ici et là. C’est donc en toute logique sous des applaudissements mérités que les Lyonnaises quittent la scène.

Nico, The Arrs

Habitués à mettre le feu en live, les membres de The Arrs débarquent comme des furieux sur scène avec l’envie palpable d’en découdre et de profiter à fond de ces derniers moments privilégiés. Est-ce, dans cette optique, vraiment surprenant que le groupe parisien joue la chanson « Kombat » en début de show où Nico (chant) y hurle comme un damné « Je ne regrette rien ! » ? Et c’est vrai que, suite à ce concert et en analysant toute la carrière de The Arrs, on voit mal comment ses membres pourraient nourrir des regrets. Des centaines de concerts donnés partout en France, cinq très bons albums et une réputation d’un groupe talentueux aussi bien sur disques qu’en live : le groupe aura réussi sa carrière. De bons souvenirs qui seront célébrés comme il se doit ce soir.

A voir le sourire de Nico, on a d’ailleurs bien l’impression que ce sont avant tout ces vibrations positives que retiendront les membres de The Arrs, ce qui en soi est une sacrée satisfaction. Sur ce concert du Warmaudio, les sourires du public auront répondu au martèlement d’une batterie jouissive car frénétique, à l’instar de ces riffs hardcore/metal qui donnent envie de pogoter comme des petits fous. C’est avant tout cette trace que laissera The Arrs : un groupe qu’il nous aura toujours fait plaisir de voir sur les planches et dont la motivation aura toujours été appréciable.

Phil, The Arrs

Pendant que Toki matraquait ses fûts, Phil à la basse n’aura eu de cesse d’assurer de main de maître ses growls puissants et dévastateurs en se dépensant sans compter (à l’instar de ses autres camarades de jeu). Riche de ses atouts, la performance de The Arrs en live serait malgré tout clairement différente si Nico au chant n’était pas là. Slammant dans la foule en l’invitant perpétuellement aux jumps et aux mosh-pits, le frontman dégage un vrai charisme qui, au-delà de sa stature, en impose clairement. Le public aura en tout cas été réceptif aux invectives du chanteur et ne boudera pas son plaisir (comme le groupe) en profitant à fond de la présence des Parisiens. Et ce particulièrement quand la famille The Arrs invitera l’audience à monter sur scène dans la plus pure tradition des concerts de hardcore. Un peu plus tôt dans le concert, les Foxy Ladies étaient déjà montées sur scène pour participer à la fête.

Une anecdote basée sur le partage qui résume à merveille ce qu’aura été la trajectoire de The Arrs : un groupe de metal/hardcore ayant réussi sa carrière en partageant avec ses fans une musique intense et positive qui donne la banane. Messieurs les The Arrs, n’ayez vraiment aucun regret car le public aura apprécié chaque moment passé en votre compagnie. See you later!

Live report : Amaury Blanc.
Photos : Damien Renard.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Tool @ Hellfest
    Slider
  • vendredi, 20 septembre 2019 à 14:23
    Klone : embarquement immédiat
    jeudi, 19 septembre 2019 à 19:04
    Alice Cooper : un méchant qui vous veut du bien
    jeudi, 19 septembre 2019 à 16:48
    Steel Panther – Heavy Metal Rules
    vendredi, 13 septembre 2019 à 16:46
    Korn – The Nothing
    jeudi, 12 septembre 2019 à 23:44
    Visions Of Atlantis erre, mais pas sans but
    1/3