ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

The Dead Daisies – Radiance


The Dead Daisies est l’un de ces groupes qui font dire aux médias que le rock « ne mourra jamais vraiment ». La formation qui a accueilli dans ses rangs de nombreuses pointures telles que Darryl Jones (Rolling Stones, Sting), Charley Drayton (Rolling Stones, Miles Davis, The Cult), John Corabi (The Scream, Mötley Crüe) et plus récemment Deen Castronovo (Black Sabbath, Steve Vai) ne cesse de s’affirmer comme l’un des groupes les plus importants de la scène depuis sa formation en 2012. En 2019, The Dead Daisies recrutait le chanteur-bassiste Glenn Hugues qui rejoignait les guitaristes Doug Aldrich et David Lowy. Brian Tichy est quant à lui de retour et a remplacé Deen Castronovo derrière les fûts. The Dead Daisies reste effectivement un collectif changeant avec néanmoins la prétention d’avoir actuellement le line-up le plus cohérent à l’œuvre derrière Radiance. La tournée promotionnelle d’Holy Ground (2021) a évidemment été interrompue par la pandémie. Sans cet arrêt forcé, Radiance n’aurait probablement pas vu le jour aussi vite. La philosophie est simple : Radiance est le résultat de musiciens qui ont le besoin vital de jouer coûte que coûte.

Contrairement à Holy Ground, The Dead Daisies n’est pas retourné à La Fabrique Studio dans le sud de la France pour s’immerger dans le processus de composition. Le contexte mondial a rendu les déplacements plus hasardeux sinon impossibles et The Dead Daisies a dû revenir à un mode plus traditionnel de sessions séparées, toujours sous la houlette du producteur Ben Grosse à Los Angeles. Pour comprendre l’évolution de l’orientation musicale de The Dead Daisies depuis le très récent Holy Ground, il faut s’attarder sur le single « Radiance ». The Dead Daisies a largement gonflé ses guitares et dans l’ensemble, Radiance se veut bien plus massif que son prédécesseur. Puissance n’est toutefois pas nécessairement synonyme d’agressivité. Derrière le riffing aux cuisses d’acier de « Radiance » se cache l’art du refrain langoureux à la Glenn Hugues qui n’hésite pas à faire varier son timbre sur des syllabes prolongées. Cette impression de lourdeur est la somme de plusieurs composantes : le jeu de batterie plus appuyé de Brian Tichy, les sons de guitare doublés et les structures plus pesantes des compositions. « Kiss The Sun » doit quelques progressions à Soundgarden tandis que « Cascade » puise son cachet dans sa démarche pachydermique. The Dead Daisies profite de l’implacabilité de ses riffs pour mettre en avant les mélodies portées par un Glenn Hugues à nouveau irréprochable.

C’est justement ce qui fait de The Dead Daisies un supergroupe qui ne mise pas tout sur une addition de talents sans réelle cohérence. Le rock de The Dead Daisies est complètement dédié à l’art du songwriting hérité des années 70 et 80. Tout doit mener à des mélodies entêtantes qui ont pour dessein de contrebalancer l’aspect plus rugueux de l’écriture de Radiance. L’enlevé « Not Human » se distingue par les accords et arpèges de son couplet, laissant de l’espace pour faire respirer le groove de basse et être ponctué d’élancées de guitare. Radiance entérine le savoir-faire de The Dead Daisies pour des titres galvanisants, à l’image du rock réverbéré de « Born To Fly » ou encore de la fausse ballade de conclusion, la très radiophonique « Roll On ». Les deux compositions ont toujours le souci de jongler entre la mélancolie et une attitude déterminée. À nouveau, Glenn Hugues endosse le rôle de pilier de l’écriture et de l’interprétation du groupe, quitte à parfois faire oublier la prestation de ses camarades.

Radiance peut se considérer comme un prolongement d’Holy Ground, au tempo alourdi et à l’intention plus grave. Peu importe ses atours, la musique de The Dead Daisies est l’une des rares à ne pas sur-jouer son cachet de rock « old school ». Les musiciens exécutent une partition sans accrocs, jamais trop confortable et souvent sublimée par un Glenn Hugues à l’aisance déconcertante. Appréhender Radiance est de fait extrêmement simple : c’est un album d’amoureux du rock sans aucune fioriture et de vétérans du genre qui ne ressentent pas le besoin de faire autre chose.

Chanson « Face Your Fear » :

Lyric vidéo de la nouvelle chanson « Hypnotize Yourself » :

Clip vidéo de la chanson « Shine On » :

Clip vidéo de la chanson « Radiance » :

Album Radiance, sortie le 30 septembre 2022 via Season Of Mist. Disponible à l’achat ici



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Arch Enemy @ Lyon
    Slider
  • 1/3