ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

The Great Old Ones – Tekeli-li


Où placer The Great Old Ones ? Sous l’immense et généraliste étiquette du black metal ? Ou alors sous celle du post-black metal, genre en vogue et qui se caractérise, notamment, par des titres à rallonge ; développement d’un univers musical obscur aux influences variées ? A l’auditeur aventureux de décider, finalement. Sorti le 16 avril dernier chez Les Acteurs De L’Ombre Productions, Tekeli-li, second opus du combo, perpétue donc ce qu’Al Azif (2012) avait entamé : une musique conceptualisée autour de la passion qu’entretient Benjamin Guerry (chant et guitare) pour Lovecraft et la manière dont elle rejaillit dans les compositions oniriques du groupe et particulièrement dans ce Tekeli-li directement inspiré du livre ‘Les Montagnes Hallucinées’ publié en 1931. A la fois spirituel, onirique donc, froid et douloureux, ce nouvel album affirme dans tous les cas la forte personnalité artistique du quintet Bordelais.

Immersif serait un terme éminemment approprié pour une oeuvre aussi dense et captivante que ce Tekeli-li. Fruit d’une composition spontanée (à l’image de la pièce phare de 17 minutes, « Behind The Mountains », qui clôture l’album), cette seconde galette – en prenant appui sur une oeuvre pré-existante – s’enrobe ainsi d’une véritable texture auditive, certes, mais également visuelle – d’autant plus quand Lovecraft sert de fil conducteur à l’ensemble. Roman musical, en quelque sorte, Tekeli-li se veut finalement plus ambitieux que son prédécesseur, ratissant en profondeur les sillons d’une musique mélancolique (« Awakening »), appuyée par les nombreuses nappes atmosphériques « décoratives » qui forment une part majeure de la musique, sans oublier d’exploiter avec doigté la violence inhérente au black metal (« The Ascend » et son intro coup de poing). Au final, The Great Old Ones, plus que jamais, expose ses diverses influences dans un melting-pot particulièrement personnel. Par son attrait musical et visuel fort, le combo lorgne vers un Cult Of Luna (grosse influence pour Benjamin Guerry), maître en la matière, alors que par son fort visage atmosphérique il va gratter vers des Summoning et consorts.

Le combo joue l’apparente facilité de la carte Lovecraft (quand ce n’est pas Tolkien…) pour offrir un cadre à sa musique et pour l’y laisser mûrir. Toutefois, il n’est pas acquis de produire une oeuvre de qualité sous seul prétexte qu’elle soit influencée par un auteur aussi talentueux et reconnu que Lovecraft. Et là est donc le coup de force du groupe : malgré sa « lourdeur » (le moins long titre, outre l’intro de l’album, fait 7,30 minutes), le récit musical demeure fluide et captivant (l’enchaînement « Antarctica »/ »Elder Things »), voire passionnant par ses diverses subtilités. Sans être un véritable touche-à-tout, le combo agrémente sa musique d’influences parfois opposées mais qui, réunies, s’avèrent des plus cohérentes. Véritable casse-tête à classer, The Great Old Ones fait partie de ces groupes qui sortent ouvertement des codes classiques du black metal tout en gardant les traits principaux de cette musique. En tête de gondole : l’intensité.

Ci-dessous l’album Tekeli-li à découvrir dans son intégralité.

Album Tekeli-li, sorti le 16 avril 2014 chez Les Acteurs De L’Ombre Productions



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Anathema @ Lyon
    Slider
  • 1/3