ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

The Night Flight Orchestra – Amber Galactic


The Night Flight Orchestra ou le groupe coincé entre les années frivoles ’77 et ’83. Après un album, Internal Affairs, résolument seventies, puis un Skyline Whispers à cheval sur les décennies, à l’atmosphère « feel good », aux claviers kitsch et touches de disco, The Night Flight Orchestra poursuit son glissement de terrain vers les eighties, démontrant qu’il y a encore tant à explorer dans cette époque souvent soit mal aimée, soit moquée, mais toujours génératrice de nostalgie, soit-elle honteuse ou assumée. A vrai dire, après le déferlement des années 70 dont nous avons été témoins ces dernières années, il y a finalement quelque chose de rafraîchissant voire d’audacieux de leur part à vouloir se démarquer avec ce choix de direction.

Mais est-ce un choix vraiment réfléchi ? Car loin d’un pastiche ou d’une parodie, Amber Galactic respire une vraie tendresse pour les années 80, leur insouciance, leur légèreté, leur extravagance. Amber Galactic à tout pour faire grincer des dents les pédants et autres apôtres du bon goût : claviers kitsch, mélodies sucrées, solos perçants et dégoulinants, rythmes naïfs et autres cris de falsettos sont autant d’éléments écœurants entre de mauvaises mains, mais que The Night Flight Orchestra parvient à assembler dans une savoureuse recette. Et si c’était ça le génie ? Car la maîtrise du sujet ne leurrera personne, cette capacité à enchaîner des refrains à faire pâlir les plus grosses machines à hits d’il y a trente/quarante ans, ou ce talent d’arrangeur, comme le prouve « Star Of Rio » avec son piano, ses chœurs féminins, ses percussions, qui lui confèrent une dimension soul donnant du baume au cœur.

Il faut dire que le groupe a bien révisé ses classiques, en atteste un « Sad State Of Affairs » que le Kiss de 75/76 aurait certainement rêvé d’avoir composé, la fibre musicale d’un Toto en plus sur le break. Ou encore « Jennie », et ses cordes synthétiques, qui rappelle l’époque où la pop mielleuse savait épater et faire évader. Parmi les tubes, citons avant tout « Something Mysterious », d’une élégance renversante dans sa simplicité, aux accords de piano rappelant le « Kayleigh » de Marillion (leur plus gros single), avec un Björn Strid (Soilwork) à la voix légèrement voilée qui lui donne un certain cachet, et un refrain tout bonnement stratosphérique.

Si on pouvait faire un reproche à Amber Galactic, c’est peut-être de passer après Skyline Whispers et, au-delà de manquer d’effet de surprise, de ne pas jouir de la même diversité que son prédécesseur. On croque tout de même avec gourmandise dans un « Domino » bien funky, qui rappelle à quel point Sharlee D’Angelo, bien au-delà d’être le bassiste d’Arch Enemy, est un sacré grooveur ! Sans compter ces leads où David Andersson se donne de petits airs de Santana bienvenus. Car il faut le dire, toute l’équipe brille sur ces chansons, qui derrière leur légèreté, flirtent parfois, de façon plus ou moins déguisée, avec la fusion voire le progressif. Sans jamais faire de l’ombre aux élans épiques et jazzy de « The Heather Reports » sur l’album précédent, nombre de chansons allient un esprit aventureux à des plaisirs les plus superficiels, comme ont su le faire The Who ou même Yes, à l’instar de l’ultime « Saturn In Velvet ».

Troisième disque pour The Night Flight Orchestra, mais le premier à voir le jour sur Nuclear Blast, un label qui sera – enfin – en mesure de lui offrir de vrais moyens, une vraie visibilité. Et c’est tant mieux car, avec Amber Galactic, cette curieuse bande (curieuse parce que composée en partie de membres de groupes de metal extrême) ne montre aucun véritable signe d’essoufflement. Alors soyez sans vergogne, coulez-vous un bon petit bain mousseux, préparez-vous une coupe de champagne et laissez-vous embarquer dans un voyage fait d’odes à des hôtesses intergalactiques, à chanter sans retenue. Parfois le plaisir n’est pas plus compliqué que ça.

Chanson « Domino » en écoute :

Chanson « Sad State Of Affairs » en écoute :

Clip vidéo de la chanson « Gemini » :

La lyric vidéo de la chanson « Midnight Flyer » :

Album Amber Galactic, sorti le 19 mai 2017 via Nuclear Blast. Disponible à l’achat ici



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Sons Of Apollo @ Lyon
    Slider
  • 1/3