ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

The Offspring nous renvoie à l’adolescence pendant une heure et quart


Qui n’a pas une remontée de souvenirs du collège en écoutant The Offspring ? Attention, ceci est une question rhétorique, les personnes nées avant 1975 sont priées de ne pas la prendre en compte ! Le combo californien est l’une de ces figures incontournables par lesquelles nous sommes tous passés, et pour cause, certains de leurs tubes comme « Self Esteem » ou « The Kids Aren’t Alright » font partie de ces hits efficaces au possible. Mais la formation américaine affiche désormais 25 ans de carrière (la plupart des membres ayant une quarantaine bien dépassée) et certains pourraient donc se montrer sceptiques quant à la qualité de leurs prestations lorsqu’ils jouent des morceaux qui datent de leurs vingt ans.

Les géants californiens n’ayant rien sorti depuis 2008, cette tournée s’annonce comme un rappel équilibré des morceaux de l’ensemble de leur carrière. Pour cette date parisienne, The Offspring se fait accompagner de Royal Republic, groupe suédois ayant sorti son premier album intitulé We Are the Royal en 2010.

Artistes : The OffspringRoyal Republic
Date : 31 août 2011
Lieu : Paris
Salle : Zénith

Dexter Holland

Il est 19h30 et les lumières s’éteignent pour laisser arriver sur scène les Suédois en question. Soyons honnêtes : lorsqu’un membre du staff de Radio Metal – poilu, barbu, viril et dégageant une forte odeur de fauve à l’instar de l’Animal – se retrouve dans un Zénith plein d’adolescentes et constate l’arrivée sur scène d’un groupe vêtu de slims, la première chose qu’il se dit est « mon Dieu, je vais passer un mauvais moment… ». Pourtant, grosse surprise ! Force est de constater qu’une fois passé le préjugé de la tenue vestimentaire de Royal Republic, leur musique envoie plutôt bien.

Nous n’irons pas jusqu’à dire qu’elle est originale, loin de là, cependant il est de ces groupes qui n’ont pas vocation à faire montre d’originalité mais qui cherchent plutôt, arrivés sur scène, à vous choper par le col et vous coller une paire de claques. L’atout de cette formation est sans le moindre doute le charisme d’Adam Grahn, frontman de la troupe, parvenant à convaincre un public forcément réticent aux premières parties à lui obéir au doigt et à l’œil. Parmi les morceaux accrocheurs, nous retiendrons surtout « Tommy-Gun » et « Full Steam Spacemachine ».

The Offspring live

Une petite demi heure de changement de plateau et The Offspring arrive avec « All I Want », tiré de leur opus Ixnay On The Hombre, datant de 1997. Dès l’entrée en scène, l’audience constate avec plaisir que la voix de Dexter Holland n’a pas changé en 15 ans. L’ensemble du combo nous présente des morceaux carrés et sans bavures, fidèles aux versions studio et nous pourrons même découvrir un nouveau titre nommé « You Will Find A Way » que le public a l’impression de déjà connaître par cœur.

Car The Offspring est et restera un groupe efficace n’œuvrant que très rarement dans l’imprévisible.

Au bout de quelques morceaux, les plus gros tubes d’Americana sont lancés, cet album de 1998 ayant un poids particulier dans la setlist de ce soir. Malgré tout, ce show tient plus du récital que du concert, les tubes étant enchaînés sans cérémonie et les quelques secondes de prise de parole entre les morceaux tiennent plus du gimmick que d’une volonté de dialogue avec le public. D’ailleurs le dialogue se fera principalement entre Dexter et Noodles (guitare) avec des répliques volontairement peu inspirées, semblerait-il. « Vous allez bien ? Désolé, je n’ai rien trouvé de mieux » dit Dexter, et Noodles de répliquer « Laisse-moi faire, tu vas voir : vous allez bien ? Ah ouais, t’as raison, ce n’est pas facile de trouver autre chose à dire ».

Noodles

Les tubes sont donc enchaînés en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire et chantés à tue-tête d’un bout à l’autre de la salle. Malgré un son de basse légèrement trop fort (nous sommes au Zénith, faut-il le rappeler ?), signalons que la puissance live de The Offspring ferait de nombreux jaloux. Malheureusement ce concert de The Offspring donné à Paris fait typiquement partie des shows assez linéaires pour lequels un chroniqueur n’a besoin que d’assister aux deux premiers morceaux avant de voir la setlist sur papier afin d’écrire son article. La raison ? Une restitution aux normes des morceaux mais rien de particulier pour les fans de ce groupe qui n’a plus besoin de faire ses preuves, se contentant donc sur scène d’un minimum syndical.

Mais ne boudons pas notre plaisir de voir le groupe fouler les planches. La batterie caractéristique du titre « Americana » annonce d’ailleurs les derniers morceaux du set, après « Pretty Fly (For A White Guy) », « (Can’t Get My) Head Around You » et la très attendue « The Kids Aren’t Alright », le groupe finit donc par quitter la scène après avoir joué une heure.

Greg K

Evidemment nous avons droit à un rappel de trois morceaux (dont « Self Esteem ») et tandis que le public attend le deuxième rappel, nous nous demandons quels tubes auxquels nous n’avons pas encore pensé The Offspring va bien pouvoir nous sortir… Mais après les trois premiers morceaux, il n’y aura pas de deuxième rappel.

Il est 21h45 et le public quitte le Zénith, contents de sortir bien avant les derniers métros, bien que très déçus de la durée du set de ce groupe qui a pourtant largement assez de morceaux dans son répertoire pour être une tête d’affiche au Zénith digne de ce nom.

Setlist :

All I Want
You’re Gonna Go Far, Kid
You Will Find A Way
Come Out and Play (Keep ‘Em Separated)
Have You Ever
Staring At The Sun
Stuff Is Messed Up
Bad Habit
What Happened To You?
Hit That
Kristy, Are You Doing Okay?
Why Don’t You Get a Job?
Americana
Gone Away
Pretty Fly (For A White Guy)
(Can’t Get My) Head Around You
The Kids Aren’t Alright

Rappels :

Hammerhead
Want You Bad
Self Esteem

Photos : Julien Perez



Laisser un commentaire

  • Cuthalion DK dit :

    Je suis jeune et j’ai surtout connus avec Americana. Ca m’a empécher d’aller les voir!
    Première partie comme dit pas super original mais bien foutus et très très scènique!
    Sinon un show vraiment bon, une set list comme y faut et un son niquel (nan pas trop de basse, juste ce qu’y faut… Faut bien qu’on l’entende quoi merde ^^). Certes un poil court et un brin statique mais ma foi…

    [Reply]

  • mmmh… J’vais les voir en concert demain !
    Enfin après l’article sur le Zénith, j’ai un peu peur que pour une plus petite date l’ambiance ne soit pas au mieux -_-

    [Reply]

  • Je suis né en 74 est j’y étais..!
    D’accord avec la chronique mais je ne m’attendai pas vraiment à plus donc pas déçu.

    Banzaïïïï

    [Reply]

  • les 3 premiers albums etaient pas mal pour l époque, apres c est un peu devenu grand public, j avais laissé tombé.
    les gens nés en 1975 avaient 19 ans en 1994 à la sortie de SMASH (je crois qu il est sorti en 1994 si mes souvenirs sont bons…) à 19ans beaucoup ecoutaient Offsprings pendant les années lycées, donc pas uniquement les collegiens^^

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3