ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Thomas Vikström (Therion) : « Nirvana a tué le rock ! »


Le monde du metal a ses expressions et ses unités de mesure. Quand un album met du temps à sortir, on fait immédiatement référence à Chinese Democracy. Ainsi, le nouvel album d’Anthrax ou Cybion de Kalisia sont les Chinese Democracy de leurs styles respectifs. Très récemment, une nouvelle règle grammaticale vient d’être adoptée. Chaque phrase commentant l’éviction ou le départ d’un musicien sera, jusqu’à nouvel ordre (à savoir jusqu’à un nouveau record de vitesse), suivie de la proposition suivante : « mais de toute façon, ça ne peut pas être pire que Snowy Shaw avec Dimmu Borgir ! ».

Ayant quitté brusquement Therion pour rejoindre Dimmu Borgir, Snowy Shaw a en effet annoncé son départ le lendemain de l’annonce officielle. Et le bassiste/chanteur de revenir aussi sec au sein de Therion. Un va-et-vient qui a généré une incompréhension légitime et des jugements hâtifs. Il fallait en savoir plus. C’est – sans surprise – le sujet qui revient le plus souvent en interviews, nous dira un Thomas Vikström très enthousiaste vis-à-vis du dernier opus Sitra Ahra et du line-up de Therion, presque intégralement recomposé. De plus, l’ex-Candlemass nous a parlé, entre autres, de l’affection sans bornes qu’il porte au rap, au grunge et aux années 90, selon lui désastreuses pour la musique. Cette interview a aussi été l’occasion de rendre un hommage tardif à Marcel Jacob, dont le décès, l’an dernier, était passé complètement inaperçu.


« Comme une lueur venant du ciel ou de l’enfer, j’ai reçu un email de Snowy qui disait: ‘Salut Thomas, comment ça va ? Je viens juste de réaliser que j’avais fais la plus grosse connerie de toute ma vie ! Je suis désolé de vous avoir causé du tort. A plus.’ […] Au final il a eu une réaction très humaine. Tout le monde fait des erreurs, il a simplement eu assez de cran pour le reconnaître. »

Radio Metal : Comment se passe le travail avec ce nouveau line-up ? A vrai dire, c’est presque entièrement un nouveau groupe !

Thomas Vikström (chant) : C’est le cas ! Cela fonctionne parfaitement. Nous avons fait trois concerts à Mexico en juin, je crois que l’on s’en est très bien sorti ! Il y a vraiment un excellent état d’esprit dans le groupe.

Il y a une bonne alchimie ?

Une totale alchimie même ! De toute ma vie, je n’ai jamais vu Christofer aussi heureux! Cela fonctionne à merveille!

Est-ce encore mieux qu’avec le précédent line-up ?

Je ne sais pas trop quoi dire à ce sujet. Il n y a pas la moindre rancœur vis à vis des anciens membres ! C’est simplement qu’ils avaient tous les trois (Kristian et Johan Niemman ainsi que Peter Karlsson) envie de quelque chose d’autre, ils en avaient marre des tournées.

Tu viens juste de dire que Christofer semblait plus heureux, quelle en est la raison ?

Je ne sais pas, ça ne faisait pas très longtemps que j’étais dans le groupe. Je n’ai peut être pas remarqué les tensions qu’il pouvait éventuellement y avoir entre eux. Je me souviens qu’à la dernière date de l’Anniversary Tour, Christofer était totalement épuisé, je crois qu’il avait vraiment besoin de se reposer. Nous sommes aujourd’hui de retour et on déborde d’énergie.

Peux-tu nous apporter quelques éclaircissements par rapport au départ et au retour de Snowy Shaw ? Il a soudainement quitté Therion car il souhaitait rejoindre Dimmu Borgir, puis les a quittés le lendemain de l’annonce officielle pour revenir dans Therion. Vu de l’extérieur, on dirait qu’il considère Therion comme une roue de secours…

C’est étrange, n’est ce pas ? Je vais t’expliquer. Lorsque nous étions dans l’avion à destination de Mexico pour ces fameux concerts, Snowy nous a pris à part avec Christofer. Il nous a dit qu’il avait fait un album avec Dimmu Borgir et qu’il avait pris sa décision, il voulait partir en tournée avec eux. Ces nouvelles nous ont complètement retournés parce qu’une tournée entière nous attendait et qu’un nouvel album était sur le point de sortir. Une fois rentrés à la maison, un peu paniqués, on s’est mis à faire des plans, à réfléchir si nous allions oui ou non prendre un remplaçant pour le poste de Snowy. Nous avons décidé que non et que par conséquent j’assurerai les voix principales. Je n’ai jamais aimé cette idée car pour moi, Therion possède quatre chanteurs mais nous n’avions simplement pas le temps de trouver quelqu’un d’autre.

Puis finalement, comme une lueur venant du ciel ou de l’enfer, j’ai reçu un email de Snowy qui disait: « Salut Thomas, comment ça va ? Je viens juste de réaliser que j’avais fais la plus grosse connerie de toute ma vie ! Je suis désolé de vous avoir causé du tort. A plus. » Alors je lui ai écrit: “Si c’est ce que tu ressens pourquoi ne pas revenir ? La porte est ouverte, tu as toujours ta place. »

Et c’est ce qui s’est passé, nous sommes plus qu’heureux de son retour.

Quand on lit tous les articles à ce sujet, on dirait vraiment l’histoire de l’homme marié qui quitte sa femme pour une jeunette mais qui revient trois semaines après…

C’est pas faux mais au final il a eu une réaction très humaine. Tout le monde fait des erreurs, il a simplement eu assez de cran pour le reconnaître. Il n y a aucun problème, nous sommes contents qu’il soit revenu et c’est tout ce qui compte.

Mais pourquoi n’avez vous pas expliqué cela aux fans ? Je crois qu’ils n’ont toujours pas vraiment compris ce qui s’était passé. Pourquoi ne leur avez-vous pas dit ce que tu viens de me dire ?

C’est la raison pour laquelle nous faisons autant d’interviews en ce moment. (rires) Je crois que j’ai dû en parler à tout le monde maintenant. Les fans savent qu’il est de retour et que tout va bien. Nous allons certainement donner une explication générale pour que tout le monde soit au courant. Nous n’avons seulement pas encore eu le temps de le faire. Tellement de choses arrivent en ce moment autour du groupe ! On passe nos journées au téléphone, on travaille certains titres du fait qu’il y ait des chansons que je n’ai encore jamais jouées en concert. Cela prend énormément de temps !

J’imagine que ces questions sur Snowy Shaw sont celles qui reviennent le plus fréquemment au cours des interviews…

Oui, en effet, à vrai dire, c’est compréhensible. Dans tous les cas nous n’avons rien à cacher…

« Selon moi, les années 90 furent par exemple un véritable désastre question Hard Rock. Je détestais le Grunge, je suis désolé mais pour moi Nirvana a tué le rock ! »

Sitra Ahra est la conclusion d’une quadrilogie commencée en 1999. Certains morceaux de ce nouvel album avaient déjà été composés il y a quelques années… J’imagine que Christofer Johnsson doit être soulagé d’avoir pu enfin venir à bout de ce concept !

C’est amusant, parce que nous le jouons depuis un bout de temps. Il nous rappelle un peu Sirius B et Lemuria, bien qu’il s’agisse de chansons entièrement nouvelles. Certaines d’entre elles, mais pas toutes, ont été écrites durant cette période et elles n’ont cessé d’évoluer jusqu’à aujourd’hui, ça explique pas mal de choses. Mais bien que cela soit la fin de la quadrilogie, ce n’est en aucune manière un album concept. Chaque titre aborde quelque chose de différent, mais par exemple, il y a sur cet album Kali Yuga 3 qui fait suite Kali Yuga 1 et 2 sur les disques précédents.

Sitra Ahra était annoncé comme un album impressionnant « même pour du Therion ». Avant sa sortie, on se demandait ce qui pourrait surpasser les orchestrations massives du double album Lemuria/Sirius B. Finalement, ce n’est pas pour ses moyens que Sitra Ahra impressionne, mais plus pour sa dimension théâtrale. Es-tu d’accord avec ça ?

Oui je suis d’accord avec ça. Quand nous avons commencé à préparer cet album, on s’est d’abord concentrés sur les chansons et non pas sur le son final. Ça s’est fait progressivement. On s’est rendu compte qu’il faisait ressortir un côté années 70. Nous avons sélectionné ce qui selon nous serait le mieux : les chœurs et les sessions de guitares ont été réalisées par des membres du chœur de l’Opéra Royal… C’est incroyable le nombre de musiciens présents sur cet album ! Mais c’est ça qui est bien avec Therion : il n’y a pas de règles, pas de limites, on peut faire ce qui nous plaît au sein du groupe. Je me souviens lorsque nous avions terminé le mixage de l’album, Christofer et moi nous sommes dits que ça n’était pas grave si personne ne l’aimait car nous avions créé quelque chose dont nous pouvions être très fiers.

Pour toi, en quoi cet album est il plus « impressionnant » que les autres ?

C’est spécial pour moi car c’est mon premier album avec le groupe, mais je crois que nous avons accompli quelque chose de particulier qui peut s’entendre sur l’album. Je le trouve franc et direct. Nous avons travaillé très dur, et à mon avis, musicalement parlant, on en a pour son argent, il comprend des styles très variés. Je ne veux pas me comparer à un grand groupe comme Queen mais lorsque tu achètes un album de Queen, tu as absolument tout, c’est comme avoir un buffet musical. Je crois qu’il y a un peu de ça sur cet album, il y a une ballade avec un chœur d’enfants, le titre « Land Of Canaan » contient de tout : des guitares jusqu’à de l’accordéon et même de l’harmonica. Ce simple emballage renferme une véritable richesse. Pour moi, c’est de la qualité à l’état pur.

N’importe quel groupe de metal symphonique aurait cherché à en faire encore plus en termes de moyens, à utiliser l’orchestre de manière grossière et tape-à-l’œil. Penses-tu que la plupart des groupes de metal symphonique n’ont pas réellement saisi l’essence de la musique classique et l’intérêt musical d’un orchestre ?

Je crois que maintenant c’est devenu une sorte de piège. Christofer est un génie dans de nombreux domaines. Il a appris tout seul à lire la musique et à créer des arrangements pour orchestres. Les gens vont traditionnellement à l’école pour savoir faire ça. J’aime cette nouvelle tendance, ça rend le Hard Rock beaucoup plus intéressant. Selon moi, les années 90 furent par exemple un véritable désastre question Hard Rock. Je détestais le Grunge, je suis désolé mais pour moi Nirvana a tué le rock ! Le rock a un aspect théâtral, ça doit être explosif et je crois que c’est ce que nous arrivons à faire avec Therion. Je découvre avec grand plaisir les autres groupes qui utilisent des orchestres, même s’ils ne s’en servent pas si bien que ça ou qu’ils le font juste pour suivre une mode. De toute façon c’est le genre de mode que j’apprécie.

Ne crois-tu pas que certains groupes de metal symphonique n’utilisent l’orchestre que comme un artifice ?

Complètement ! Mais je pense qu’on peut les excuser, ils sont encore dans une phase d’apprentissage. Quant on écoute l’album Theli, c’était bien sûr une nouveauté de se servir d’un orchestre, mais dans cette orchestration là, il y a tellement d’éléments qui ne sont pas terribles, pas si habiles… Le temps nous permet d’acquérir de l’expérience et peut-être que quelque chose est en train de germer. Ces groupes qui ont aujourd’hui recours à un orchestre comme un artifice simplement parce qu’ils pensent que c’est cool de s’en servir finiront peut-être par approfondir ce concept à l’avenir.

(Photo : Marcel Jacob 1964-2009) « Ce fut un véritable désastre car personne ne s y attendait ! […]Il me semble que quand il a quitté Jeff Scott Soto ce jour là, il a simplement dit « à demain » puis ils l’ont retrouvé chez lui, il s’était suicidé. »

Sur ton MySpace, tu as rendu hommage à Marcel Jacob (NDLR : bassiste pour Jeff Scott Soto). On a finalement très peu entendu parler de son décès. Pourrais-tu nous en parler un peu ?

Ce fut un véritable désastre car personne ne s’y attendait ! Marcel traversait une période difficile, il était en dépression, il avait en effet une maladie auto-immune et à cause de cela son jeu à la basse se dégradait petit à petit. Il me semble que quand il a quitté Jeff Scott Soto ce jour là, il a simplement dit « à demain » puis ils l’ont retrouvé chez lui, il s’était suicidé. C’est ainsi que cela s’est passé. Nous étions tous profondément bouleversés. Je suis allé à son enterrement et que pourrais-je dire de plus ?

Tout était bien organisé, sa guitare basse était posée contre le cercueil, il y avait des roses… Jeff Scott Soto a chanté une chanson qu’il avait composée pour lui. C’était très émouvant, c’est tellement triste quand cela arrive, cela vous laisse sans voix.

Est-ce que le fait que personne n’ait parlé de sa mort te pose un problème ?

C’est vrai que personne n’en a beaucoup parlé. Je ne sais pas comment l’expliquer car ce bassiste, Marcel Jacob, était un génie de la basse ! Il jouait également du piano sur la première tournée de Talisman. Je n’ai jamais entendu Marcel Jacob faire la moindre erreur, il était incroyable et c’était aussi une personne en or.

Désolé de te demander cela mais tu as l’air assez bouleversé… Quelle relation entretenais-tu avec Marcel Jacob ? C’était l’un de tes amis ?

Nous étions de bons amis, on se voyait souvent même en dehors de la musique, donc oui, c’était un ami. Je ne suis pas bouleversé, je ne sais simplement pas jusqu’où je peux aller car je respecte ses proches et j’ignore ce qu’ils ont dit à la presse ou autre. Dans tous les cas je suis fier de connaître Marcel.

« Le Hip Hop? Jamais de la vie! Si jamais ça m’arrive je t’en supplie, dis-moi immédiatement d’aller trouver un autre job ! (rires)[…] Donc je n’ai jamais essayé. Je ne fais pas de grunt non plus mais c’est simplement parce que je n’y arrive pas. J’ai tenté mais ça donne un rendu un peu débile. »

Ok. Allez, la question con de l’interview : tu as déclaré sur ton MySpace avoir chanté dans tous les styles de musique sauf le hip hop. Tu penses que tu vas t’y mettre un jour ?

Le Hip Hop? Jamais de la vie ! Si jamais ça m’arrive je t’en supplie, dis-moi immédiatement d’aller trouver un autre job ! (rires)

Quel est ton rapport à cette musique ?

Je n’arrive simplement pas à la comprendre, je suis peut être trop vieux pour ça, je n’aime pas l’attitude qui en ressort, c’est juste pour ça. Je crois que quand on n’aime pas quelque chose, on ne peut pas le faire correctement. Donc je n’ai jamais essayé. Je ne fais pas de grunt non plus mais c’est simplement parce que je n’y arrive pas. J’ai tenté mais ça donne un rendu un peu débile. Évidemment quand je dis que j’ai tout essayé ça n’est pas complètement vrai mais ça s’en rapproche.

Entretien réalisé en septembre 2010 par phoner.
Traduction : Isabelle

Myspace THERION : www.myspace.com/therion



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Trivium @ Villeurbanne
    Slider
  • 1/3