ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Till Lindemann (Rammstein) et Peter Tägtgren (Hypocrisy, Pain) racontent leur coït musical


Lindemann

Quand le chanteur de Rammstein Till Lindemann débarque à Paris pour défendre son projet Lindemann en compagnie de Peter Tägtgren (Hypocrisy, Pain), qui est devenu un ami et un collaborateur musical, au gré de quelques beuveries mémorables, celui-ci se sent comme chez lui. Il aime le charme de Paris, le raffinement de la France et se délecte des restaurants parisiens ainsi que du bon vin, qui lui fait envoyer quelques mots en français, qu’il parlerait volontiers plus que l’anglais s’il maîtrisait mieux la langue de Molière. Sortis d’une bonne bouffe parisienne, les deux compères sont repus et d’excellente humeur, en totale symbiose, avec une complicité évidente et un goût partagé de la déconne, pour nous parler de ce projet commun qui les rassemble aujourd’hui, et tant qu’à faire, nous offrir un moment agréable pour deviser sur la musique et la vie. Ces moments, ils nous l’expliqueront lors de l’entretien, il faut juste les vivre, sans stresser de les voir se terminer. Nous suivons donc ce conseil de manière avisée, et tentons ici de le partager avec vous.

A l’image de Richard Z. Kruspe avec son projet Emigrate, Lindemann est une vraie bouffée d’oxygène pour Till. La machine de guerre Rammstein est certes efficace et ravageuse, mais son arsenal est parfois lourd à porter, mettant un peu à l’écart les envies de chacun pour le bien général. Il est donc temps pour Till de se relaxer un peu, de saisir l’opportunité de ce duo qui n’était au départ pas voué à sortir d’album, pour prendre du bon temps, et parler de sexe, de drogues, d’alcool – comme nous l’évoquons en détails dans notre titre à titre de ce premier album de Lindemann intitulé Skills And Pills – mais aussi pour faire preuve d’une émotion profonde en abordant les thèmes plus tristes, comme les amis proches qui partent et le temps qui passe trop vite. Tout ça avant de repartir au front avec Rammstein à la fin de l’année.

Quant à Peter, c’est lui le maître d’œuvre musical de Lindemann. Le multi-instrumentiste bourré de talent s’est vu accordé le droit de canaliser les idées mélodiques de Till pour les associer à son univers musical, un monde où convergent guitares lourdes sous-accordées, claviers new wave, orchestrations opulentes et percussions électroniques cinglantes, fort de ses expériences dans Pain et Hypocrisy, où il est déjà l’homme à tout faire.

Lindemann

« Ce mec est un groupe à lui tout seul. Il n’y a qu’un petit trou du cul dans lequel il faut mettre ton doigt, donc c’est assez facile à gérer. »

Radio Metal : Dans la biographie fournie à la presse, il est mentionné que vous deux vous êtes rencontrés en Suède en 2000 dans un bar, lorsque Peter tu as sauvé Till d’une bagarre avec un gars à cause d’une histoire d’ex-petite amie. Est-ce vraiment ainsi que ça s’est passé ?

Peter Tägtgren (guitare) : Je pense que j’étais juste la bonne personne au bon moment ou bien qu’il était la mauvaise personne au mauvais moment. Lui et Flake s’amusaient et je suppose qu’ils se sont retrouvés dans une bagarre par rapport à quelque chose, et moi et mon frère sommes arrivés à cet endroit au moment où ils commençaient à envoyer des bouteilles et s’insulter et tout, donc je suis intervenu… Bref, j’imagine que je suis arrivé au bon moment ! Ils auraient sûrement fini par s’envoyer des coups mais j’ai un peu calmé le jeu pour que personne n’ait à en venir aux mains. Après ça, on s’est enfilé du Jägermeister et un truc fait maison par mon frère et nous avons commencé à faire connaissance, à prendre régulièrement contact, se retrouver et ainsi de suite.

Est-ce que cette ambiance fêtarde et l’esprit de débauche d’alcool étaient au centre ou, tout du moins, à l’origine de la réalisation de cet album, Skills In Pills ?

Sur cet album il n’y a pas eu tant d’alcool, je pense. Bon, nous avons bu mais comme des adultes j’imagine, comme des gens normaux [rires], parce que la créativité était un énorme moteur pour nous. Bien sûr que nous avons bu du vin, de la bière et tout mais surtout, tout était si fluide lorsque nous travaillions sur l’album que nous n’avons pas vraiment eu le temps de penser à faire la fête et des choses de ce genre. Principalement, il venait de Berlin pour me voir à mon studio et nous essayions vraiment de bosser les trucs que nous avions à faire et ensuite, lorsque nous avions du temps libre, nous faisions des barbecues et des trucs comme ça.

Qu’est-ce qui vous rassemble dans vos personnalités ?

Je ne sais pas. Je pense que tous les deux…

Till Lindemann (chant) : Je ne sais pas non plus. [En français maladroit] Je ne parle pas anglais très imparfaitement. Je l’écorche un peu. Mein Englisch ist night gut ! [Rires]

Peter : Je pense que nous sommes tous les deux des visionnaires, d’une certaine façon. Nous avons énormément d’idées dans nos têtes. Et c’est super lorsque deux personnes qui ont les mêmes motivations se rencontrent, alors je pense que tout peut arriver. Tout le truc, cet album qui n’était pas censé être, s’est fait plus rapidement que nous le pensions. C’était supposé être juste, à peu près, une ou deux chansons, et maintenant nous voilà ! [Petits rires]

Till : J’ai essayé d’apporter des couleurs gothiques dans sa tête de metal là ! Et c’est ce que nous pouvons entendre dans les chansons, du moins je l’espère !

Peter : Ouais ! Mais certaines chansons sont plus propres que le gothique et le metal. Comme du hard rock pour adulte ou quelque chose comme ça, d’une certaine façon. C’est juste étrange. Nous avons essayé différentes choses. C’est juste devenu ce que c’est devenu. Il n’y a rien de neuf, il est probable que tu as déjà tout entendu auparavant mais nous l’avons fait à notre façon. Ce sont nos mondes qui se rencontrent.

Au départ ce projet « était uniquement supposé être une collaboration éphémère entre » vous deux et vous « n’aviez aucune idée que [vous iriez] jusqu’à sortir un album entier, mais ce truc n’a fait que devenir de plus en plus important. » Du coup, comment est-ce que c’est devenu un vrai projet ?

Les deux : Je n’en sais rien ! [Rires]

Peter : Je ne sais pas parce que c’est tellement étrange ! Tout a été si facile… Bon, pas facile mais ça a été plus facile que ce dont nous étions tous les deux habitués lorsqu’il s’agit de créer de la musique. Je veux dire que dès le début je me suis dit que nous ne ferions qu’une ou deux chansons que nous aurions gardé pour nous-mêmes, à écouter de temps en temps, juste pour s’impressionner soi-même ou je ne sais quoi [petits rires]. C’était un effet boule de neige. Tout d’un coup nous avons eu d’autres d’idées, il a trouvé des idées et j’ai trouvé des idées, et rapidement c’est devenu quatre ou cinq chansons, et nous étions là : « Oh, merde ! Qu’est-ce qu’il se passe ? » Voilà comment ça a commencé à s’enchaîner ! Nous avons tout abordé avec facilité. Nous n’avons pas mis de pression. Je lui ai un peu mis la pression au début mais après un moment, tous les deux nous…

Till : Nous avons gardé les choses relax…

Lindemann - Skills In Pills

« Ce n’est pas si compliqué de faire des chansons et c’est tellement amusant de voir comment ça émerge à partir de rien. C’est comme une fleur qui s’ouvre et c’est genre : ‘Wow !' »

Le projet s’appelle Lindemann, ce qui tend à faire croire à un projet solo…

Peter : C’est de sa faute !

Till : Tu es français et, tu sais, j’adore le vin rouge, et il y a une grosse société qui s’appelle Lindemans, et donc nous avons repris ce nom pour le projet… Cet homme est venu l’autre jour et m’a présenté une bouteille de vin rouge, qui est merveilleux, vraiment riche et [en français] magnifique. Ça vient d’Australie.

Peter : Ouais et ça s’appelle Lindemans mais seulement avec un « n » à la fin, pas deux.

Till : J’ai donc dit : « Tu vois ! C’est un nom international ! Partons là-dessus ! »

Peter : Ouais [rires]. Non, nous n’avions pas de nom et quelqu’un nous a proposé ce nom, et nous avons dit : « Ok, prenons ça ! » Parce que nous n’avions rien d’autre !

Till : Nous avons vraiment essayé dur de trouver un nom. Nous avions trouvé Crowds et Flies On Penis…

Peter : Cunts…

Till : Ouais, Cunts… Nous avions tellement de noms qui tournaient mais au final nous n’arrivions pas à nous décider. Les bons noms sont déjà pris ou ont déjà un domaine déposé, c’était donc vraiment difficile de trouver un nom. De nos jours, tout est déjà pris pour… Je ne sais pas, des conneries.

Peter : Si nous l’avions appelé Lindemann Tägtgren, ça aurait sonné comme une boite d’avocats ou je ne sais quoi…

Till : Ou une filiale d’Ikea… [Petits rires] Tägtgren Ameublement !

Pouvez-vous nous parler de…

Non !

Non ? [Rires]

[Rires]

…De votre interaction de travail et vos rôles respectifs dans la réalisation de cet album ?

Peter : Excuse-moi, peux-tu répéter ?

Till : Est-ce que tu es bourré ? Je le comprends ! Peut-être devrais-tu y aller, apprendre l’anglais et revenir lorsque tu auras appris tes cours !

Peter : Ok. Je vous retrouve dans cinq minutes ! [Rires] non, le truc c’est que nous n’avions rien planifié ! La seule chose que j’avais planifié, c’était de faire une chanson avec lui pour voir comment ça fonctionnerait avec une autre personne. Et la première chanson a vite été faite ! Vraiment trop rapidement ! Je me disais : « Est-ce que c’est terminé ? Qu’est-ce qu’il s’est passé ? » Ensuite, nous avons commencé à avoir des idées pour la chanson suivante. Parfois je trouvais une mélodie ou autre et ça lui donnait un déclic et il commençait à écrire des paroles. Parfois il chantait dans son téléphone, il m’envoyait ça avec une piste de clic et ensuite j’enrobais ça de musique. Il y avait tant de façons dans la manière dont nous faisions les chansons. Il n’y avait pas une manière spécifique de faire.

Till : Nous avions des backgrounds totalement différents…

Peter : Ouais, complètement !

Till : Pour ce qui est de l’enregistrement, il avait des manières de faire complètement différentes des miennes, des expériences complètement différentes. Il a donc fallu que nous nous accordions sur ces conneries, ce qui a mis du temps mais au final ça s’est résolu. Maintenant nous sommes assez rapides lorsque nous travaillons ensemble là-dessus parce que nous avons tout clarifié par rapport à nos essais et à la manière dont Peter édite et mixe le chant avec le reste de la musique. Même avec les structures des chansons – où tu mets les refrains et couplets -, nous avions des opinions totalement différentes : qu’est-ce qu’une partie C, qu’est-ce qu’un pont, qu’est-ce qu’un pré-refrain, qu’est-ce qu’un après-refrain, une intro… Tous ces noms de parties et de chansons n’avaient rien à voir…

Peter : Ça nous a pris le temps de faire la moitié de l’album, je pense, pour trouver comment être en phase pour que nous puissions nous comprendre sur ces choses. C’étaient juste des problèmes mineurs. Ok, ça pouvait être pénible. Parfois il était là : « Non, non ! L’autre refrain ! » J’étais là : « Quoi ? Ce n’est pas un refrain ! C’est un pont ou un break ! » Et lui était là : « Quoi ? Non, non, non… »

Till : Parfois, lorsque nous nous appelions, il disait : « S’il te plaît, change le pont pour en faire une partie C ! » Il était sur une toute autre longueur d’onde et ensuite il se passait un truc qui me faisait dire qu’il était complètement dans la lune ! Genre il est complètement à l’ouest ou je ne sais pas…

Peter : [Rires]

Till : Et je me disais : « Comment peut-il me donner tord sur ça ? Je lui ai expliqué clair comme de l’eau de roche ce que j’avais en tête ! »

Peter : D’un autre côté, parfois il…

Till : J’étais aussi dans la lune.

Peter : Je pensais savoir ce qu’il voulait et ensuite il changeait d’avis sans me le dire ! Et ensuite il disait…

Till : C’est ce qu’elles disent toutes…

Peter : Exactement. Mais je pense, ouais, si on est dans la lune alors je vais mal te comprendre et toi tu vas mal me comprendre. Désormais nous nous connaissons bien mieux.

Till : Nous avons vraiment trouvé une bonne manière de travailler, ouais. Plutôt facile et relax. Nous avons tout enregistré chez Peter. C’est situé dans un joli endroit à côté d’un lac. J’ouvrais la fenêtre et j’allais pêcher directement au dehors du studio ! Je ne blague pas : on alternait entre la pêche et le chant ! C’est la meilleure session d’enregistrement que je n’ai jamais vécu. [En français] Grand plaisir !

Peter : Ouais, ce n’est pas si compliqué de faire des chansons et c’est tellement amusant de voir comment ça émerge à partir de rien. C’est comme une fleur qui s’ouvre et c’est genre : « Wow ! »

Till : C’est ce qu’elles disent toutes…

Peter : Oh, bon Dieu… Prends un peu de vin, que tu aies quelque chose à faire – à boire, je veux dire ! [Rires]

Till : [Rires]

Lindemann

« [Dans l’Allemagne de l’Est] nous ne trouvions pas de drogue et alors nous rassemblions des pilules […]. nous commencions à faire nos cocktails, nous broyions tout ça, ajoutions de la binouze par-dessus, de la vodka ou du cognac et ensuite dans le gosier. »

La première photo promotionnelle que nous avons vu vous représente comme un couple tordu de jeunes mariés. Et Peter, tu as le costume de la mariée et toi Till, tu es l’homme… Est-ce que ça signifie quelque chose dans vote duo créatif ?

Hey, tu voulais que ce soit l’inverse ? Pas question ! [Rires]

Peter : Nan, c’était…

Till : Ou peut-être que ç’aurait été encore mieux ! [Rires]

Peter : Hey, tu ne peux pas frapper les gens avec des robes, d’accord ? [Rires] Non, c’était très…

Till : C’est une chanson d’Alice Cooper ! [Il chante] « I’m in jail in a wedding dress… »

Peter : Oh, ouais, ouais! [Quelqu’un leur sert à boire] …Je pense que c’est provoquant. Les gens voient ça de diverses manières. C’est donc ouvert à l’interprétation…

Till : Lorsque nous venons en France, on nous sert des cacahuètes et du vin rouge…

Peter : Nous faisons la foire. Il y a un truc qui se prépare ! [Rires]

A propos de cet esprit de provocation qu’on retrouve dans tout l’album, vous avez dit que c’était prévu pour choquer et que vous vouliez provoquer. Est-ce que vous pensez que les gens ont besoin d’être un peu secoués de nos jours ?

Je pense que lorsque nous avons choisi l’image, nous n’avons pas pensé à choquer les gens. Nous pensions juste : « Ca à l’air barge ! » Tout du moins pour nous. Et ensuite nous avons commencé à nous dire : « Peut-être c’est celle qui peut représenter tout ce projet. » Donc le côté choquant n’est venu qu’après. Je veux dire que nous n’essayions pas de provoquer ou quoi que ce soit, parce que lorsque nous prenions ces photos, nous pensions juste à avoir de bonnes photos, un peu différentes de celles qu’on a habituellement, avec quatre ou cinq types debout, genre [il fait la pose], « clic » et c’est tout. Nous voulions quelque chose de différent.

Till : Il y a beaucoup de clichés et de stéréotypes dans ces photos de presse, surtout dans la scène metal, avec des gens qui croisent les bras ou qui posent comme ça… Nous voulions arriver avec quelque chose de nouveau et au final nous ne cherchions pas spécialement à ce que ce soit provoquant.

Peter : Non, pas vraiment. C’est juste de l’art.

Till : C’est juste venu de nulle part, nous nous amusions avec ça. Nous étions assis sur un cerf empaillé et voilà le genre de choses qui se sont produites. C’est venu pendant le processus.

Peter : Et maintenant nous sommes allés plus loin avec les photos, nous allons avoir un genre de livre qui accompagnera le CD. C’est autant de l’art pour les oreilles que pour les yeux. Chaque chanson a sa propre photo.

Mais cet aspect provoquant peut aussi être retrouvé dans la musique et une chanson comme l’éponyme, « Skills In Pills »…

Till : C’est quelque chose qui vient de mon passé dans l’Allemagne de l’Est… Pour faire court, nous ne trouvions pas de drogue et alors nous rassemblions des pilules, et nous devions vraiment nous poser la question de savoir quel type de pilules nous devions prendre pour un certain cocktail. Nous avions donc quelque chose de cette partie de la médecine, quelque chose de cette autre partie, et donc nous commencions à faire nos cocktails, nous broyions tout ça, ajoutions de la binouze par-dessus, de la vodka ou du cognac et ensuite dans le gosier. Et nous faisions différentes expériences, de certaines qui étaient complètement timbrées à d’autres qui étaient plus tranquilles. Toutes les humeurs que nous voulions avoir, nous pouvions les obtenir parce que nous étions habiles avec les pilules (NDT : traduction dans le contexte de « skills in pills ») ! C’est de là que ça provient. Mais nous aimons vraiment lorsque les gens se font des idées différentes. Nous imaginions la maison de disque devenir folle à cause de ce qu’il se passe avec le téléchargement mais les gens ont tellement d’idées et trouvent plein de sens avec ces chansons, ce qui est vraiment intéressant et nous voulions laisser ça comme ça. Nous voulons que les gens réfléchissent par eux-mêmes au sens qu’il y a derrière. Si tu commences à expliquer, peut-être que les gens seront déçus, genre : « Oh, c’est aussi simple que ça ? C’est chiant. Je passe. »

Peter : Chaque texte est un livre ouvert, je pense, parce qu’il y a tellement d’interprétations différentes. Je suis certain que Till a sa propre idée sur ce que c’est censé être mais lorsque nous entendons ces gens avec qui nous faisons des interviews, ils sont là : « Cette chanson veut dire ça mais est-ce que vous vous vouliez dire ça ? Et nous, on répond : « Euh, ça pourrait être ça ! »

Till : Nous sommes surpris lorsque les gens ont des idées. C’est amusant !

Peter : Donc, le mieux est de laisser les choses ainsi au lieu de dire précisément ce que c’est.

Lindemann

« J’ai eu tellement de relations sexuelles dans ma vie qu’il faut que j’extériorise ça d’une certaine manière. »

Il y a une part de folie dans cet album. Est-ce parce que vous vous sentiez plus libres en démarrant un nouveau projet pour lequel les gens n’ont aucune attente, si on compare ça à vos groupes respectifs ?

Till : Tu as raison, nous n’avons aucune limite, aucune pression, personne qui nous dit quoi faire ou qui nous donne de direction… Ça vient de nulle part. Ça vient de nos tripes, du fin fond de nos cœurs.

Peter : Je sais qu’avec ça, je me suis moi-même poussé bien plus que je ne l’ai jamais fait avec quoi que ce soit d’autre dans lequel j’ai été impliqué. Peut-être parce que ça me paraissait neuf et que j’avais quelque chose à me prouver, que j’avais quelque chose à prouver à Till, que je voulais prouver que je pouvais faire des choses par moi-même, sans avoir cinquante personnes dans le studio à faire une chose ici et une autre là. Tellement de groupes vont dans un studio et ont un assistant pour le midi, un assistant pour la batterie, un assistant pour… Et je voulais juste prouver qu’on pouvait tout faire tout seul si on se mettait dans le bon état d’esprit. Est-ce que c’est le vent ?

Till : Non.

Peter : Non, c’est le train.

Till : Exactement.

Till, tu as surtout l’habitude de chanter en allemand avec Rammstein, du coup, pourquoi avoir choisi de chanter exclusivement en anglais cette fois-ci ?

Je ne sais pas. Il a besoin de savoir ce que je chante, donc il a bien fallu que je fasse quelque chose sur laquelle il pouvait rebondir avec la musique. Je voulais qu’il soit inspiré par ces conneries.

Peter : Parce que, pour beaucoup de chansons, il m’a juste envoyé les paroles et il a fallu que je m’en inspire pour écrire la musique autour. Donc si ça avait été en allemand, pour moi ça aurait été juste comme… Je ne sais pas, je ne peux même pas prononcer ces trucs, je ne peux pas obtenir un débit à partir de ça, je ne peux pas vraiment…

Till : Je pourrais écrire un poème sur le cancer et lui il rebondirait dessus avec de la polka, donc il a besoin de savoir ce qu’il se passe dans les paroles. C’est aussi simple que ça !

Avec les chansons « Home Sweet Home » et « Children Of The Sun », vous offrez des réflexions sur la nature fugace de l’existence humaine. Est-ce en fait quelque chose qui vous effraie ?

Peter : La seule chose certaine dans la vie, c’est la mort. C’est la seule chose dont tu peux être sûr [petits rires]. Donc lorsque tu vieillis, tu as le sentiment que : « Uh ! La vie passe trop vite ! » Et avec « Children Of The Sun », c’est comme lorsque tu veux conserver pour toujours un moment particulier que tu apprécies mais tu stresses tellement parce que tu sais que ça va se terminer, et tu n’en profites pas pleinement. Du coup, quel intérêt ? Pourquoi nous mettons-nous la pression à essayer d’apprécier ce qu’on peut apprécier ? Parce qu’on se met bien trop la pression… Tu veux toujours figer le moment, t’asseoir et dire : « Ah ! », avec un verre de vin. C’est « mon moment » ou peu importe. Et ensuite tu commences à te dire : « Oh merde, le moment est bientôt terminé… » Je pense que c’est un peu comme ça.

Till : Cette chanson en particulier expose un décor de coucher de soleil, donc ça dure cinq minutes et c’est terminé. Je regardais des gens se rassembler en masse sur la plage, à regarder le coucher de soleil et dire que c’est un grand moment mais c’est tellement rapide que c’est fini [en seulement quelques minutes], ça ne dure pas plus longtemps que le temps de boire un cocktail. Et tu sais que c’est terminé. Donc tu ne peux pas apprécier parce que c’est bientôt fini. C’est une situation absurde. C’est juste une question de conserver le moment dans la chanson, quelque chose comme ça, et j’espère que ça restera à jamais.

Till, la sexualité a toujours été l’un de tes sujets préférés, et cette fois ne fait pas exception avec des chansons comme « Ladyboy », « Fat » ou « Fish On », ce qui donne l’impression que tu es assez obsédé par la question. D’où te vient cette obsession ?

Ouais, j’ai eu tellement de relations sexuelles dans ma vie qu’il faut que j’extériorise ça d’une certaine manière. C’est la manière la plus facile de le faire ressortir. Si je recherche un sujet sur lequel écrire, ça sort tout seul, prêt à l’emploi ! Et il y en aura encore plus à l’avenir ! Sois patient… [Rires]

Lindemann

« [Dans Rammstein] Il y a six personnes, des goûts différents, des interprétations différentes et des opinions différentes avec tout ce qu’on fait […]. Même si nous allons dîner, c’est un désastre complet à organiser. »

L’année dernière Richard Z. Kruspe nous a dit à quel point dans Rammstein il fallait qu’il fasse des concessions sur beaucoup de choses et comme ça pouvait être frustrant parfois, et au final à quel point son projet Emigrate était une sorte de libération pour lui à certains moments. Est-ce aussi quelque chose que tu ressens de ton côté avec ce projet ? Est-ce que tu le comprends ?

Je le comprends complètement. Rammstein est un grand corset qui t’asphyxie mais dans ce cas particulier avec Peter, nous n’avons jamais planifié de faire tout un album. Il était juste question de faire un truc pour une chanson sur un album de Pain et ça s’est avéré être très amusant. C’est un soulagement pour moi de chanter en anglais parce que maintenant j’ai un tout nouvel arbre sur lequel je peux cueillir les cerises, avec des mots et des lignes de refrain, etc. C’était donc un grand pas dans mon monde créatif, ça me permettait d’aller ailleurs. Je n’ai absolument pas à me plaindre à propos de la situation dans Rammstein. Il y a une grosse pression et il faut avoir du sang-froid. Il y a six personnes, des goûts différents, des interprétations différentes et des opinions différentes avec tout ce qu’on fait, que ce soit avec des situations dans la vie, les chansons, les enregistrements, peu importe… Même si nous allons dîner, c’est un désastre complet à organiser. « Est-ce qu’on va dans ce restaurant ? Est-ce qu’on peut manger du poisson ? Quelle chambre d’hôtel prenons-nous ? » Peu Importe. Mais avec mon projet, c’est assez facile. Ce mec est un groupe à lui tout seul. Il n’y a qu’un petit trou du cul dans lequel il faut mettre ton doigt, donc c’est assez facile à gérer. Et c’est un mec qui ne se prend pas la tête.

Dans une collaboration en duo, il peut être important de bien s’entendre, mais aussi de partager quelques influences et visions musicales. Peter, est-ce que ton travail pour ton projet industriel Pain t’a aidé d’une façon ou d’une autre à trouver une connexion musicale avec la sensibilité artistique de Till ?

Peter : Je pense que nous avons tous les deux été influencés par Clawfinger au début, d’une certaine façon. Je pense qu’on a des backgrounds assez proches. J’aime vraiment les trucs gothiques aussi, j’écoute beaucoup de Sisters Of Mercy, Fields Of The Nephilim et tout ça, mais je n’ai jamais composé ou créé de trucs gothiques par le passé. Till a amené ça et c’était vraiment super. Je pense qu’il m’a beaucoup influencé pour composer comme nous l’avons fait cette fois, avec cet album. C’est difficile à expliquer. Les choses se sont juste faites, et elles se sont faites de manière tellement putain de facile, c’est incroyable. Je ne m’arrachais jamais les cheveux à dire : « Oh, comment est-ce que je vais arranger ça ? » Certaines choses ont prises plus de temps, tu sais, ça a pris un moment, mais il n’y avait jamais aucun stress pour que ça fonctionne. Comme ce que je fais avec mes propres trucs, je peux être là à péter les plombs contre moi-même parce que je n’arrive pas à trouver de solution pour finir une chanson. Mais là, c’était complètement différent parce que nous n’avons pas abordé ça comme un album que les gens entendraient ou je ne sais quoi, c’était plus pour nous.

Till : Nous nous sommes rendus compte avec le temps que ce projet pouvait devenir quelque chose de spécial. Après les quatre ou cinq premières chansons, nous nous disions : « Ok, on tient quelque chose. » Tout avant ça n’était que de l’amusement en studio. J’ai essayé de le stimuler pour qu’il aille dans une direction plus gothique, à essayer de laisser voler les mélodies, ne pas entrer trop rapidement avec les guitares, parce qu’il est toujours du genre à faire rentrer les riffs dès le début. Nous nous sommes donc nourris l’un et l’autre avec des idées et expériences provenant de nos vingt années d’expérience. Ca a vraiment bien marché, selon moi. Nous ne réinventons pas la roue mais nous avons fait de bons morceaux de musique.

Peter : De notre côté, nous avons réinventé la roue dans notre manière de travailler. Pour ma part, c’était vraiment amusant de travailler [sur cet album]. Lorsque je fais des albums avec mes autres groupes, il y a vraiment plus de stress. Bien sûr, j’apprécie d’écrire de la musique et de travailler mais là, c’était tellement facile… J’espère donc que nous pourrons ramener ça dans nos groupes respectifs lorsque nous recommencerons à travailler sur nos trucs.

Quel futur peut-on espérer pour le projet Lindemann ?

Des problèmes de cœur… Des séjours à l’hôpital…

Till : Ce projet a clairement sa place dans mon futur. Nous allons assurément continuer à l’avenir mais je ne sais pas quand ni où. En septembre/octobre je vais retourner dans la famille Rammstein et nous reprendrons le travail. Nous commencerons la pré-production ou les répétitions et nous verrons ce qu’il en ressort. Mais je pense qu’il y a d’autres choses à venir [venant de Lindemann].

Pensez-vous partir en tournée ?

Peter : On y pense, ouais. Nous ne voulons pas trop en dire parce que nous devons voir quelle sera la réaction des gens, à savoir s’ils seront demandeurs ou pas.

Till : Nous envisageons de jouer en live mais nous ne savons pas comment, quand, ni où. C’est plus un état d’esprit punk rock, léger et rock n’ roll, ou peut-être ferons-nous quelque chose de plus imposant. Nous n’avons encore aucune idée. Attendons de voir ce qui adviendra.

Interview réalisée en face à face le 23 février 2015 par Julien Peschaux.
Retranscription, traduction et fiche de questions : Nicolas Gricourt.

La page Facebook officielle de Lindemann : www.facebook.com/Lindemann.



Laisser un commentaire

  • bande de deux taffiolles,l autre il abandonne sa langue original pour faire du fric…ton album c est autant de la merde que celui qu’avait fait ton connard de guitariste de RAMMSTEIN avec sa pochette de merde!!pro israellienne…..tas de debilent!
    L’argent est donc au dessus de tout ,tu n’es ni kraftwerk ni yello ni SLIPKNOT,ou ac/dc, donc c’est mort pour toi till de mes deux couill….déjà avec RAMMSTEIN tu merdais,c’était plus une petite entreprise a fric…bah la serieux,toxico que tu es(je suis ton pote de Facebook connard) c’est en dessous de tout!Apres avoir été au sommet a peu pres 15 ans,vous etent en dessous du niveau de flotaison!!arrettez de nous prendre pour des cons,c’est nous qui vous faisons vivre!!!!Quand a ceux qui sont content de ces merde,regardez encore et encore le loft de TF1 tas de degenerer!!Ya 10 ans de cela j’etait fan de RAMM,et vous tous tas de cons vous me jetiez des regard tendu….donc,je vous emmerde a vie tas de cons!

    [Reply]

    Alice

    J’aime bien le coup du « tas de débilent »… Ça ne te donne pas beaucoup de crédibilité, tu sais, de traiter les gens d’idiots tout en essayant de conjuguer un truc qui n’est pas un verbe.

    Amaury Blanc

    Mec… franchement… c’est chaud là quand même… ^^

    Ah bah mon bon Raymond, tu me vends du rêve!

    Ton commentaire suinte tellement la bêtise qu’il fait passer la plupart des trolls habituels pour des diplômés en doctorat.

    En plus on sent l’effort que tu fournis (malheureusement en vain) pour te donner du crédit, on sent que tu a tourné et retourné la question pour avoir tout les tenants et aboutissants du raisonnement, on sent que c’est un sujet qui te tien à cœur et sur lequel tu t’es renseigné jusqu’au bout avec acharnement, et c’est beau, Raymond. C’est beau à en pleurer (de rire).

    Mais malgré tout Raymond, ton commentaire ne vaut rien, car la vie est terriblement cruelle et injuste. (et accessoirement aussi à cause du fait que tu foleyes pas mal)

    Mais puisse ta rage ne pas être vaine exaspération, et puisses tu obtenir justice et réparation du tord énorme que t’ont causé Till et Richard.

    Amicalement,

    Sa†anal

    La vache…tant de connerie en un commentaire

  • J’ai bien rit ! C’est officiel j’adore ces mecs !
    Merci RM pour cette interview !

    [Reply]

  • Game-system dit :

    Complètement délire cette interview ! 😀

    [Reply]

  • Très intéressant, vraiment marrant ! Super interview, merci RM 😀

    [Reply]

  • Merci!!!
    Pour quelqu’un qui ne donne pas d’entretiens! On en prend plein….partout 😀

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Mass Hysteria @ Transbordeur
    Slider
  • 1/3