ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

News Express   

Tom Araya (SLAYER) revient sur le départ de Dave Lombardo


Tom Araya, chanteur/bassiste de SLAYER, est revenu sur le départ du batteur Dave Lombardo, survenu avec fracas en 2013, dans une nouvelle interview accordée à The Skinny.

Voici sa déclaration :

« Je vais mettre les points sur les i tout de suite. Il y a maintenant longtemps, presque quinze ans, on cherchait quelqu’un pour remplacer Paul Bostaph. Voilà comment, il y a longtemps, tout a commencé avec Dave. Paul voulait changer de situation mais il était bloqué avec nous jusqu’à ce qu’on lui trouve un remplaçant. Dave disait ’Ouais, je vais rester pour une ou deux tournées’ et en parallèle on arrangeait un contrat avec lui parce que c’est ce qu’il faut faire dans ces cas-là c’est-à-dire faire en sorte qu’on s’occupe de tout le monde, que tout le monde soit content. Nous sommes parvenus à un compromis qui a duré un moment, puis on a essayé de faciliter les choses pour Dave, parce qu’après autant d’années passées à jouer avec nous, on se dit bon, merde quoi ! Il faut qu’on refasse ça, qu’on trouve comment faire en sorte que ce soit plus simple pour Dave. On a fini par conclure un accord et il avait plus ou moins tout ce qu’il voulait mais c’était un contrat d’essai sur trois ans, et au bout du compte on n’avait pas réussi à le faire signer. [… ) On avait des obligations sur le feu mais quand on te pose un ultimatum ou qu’on te met sur la sellette, il faut réagir, alors on est passés à autre chose et Dave a été très déçu. On est revenus vers lui et on lui a dit que s’il acceptait de signer, on pouvait avancer avec lui, mais il avait d’autres projets alors on lui a passé un coup de fil et on a mis un terme à tout ça, parce qu’on commençait vraiment à être en mauvaise posture. On a trouvé un remplaçant, on a mis les voiles vers l’Australie pour notre tournée et là Dave a poussé un coup de gueule et a raconté une histoire à dormir debout. Alors on l’a laissé parler et faire ce qu’il fait le mieux. […] Je déteste dire du mal de lui comme ça, mais il a fait ce qu’il a fait et nous, on devait aller de l’avant. Il commençait vraiment à nous placer dans une très mauvaise posture et on ne voulait pas arrêter le train en marche. »

Source : Blabbermouth.
Traduction : Alexandra Molina.



Laisser un commentaire

  • « On l’a laissé faire ce qu’il fait le mieux ». La batterie en effet, quand on voit ce qu’il a apporté au groupe on crache pas sur lui c:

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3