ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Toto : 35 ans et toujours la pêche


Non, Toto n’est pas un simple groupe de rock AOR des années 80. Tout comme il est loin de se résumer aux seuls tubes interplanétaires que sont « Rosana », « Africa » ou « Hold The Line ». Toto est avant tout un groupe de musiciens fabuleux, dont un Steve Lukather, guitariste figurant parmi les plus grands, ou le regretté batteur Jeff Porcaro et son fameux et incroyable shuffle qui aujourd’hui porte son nom. Toto, c’est aussi un groove, des mélodies fortes, des harmonies riches, des chanteurs de premier ordre (tous ou presque chantent dans le groupe !) et des albums variés et souvent diablement rock’n’roll, avec parfois une tinte jazzy voire progressive, comme l’avait démontré le dernier en date : l’excellent et très complet Falling In Between sorti en 2007.

D’ailleurs, en parlant de rock’n’roll, il est étonnant de constater, comme il nous le signale lui-même, que c’est plus souvent le claviériste David Paich, qui se dit fan de heavy metal, qui se trouve à l’origine de beaucoup de passages les plus hard du combo. Nous avons profité de la tournée du groupe en célébration de ses 35 ans – déjà ! – pour faire le point sur sa carrière et son avenir. Et autant dire que les fans peuvent se permettre d’espérer le meilleur pour la suite, au vu de l’enthousiasme affiché par le musicien : « Je pense qu’on est en train de vivre nos meilleurs moments ! » avoue Paich.

« L’amour de la musique et un bon sens de l’humour, voilà les deux éléments les plus importants pour que ça continue à marcher. »

Radio Metal : Vous allez partir en tournée pour fêter vos 35 ans. Qu’est-ce que ça t’inspire ?

David Paich : Nous sommes complètement émerveillés d’être toujours là après 35 ans. Nous avons énormément de gratitude pour nos fans parce que nous avons vraiment de la chance, c’est un privilège de toujours être là. Nous devons vraiment ça à nos fans qui viennent à nos concerts et nous écrivent pour nous dire de continuer à tourner. C’est formidable de pouvoir se poser et se retourner sur 35 ans de carrière. Quand nous prenons conscience de tout ce que nous avons accompli, nous sommes complètement soufflés. Quand tu es dans un groupe de rock, tu passes ton temps à bouger et tu n’as pas vraiment le temps de t’arrêter pour savourer ce qui t’arrive. Tu essaies de le faire autant que tu peux, et ce qu’il y a de sûr, c’est qu’on va essayer de prendre notre temps quand nous ferons des concerts cette année, de jouer un peu de chaque album que Toto a sorti et que nos fans ont aimé, peut-être des morceaux qu’on n’a pas encore eu l’occasion de jouer, de passer des enregistrements vidéo de certains de nos fans, d’anciens membres du groupe… C’est un sacré accomplissement, je suis très fier des mecs de Toto. Il y a des gens comme les Rolling Stones ou les Beach Boys qui fêtent leurs 50 ans de carrière, mais je crois que durer 35 ans dans le monde de la musique, d’être toujours là et de continuer à tourner est un accomplissement en soi, donc j’applaudis mes camarades et mon groupe, et je remercie nos fans pour tout leur soutien.

Il y a beaucoup de très bons groupes qui n’ont pas pu avoir une carrière de 35 ans comme la vôtre. Qu’est-ce qui fait la différence entre un très bon groupe qui tourne pendant 35 ans et un très bon groupe qui ne le fait pas ? Est-ce que c’est uniquement la qualité de la musique ?

Tu sais, je pense que c’est l’alchimie au sein du groupe : tout d’abord, tu dois avoir ce lien musical, et il faut que tout le monde soit à la hauteur les uns par rapport aux autres. Je pense qu’un musicien ne peut pas continuer à s’améliorer en restant dans son petit cercle musical, tu ne peux pas te contenter de jouer les neuf ou dix premières chansons que tu as jouées en live toute ta carrière. Je trouve que ce serait un objectif complètement creux. Mais Toto a continué à grandir et à prendre de l’ampleur parce que nous sommes de super musiciens. Nous trouvons toujours de nouveaux défis et nous cherchons à nous dépasser quand nous montons sur scène. Dans un second temps, je pense qu’un groupe doit s’entendre exceptionnellement bien et avoir un bon sens de l’humour parce que sans ça, si tu te prends trop au sérieux dans ce business, si tu n’en ris jamais… L’amour de la musique et un bon sens de l’humour, voilà les deux éléments les plus importants pour que ça continue à marcher.

Est-ce que fêter cet anniversaire te rend nostalgique ?

Oui, un peu, à cause de tous ces bons souvenirs, nous avons eu une si bonne relation, je crois que nous avons eu une sorte d’histoire d’amour avec notre public et il nous manque ! Nous avons rencontré tellement de gens, ils viennent toujours à nos concerts donc nous avons développé ce rapport, cette relation avec nos fans, ils sont presque une famille pour nous. Donc je pense que, bien évidemment, il y a un peu de nostalgie là-dedans, on se remémore notre passé et on se rend compte à nouveau de la chance qu’on a eue. Ça aide à continuer. Bien entendu, on nous demande de continuer à jouer des chansons comme « Hold The Line », « Africa », « Rosana » ou « Won’t Hold You Back ». Je pense qu’une forme de nostalgie est en nous parce que la musique de Toto est devenue la bande originale de la vie des gens. Ils viennent à nos concerts et en plus ils ont beaucoup de souvenirs qui ne se limitent pas à ces shows : des gens se sont mariés sur notre musique, des gens ont eu des bébés qu’ils ont nommés en hommage à nos chansons, donc je pense qu’il y a un peu de nostalgie qui entre en jeu quand on se retourne sur 35 ans de carrière et qu’on se rend compte que ce n’est pas seulement une question de musique.

« On essaie de ne pas vivre sur notre passé ; notre passé est super, on respecte cette ancienne époque, mais nous sommes constamment en train de chercher de nouvelles manières d’arranger nos chansons. »

On aurait tendance à dire que pour un groupe qui a eu une aussi longue carrière, les meilleurs moments appartiennent au passé. Est-ce que c’est votre cas, ou est-ce que tu penses que vous êtes actuellement en train de vivre vos meilleurs moments ?

Je pense qu’on est en train de vivre nos meilleurs moments ! Je le pense vraiment. Le line-up qu’on a… On a des membres d’origine comme Steve Lukather, moi-même, Steve Porcaro, Joseph Williams ; on joue avec l’un des meilleurs batteurs au monde en ce moment, Simon Phillips, et incontestablement l’un des meilleurs bassistes de tous les temps, Nathan East. Avec ce groupe, on s’amuse tellement quand on joue tous ensemble, à un niveau musical aussi intense, c’est une véritable alchimie. On a Nathan East qui a tourné avec Phil Collins et plein d’autres… Encore une fois, on essaie de ne pas vivre sur notre passé ; notre passé est super, on respecte cette ancienne époque, mais on est constamment en train de chercher de nouvelles manières d’arranger nos chansons. Comme vous pourrez le voir, on en est venu à explorer et à rallonger certaines chansons plus anciennes pour avoir la place d’improviser, ça nous a même mené à intégrer du jazz et d’autres choses, ce qui a été très amusant pour nous. Je pense que ça plaira à notre public aussi parce que la musique qu’il écoute ne se limite pas au domaine de la pop, il y a des fans de jazz parmi eux, des fans de rock progressif et même de musique classique. On aime emmener les gens dans un voyage musical.

Maintenant, question difficile : si tu devais résumer ces 35 ans en un seul mot, qu’est-ce que ce serait, spontanément ?

Je dirais « musique ». La musique, c’est tout ce qui nous intéresse. Si je devais décrire Toto en un seul mot, j’utiliserais celui-là. Nous ne sommes certainement pas des jolis garçons, des célébrités ou des rockstars, donc je pense que c’est ça qui nous lie : ce qui nous a toujours maintenu ensemble, ça a été la musique, notre amour pour la musique. Notre respect pour la musique nous permet d’avancer, et c’est ça qui fait de Toto un groupe de musicien unique.

Est-ce qu’on peut s’attendre à des concerts spéciaux sur cette tournée ?

On travaille là-dessus en ce moment-même, nous sommes en train de mettre au point une setlist pour le nouveau show. L’idée est de jouer des choses que nous n’avons encore jamais jouées, et de jouer quelque chose de différent de chaque album qu’on a sorti. Nous allons essayer de trouver des passages rares, inhabituels, en quelque sorte, que les fans voudraient entendre mais que nous n’avons jamais joués parce que nous avions un chanteur différent ou alors pas le bon line-up. Maintenant, nous nous occupons des chansons, nous faisons de nouveaux arrangements plus longs, et je pense que nous allons aussi revisiter le travail de certains des anciens membres du groupe pour leur rendre hommage. Nous allons peut-être aussi faire monter certains de nos fans sur scène et chanter tous ensemble pour rendre le spectacle unique. Si tout se passe bien, nous célébrerons sur scène le fait que, comme je l’ai dit, Toto, ces 35 dernières années, a été la bande originale de la vie de beaucoup de monde.

Est-ce que ce n’est pas frustrant de devoir choisir des chansons parmi 35 ans de carrière ? De ne pas pouvoir tout jouer ?

Si, ça l’est, c’est un challenge, mais un challenge amusant. Les dernières tournées, nous avons joué des chansons que nous n’avions pas jouées depuis très longtemps voire jamais jouées du tout, et nous nous sommes beaucoup amusés parce que du coup, elles étaient fraîches. Encore une fois, mettre au point une setlist, c’est un casse-tête, nous étudions les setlists en ce moment et la seule chose qu’on a à faire, c’est de mélanger les chansons que nous n’avons jamais jouées de nos différents albums, mais notre liste n’est pas encore prête. Donc, les deux prochains mois, on va essayer de prendre contact avec nos fans dans le monde entier pour leur demander de nous aider à mettre au point notre setlist, et avec un peu de chance, les gens vont nous aider à trouver ce que notre setlist va être. Bien entendu, on ne peut pas faire plaisir à tout le monde, mais il y aura peut-être des surprises…

« J’aime beaucoup ce groupe en tant que vecteur pour écrire parce qu’il me permet d’écrire des choses que je ne pourrais pas écrire pour une popstar quelconque. Je peux être plus polémique, plus ambitieux musicalement avec Toto. »

Quand le groupe s’est reformé il y a quelques années, il a été dit très clairement qu’il était hors de question de faire un nouvel album. Steve Lukather a déclaré : « Peut-être un morceau un jour, mais pas dans un futur proche. » Comment a évolué cette décision ? Est-ce que c’est toujours impensable ?

En ce qui concerne un nouvel album, on en a discuté, et ce n’est pas à l’ordre du jour. En ce qui concerne Toto, il ne faut jamais dire jamais ; on a parlé de peut-être sortir quelque chose pour une occasion spéciale, peut-être un single pour l’association ALS Awareness (ndlr : association pour la lutte contre la sclérose latérale amyotrophique, ou maladie de Charcot, dont souffre leur ancien bassiste Mike Porcaro), peut-être cette année… Ces derniers temps, à chaque fois que le groupe s’est réuni, l’alchimie entre nous était tellement incroyablement magique qu’un membre suggérait qu’on fasse un nouvel album. Toto ne s’est pas lancé dans de grands projets dernièrement, mais j’aime beaucoup ce groupe en tant que vecteur pour écrire parce qu’il me permet d’écrire des choses que je ne pourrais pas écrire pour une popstar quelconque. Je peux être plus polémique, plus ambitieux musicalement avec Toto. Donc, dans un premier temps, on discutera de la possibilité de faire un nouvel album, et si ça doit arriver, ça arrivera. Encore une fois, ce n’est pas au programme, mais on nous demande souvent un nouvel album donc peut-être qu’on va surprendre tout le monde et sortir quelque chose de nouveau.

Et est-ce que tu as écrit quelque chose ces trois dernières années ?

Oui, j’ai écrit des choses. J’ai toujours Toto en tête et je réfléchis toujours à des paroles et à des idées de chanson potentielles pour Toto, au cas où on retourne un jour en studio. En tant que parolier, tu suis simplement ton inspiration et tu écris, et certaines chansons doivent être pour un artiste en particulier, mais il y a un certain style de chanson que j’écris qui sont spécialement mises de côté au cas où on retournerait en studio avec Toto pour faire un nouvel album. Donc j’écris en permanence, je travaille avec mon synthé dans ce studio rempli d’une atmosphère magique. J’ai été très influencé par les Beatles et ce qu’ils ont fait avec le Cirque du Soleil sur leur album Love. Je trouve que c’est l’un des meilleurs albums qui soient sortis, ils ont vraiment réussi à capturer une magie et une imagination sans limites. Je pense que tous les membres de Toto écrivent en permanence. Personnellement, je suis une machine, j’entends de la musique dans ma tête 24h sur 24, 7 jours sur 7 !

Qu’est-ce que tu écoutes en ce moment?

J’écoute un groupe suédois qui s’appelle Dirty Loops. Tu peux les écouter si tu cherches Dirty Loops sur YouTube. C’est un trio qui joue et chante de la musique progressive, et c’est tout simplement génial. En fin de compte, j’aime des groupes différents. J’aime Train, j’aime The Script, j’aime Mumford And Sons… J’aime toujours, par exemple, quand Herbie Hancock fait quelque chose ; en tant que pianiste j’essaie d’en apprendre plus sur ce qu’il fait parce qu’on ne sait jamais tout. Je trouve qu’on est entouré de bonne musique et je continue à écouter tout ce qui se fait. En tout cas, jette une oreille sur Dirty Loops, c’est vraiment de la bonne musique progressive. Je suis assez dingue d’eux en ce moment.

Puisqu’on est une station de radio metal, j’aimerais connaître ton opinion sur le heavy metal. Qu’est-ce que tu penses de ce genre ?

Je suis un grand fan de heavy metal, en fait ! C’est drôle parce que quand j’écris des chansons pour Toto, il y a pas mal de passage un peu « hard » et donc les gens s’imaginent que c’est Steve qui les a écrites, alors qu’en fait, Steve écrit la plupart des ballades et que je préfère les parties plus hard rock. Ça vient sans doute du fait que quand nous étions au lycée, nous jouions beaucoup de hard rock avec notre groupe. Même quand je jouais du synthé, on jouait beaucoup de Jimi Hendrix, des Stones… Et puis j’ai travaillé avec des gens comme Mötley Crüe, j’ai joué sur certains de leurs albums, et Mike Porcaro apparaît sur des albums de Kiss et de Whitesnake, on a travaillé avec des gens très différents etc., Jeff a joué avec un type dénommé Tommy Bolin qui a été dans Deep Purple, sur son premier album solo. Je pense que le heavy metal, c’est du rock’n’roll, de AC/DC à Metallica en passant à tous les groupes qui jouent en ce moment. Nous sommes amis avec Van Halen évidemment et ça a été une grande influence pour nous, Lukather est ami avec à peu près tous les guitaristes de heavy de Slash à C.C. [DeVille] en passant par tous les autres, même Jimmy Page, tous ces grands guitaristes qui sont très nombreux et qui sont vraiment très bons. C’est drôle, quand le terme « heavy metal » est apparu avec Led Zepplin etc., je l’utilisais de manière plus large que d’autres. Le heavy metal est seulement une sorte de rock très « hard » sur laquelle les gens ont apposé ce nom, mais moi je trouve ça très bien, d’ailleurs au fond de moi je suis un guitariste de heavy refoulé. Dans une seconde vie, je voudrais être guitariste dans un groupe de heavy. Ce serait le truc le plus fun du monde.

« Je suis un grand fan de heavy metal, en fait ! […] D’ailleurs au fond de moi je suis un guitariste de heavy refoulé. Dans une seconde vie, je voudrais être guitariste dans un groupe de heavy. »

J’ai entendu dire que le groupe devait faire face à des problèmes juridiques au sujet de son nom. Est-ce que ces problèmes ont été résolus ?

Je n’ai pas vraiment le droit d’en parler… En ce moment, on travaille à résoudre ce problème. C’est marrant parce que Toto a toujours eu de la chance de ce point de vue-là et ne s’est jamais retrouvé coincé dans des problèmes commerciaux qui auraient pu nous empêcher de faire notre musique. Mais de temps en temps, des gens sortent de leur trou et décrètent que Toto leur doit un album supplémentaire ou quelque chose de ce genre et pendant quelque temps, on avance en terrain miné. Mais je pense que là, il n’y a rien de très préoccupant. Comme je viens de le dire, je n’ai pas le droit d’en parler. Toto a réussi à éviter les problèmes et nous ne nous sommes jamais fait voler ou quoi que ce soit durant toute notre carrière, donc je pense que nous sommes des cibles faciles pour les maisons de disque ou les entreprises, et de temps en temps, il faut qu’on défende nos droits. J’espère qu’on va réussir à dépasser les problèmes personnels et les pièges qu’on doit affronter en ce moment.

OK, et comment ça se passe entre vous ? J’ai entendu dire que quand Toto s’est reformé, Steve Lukather aurait déclaré que faire un nouvel album était hors de question parce qu’il ne voulait pas avoir à travailler avec certains membres du groupe pour des raisons humaines…

C’est absolument faux. La relation entre tous les membres du groupe en ce moment est fantastique. Je n’hésiterais pas une seconde à faire un nouvel album avec eux, j’aurais même hâte de m’y mettre. J’aime Simon Phillips, j’aime Joseph Williams, ce sont mes frangins pour la musique et mes meilleurs amis en dehors du groupe. C’est drôle, parce que je ne vois pas quel autre line-up serait meilleur pour faire un nouvel album de Toto. J’adore complètement Steve et, comme je viens de le dire, j’enregistrerais avec lui volontiers. Du point de vue musical comme du point de vue personnel, j’aime ces mecs, c’est formidable, et je n’hésiterais pas une seconde à faire de la musique avec eux.

Vous avez tous une carrière en dehors de Toto. Est-ce que tu peux nous donner des nouvelles de la tienne ? Qu’est-ce que tu fais en ce moment en dehors de Toto et qu’est-ce que tu feras après votre tournée ?

Ces dernières années, pas les années qui précèdent mais les deux d’avant, j’ai été chef d’orchestre pour les Emmy Awards. C’était un défi pour moi parce que je n’avais jamais fait ça – mon père si, par contre, il était chef d’orchestre. Steve Jordan, qui a produit l’album Continuum de John Mayer, m’a appelé pour savoir si je voulais l’aider à être le directeur musical de l’évènement. C’était un sacré challenge ! En dehors de ça, j’ai essayé de beaucoup travailler : en 2009, je me suis produit en Afrique pour les Nations Unies et ai chanté pour rendre hommage a l’évêque Desmond Tutu, qui recevait un Life Achievement Award. J’ai fait plusieurs choses pour eux. J’ai aussi aidé des gens qui voulaient lever des fonds pour les pompiers et les policiers ici. On appelle ça le programme « fallen heroes » [héros qui sont tombés], il finance la scolarité des enfants d’officiers, de policiers ou de pompiers morts dans l’exercice de leurs fonctions, et d’autres choses comme ça. J’essaie aussi de donner un peu de mon temps à des écoles. Je vois ça comme une sorte de juste retour des choses ; après 35 ans de carrière, rendre à la communauté me donne de la satisfaction – je parle de la communauté mondiale, et de ceux qui n’ont pas eu autant de chance que moi. Je consacre une grande partie de mon temps à ça, et le reste, je le passe à voyager, à partir en week-end à Antigua pour faire de la plongée sous-marine. J’essaie de trouver l’équilibre dans ma vie entre la plongée, marcher, passer du temps avec mes amis et profiter de la vie autant que de la musique.

Est-ce que tu as une dernière chose à ajouter ?

Je voudrais remercier tous nos fans pour leur loyauté au long de toutes ces années, et dis-leur qu’on aura un super spectacle cette fois-ci. On espère qu’ils en parleront à leurs amis. Et n’hésite pas à venir nous voir parce que ça va être un spectacle génial et parce qu’on veut vraiment fêter ces 35 ans avec eux !

Interview réalisée par téléphone le 26 février 2013
Retranscription et traduction : Chloé

Site internet officiel de Toto : www.totoofficial.com



Laisser un commentaire

  • Motley Crue et Poison rentrent donc dans la catégorie heavy métal…
    Ah oui quand même.

    [Reply]

  • Il sont passe au Festival de Montereau le 07 Juin, Qu’elle bon moment.
    Plus de 15000 entrées…super comme d’habitude.

    [Reply]

  • Il sont passe au Festival de Montereau le 07 Juin, Qu’elle bon moment.
    Plus de 15000 entrées…superbe comme d’habitude.

    [Reply]

  • Vu hier soir à Grenoble ! Que dire ?? Juste énorme !
    Une classe incomparable, des musiciens exceptionnels qui font le show, un groove hors du commun, des morceaux géniaux superbement interprétés (le final sur Home of the Brave !!!) et cerise sur le gâteau : Joseph Williams au chant !
    De mon point de vue, le meilleur chanteur ayant exercé au sein de Toto !

    Bref une superbe soirée !
    Toto est décidément un groupe de live, pas à dire !

    [Reply]

  • Vu à Lille: des musiciens hors pairs qui enchainent les morceaux de bravoure pendant 02h20, les grands classiques avec un son énorme, une claque.

    [Reply]

  • vu à paris jeudi soir , et putain….QUEL PIED….et pas un seul grand festival pour les inviter , grosse erreur …, parce que , eux , ils attirent beaucoup de monde..

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Trivium @ Villeurbanne
    Slider
  • 1/3