ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview    Nouvelles Du Front   

Trust : « Je peux te dire que demain, on entre en studio et on envoie du riff ! »


Trust, Téléphone et Noir Désir, voilà trois groupes qui ont porté l’espoir de voir la culture du rock, le vrai, le dur, celui qui tache, s’enraciner en France. Les deux derniers ne sont plus et on les voit mal – respectivement pour des raisons différentes – revenir nous botter l’arrière train comme jadis.

Reste donc Trust. Alors forcément, c’est avec un plaisir immense que l’on a reçu il y a quelques jours sur notre antenne Nono, le guitariste emblématique de la formation, à l’occasion de la sortie de son premier album solo. Qui plus est, quel plaisir de retrouver le six-cordistes sur un album aussi enthousiasmant et où il fait jouer la magie de son instrument comme jamais ! Mais bien évidemment, nous ne pouvions manquer de parler de Trust, un des rares groupes français à avoir eu un impact international (Anthrax s’en souvient encore), et surtout de son avenir. Alors, voilà une session de rattrapage pour ceux qui n’ont pas été jusqu’au bout du long podcast encore disponible ici (deux heures d’entretien tout de même).

Mais avant de parler de ce que Trust a en réserve, Nono évoque d’abord son passé et plus particulièrement les débuts du groupe. Le sommet de la carrière du combo est d’ailleurs vite atteint avec un tube aujourd’hui ancré dans toutes les mémoires : « Antisocial ». Pourtant Trust n’est jamais parvenu à réitérer l’exploit. Nono explique :

[audio:interviews/Nono prochain album Trust.mp3|titles=Nono parle de l’avenir de Trust]

« Ce qu’il s’est passé avec Trust dans le début des années 80, l’osmose a été instantanée. Ça a été la magie du groupe, on ne se posait pas trop de questions, on n’avait pas trop d’expérience. On s’est retrouvés en studio, on a fait « Antisocial » et ça a fonctionné. On a évolué. Chacun évolue avec ses idées, ses goûts et ça se complique. Quand on débute une affaire, on ne se pose pas trop ce genre de questions. On se rencontre, on s’enferme dans une salle de répète, on écrit des chansons. « Antisocial », on l’a écrite en cinq minutes, on l’a enregistrée et boum, ça a cartonné. C’était de l’instantané. […] On était jeunes, on avait la niaque. « Super, on a vingt-cinq ans, on est en studio, c’est le rêve. Allez branche le Marshall à fond, branche la Gibson, Bernie va au chant et gueule toute ta rage ». Quand tu fais un énorme succès comme « Antisocial » (on a joué partout, en Allemagne, en Angleterre. C’est une grande fierté, en tant que groupe français : dans les années 80, on a fait deux tournées anglaises en tête d’affiche et on a fini à l’Hammersmith Odeon), tu te remets en question. Il se passe un an ou deux où tu es sollicité et où on te cire les pompes. A ce moment là, il ne faut surtout pas décoller de tes pompes. Il faut garder la tête froide. Musicalement, d’un seul coup, tu rentres en studio un an et demi après et faire plus fort que sur le précédent. Nous, le précédent, c’était Répression. Tu commences à te poser des questions. Puis intervient le changement d’équipe, de groupe… Pour résumer, ce n’est pas simple à gérer. On a dû vivre avec ce succès, l’assimiler. Dans le même temps, on a grandi, capté d’autres influences. En grandissant, on devient de plus en plus exigeant, chacun a envie d’aller dans telle ou telle direction. On commence à se poser des questions. La mixture et l’osmose deviennent plus compliquées. […] Il s’est passé un certain nombre d’années, on a enchaîné plusieurs albums, on s’est planté. Mais Trust a toujours existé et fonctionné, même quand on n’était pas sur le devant de la scène. On s’est séparé plusieurs fois, on s’est reformé, la dernière fois en 2006 pour le concert à Bobital. Depuis 2006 jusqu’à aujourd’hui, jeudi 26 mai 2011, Trust existe toujours. Sauf que de l’eau a coulé sous les ponts. »


Le dernier album de Trust sorti en 2008, intitulé Treize à Table, a très largement été décrié par la critique et les fans. C’est en effet un Trust très réfléchi, sûrement trop, qui a gravé ce disque. Un disque critiqué pour son aspect lisse et moderne. Il faut dire que les fans ne s’attendaient pas à entendre un DJ s’exécuter sur un disque du groupe et le résultat n’a que très peu convaincu. Mais Nono, quelle est sa vision de cet album, avec le recul ?

« Effectivement, on a fait Treize à Table il y a deux ans. (il hésite) Ça part d’une envie commune de regrouper nos idées, à Bernie, Vivi et moi. Je ne voudrais pas m’étaler sur le sujet. J’aime bien cet album, mais il est mal réalisé. J’ai fait la majorité des compos, j’ai les maquettes à la maison. Sur ces maquettes, il n’y a pas de samples ni de DJ, il n’y a que de la batterie, de la basse, de la guitare et Bernie qui chante. Ça sonne vachement plus rock. D’un commun accord, on a eu envie de rajouter des touches, de mettre un DJ et des samples. Mais à un moment il faut se mettre d’accord : Bernie avait envie de mettre ceci, d’apporter telle couleur, Vivi aussi, moi aussi. C’est pas simple à gérer. Je ne veux pas dire qu’on s’est planté, on a fait ce qu’on avait envie de faire. Je pense qu’on a raté le mixage de l’album. Je n’en veux pas du tout au mec qui a mixé l’album. Je ne lui jette pas la pierre. Je pense qu’on est responsables de notre album : il faut assumer ses échecs comme il faut assumer ses succès. Je ne suis pas en train de dire que c’est un échec, car on en a vendu pas mal. C’étaient les trente ans de Trust à l’Olympia en 2007 et on a fait DVD d’or. Le public était là et répondait présent. Mais je pense que ce n’était pas ce que les gens attendaient de Trust. […] On a fait le point lors de la dernière tournée. On s’est fait plaisir sur Treize à Table. On a bien vu que les gens n’adhéraient pas tous à cet album. Je mets ça sur la qualité du disque, le mixage, la réalisation. J’aurais dû être plus revendicatif en disant « non, ça ne sonne pas bien, ça ne me plaît pas ». »

Alors est-ce que Trust a retenu des leçons de cette expérience ? Est-ce que le groupe compte remettre ça en studio et, si oui, que doit-on en attendre ?

« On a l’intention de rentrer en studio avec le groupe l’année prochaine pour faire un album de rock, simple, basique, pour deux raisons : aujourd’hui, la musique est un produit de consommation, ça va très vite. Les jeunes comme les moins jeunes consomment la musique comme on consomme un McDo. Il ne faut donc pas passer six mois en studio à se torturer l’esprit. Il faut faire du spontané. Trust a un potentiel, une osmose qu’on a créée avec les premiers albums. Je pense qu’on a le talent de le faire encore aujourd’hui. Il faut que l’on rentre en studio, on enregistre l’album en trois, quatre jours, live, sans se poser de questions, sans faire de production. […] Je vais défendre mon album pendant 2011 et peut-être que je vais déborder sur 2012. Mais Bernie est tout à fait en phase avec moi. Des riffs, j’en ai plein les tiroirs, ce n’est pas ça le problème. Il faut créer une osmose spontanée. Quand on a la chance, le succès que l’on a, on devrait ne pas avoir à se poser de questions. »

Voilà une bonne nouvelle : Trust qui revient à une formule plus spontanée, celle qui a fait le succès du groupe à ses débuts. Mais Trust peut-il encore avoir la fougue qu’il avait il y a trente ans ?

« Le manque de pêche, c’est une histoire de son, de réalisation. Oui, oui, oui, on a la fougue. Je peux te dire que demain, on entre en studio et on envoie du riff ! »

Eh bien, comme on dit : « y a plus qu’à » !



Laisser un commentaire

  • moi je dit oui .on a tous des haut, et des bas, on fait tous des erreurs. et alors! Bernie son film pas si mal que ca. Berni c’est Berni nono un guitariste talentueux et puis merde c’est facile de critiquer les gars allez y monter sur scène faite mieux construisez vous une carrière vous gênez pas ou alors faite comme metallica en ce moment il foute rien il encaisse et joue aussi au fric facile alors merde respect quoi. moi ca me fait plaisir qu.il reviennent .et pour dire anti social pour moi n’a jamais était mon titre préférer .par curiosité écouter les anciens albums les textes n’ont pas pris une seule ride bien au contraire .je pars souvent a l’étranger Londres Bruxelles new York Nashville trust les gens connaissent et en ce moment deviner sur quelle groupe de métal Français qu.il aimes et bien c’est GOJIRA curieux non. nous ici en France on critique, on se plaint, on met les groupes, les gens, les idées, dans des cases bien définie je peut vous que les étrangers des pays dans lesquels je vais ont une image de nous plus positive que nous mêmes .alors moi je dit ca .ca vous vous plais pas personnes vous oblige a écouter a acheter ce que vous n’aimez pas qu.il reviennent pas de problèmes je dis respect c’est tout maintenant .penser ce que vous voulez vous en avez le droit mais part pitié arrêter de toujours critiquer un tel ou ,le voisin d’a coter et ceci n’est pas que pour trust, mais pour tout les jours qui passent soyons optimiste .sur ce je vous saluts …..

    [Reply]

  • bonsoir
    moi j ai adoré les trois premier albums suivi du live tournée dans l exagone et de paris by night,après tous le reste c est de la grosse
    daube,après un nouveau guitariste qui est devenu bassiste et surtout
    le dj qui ne va pas du tout avec l hétique du groupe? même si le groupe passe en concert a côté de chez je pense que je n irais pas
    les voir,j aime pas leur nouveauté, pour moi ça manque de son rock
    par contre je ré ecoute souvent leurs anciens morçeaux avec plaisir
    je pense que si le groupe été plus stable,le groupe marcherai bien encore maitenant

    [Reply]

  • Modestie quand tu nous tiens…
    Naze…

    [Reply]

  • salut à tous meilleurs voeux les trust il est vrai que trust c’est pas trop ca dj sample … d’accord mais trust c’est du riff de l ‘attaque ca pousse ca mére et puis voila il faut pas se fair chier à compliquer les trucks un album trés simple bernie nono vivi farid et pourquoi pas moho il a un bon feeling il fait partie de l’histoire un album qui raconte l’histoire du groupe putain 10 titre pur et dur nono va etre heureux et tout le monde d’ailleurs.des guitares bien fachéés.bernie enervé.farid vivi villebrequin. trust et ca mére.

    [Reply]

  • Bon Scott doit se retourner dans sa tombe!

    Je viens de lire, avec effarement, l’interview de TRUST (Bernie Bonvoisin et Norbert Krief) dans le dernier numéro de “rock’n’ folk” après la sortie de l’album “13 à table”.
    Bon le DVD live en bonus a le mérite d’exister et de laisser une trace de ce groupe qui certainement a marqué l’histoire du rock français.
    Que penser de l’album? C’est une merde et une fois de plus Bonvoisin ne prend aucun recul dans ses textes, c’est une démagogie de prisunic! Un peu d’histoire: TRUST fut un groupe brillant, un savant mélange de rock, de hard rock et de punk. D’ailleurs au début Bonvoisin avait le look punk et les autres le look des membres d’Aerosmith, c’était aussi l’avis de la presse anglo saxone.
    Le premier album fut un cri avec des paroles libertaires à la Céline, un album fabuleux… Le deuxième opus a eu la chance d’avoir un tube monstrueux « antisocial » et quelques titres qui restent des références dans l’histoire du rock français.
    Hélas la suite fut moins glorieuse, et à part quelques rares exceptions comme le titre sur Bon Scott “Ton dernier acte” ou on “On Lèche, On Lâche, On Lynche”, et il faut le dire les albums furent de plus en plus décevant.
    Nono, qui se comporte comme le petit chien de Bonvoisin dans l’interview alors qu’il y a quelques années il était en procès avec lui. La carrière de Nono, qui est un mec sympa , en solo, à part l’épisode Hallyday, fut un échec total.
    Celle de Bonvoisin une suite de bides musicaux et cinématographiques. Quand j’entend Nono dire « on a pris un D.J., n’en déplaise aux métalleux »… dans un autre journal!!! quelle honte ce mot  les « métalleux » mais ils te disent merde « les métalleux ».
    Et aussi ISO nouveau membre de TRUST! J’ai rien contre ce type qui est un requin de studio mais il est tellement dans l’esprit hard qu’il joue maintenant de la basse et c’est VIVI qui reprend la seconde guitare… AC/DC n’a pas besoin d’un DJ et ils jouent sur scéne des titres qu’il jouaient à leurs débuts, leur dernier album comme Metallica ou Rose Tattoo est une tuerie!
    Quand à la vision du sieur Bonvoisin sur la politique mais pour qui se prend il? Et le pire chez vos concurents il dit « Diam’s elle a des couilles »!!! Je rêve! Diam’s si elle a des couilles c’est un travelo. Outre le fait que les vrais rappeurs la déteste,  cette nana fait de la variété . Pauvre TRUST qui vient de refaire cette reformation uniquement pour le fric… Bon Scott doit se retourner dans sa tombe.
    pierre Grazico

    [Reply]

  • Pfffffff,quelle bande de rigolos ces types!!J’ai hurlé quand j’ai vu le nom du groupe sur l’affiche du Hellfest….et sauté de joie quand il n’y était plus!!:D

    [Reply]

  • Moi je dit qui faudrait leur donner une chance comme dit si bien cette article ces « un des rares groupes français à avoir eu un impact international » faut être fière de nos frenchi ^^

    [Reply]

  • Rien a faire j’aime pas ce groupe

    [Reply]

  • Si c’est tellement simple on se demande vraiment pourquoi ils ne sont pas bougé le cul plus tôt !! Et puis si c’est pour nous balancer un truc bâclé en trois ou quatre jours c’est pas la peine… Deux ou trois semaines, c’est pas non plus la mer à boire, si ?

    [Reply]

  • Hahahahahahha !!! La bonne blague.

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3