ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

Twisted Sister : les nouvelles chansons se chantent sous la douche, pas en studio


Vingt-cinq ans, un quart de siècle, c’est long ? Sans doute quand on attend depuis tout ce temps le prochain album d’un groupe qu’on aime, qu’on a aimé, dont on connait les paroles par cœur, paroles qu’on a scandées comme l’hymne officiel de sa propre révolte. Il y a vingt-cinq, en 1987, est sorti le dernier album de Twisted Sister ayant offert à son public des compositions neuves et originales (on ne compte pas l’album de Noël sorti en 2006 qui n’est jamais composé que d’adaptations de classiques et qu’on ne peut pas vraiment sortir à toutes les périodes de l’année). Vingt-cinq ans depuis Love Is For Suckers et ceux qui auraient découvert le groupe plus tard n’ont jamais connu le plaisir d’attendre un nouvel album, de se le procurer le jour de sa sortie et ne le connaîtront sans doute jamais.

Aujourd’hui, Twisted Sister n’est plus qu’un groupe de concerts, vivant sur son bagage de hits et s’en porte très bien. Le guitariste Jay Jay French ne se gênait pas pour dire l’an dernier qu’il ne faisait qu’appliquer une bonne vieille règle commercial : « Nous continuons de jouer à travers le monde tant qu’il y a de la demande. » Ce qui ne faisait déjà que confirmer ce qu’il disait l’année précédente, appliquant la méthode à outrance : « moins je joue et plus j’y gagne ». De plus, French n’annonçait pas un riche avenir pour Twisted Sister : « Je ne vois pas arriver de nouvelles chansons. La fin du groupe pourrait très bien être à la fin de l’année. Cette reformation ne peut pas durer éternellement. » Un an après, le groupe n’a toujours pas annoncé que la fin était pour tout de suite mais aujourd’hui, même le chanteur Dee Snider affirme qu’il n’est pas question de nouvel album.

Interviewé par le site suédois Metal Shrine, Dee Snider s’est vu demandé par le journaliste s’ils ne pourraient pas faire comme Van Halen et ressortir d’anciennes démos des années 80 pour sortir un nouvel album das les années 2010 : « C’est Van Halen. Ils sont bien plus gros que Twisted Sister. […] Pas ça, c’est pour l’argent, mais pour moi… C’est ce que j’appelle faire un retour vers le futur. J’imagine le Doc : ‘Nom de Zeus, Marty ! Ils ont sorti un album des 80´s dans les années 2010. Espérons qu’ils ne se croiseront pas car cela briserait le continuum spatio-temporel !’ Je suis tellement passionné par ce que je fais que ça ne me motive pas. Même si l’album faisait la plus grosse vente du monde. Enfin, peut-être, s’il était l’album le plus vendu au monde. Les fans ne veulent pas entendre un nouvel album, alors quand tu fais un disque qui sonne comme de l’ancien, ils sont du genre : ‘Eh, ça sonne comme les vieux trucs.’ Ce n’est pas opportun. Tu ne vas pas passer à la radio, tu ne vas pas passer à la télé, ça ne prendra pas. J’anime une émission rétro sur les années 80 et on ne passe jamais de nouveautés. Ce n’est pas moi. C’est la station de radio et les producteurs. Je dis : ‘Donnons leur au moins un avant-goût ! Passons au moins le premier couplet !’ On parle du nouvel album, on dit ‘Eh bien Ratt est de retour en studio et ça s’appellera Defecator. C’est un sphincter avec de la merde qui pend hors du cul.’ Pas de réflexion sur l’auteur et ils disent : ‘Personne n’a envie d’entendre ça.’ Et je l’ai déjà dit avant, ce sont des chansons qu’on chante sous la douche. Les nouvelles chansons ont toujours été des putains de chansons qu’on chante sous la douche. »

Par conséquent, Dee Snider préfère privilégier les enregistrements dans le cadre de sa carrière solo, comme avec son dernier disque Dee Does Broadway où le chanteur reprend des classiques du music-hall (comme la chanson du clip ci-dessus). Comme quoi, sans critiquer le résultat, même là il ne cherche pas à réaliser de nouvelles compositions.

Il nous dit tout de même dans cette même interview à Metal Shrine qu’il a travaillé sur du neuf avec Eddie Ojeda (guitare) mais certainement pas pour un nouvel album de Twisted… Pour une comédie musicale de Noël :

« C’est basé sur des morceaux connus de Twisted, parmi les moins connus, des trucs de Christmas Twisted, et j’ai écrit huit morceaux de le style des chansons de Twisted Sister des années 80 avec Eddie Ojeda, et un producteur de Broadway a mis une option dessus et l’étape suivante, c’est de développer le show. […] Des chansons comme ‘It Must Be Snowing In Hell’, et le truc drôle, c’est qu’elle sont toutes sataniques à cause de l’histoire de ce groupe qui essaie de jouer du metal mais continue à jouer des chants de Noël (rires) et ils ne pigent pas ce qui leur arrvie. A un moment donné, ils débarquent avec un air de groupe de death metal norvégien avec ‘Burn In Hell’ qui devient ‘I´ll Be Home For Christmas’. […] Ces chansons sont du genre ‘Death May Be Your Santa Claus’, ‘Hail Satan’, ‘It Must Be Snowing In Hell’, ‘WWOD (What Would Ozzy Do)’, principalement, ce sont des chansons sur Satan et j’ai dit : ‘On devrait les enregistrer’. »

Mais on risque quand même de ne pas les entendre avant un moment a priori : « Comme je l’ai dit, j’ai travaillé avec Eddie Ojeda et je ne suis pas sûr de savoir quand elles pointeront leur horrible museau. Je suppose que ce sera quand la pièce sortira, sinon on discute pour faire quelque chose avant qu’elle sorte. C’est la première fois que je compose vraiment quelque chose depuis bien longtemps. »

Il faudra donc encore attendre longtemps pour du Twisted pur sang. Et tant pis pour les deux fans dans la salle déçus… Ce qui est bon signe dans tout ça, au moins, c’est que Snider touche à nouveau à de la composition.



Laisser un commentaire

  • j’ai eu du mal à suivre le texte quand Snider parle… je sais pas ça sonne bizarre… ou alors je suis juste trop fatigué pour comprendre un putain d texte à force d’étudier mon cours de bio!

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3