ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

Ugly Kid Joe : Le sale gosse manque de folie


14563377_10207165582684129_4435814096812293811_nC’est dans un Elysée-Montmartre flambant neuf que Joe s’apprête à montrer au public parisien qu’il est toujours aussi moche que ce qu’il a été. C’est qu’après vingt-cinq ans d’existence, le sale gosse pourrait s’être assagi mais le titre de son dernier album est clair !

Les californiens ont donc dans leurs valises un nouvel album et deux groupes de première partie. Nos français de Blackrain, avec leur album Released sorti cette année, et Dallas Frasca, trio australien barré, avec un tout récent EP Dirt Buzz à défendre. Trois groupes, trois styles différents pour une soirée dans un haut-lieu des concerts parisiens émergeant de ses cendres. La salle sent même encore la peinture ! Et ces toilettes ! Dignes d’un grand hôtel. Mais sortons des W.C, aussi beaux soient-ils, les savoyards attaquent leur set.

Artistes : Ugly Kid JoeDallas FrascaBlackRain
Date : 15 Octobre 2016
Salle : Elysée Montmartre
Ville : Paris [75]

black_rain_2016_10_15_01

Swan qu’on a connu en meilleure forme

Le concert des Français démarre sur une bande-son jouant une musique franchouillarde avant que le groupe n’arrive sur scène avec « Eat You Alive » suivi de « Back In Town », deux hymnes en puissance du dernier album. Il n’y a pas encore grand-monde mais le public présent paraît concerné. « Est-ce que ça va ? Est-ce que tu es prêt à faire du bruit ? On est Blackrain, on est prêt à faire du rock’n’roll ! » demande Swan aux fans de sa voix aiguë. Sur scène, le groupe se donne du mal, fait des efforts mais on l’a connu en plus grande forme, par exemple lors de leur performance donnée l’année dernière à Colmar à la Hard Rock Session où le combo fut un cran au-dessus en termes d’énergie. Le set paraît en conséquence sans surprise et un peu trop lisse. Le dernier titre, « Rock My Funeral » est dédié à leur ami Cédric, décédé récemment, et au bout de trente minutes, les Français quittent la scène laissant une salle tout de même réchauffée par ses riffs malgré un spectacle qui n’aura jamais vraiment décollé. On attendait un peu plus d’intensité avant les tubes catchy d’Ugly Kid Joe !

dallas_frasca_2016_10_15_01

Dallas Frasca débridé à souhait !

La salle est désormais mieux remplie mais sans excès. Avec Dallas Frasca, changement de style. Autant Blackrain propose un hard-rock assez classique dans son format, autant les australiens offrent une musique bien plus débridée, au son plus âpre. Et en termes d’impact, le changement est aussi notable. A deux (trois avec le batteur évidemment) sur une scène plus grande, l’accroche est meilleure, chanteuse et guitariste ayant une présence indéniable. Dallas Frasca descendra même dans la fosse, chantant, faisant asseoir les spectateurs. Jeff Curran assure lui aussi le show, lutin guitariste un peu fou, montant sur la plateforme de la batterie, maltraitant gentiment son instrument. Les australiens rencontrent un beau succès. Logique, ils ont offert une prestation dynamique et de qualité.

Les américains d’Ugly Kid Joe entament les hostilités avec une intro sur bande avant que les musiciens n’arrivent bientôt rejoints par Whitfield Crane. Le public les accueille avec force d’applaudissements et de cris et l’on sent dès ces premières minutes que les fans sont acquis à la cause des californiens. Les plus attentifs auront pu voir Zac Morris, le batteur (qui remplace Shannon Larkin en tournée), dans LA tenue : en slip, tout simplement. Pour le reste, à part le bandana et les lunettes de Cordell Crockett, le bassiste, les looks sont sobres. Comme les artifices de scène : une seule toile de fond de scène avec le célèbre sale gosse à la mode Snaggletooth, l’éternel symbole de Motörhead. Autre détail qui rappelle le groupe de feu Lemmy : Whitfield porte un tee-shirt du groupe de Phil Campbell. Et, sans artifices, le groupe propose quelque chose : les spectateurs réagissent à chaque invite du chanteur plutôt discret en ce début de concert qui communiquera plus par la suite comme en introduisant « No One Survives », expliquant que ce soir est spécial, qu’il y a vingt ans, le groupe jouait dans cette salle. Il demande au public de faire du bruit pour accueillir cet excellent titre qui remporte un gros succès. Whitfield a quelque chose de magnétique : il lui suffit de se pencher pour obtenir une réaction des fans. Avant « Devil’s Paradise », il demande au public de lever les bras, de les balancer de droite à gauche. Les premiers rangs répondent présent !

ugly_kid_joe_2016_10_15_01

Whitfield assure son rôle de meneur

Le chanteur parlera de ces vingts années, de la reformation du groupe, de la bonne sensation qu’il ressent ici à Paris avant d’envoyer « Cats In The Craddle ». Énorme titre, forcément très bien reçu par les spectateurs. Les morceaux défilent, alternant les ambiances, tantôt lourds, tantôt plus rock, le public est heureux, le son est bon – un peu fort, on apprécie les bouchons d’oreilles qui offrent ce soir une meilleure qualité d’écoute. « So Damn Cool » est un de ces titres qui font hurler le public ! « Under The Bottom », plus lourd et vénéneux, nous emmène ailleurs. Même le passage acoustique et son court extrait d’Ace of Spades passe bien ; assez court et bien géré, il sort de l’indigeste exercice « cheveu sur la soupe ». La reprise complète et électrisée d’ « Ace Of Spades » est excellente. « Everything About You » conclut une belle soirée avec une setlist qui n’oublie aucun album mais qui fait tout de même la part belle aux importants Americana Least Wanted et Menace To Sobriety. Seuls deux titres représenteront le dernier opus !

Seul bémol à ce beau concert : on aurait aimé un peu plus de folie, que l’animation scénique ne repose pas exclusivement sur le chanteur. Certes les autres musiciens ont une présence certaine mais ils restent trop statiques pour amener ce plus qui aurait amélioré cette soirée. Ceci étant, le public quitte la salle ravi. Ce qui est essentiel. Et peut emprunter un nouvel escalier bien moins casse-gueule que le précédent. Ce qui est important.

ugly_kid_joe_2016_10_15_02

Pas assez folle cette prestation !

Setlist Ugly Kid Joe :

Neighbor
Dialogue
Jesus Rode A Harley
C.U.S.T
Panhandlin’ Prince
She’s Already Gone
No One Survives
Devil’s Paradise
Cats In The Craddle (reprise d’Harry Chapin)
I’m Alright
Milkmans son
Goddamn Devil
So Damn Cool
Under The bottom
Chansons acoustiques : Come Tomorrow – Ace Of Spades (extrait) – Cloudy Skies

Rappels :
Mr Recordman
Ace Of Spades (reprise Motörhead)
VIP
Tomorrow’s World
Everything About You

SetList Dallas Frasca :

Better
Wasting
Hey Mumma
Woman
Rise
Wonder
All My Love



Laisser un commentaire

  • Le dernier titre de Blackrain est « rock my funeral » , rien à voir avec Dark funeral ,même si j’aime aussi ce groupe !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    [Reply]

    Spaceman

    Ah oui, bien vu. Merci. Même moi qui ait relu, je n’ai pas tilté sur la coquille 😉

  • Mdr…UKJ à Paris juste énorme! Ambiance de folie lol n importe quoi les mecs ! De plus larkîn eux vous êtes sûr d avoir été aux meme concert Mdr… C Zac Morris a la batterie. Allez je vais réécrire votre mauvais article lol. Srx. … UGLY KID JOE on été incroyable ambiance de Fou.

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3