ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Unisonic – Light Of Dawn


Amusant comme c’est finalement lorsque Kai Hansen ne participe pas à la composition de l’album qu’Unisonic rappelle le plus à notre bon souvenir le Helloween d’antan… Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’après un premier essai enthousiasmant, Light Of Dawn, le second opus du combo qui réunit les deux anciennes citrouilles, le chanteur Michael Kiske et le guitariste Kai Hansen, est attendu de pied ferme. Et en effet, le leader de Gamma Ray n’a cette fois-ci pas pu participer à la composition des chansons, mais aucun doute possible, c’est bien lui qui donne les coups de médiator en symbiose avec ceux de l’autre six-cordiste Mandy Meyer. Une chance pour Dennis Ward – bassiste, compositeur et producteur – de sortir de l’ombre des deux « stars » et s’imposer comme l’une des forces motrices et créatives de la formation. Une formation qui prouve clairement avec ce Light Of Dawn qu’elle ne peut se résumer à un simple duo, tant il honore les promesses faites sur le premier opus.

Et le premier constat c’est qu’effectivement, et paradoxalement, jamais Kiske et Hansen n’auront été réunis sur des chansons aussi proches du style qui les avait mis ensemble sur la carte du heavy metal en premier lieu. Après une introduction orchestrale, « Venite 2.0 », dans les standards du genre, travaillé mais un peu anecdotique, Unisonic déboule avec « Your Time Has Come » : rythme élancé, guitares harmonisées et refrain haut perché de Michael Kiske soutenus par les chœurs de ses collègues. Le « happy metal » reprend ses droits dès ce début d’album. Un peu plus loin « For The Kingdom » appuie la tendance avec sa double grosse caisse, sa basse à la Markus Grosskopf (et vu le son, on voit bien que le bassiste est aussi producteur) et son refrain, encore une fois, typique. Puis le hit en puissance « Find Shelter », très rock’n’roll, se fend de quelques petites réminiscences de « Dr. Stein » dans ses couplets.

Mais si Light Of Dawn se montre globalement plus metal que son grand frère, il serait injuste de le résumer à une entreprise nostalgique, ce que dans le fond il n’est pas. « Find Shelter » précité en est un bon exemple, ouvert avec son pont aérien et son refrain entêtant au possible dans la continuité de l’album éponyme. Idem pour le single « Exceptional » qui résume bien le parti pris avant tout mélodique d’Unisonic ou « Throne Of The Dawn » lui aussi bien rock’n’roll. Et finalement, les quelques chansons plus metal ne font que creuser la diversité qui caractérisait déjà Unisonic sur son premier essai. Ainsi on retrouve un côté plutôt classic rock (on peut par exemple penser à Thin Lizzy) entraînant et accrocheur, dans des chansons comme « Judgement Day », « Not Gonna Take Anymore », « Night Of The Long Knives », « When The Deed Is Done », « Manhunter » ou la fausse vraie ballade « Blood », qui ne dépaysera pas et continuera à séduire ceux qui avaient déjà été séduits. Sans compter la (vraie) ballade de rigueur, « You And I », classique mais gracieusement interprétée, notamment le travail de guitare lead qui, il faut le reconnaître, brille sur tout l’opus.

Encore une fois, Unisonic propose un album frais, raffiné et plein d’énergie positive, peut-être la surprise en moins, si ce n’est l’évolution vers des gimmicks plus metal pour certaines chansons. Dans tous les cas, la bande non seulement confirme son potentiel mais en plus affirme sa pérennité et s’affirme en tant que groupe.

Ci-dessous le clip de « Exceptional » et la lyric-vidéo de « For The Kingdom » :

Album Light Of Dawn, sortie le 28 juillet 2014 chez Edel.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Children Of Bodom @ Angoulême
    Slider
  • 1/3