ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Vandenberg’s MoonKings – Moonkings


Que ce soit dit tout de suite : le retour musical d’Adrian Vandenberg ne sera pas aussi surprenant que son come-back en lui-même. Comme il l’admet lui-même, celui qui est plus connu auprès du grand public pour avoir été l’un des guitaristes de Whitesnake à partir de la fin des années 80 avait déjà ce style de musique en lui avant d’intégrer le Serpent Blanc, et c’est parce que c’était ce que David Coverdale jouait que le chanteur l’a engagé à l’époque, le Hollandais ayant tout ce qu’il faut pour contribuer à son oeuvre. Il n’y a donc pas tout un chapitre, juste une page à tourner pour passer de Whitesnake à Moonkings.

Et la plus grosse surprise de ce disque provient sans doute du fait qu’on n’ait jamais entendu parler avant (au moins hors des Pays-Bas) de Jan Hoving, le chanteur, qui permet à toutes les teintes de la musique de Vandenberg et ses Moonkings d’éclater. Que ce soit « Close To You » qui compile en lui les premières décennies du hard rock, entre des couplets dignes d’un Led Zep (on entendrait presque Plant chanter « Rock’n’Roll ») et les refrains à mi-chemin entre Def Leppard et Whitesnake, ou « Steal Away » où l’influence d’un Paul Rodgers (Bad Company) chantant « Ready For Love » ou Coverdale encore (la chanson aurait aussi pu s’appeler « Steal Away Your Love » mais le lien est peut-être déjà assez évident) est flagrante… A tel point qu’au moment de la reprise de « Sailing Ships avec le chanteur de Whitesnake lui-même, le changement se fait sans le moindre heurt. Hoving a une voix faite pour chanter toute la gamme hard/classic rock mais aussi certaines plus modernes, notamment dans l’inévitable et redondant exercice de la power-ballad – un art qu’il serait prétentieux de vouloir renouveler – sortant violon et mélodie digne de Nickelback sur « Breathing » et « Out Of Reach » évoquant même un Aerosmith des 90’s et son « I Don’t Want To Miss A Thing ».

Au final, on ne saurait reprocher qu’un ou deux solos de Vandenberg, tombant parfois comme une boule de bowling sur le gâteau, mais bien contrebalancés par l’ensemble du travail guitaristique sur tout le disque, avec même quelques petits riffs funky sur « Leeches ». Le reste est un concentré de hard rock traditionnel, déjà entendu et réentendu partout en plus de quarante ans, mais ne manquant pas de chansons entêtantes, de refrains irrésistibles (« Good Thing »), d’un rythme costaud qui fait taper du pied et, plus important, avec du coeur.

Ci-dessous le clip de « Breathing » :

Album Vandenberg’s Moonkigs, sortie le 24 février 2014 chez Mascot Label Group.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Greta Van Fleet + Vola @ Paris
    Slider
  • 1/3