ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Vltimas – Something Wicked Marches In


Après le retour discographique d’Aura Noir l’an dernier, le guitariste Rune Eriksen (ex-Mayhem) semble avoir clairement décidé de revenir au premier plan de la scène extrême, cette fois avec une toute nouvelle formation, en privilégiant les atmosphères lugubres qui ont fait sa force. Vltimas fait ainsi office de super-groupe de black/death, Rune étant accompagné de l’ex-Morbid Angel David Vincent et de Flo Mounier, batteur de Cryptopsy. Produit par Jaime Gomez Arellano (Mayhem, Paradise Lost, Orange Goblin), Something Wicked Marches In est le premier opus d’une formation au bagage extrême conséquent. De quoi largement allécher.

Something Wicked Marches In ne met que quelques instants avant de se mettre en branle. Dix secondes de mélodies dissonantes et d’une ambiance morbide suffisent pour enchaîner sur un riff aux relents heavy musclé mis en valeur par les vociférations fédératrices de David Vincent. Il faut reconnaître que la production de Vltimas est exemplaire, que ce soit sur la place accordée au chant parfaitement équilibrée vis-à-vis des harmonies de guitare ou celle de la batterie, qui malgré la profusion du jeu de Flo Mounier parvient à ne pas empiéter sur le spectre des autres instruments. Vltimas ne perd pas de temps à démontrer qu’il est un album soigné. Le riffing de « Something Wicked Marches In » a cette irrévérence proprement norvégienne que Rune Eriksen maîtrise à la perfection, Flo Mounier lui conférant une dynamique omniprésente en alternant plans heavy et blasts caractéristiques du genre. « Praevalidus » (chanson sur la dissidence au quotidien, le refus de la norme) montre la facette la plus extrême de la formation avec le très subtil « Total Destroy », toujours avec suffisamment de variations pour susciter l’intérêt de l’auditeur le plus habitué. En parallèle de compositions extrêmement agressives existe une approche plus progressive, à l’instar de « Monolilith » et son jeu de balancement entre dissonances et riffing incisif ; véritable terrain de jeu pour un David Vincent plus expressif que jamais, y compris en voix claire.

L’aspect « anthologique » de Something Wicked Marches In est peut-être sa force principale. Les musiciens s’adonnent à un mélange maîtrisé de ce que la musique extrême peut proposer, que ce soit en termes d’intensité ou d’atmosphères. Ceux qui privilégient la brutalité se tourneront vers un « Total Destroy » effréné ou un « Truth And Consequence », pourtant non dénué de rebondissements, sorte d’exercice de fusion entre Mayhem et Morbid Angel, tandis que ceux qui souhaitent s’immerger dans une forme de noirceur aux aspects romantiques seront ravis par « Last Ones Alive Win Nothing », sans doute l’une des pièces les plus grandiloquentes de l’opus, à laquelle l’atmosphère dramatique et les arrangements de guitare donnent presque une impression « orchestrale ». Quelle que soit l’approche privilégiée par Vltimas, le groupe ne manque pas d’y introduire des accroches singulières qui distinguent les titres d’un récital académique. Comme si l’appréhension de chaque composition se réalisait en plusieurs temps : un premier contact très direct et un deuxième qui laisse apparaître la complexité de la musique de Vltimas. « Diabolus Est Sanguis » et son aspect thrash-death bas du front révèlent en réalité un travail colossal sur les guitares et les arrangements vocaux (les « oh oh » assurément épiques). « Marching On » respecte la règle, Vltimas décide de « briser » presque inopinément sa chanson pour partir dans un ralentissement malsain puis se livrer à un solo de heavy metal, avant de revenir vers un ton plus grave. Something Wicked Marches In est l’exemple flagrant que registre extrême n’implique aucunement une approche monolithique et l’absence de dynamique.

Rune Eriksen a eu le nez creux de former Vltimas. Something Wicked Marches In est un condensé de ce que la scène extrême propose de plus efficace et ingénieux à la fois, les variations d’intensité au premier plan. Que ce soit via un riffing foisonnant qui fait honneur au black/death scandinave, une partition de batterie sans faille ou un chant qui a ce cachet old-school, Vlitmas fait honneur à la prestance de son line-up et en impose.

Chanson « Monolilith » :

Lyric vidéo de la chanson « Diabolus Est Sanguis » :

Chanson « Total Destroy! » :

Chanson « Praevalidus » en écoute :

Album Something Wicked Marches In, sortie le 29 mars 2019 via Season Of Mist. Disponible à l’achat ici



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3